YOUNGTIMER

Renault 21 2 Litres Turbo : à la poursuite des allemandes

Publié le mercredi 20 mars 2019.
Retour

Lancée en 1986, la Renault 21 ne fait pas vraiment rêver les collectionneurs aujourd’hui, du moins dans ses versions les plus basiques. Il faut bien l’avouer cependant, sa déclinaison sportive appelée sobrement 21 2 Litres Turbo reste dans les mémoires de bon nombre d’entre nous. Son look ravageur un poil tuning (à l’époque, ça plaisait), ses performances permettant d’aller titiller bien des allemandes et son inimitable publicité (“ABS bienzür”) ont suffit pour la faire passer à la postérité.

Depuis la formidable RS01 “yellow tea pot”, Renault a fait du turbo sa marque de fabrique. Chacune de ses voitures recevra, dans les années 80, cet accessoire sportif pour offrir à la clientèle une version performante du modèle souhaité : de la délirante Renault 5 Turbo à la véloce Renault 25 V6 Turbo, en passant par les Renault 9, 11 ou 18, il y en avait pour tous les goûts. Mais à l’époque, Renault doit affronter le renouveau des marques du groupe PSA. L’arrivée prochaine de la BX 16 soupapes et de la 405 Mi16 oblige la marque au losange à réfléchir à une 21 musclée : doit-on rester au turbo ou bien passer aux 16 soupapes ? Renault tranchera : le 2 litres “Douvrin” J7R recevra un Garrett T3 pour offrir 175 chevaux aux amateurs de sensations.

Une 21 au look spécifique

Consciente de la fadeur de sa berline familiale, la Régie va sérieusement travailler sur le style, en proposant un quasi restylage qui bénéficiera pour partie à l’ensemble de la gamme 2 ans plus tard : nouveaux phares avant, nouvelle calandre, nouveaux pare-chocs, ainsi que des jupes sportives. L’année 87 s’avère un grand cru pour l’automobile française puisque les 3 concurrentes BX 16 soupapes, Renault 21 puis 405 Mi16 sortent cette année-là, preuve que la clientèle, française du moins, souhaitait ce type de produit.

Il faut dire que jusqu’à présent, les Renault 18 Turbo, BX Sport ou 305 GTX semblaient bien ringardes et peu armées pour aller chercher les pointures de la catégories, notamment la BMW E30 dont les versions 6 cylindres étaient autrement plus valorisantes. Avec la 2 Litres Turbo, Renault cherche clairement à rattraper son retard et, à défaut de proposer un V6, réservé à la Renault 25, présente une excellente réalisation.

Une alternative crédibles aux allemandes

Suffisamment puissante pour être une alternative crédible à la M3 E30 sortie un an plus tôt et la Mercedes 190 2.3-16 lancée en 1984, la 2 Litres Turbo pousse fort au point que Renault n’hésitera pas à la mettre en scène sur autoroute allemande dans sa publicité, poursuivie par pas moins de quatre hélicoptères de la Polizei (ironie de l’histoire, la Brigade Rapide d’Intervention de la Gendarmerie adoptera la 2 Litres Turbo en 1992). Avec ses suspensions raffermies, sa tenue de route exemplaire, sa vitesse de pointe de 228 km/h, la 21 n’avait pas à rougir de la comparaison.

La Gendarmerie Nationale utilisera des R21 2 Litres Turbo pour ses BRI d’autoroutes.

Malheureusement, malgré toutes ses qualités, la 21 2 litres Turbo s’avère encore loin des standards allemands en ce qui concerne la qualité de l’accastillage. Le restylage de 1989 corrigera quelques défauts mais ses origines plébéiennes resteront rédhibitoires pour certains clients. En France, la 405 Mi16, bien que moins performante sur le papier, bénéficiera, elle, d’un physique plus flatteur et se vendra presque deux fois plus (environ 25 000 exemplaires, contre 13 781 pour la Renault).

Turbo et transmission intégrale Quadra

Pourtant, pour élargir la cible (et répondre à la 405 Mi16 x4), Renault lui adjoindra une version Quadra. Plus lourde, elle offre cependant un niveau de sécurité et une efficacité encore supérieure (même si elle perd un peu en performance). Cette dernière reçoit un arbre de transmission en fibre de verre léger, certes, mais fragile. En 1992, pour répondre aux exigences réglementaires, la 2 Litres Turbo passe au catalyseur et perd au passage 13 chevaux (pour n’en conserver que 162 seulement). En 1993, elle sera retirée du catalogue pour laisser sa place à la Laguna qui préférera se la jouer bourgeoise plutôt que sportive en optant pour un V6 en haut de sa gamme (PRV d’abord, puis ESL) plus dans l’air du temps.

La Renault 21 2 Litres Turbo Quadra est ultra efficace, mais plus lourde et moins agile.

Aujourd’hui, la Renault 21 2 Litres séduit toujours les amateurs de Youngtimers. Son look “bad boy” rappelle une époque révolue, tandis que ses performances sont toujours au rendez-vous. Malheureusement, les années passées en occasion ont laissé des traces : voiture véloce et pas chère, elle subira les affres du tuning sauvage, du swap ou de l’enthousiasme de conducteurs imprudents (attention au temps de latence du Turbo). Il faudra donc s’armer de patience pour trouver un exemplaire correct et non bidouillé. Selon LVA, la cote moyenne s’établit à 4 500 euros, mais vous devrez sans doute débourser plus pour un bel exemplaire, surtout en phase 1 ou en Quadra. Les versions catalysées sont, elles, bien moins recherchées.

Caractéristiques techniques

YOUNGTIMER

Renault 21 2 Litres Turbo

1987 - 1993

Motorisation

Motorisation 4 cylindres en ligne 8 soupapes
Cylindrée 1 995 cc
Alimentation Injection Electronique Bendix-Siemens, Turbo Garett T3
Puissance 175 ch à 5 200 trs/min
Couple 270 Nm à 3 000 trs/min

Dimensions

Longueur 4 510 mm
Largeur 1 730 mm
Hauteur 1 390 mm
Poids à vide 1 215 kg

Transmission

Roues motrices Avant
Boite de vitesses BVM à 5 rapports

Performance

Vitesse max 228 km/h
0-100 km/h 7,5s
Production 13 781 ex

Tarif

Cote 2018 (LVA) 4 500 euros

Articles associés

2 commentaires

Xavier X

Le 26/03/2019 à 05:54

Non pas une autoroute allemande, mais bien française, avec la monumentale colonne d’inspiration antique effondrée sur son côté, présente par la grâce de la contribution obligatoire des concessionnaires d’autoroute à la création artistique… Qui est donc particulièrement propice aux plans aériens de l’A72 Clermont-Ferrand – Saint-Etienne au moment de sa traversée du Forez (A72 désormais désignée A89 sur l’axe Bordeaux – Lyon).
Qui l’a parcourue une fois se rappelle pour toujours de ses virages et perspectives, notamment en saison hivernale, quand elle est enneigée, s’approchant en son point culminant des 1000m d’altitude !

BOSSERT

Le 26/05/2019 à 18:16

Vous auriez pu parler de sa carriere
En compétition supertourisme avec ragnotti.

Laisser un commentaire