Renault 6 : la besogneuse !

Dimanche 29 juin 2014
Retour

La Renault 6 a toujours été pour moi un mystère. Dans ma campagne berrichonne, où je passais mes week ends et vacances, j’en croisais sans arrêt au début des années 80. Son look si pauvre, ni rétro ni moderne, sans aucun sex appeal, n’empêcha pas (je ne l’appris qu’après) la R6 de rencontrer le succès à l’ombre de ses sœurs plus modernes ou plus emblématiques que furent les R4 ou R5.

Le prototype (P118) de la Renault 6

La R6, c’est un peu la discrète, la besogneuse, celle en laquelle on ne croit pas mais qui malgré tout fait son bonhomme de chemin. C’est un peu l’enfant aux talents bien cachés qui finit par réussir à force de ténacité. Lancée en 1968, elle est à des années lumières de la révolution de la jeunesse qui naît en même temps qu’elle.

En vérité, elle n’a rien d’une révolutionnaire (malgré son hayon qui devient la marque de fabrique de Renault). La R6, c’est une voiture moyenne, de moyenne gamme, pour classe moyenne. Et contre toute attente, ça marche : entre 1968 et 1980, date de l’arrêt de sa production, ce sont pas moins de 1,7 millions d’exemplaires produits. Et cela alors que Renault ne fera jamais de grands efforts pour la vendre. Cette super 4L n’aura jamais l’aura de sa petite sœur, mais soyons honnête : pour une voiture sans vrai concept (si ce n’est sa place dans la gamme Renault), qui n’évolua jamais vraiment, et plutôt délaissée par les commerciaux de la marque au Losange, le score de vente est plutôt pas mal.

Alors bien sûr, la R6 n’aura pas marqué l’histoire de l’automobile, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais fut-elle un échec pour la Régie ? Sûrement pas. Pourtant, malgré son succès la R6 a petit à petit disparu de nos routes : pas assez intéressante pour survivre aux différentes primes à la casse qui se sont succédées.

Surtout, la R6 c’est un retour en enfance (à mon enfance), celle où les nationales étaient encore des axes de voyage, celle où l’on en voyait passer dans les chemins vicinaux, conduites par l’agriculteur du coin séduit par la robustesse et la simplicité de cette berline décidément très rurale (sans péjoration). Si les R4 et R5 trouvèrent un public citadin, la R6 se cantonna essentiellement au monde rural, plus conservateur.

Aujourd’hui, on peut se payer un petit peu de nostalgie de ces années 70 pour une poignée d’euros, avec un maximum de 1500 euros pour un exemplaire en très bon état. Parfois je me demande si je ne me paierais pas ce petit plaisir. Parce que franchement, aujourd’hui, la R6 est tellement décalée qu’elle semble presque « classe ».

Lire aussi: Renault 14

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

7 commentaires

L'Ornithorynque

Le 16/01/2015 à 13:49

Mini 16 ! Pour le confort, et par rapport à la 4 – un 1100 de 45 CV. Impersonnelle ou parfait mélange entre 4 et 16?

Paul

Le 16/01/2015 à 13:51

J’oserai le « parfait mélange entre 4 et 16 » 😉

L'Ornithorynque

Le 16/01/2015 à 13:52

Ne lui manquait que la boîte 5 (des 5 GTL qui avaient le même moteur).

🙂

mad

Le 03/06/2015 à 15:12

Pour la petite histoire, Louis de Funes, immortalisé à l’écran au volant de DS, Jaguar, Méhari et autres voitures toutes aussi courues les unes que les autres, roulait au quotidien dans une… Renault 6 ! Une voiture à l’image brouillée mais non dénuée de qualités : un compromis interessant entre la rusticité de la R4, un bon volume utile (chassis R4F6), un plancher plat et une aptitude acceptable à faire de la route. Un « outil » polyvalent et increvable, et à mon avis pas plus moche qu’une R12.

Olivier

Le 29/07/2015 à 16:20

C’est vrai que c’était une drôle de bagnole. Moi, je l’aimais bien. J’ai l’impression aujourd’hui que tous mes papis, mamis, grande-tantes et grand-oncles de l’époque en avait une. Enfin, bon, même si elle a le swag, elle est quand même très très fade…

Renaud

Le 30/12/2016 à 10:45

Mes parents ont toujours été très Renault. Ma mère roulait en R5 une fois le permis en poche, puis en 1988 à ma naissance, elle a bifurqué vers une Renault 21 Nevada (puis une R19). Mon père, ouvrier à Vitry sur Seine, passa le permis sur le tard, et revendit son fidèle Solex pour une R6, qui à l’époque tenait plus de l’occasion relativement vieillotte plutôt que de la « youngtimer ». Il la garda peu de temps, mais c’est celle dont je retiens le souvenir le plus marquant !

Tout m’intriguait, ça forme, originale comparée à la circulation de l’époque, l’intérieur beige-marron et le tableau de bord qui, comparé à la R21, me donnait l’impression d’être remonté à la préhistoire ! Mais inconsciemment, je pense que c’est elle qui m’a fait aimer les voitures retro et originales, parce que même dans mon enfance, elle dénotait complétement et m’évoquait cette sympathie pour les choses hors d’âge, mais remplie d’anecdotes et d’histoires.

Philippe

Le 08/08/2017 à 12:43

Ma première voiture,

Nous avons fait en 1981 Rennes-Istanbul aller-retour, sans ennui, excepté une crevaison en Grèce. Je me souviens de sa conduite facile, de ses sièges en skaï confortables. Elle avait 180 000 Km lorsque la chaîne de distribution a cassé, et je l’ai laissé à regrets.

Laisser un commentaire