Renault 4S Mini : la quatrelle inconnue !

Vendredi 18 décembre 2015
Retour

Lorsqu’en 1961 sortent les Renault 3 et 4, personne n’aurait imaginé que cette dernière (la 4 hein, pas la 3 qui fit un bide, lire aussi : Renault 3), serait produite jusqu’en 1992 (et vendue jusqu’en 1994) à plus de 8 millions d’exemplaires. Elle eut bien entendu droit à une multitude de versions et de carrosseries (fourgonnette, pick up, voire même voiture de plage avec la JP4, lire aussi : Car Systeme JP4). Mais aviez-vous jamais entendu parler de la Renault 4S, ou 4 Mini ?

Mini 06

Rassurez-vous, je n’en avais pas entendu parler non plus, avant qu’un lecteur ne me la suggère, et que je trouve un excellent article à son sujet, que je vous encourage à lire : Le Petit Hergé: la Renault 4S en Uruguay. Mais alors, me direz-vous, qu’est-ce donc que cette Renault 4S (ou Mini) ? Il s’agit d’un modèle spécifique à l’Uruguay, petit pays coincé entre le géant brésilien et le géant Argentin dont il est séparé par le fleuve Uruguay et le Rio de la Plata. Ilôt hispanophone à l’extrémité d’un Brésil lusophone, c’est tout naturellement vers l’Argentine que l’Uruguay commerce, notamment en matière d’automobile.

Mini 03
Avouez que c’est rigolo de voir écrit: « pour ses 33 chevaux de force » comme argument de vente !

Renault était très présent en Argentine depuis la fin des années 50 en association (puis rachat) avec IKA (lire aussi : Ika Renault 40, Renault 12 Alpine ou bien Renault Torino). Ainsi, dans l’usine de Cordoba, on produisit dès 1963 des Renault 4 pour les marchés sud-américains.

Mini 01

Renault était bien entendu distribuée en Uruguay, d’abord par la société Enrique Abal y Cia, puis à partir de 1962 par un nouveau distributeur/assembleur, Santa Rosa Automotores. Et les patrons de cette nouvelle société eurent une idée de génie : pour pallier les droits de douane très importants sur les produits finis importés, et notamment les automobiles, ils allaient devenir un constructeur à part entière. L’astuce ? La taxe n’étant appliquée que sur les produits finis, Santa Rosa se mit alors à acheter à IKA-Renault des utilitaires en cours de montage, des châssis et des pièces détachées pour créer sa propre version de la R4 : la Mini (ou 4S).

Mini 04

Avouez que ce modèle est étonnant : une sorte de coupé 4L en somme, avec son avant identique, ses 4 places, ses deux portes avant et son arrière fuyant façon « hatchback », doté dans un premier temps d’un hayon, puis ensuite d’un coffre, la pente n’étant plus alors due qu’aux montants arrières de la voiture. Bon d’accord, la Mini 4S ressemble plus à du bricolage qu’à autre chose, et ne remportera jamais un prix de beauté, mais, sans avoir pu trouver un chiffre précis, on peut envisage que plus d’un millier d’exemplaires seront fabriqués avant que la société Santa Rosa ne se mette à faire de l’assemblage en CKD plus conventionnel (Renault 12, 18, 11, etc).

Mini 08

Malgré sa relative rareté, on en trouve encore en circulation en Uruguay aujourd’hui. Etant donné le côté très artisanal de cette voiture, faites de bric et de broc en fonction des pièces détachées disponibles, vous n’en trouverez quasiment jamais une identique à l’autre : une R4 artisanale, originale, faite à la main ou presque, donc furieusement tendance ! Ca vaudrait presque le coup d’en importer une en Europe, histoire d’épater les copains dans les rassemblements ! Allez, chiche ?

Source principale : LePetitHergé (lien dans le texte).

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

4 commentaires

Bourblas

Le 18/12/2015 à 14:58

Elle me rappelle la Citroneta Chilienne, 2cv presque pickup double cabine.

christian

Le 18/02/2016 à 05:07

bonjour il est pas engin est fabriqué dans une usine en série étaient tous les mêmes, mais le manque de pièces de rechange et d’abus de uruguayenne plusieurs fois déformés, moi avons passé un site qui est la seule personne qui a écrit l’histoire de la voiture au sérieux salutations

http://www.geocities.ws/autosuruguayos/rmini.html

Paul

Le 18/02/2016 à 09:45

Merci pour ce lien complétant fort bien l’article !

SchiacciaGhiaccio

Le 07/03/2018 à 21:13

Ma mère trouvait que la Renault 4 était la voiture la plus laide du marché. Je n’ose imaginer ce qu’elle dirait là…

Laisser un commentaire