Renault Clio 1 1.9D : la solution contre la sur-vitesse

Mardi 19 décembre 2017
Retour

Il faut parfois puiser dans son quotidien pour trouver la solution au problème de la vitesse au volant. C’est en constatant le problème d’embrayage de la Citroën C5 de ma mère (lire aussi : Citroën C5 1 phase 2) et en l’emmenant chez mon garagiste que j’ai eu la joie de rencontrer la Clio 1 1.9D en voiture de prêt. Une voiture « qu’elle est bien pour dépanner » mais aussi qui procure des sensations disparues aujourd’hui : la joie de rouler, tout simplement.

Lorsque mon garagiste m’invita à poser mon séant dans ladite Clio, j’ai tout de suite compris que j’allais rouler autrement, selon le principe de Boîtier Rouge : une expérience sensorielle et temporelle inédite. Si rouler avec des anciennes est pour moi assez courant, tout comme avec des modernes dernier cri, il est pourtant rare de me retrouver dans un bas de gamme entre deux âges à la motorisation agricole et sans intérêt pour la collection (du moins pour le moment). Certes, la Clio 1 me fait de l’oeil régulièrement, soit avec ses versions les plus évidentes (Clio 16S, Williams, Baccara), soit avec des versions moins connues mais plaisantes (Clio S ou RSI), mais, vous vous en doutez, la 1.9D n’a jamais fait partie de mon Panthéon automobile.

Et pourtant, dès le premier mètre avec ma Clio, sans même avoir à brancher le convecteur temporel, je fus projeté dans un autre monde et un autre temps. Temps de préchauffage, contact, et la voiture toute entière se mettait à vibrer au rythme de la mécanique atmosphérique, un teuf teuf de diesel comme on n’en entend plus aujourd’hui : une voiture qui donne l’impression d’aller vite même à l’arrêt, ça n’existe plus ! Pour éliminer la sensation de vibration, rien de tel que de donner un peu de vitesse à la voiture. Première enclenchée, je commence à manoeuvrer… Et là, surprise : pas de direction assistée, comme avant. Là où d’autres auraient pleurer, je jubile : je vais enfin avoir des biscotos.

Une fois extirpée du parking hétéroclite et encombré de mon petit garagiste, me voilà parti pour l’aventure. Le 1.9D fait, paraît-il, 65 chevaux : c’est plus que les 1.1 et 1.2 Cléon-Fonte de 10 à 15 chevaux, et toujours mieux de 5 cannassons que le 1.2 Energy. Et pourtant, avant même d’avoir passé la seconde, on se demande dans quel box ils se sont rangés, peinards, au calme et au chaud. Même en 2, le manque de pêche est effroyable, tandis qu’en 3, la voiture semble vouloir se mouvoir enfin… Là encore, ceux qui s’en offusqueraient n’auraient rien compris à la voiture, car de mon côté ma banane commence à se voir au travers du pare-brise. Je n’ai pas encore atteint les 50 km/h que l’impression de sur-vitesse me prend et m’incite à être prudent, d’autant qu’au premier freinage, je comprends que ma petite Clio ne s’arrêtera pas aussi facilement. Il me faut un temps d’adaptation, sortant de deux essais « sportifs », la Volkswagen Polo GTI et l’Alpine A110.

Une fois les freins apprivoisés, et la direction devenant plus légère à mesure que la vitesse monte (lentement), je commence à comprendre pourquoi cette voiture me plaît : elle est basique, n’a pas la fermeture centralisée, vibre de toutes ses pièces au point que le radio à K7 s’avère inutile, mais engagé sur la départementale, j’ai déjà l’impression d’aller très très vite… jusqu’à ce que je me fasse rapidement doubler : en regardant mon compteur, je m’aperçois n’être pas encore à 90 km/h. Et c’est alors que le flash se fit en moi : la Clio 1.9D devrait être obligatoire, évitant de coûteux changement de panneaux de limitation de vitesse à 80 au lieu de 90. Je comprends en effet que même pour atteindre la future nouvelle limite, il me faudra être bien lancé, et surtout pas en côte ou dans des virages.

