Renault 5 Laurence, De Ville et Supercinq Auteuil : les ancêtres des Baccara

Publié le samedi 6 mai 2017.
Mis à jour le mercredi 24 octobre 2018.
Retour

Il y eut un avant et un après Renault Supercinq Baccara (lire aussi : Renault Supercinq Baccara). Lancée en 1988, elle imposait (et pour longtemps) l’idée d’une petite citadine de luxe. Pourtant, 6 ans avant, deux passionnés avaient eux aussi flairé la bonne affaire, et tentèrent d’imposer, avec leur marque Automobiles Laurence, des Renault 5 puis Supercinq « de luxe » : la Laurence (R5), De Ville (R5 Société) puis l’Auteuil (Supercinq), prémices de ce que deviendrait la Baccara.

C’est en août 1982 que ces deux amis, Alain Rolland et Philippe Lamirault (ancien directeur commercial chez Renault justement) décide de développer une version huppée de la petite 5, persuadés qu’il existe une clientèle dans les beaux quartiers, prête à débourser un peu plus cher pour rouler dans une petite voiture un peu plus exclusive, à la hauteur de leur rang. La société est créée en 1983, avec son siège social rue Mademoiselle, dans le 15ème arrondissement de Paris, et des ateliers situés à La Garenne-Colombes.

Sans offrir à Laurence la force de son réseau commercial, la Régie Renault (grâce aux relations de Lamirault) va regarder d’un œil bienveillant (et intéressé?) le travail des deux compères. Il n’y aura aucune modification moteur et l’ensemble mécanique restera toujours strictement Renault (même s’il était possible d’opter pour tel ou tel moteur de la gamme, notamment le moteur de la R5 Alpine Turbo, puisque les modifications s’effectuaient sur tous les modèles). Il s’agit avant tout d’une transformation esthétique réalisée après la fabrication du modèle.

Première modification d’importance : l’adoption du pare-choc et de la face avant de la Renault Le Car (lire aussi : Renault Le Car), une façon rapide et aisée de modifier l’allure de la voiture sans investissements. En revanche, la carrosserie va être particulièrement travaillée chez Chausson, à Gennevilliers : ponçage, travail au marteau à planer, peinture spécifique métallisée, vernis, traitement anti-corrosion, rien n’est trop beau pour la petire Laurence. A l’intérieur la transformation est elle aussi radicale : les sièges issus de la Turbo 2 à l’avant sont garnis de cuir Connolly (comme le tableau de bord et les accoudoirs), instrumentation Jaeger, volant Motolita, chaîne stéréo Alpine, toit ouvrant, ordinateur de bord. Largement de quoi satisfaire une clientèle exigeante.

Une version dite De Ville va aussi être proposée : il s’agit d’une R5 Société modifiée à l’identique de sa sœur 4 place, mais offrant seulement 2 places et un coffrage en bois à l’arrière cachant un vaste coffre. L’objectif était de séduire des sociétés de luxe désireuses de disposer un petit véhicule de livraison en accord avec leur standing. La société ne proposait qu’un 1100 cm3 mais il était possible, chez Laurence, de choisir un autre moteur de la gamme R5. Ce modèle coûtait 82 000 F (modification + prix de la voiture compris).

Cette première Laurence sera vendue au compte goutte entre 1983 et 1984. Sans réseau commercial, et avec un prix relativement élevé, difficile de faire un tabac. Avec l’arrivée de la Supercinq en 1984, les Automobiles Laurence vont devoir s’adapter et proposer leur vision « luxueuse » du nouveau modèle. Cette fois-ci, les deux amis vont s’appuyer sur un distributeur « du cru », situé au cœur des beaux quartiers : la succursale Renault de la rue de la Pompe, dans le très chic XVIème arrondissement.

Bien que située à La muette, entre Passy et Auteuil, c’est ce dernier nom qui sera choisi pour la Supercinq Laurence : un nom parfaitement identifiable dans le domaine du luxe. Là encore, la transformation s’opère sur tous les modèles de la gamme, de la 2 portes GTL (74 900 francs) jusqu’à la GT Turbo (98 000 francs). Contrairement à la première Laurence, l’Auteuil ne reçoit pas de modifications esthétiques comme le pare-chocs, mais reçoit une décoration spécifique (le plus souvent noire à liseré rouge), des logos Laurence sur les côté, une sellerie cuir ou Alcantara au choix du client, un toit ouvrant, et des jantes alu. Si la réalisation est soignée, la réussite ne sera pas non plus au rendez-vous, avec une poignée de véhicules transformés. D’autres projets seront étudiés chez Laurence avant de jeter l’éponge : des 9 et 11 recevant le même traitement, ainsi que l’Espace et la 25 – il semblerait que ces deux derniers projets n’aient été que des intentions.

Laurence proposait aussi ses modifications sur les 9 et les 11

Malgré le relatif insuccès des Laurence, il y a fort à parier qu’on ait regardé avec attention, chez Renault, les activités de cette petite firme, initiant finalement la Supercinq Baccara et ses descendantes. En tout cas, rester à l’écoute du marché, il se peut que de temps en temps un exemplaires ressortent dans les petites annonces. Dans le même genre, Lecoq avait proposé, quelques années plus tard, une version luxueuse en série limitée de la Twingo (lire aussi : Renault Twingo Lecoq).

D’autres informations sur les Laurence :

La Renault 5 Laurence sur L’Automobile Ancienne

La Renault Super 5 Auteuil sur l’Automobile Ancienne

La Renault 5 Laurence sur Renault-5.net

Merci à Eddy123 pour la photo de la Renault 9 Laurence

Articles associés

12 commentaires

Eddy123

Le 06/05/2017 à 14:07

J’ai la photo d’une r9 Laurence avec comme la 5 la calandre US.
Et des rétros déporté des Alpine 310 de mémoire. ..

Paul

Le 06/05/2017 à 14:23

Ah intéressant… n’hésite pas à me l’envoyer par mail boitierrouge17@gmail.com

Paul

Le 06/05/2017 à 14:23

Peux tu me l’envoyer par mail ? boitierrouge17@gmail.com

Eddy123

Le 07/05/2017 à 08:51

Volontiers, mais on doit facilement les trouver sur le net…

Patrick

Le 07/05/2017 à 09:42

Elles ont un quelque chose de particulièrement … vulgaire.

Pauvres 5.

lelillois

Le 07/05/2017 à 11:30

Les jantes alu de la « Supercinq » me rappellent un autre modèle de la gamme Renault, mais je ne parviens pas à me souvenir lequel.

nicolas

Le 07/05/2017 à 12:39

Bonjour, période de la mode des jantes à croisillon (Tagora SX, R30 TX….)

Vincent

Le 07/05/2017 à 19:20

Avec la 9, sa calandre peinte et ses phares jaunes donneraient -presque -l’illusion de voir une Maserati (sic)

Paul

Le 07/05/2017 à 19:22

Merde je me suis dis la même chose, et j’ai pas osé l’écrire ahahah… Toute une époque des doubles phares carrés 😉

Eddy123

Le 07/05/2017 à 22:56

De plus , l’Alliance à une calandre beaucoup plus fine que pour la 11 (double optiques ).. Plus qualitatif. .
Je me demande si la Laurence avait aussi le Losange US. .

Heathcliff

Le 07/05/2017 à 21:43

J’adore le charabia en Anglais avec plein de fautes dans la documentation. On se croirait au Japon!

Sam

Le 09/05/2017 à 01:49

Renault a sorti en 88/89 une r25 auteuil , un modèle bas de gamme si mes souvenirs sont bons..

Laisser un commentaire