Renault 12 Gordini : en avant toute !

Mercredi 1 octobre 2014
Retour

« on a tout dans le cœur un morceau de fer à user »… La Renault 12 Gordini quoiqu’un peu anachronique par rapport à la chanson de Voulzy, correspond bien à cette phrase et à l’époque. Une époque où les jeunes se passionnent pour le sport auto, et rêvent de devenir les pilotes de demain, une époque où un sorcier mécanique du nom d’Amédée Gordini rend vivantes de placides berlines, et les peinturlure de bleu à bandes blanches, une époque qui ne voit pas encore la crise qu’elle se prendra pourtant en pleine poire en 1973, comme un coup de semonce après des années de croissance et de plein emploi.

R12G 02

Avec la R12 Gordini, on entre de plein pieds dans les années 70, et avec elle viennent les premières querelles de clocher. Une génération de pilotes amateurs s’était fait les dents et les talons pointes sur un drôle de berline carrée au moteur à l’arrière, permettant de goûter aux joies de la glisse. La R8 Gordini, c’était la référence du sport auto amateur dans les années 60.

R12G 07

A l’aube des années 70, Renault change son fusil d’épaule, ou plutôt son moteur de sens, et en 1969, la remplaçante de la R8, la R12, passe à la modernité avec son moteur et la traction à l’avant. Et bien entendu, les tenants du tout à l’arrière crièrent à l’hérésie. Ils pouvaient pourtant s’estimer heureux d’avoir un modèle sportif à disposition, tant la R12, quand on la regarde, ne semble pas s’y prêter.

R12G 08

De toute façon soyons clair : la R12 n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile, c’est différent. Et puis la R8 n’était pas un modèle de beauté. Mais dès qu’elle enfile les couleurs de Gordini et ses longues-portées Cibié, elle a tout de suite une autre gueule. Surtout, elle reçoit un 4 cylindres 1,6 litres de 113 ch retravaillé par le maestro. Ceux qui en voudraient toujours plus peuvent d’ailleurs se mettre en quête d’une R12 Gordini dotée du kit 807-G et ses 150 ch. Ces puissances paraissent ridicules aujourd’hui, mais à l’époque, c’était déjà du sport. Surtout quand le poids de la voiture est inférieur à la tonne.

R12G 09

Avec la R12 Gordini, il faut aux pilotes en herbe réapprendre à conduire sportivement : deux salles, deux ambiances entre la R12 et la R8 aux bandes blanches. Aujourd’hui, les ayatollah du « c’était mieux avant » (il serait temps de passer à autre chose) font flamber les prix de la R8, mais la R12 désormais regagne ses lettres de noblesses, à tel point qu’elle commence à devenir chère elle aussi, sans parler de la 807-G qui atteint des sommets.

R12G 10

En même temps, la R12 Gordini est quasiment une rareté. Construite à seulement 5188 exemplaires entre 1970 et 1974 (soit un bon millier par an), elle ne coure pas les rues. Surtout que bon nombre d’exemplaires ont connu les affres de la course et du circuit, et parfois n’en sont pas revenus. Si certains voulaient jouer la carte de l’originalité (et voulaient se compliquer la vie), il existe aussi une R12 au doux nom d’Alpine produite en Argentine qu’on peut importer pour faire la nique à tous ces gordinistes (lire aussi : Renault 12 Alpine).

R12G 05

Mais cette rareté ne doit pas occulter celle dont elle dérive, la R12 (tout court), produite à plus de 2 millions d’exemplaires, et leur exotiques cousines roumaines badgées Dacia (en berline, pick up, double cabine, coupé et break) qui vous feront passer pour des spécialistes éclairés.

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

mad

Le 26/05/2015 à 15:15

LE problème de la Renault 12 : le carossage et le train avant à déport positif associé à la traction avant… Direction de camion et sous-virage garantis ! La R8 n’était pas si agile par rapport à la concurrence (et son succès était d’ailleurs lié à la formule « coupe »), mais au moins elle était amusante à conduire avec sa forte propension à la dérive. La R12 était typiquement la voiture du père de famille lambda, idéale pour partir en vacances mais totalement inapte sur un circuit. De ce fait, la R12 Gordini n’avait pas de sens. Et les efforts de Renault en compétition (en particulier sur les dérivés Renault 17) n’ont pas suffit à crédibiliser la 12G.
Reste la rareté. Au vue de la différence de cote entre une Alpine et une R12, beaucoup de survivantes ont été réduite au « don d’organe » avant de finir à la ferraille. C’est malheureusement également le cas des Renault 17 TS et Gordini, qui cotent moins et bénéficient d’un physique plus attrayant…

David P. Alias HéliosÉole

Le 22/06/2015 à 12:40

Problème de communication (le fameux cliché intitulé « le grand saut », montrant une 12 sautant au dessus d’une 8, que tu as d’ailleurs utilisé, a fait un tort considérable à la R12 G), manque de pédagogie (ce n’est pas un cas unique, il suffit de se rappeler la colère, encore bien vivace de nos jours, des « alfisti » lors du remplacement de la 75 par la 155 pour s’en convaincre. On peut, si tu me permets une digression, se demander comment Volvo a fait, la 850 n’ayant pas, à ma connaissance, déclenché un tel tollé de la part de la clientèle traditionnelle abreuvé depuis des lustres de 940, 740, 240, 140 et Amazon) et poids des idées reçues (comme l’illustre le navrant commentaire précédent), si on ajoute la conjoncture, les raisons de l’échec semblent évidents.
Ceci dit, une réflexion me vient: et si la Régie avait eu tout simplement raison trop tôt? Tout à l’avant, moteur 1.6 litre d’environ 110 chevaux, si on fait abstraction des carrosseries (deux portes plus hayon pour celle qui a raflé la timbale six ans plus tard, berline quatre portes ici) et du mode d’alimentation (même si les gourmands double Weber avaient un charme fou, auquel le K-Jet Bosch ne pourra jamais prétendre), ça ne te rappelle rien? Moi, je ne peux m’empêcher de penser que, sans le savoir, cette brave R12 Gordini préfigurait la Golf GTI (qui elle-même en faisait de même vis à vis de la 205 GTI) mais, bon, cette réflexion n’engage évidemment que moi…

didier

Le 10/03/2018 à 09:02

La 12 quoi que l’on n’en dise elle avait une vrai gueule et c’est pas de chance pour elle c’est pri la crise pétrolière en pleine gueule et surtout de très mauvais choix de la part de Renault qui privilégiait la 16 pourtant a bout souffle et dépassé. quand je vois certains commentaires a propos de cette voiture je me marre surtout quand je vois les pauve caisse que nos constructeurs français ont fait je vais dire a partirent des années 90 laide et anémique sauf quelques une chez Peugeot. Allez sans rancune.

Laisser un commentaire