Renault 14 : la bonne poire !

Publié le lundi 21 juillet 2014.
Mis à jour le jeudi 28 mars 2019.
Retour

La Renault 14 est pour moi le synonyme de la voiture des années 70. Elle semble tout à fait raccord avec les immeubles modernes qui se construisaient à l’époque à Boulogne Billancourt ou à Maison Alfort. Avec elle, on entrait dans le monde moderne. Renault était très fier d’ailleurs de sa fabrication en partie robotisée. Sa ligne perpétuait celle de la R5 sur la gamme supérieure, et tout laissait présager un immense succès. Et pourtant…

La R14 fût un échec retentissant pour la régie Renault. Il faut dire que la chance ne sourit pas à la R14. Lancée en 1976, elle recevait un moteur d’origine Peugeot de 1,2 litres et 57 ch (et 69 ch en 1978), ce qui eut pour effet de rebuter le client fidèle et rendre dédaigneux les revendeurs. Mais ce qui aurait pu disparaître avec le temps et les qualités intrinsèques de la R14 fût amplifié par l’effet désastreux d’une campagne de publicité sensée relancer le modèle en 1978. Les créatifs de chez Publicis eurent l’idée effarante (et validée par le constructeur) de comparer la R14 à une poire. Comme quoi, quand on est la tête dans le guidon, on ne voit plus l’évidence : la comparer à une poire, c’était indirectement traiter le client de poire.

Pour couronner le tout, des problèmes de corrosion et d’étanchéité parachevèrent le fiasco. Aujourd’hui encore, une R14 est synonyme de scoumoune. Malgré l’introduction d’un moteur 1,3 litres de 70 ch en 1979, rien n’arrivera à sauver la R14 qui s’éteindra en 1983 dans l’indifférence générale. Pourtant, quand on regarde les chiffres de productions (999 250 exemplaires), on se doit de relativiser : avec autant de handicaps, la R14 s’en sort pas mal, mais on est loin des 2 millions d’exemplaires escomptés par la Régie.

Elle est aujourd’hui intéressante à collectionner car elle est représentative des années 70 : couleurs vives, formes douces et arrondies, intérieur typique. Et puis, elle est habitable et pratique, et surtout, sa côte est très basse (à partir de 1000 euros). C’est une voiture désormais originale, à conduire au second degré comme le témoignage d’un raté monumental. Conduire une R14 aujourd’hui, c’est afficher sa différence, son humour et son originalité.

Surtout, il s’agit désormais de préserver une voiture intéressante. Les primes à la casse successives et le désintérêt pour ce modèle l’ont presque fait disparaître. Aussi le plus dur sera pour vous d’en trouver une, et en bon état de surcroît. Bonne chasse.

 

Articles associés

12 commentaires

Yohann bonnet

Le 21/07/2014 à 21:23

L’ancêtre de la 306!! Surtout au niveau de la forme je trouve

Paul

Le 06/08/2014 à 15:56

Pas idiot comme comparaison 😉

Dan

Le 07/12/2017 à 09:36

J’y retrouve aussi des éléments stylistiques (ligne, courbes, ailes bombées…) repris sur la 205, en mieux et à échelle réduite.

L'Ornitho

Le 21/02/2015 à 12:17

Ça vaudrait la peine de vérifier, mais si j’ai bon souvenir, le chassis aussi est Peugeot.

Je l’aimais bien, et hé oui, la 306 … c’est l’évidence 😉

mad

Le 08/06/2015 à 18:42

La plus Peugeot des Renault ! Un clône de la 104/ Visa/ Samba/ LNA. Attention à la corrosion dévorante et en particulier, les tourelles d’amortisseurs arrières.

philippe corgié

Le 13/09/2015 à 15:49

« La 7cv du Bonheur » fut le slogan de lancement, pas un rattrapage ! L’image de la voiture évolua positivement avec le lancement de la GTL et de la TS décorée d’un striping dégradé sur l’aile AV.

Poire-Bonne

Le 16/02/2016 à 20:52

Ca été ma première voiture. Merci à Publicis dont l’incompétence sur cette campagne, m’a valu de me faire traiter de poire pendant 4 ans.

Bonne voiture, fiable, confortable et ce malgré les pneus de 145 si ma mémoire est bonne, ce qui me fait sourire aujourd’hui.

Je me rappelle aussi que dans certaines côtes, on passait de 110 à 90, malgré le pied au plancher

Daniel

Le 28/10/2016 à 16:11

Ma 2ème voiture, un pur régal : confortable et agréable à conduire, design original et zen, j’adorais son tableau de bord, c’est vrai que la rouille ne l’épargnât pas, elle me lâcha (le moteur) lors d’un long trajet du sud vers le nord, coincé dans les embouteillages, le fameux joint de culasse ne supportât pas la chaleur de ce mois d’août 1990…

Denis the Pest

Le 08/11/2016 à 13:16

j’ai gardé la mienne 7 ans, aucun souci mécanique mais la rouille envahissante! quand je m’en suis séparée, la roue de secours et le cric étaient « soudés » à la tôle par la rouille, c’est dire la qualité des aciers de l’époque!

Jacques Andlauer

Le 30/12/2016 à 18:15

J’en ai eu une entre les pattes en 1978 pendant 48 heures, le temps d’un aller-retour Lyon-Monaco pour livrer d’urgence une bande magnéto (non, pas d’internat l’époque). Empruntant la « Route Napoléon », j’ai eu beaucoup de plaisir à son volant : caisse bien suspendue, direction précise, « nervosité » comme on disait à l’époque.

Roland PASAL

Le 01/01/2017 à 18:36

A l’époque je trouvais un sacré air de famille entre la Renault 14 et la Talbot Horizon …. l’une ronde et l’autre plus anguleuse….

Bertrand

Le 06/03/2017 à 15:29

Moi, je me souviens de son moteur aux sonorités suraiguës. Chouette bagnole dont la ligne ressemble en effet à la 306 comme indiqué plus haut. Quand même qu’elle bande de c…,ces créatifs de pub.m

Laisser un commentaire