Renault 25 V6 Turbo Baccara : le nec plus ultra !

Publié le dimanche 15 juin 2014.
Mis à jour le vendredi 9 novembre 2018.
Retour

Celle-là, je l’ai longtemps regardée avec envie. Elle avait tout à mes yeux : la puissance (le V6 Turbo PRV boosté à 205 ch tout de même), le luxe (la finition Baccara me paraissait bien plus haut de gamme que les cuirs noirs allemands), et la bonne nationalité (j’étais bien plus chauvin à 15 ans qu’aujourd’hui). Bref, la Renault 25 V6 Turbo Baccara.

Les version V6 Turbo n’eurent droit à leur finition Baccara qu’en 1990, et la R25 tirera sa révérence en 1992, laissant la place à la Safrane (lire aussi : Renault Safrane). Aussi, la V6 Turbo Baccara est-elle une vraie rareté puisqu’elle ne sera construite qu’à 2700 exemplaires environ. Par rapport à une 25 « normale », la Baccara apporte vraiment un niveau de raffinement jamais vu sur une française de grande série. Le concept « Baccara » qui deviendra ensuite « Initiale » est une bonne idée de Renault, qui le déclinera ensuite sur toute sa gamme afin de proposer des versions luxueuses à une clientèle exigeante.

Sur la R25, cela donne une sellerie cuir le plus souvent « havane », ou caramel appelez cela comme vous voulez, des boiseries, des fauteuils confortables et enveloppants réglables électriquement, une épaisse moquette, la clim’, une chaîne stéréo et comble du luxe, une housse de costume assortie (un détail, mais qui positionne clairement la voiture) !

Cette finition apparaît sur la R25 en 1988 à l’occasion du restylage, mais n’avait droit au début qu’au V6 atmo. Avec cette version turbo, c’est Byzance : puissance et luxe. De quoi aller à 230 km/h sur autoroute allemande « bienzur ». C’est pour remplacer ce TGV des autoroutes que Renault lança l’étude de la Safrane Biturbo (lire aussi : Safrane Biturbo) qui se vendra encore moins bien.

Il faut dire qu’avec la R25, on a affaire à la dernière grande berline française ayant connu un réel succès, avec près de 780 000 exemplaires. Certes, ce succès tenait beaucoup plus au marché français qu’à l’export, le hayon n’étant pas forcément la tasse de thé des clients européens, et à ses versions d’entrée de gamme.

Depuis, que ce soit chez Peugeot, Citroën ou Renault, les hauts de gamme (Safrane, 605, XM , puis Vel Satis , 607 ou C6) ne cessèrent de décliner. Aujourd’hui, une R25 V6 Turbo Baccara en bel état reste assez abordable eut égard à ses performances, à sa rareté et à son standing. Le vrai problème sera sûrement d’en trouver un modèle en bon état, et bien entretenu.

Articles associés

2 commentaires

Michaël

Le 15/01/2015 à 11:34

Je la regardais aussi avec envie. 😉 Terriblement séduisante.

mad

Le 08/06/2015 à 19:11

Une alternative originale et décalée… Cette débauche de cuir et de boiseries incongrues serait inimaginable de nos jours. Et pourtant, on la regarde avec nostalgie, avec bienveillance. Cette voiture est le symbole d’une époque révolue, d’une certaine « décadence » et des ses excès : un V6 « bidon » survitaminé au turbo, un luxe outrancier et tape à l’oeil… même les chinois n’oseraient plus faire ça. Moi, j’adore.

Laisser un commentaire