Renault 18 Break 4×4: efficace et pas chère !

Jeudi 23 juin 2016
Retour

Ma famille a toujours été plus Peugeot et Citroën que Renault (lire aussi : Ta berline est politique camarade), mais j’ai toujours eu une certaine tendresse pour la Renault 18. Surtout dans ses versions, les plus rares ou performantes, comme la 18 Turbo (lire aussi : Renault 18 Turbo) ou la 18 Break 4×4 qui nous intéresse aujourd’hui.

Oh biensûr, la Renault 18 Break dans sa version tout terrain n’impressionne pas autant qu’une 504 ou 505 Dangel (lire aussi : Peugeot 505 4×4 Dangel), avec leurs gardes-au-sol surélevées et leurs looks de baroudeuses. Pour une fois, c’est chez Renault que la sobriété et la simplicité s’affiche, et hors le petit logo 4×4 à l’arrière de ce break, rien ne le distingue au premier coup d’oeil d’une 18 break lambda. C’est d’ailleurs sans doute cette discrétion qui me plaît tant en elle.

C'est le système simple et fiable Sinpar qui équipe la R18 4x4 !
C’est le système simple et fiable Sinpar qui équipe la R18 4×4 !

Les dérivés 4×4 de véhicules Renault ne sont pas une nouveauté, la société Sinpar (qui avait aussi fabriqué la Renault 4 Plein Air pour la régie, lire aussi : Renault 4 Plein Air) développant des versions 4 roues motrices depuis la Renault 4 (puis la 12, et enfin une tentative sans succès avec la R18). Les frères Marreau avaient démontré les capacités des 4×4 au losange au Paris-Dakar, avec successivement une R4 4×4 à moteur d’Alpine, une Renault 20 4×4 puis une R18 de leur conception à moteur V6, remportant d’ailleurs l’épreuve avec la R20 (lire aussi : la Renault 20 4×4 des frères Marreau). Quant aux solutions Sinpar, fiables, économiques et robustes, elle faisait désormais partie du groupe Renault suite au rachat de la société en 1975 par Saviem, filiale de Renault.

La 18 4x4 des frères Marreau !
La 18 4×4 des frères Marreau !

Bref, au début des années 80, Renault sentant la mode du 4×4 arriver (la marque est propriétaire de Jeep aux USA, lire aussi : Jeep Cherokee XJ), se dit qu’une version tout terrain de la 18 serait intéressante, sans pour autant faire de l’ombre aux 4×4 de sa filiale américaine qu’elle distribue en France. Une solution simple, efficace et pas chère pour une clientèle de montagne par exemple, désireuse d’un outil pratique et performant.

18 4x4 02

La Renault 18 est donc lancée en avril 1983 avec les solutions Sinpar, mais produite sur les chaînes Renault. Identique à la 18 break équivalente, elle s’en distingue par son levier à côté du frein à main permettant de passer de 2 à 4 roues motrices. Sous le capot, deux 4 cylindres (un essence 1.6 de 77 ch, remplacé en 86 par un 2 litres de 110 ch, et un diesel de 2 litres et 67 ch), et pour le reste, deux finitions : GTL et GTD (puis en 86 là encore, la 4×4 TX).

18 4x4 04

Avec la 18 4×4 on ne cherche pas l’esbrouffe : en 4×2, les performances sont moyennes sur route, étant donnée la rusticité du système (pont arrière crabotable), mais en 4×4, elle se débrouille très très bien, même si on ne peut pas la comparer à ses rivales japonaises émergeant sur le marché (de vrais tout-terrain elles), ni même à la 505 Dangel.

18 4x4 03

De toute façon, la 18 4×4 arrivée tard sur le marché, ne tiendra que trois millésimes, d’avril 1983 à juin 1986. Difficile de dire le nombre d’exemplaires construits, mais sûrement pas beaucoup. La 21 qui remplacera la 18 en 1986 s’offrira un système 4×4 avec blocage de différentiel en 1988 sur se versions Nevada.

Si vous cherchez une voiture efficace et pas chère, comme dirait un célèbre assureur, alors la R18 4×4 est faite pour vous. Rare, elle a cependant le mérite de coter peu, et donc de s’offrir à vous pour une poignée de cacahuètes ! A vous de voir !

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

11 commentaires

Michel

Le 23/06/2016 à 16:20

Une rareté typique des articles BR
Chez un de mes clients, je vois une AX 4×4 dans la cours je suppose que c’est aussi une pepite issue des cerveaux du marketing des années 90

Paul

Le 23/06/2016 à 16:21

Tout à fait… très BR aussi l’AX 4×4 !

eddy123

Le 23/06/2016 à 17:37

J’adore tes articles!!
jamais vue de 18 4×4!!!
J’ai eu l’occasion d’acheter (et bêtement laissé passer) une 405 4×4 US avec cuir gris gros par choc ceintures elec etc… et bien sur la suspension pneumatique arrière…..

Gilles Noël

Le 25/12/2018 à 19:32

Bonjour si tu passe en haute Savoie je peux t en faire voir 4

Juan Pablo Arrighi

Le 23/06/2016 à 20:07

Fantastique Paul! Cette auto a été aussi fabriquée en Argentine entre 1986 et 1987, comme Renault 18 GTXII Break 4×4. (Moteur 2000). Deux unités ont disputé le Dakar 87, mais ils n’ont pas eu de grande performance (Ils ont abandonné). Apparemment environ 1600 unités ont été fabriquées

Paul

Le 23/06/2016 à 20:09

Ah merci Juan Pablo… voilà des précisions que je n’avais pas (du moins la production)… Quand tu parles de 1600 ex, c’est en Argentine seulement, ou au total ???

Jota

Le 23/06/2016 à 23:22

Pas mal de versions pour EDF dans les zones d’accès difficiles. Déjà que c’est super rare, je n’ai pas le souvenir d’en avoir déjà vu une, il ne doit pas en rester des masses. Comme beaucoup de 18 elles ont surement fini recyclées en couvercle de sèche linge.

LE-SAUX G.

Le 24/06/2016 à 10:37

Bonjour,

J’ai cherché, mais pas d’infos sur le nombre produit puisqu’elles n’ont pas de type mine spécifique, mais le type mine qui correspond à la motorisation.
Par contre, le diesel est le 2,1 litres (J8S) et le 2.0 litres essence (J6R) développait 103ch.
La TX 4×4 était à priori dispo dès le début des type 2, comme en témoigne la photo dans la boue.
Renault a longtemps présenté ces nouveaux modèles avec des plaques d’immatriculations reprenant l’année-modèle en premier chiffres (année de présentation pour les concept-car).

KRIS

Le 14/02/2018 à 19:39

Bonjour et merci pour cet article. Je roule en Renault 18 4×4 1,6 GTL chaque hiver depuis maintenant 3 ans. Je confirme que cette voiture est vraiment efficace. En plus elle offre des possibilités de chargement très pratiques quand on rabat la banquette arrière. Jusqu’ici, j’ai eu quelques frais mais rien de bien méchant. Il est encore temps de réparer, de restaurer. A l’avenir, ce sera plus compliqué et en trouver une autre en assez bon état ou en bon état sur le le marché est devenu quasiment mission impossible. J’espère la garder le plus longtemps possible et je ne vois pas par quel autre véhicule du même genre la remplacer. Les autres sont soit hors de prix (cas de certains breaks version 4×4 ou avec dispositif qui augmente les capacités sur route glissante) , soit trop gros (la plupart des cas) , soit trop petits (les derniers SAMOURAI, la Panda 4×4 ou le Jimny). La Citroën NEMO avec l’option grip serait la solution la plus abordable mais à condition d’être d’accord pour partir sur du moderne avec tous les inconvénients que ça représente à commencer là aussi par le prix.

SchiacciaGhiaccio

Le 07/03/2018 à 21:04

Le 4X4 des « quatres » saisons ? Aïe, aïe, aie, la pub…

Gilles Noël

Le 25/12/2018 à 19:37

Bonjour après avoir fait un tour d Islande par les pistes intérieures en 1990 et 1996 je peux vous dire que la voiture a été efficace avec une consommation faible malgré 5 personnes plus les bagages

Laisser un commentaire