La Clio 1.9D n’empêchera pas l’alcool au volant, et ses éléments de sécurité active ou passive ne sauveront pas beaucoup de vies, mais elle calmera les velléités de bien de jeunes ou vieux permis. Avec des sensations garanties des les basses vitesses, elle redonnera goût au voyage tout en relançant le marché des boules Quies ! Pas de bluetooth, pas d’écran multimédia, le retour à l’essentiel, l’obligation d’apprendre à lire une carte d’état major et de se repérer dans l’espace, le besoin constant de relancer la mécanique et de surveiller ses arrières, de bien anticiper ses changements de cap, autant d’éléments qui amélioreront l’attention au volant. Un créneau devient une aventure, le respect des distances de sécurité une évidence, la vitesse un paramètre plus qu’un objectif, la direction non assistée une source d’économie (adieu l’abonnement à la salle de sport).

« Certes, me direz-vous, mais tu oublies les émissions de gaz nocifs ». En effet, mais produire une nouvelle voiture en rejette tellement qu’une 1.9D amortie par les années en deviendrait plus écologique, à tel point que je me demande si Madame Hidalgo n’aurait pas du interdire les centres-villes à toute voiture produite après 1998 ! La 1.9D de mon garagiste, avec ses 300 000 au compteur et ses 25 ans d’âge, est un acte militant, un symbole de la décroissance !

A son volant, je me faisais la réflexion suivante : et si la Clio 1.9D était un collector ? L’espèce est menacée, puisque peu collectionnée et sans véritable valeur vénale ou sentimentale, et surtout, elle est le symbole d’une époque où l’économie apportée par le diesel supplantait toute idée de performance, le parfait reflet d’une époque encore transitoire, précédant de peu le tout diesel aussi idiot que le tout électrique. Elle apportait une solution (parmi d’autres) à la recherche de l’économie, solution qui, avec le temps, s’avère aussi une solution presque écologique. Une solution qui s’avère aussi une réponse à la sur-vitesse, puisque malgré une vitesse maxi annoncée à 160 km/h, atteindre les 130 demande une bonne bande d’autoroute et quelques kilomètres.

Vous l’aurez compris, j’exagère un peu : la sécurité routière ou l’écologie n’ont pas vraiment besoin de la Clio 1.9D, mais voilà, cette petite voiture du 20ème siècle est propice à la réflexion, et m’emporte loin, même si c’est lentement. A 70 ou 80 sur une départemental, on a le temps de voir venir, et d’imaginer ce que serait un monde qui marcherait moins vite. La pensée m’emmène de la sécurité routière à l’écologie, puis au monde de la collection. Oui c’est Clio est bel et bien collector, car sans même être une madeleine de Proust (je n’ai que très peu de souvenirs perso en Clio), elle m’a rappelé que le voyage temporelle ne nécessitait pas de De Lorean.

NDLR : les photos d’illustration montrent une Clio RN a priori essence (1.1 ou 1.2), et non une 1.9D, introuvable en archive ou sur des photos propres.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

70 commentaires

BX19D

Le 19/12/2017 à 14:46

Pour le côté écologique , il suffit de la faire rouler à l’huile végétale :p

Une fois ce critère rempli , la clio 1.9D devient la parfaite voiture du 21e siecle !

J’y préfère cependant ma BX 1.9D qui en plus d’être elle aussi une voiture parfaite pour 21e siècle , rajoute une dose de confort à l’équation 😉

Docteur_Oliv

Le 19/12/2017 à 15:07

et la BX ( GTi ) sera plus saine en grandes courbes !
Sans oublier les départs en vacances avec les 3 Mioches

gilles

Le 19/12/2017 à 14:49

tout à fait d’accord pour la BX 1.9D, depuis que je l’ai trouvée par hasard, je ne la quitte plus !!

Docteur_Oliv

Le 19/12/2017 à 15:09

Pour revenir aux Clio, une Clio 2 Diesel c’est sûr QU’aller au Mans c’est déjà une punition compris pour les oreilles.

philippe

Le 19/12/2017 à 15:14

C’est moins coûteux qu’une Jaguar Mk2 2.4L mais côté direction et pêche c’est équivalent 🙂 Le son est malgré tout plus agréable avec le 6 en ligne mais pas l’effet n’est pas le même à la pompe.

Antoine

Le 19/12/2017 à 15:20

Tellement vrai. Pour ma part je pratique régulièrement le retour à l’utilitaire essentiel basique en Ami 8 break. Quel plaisir jubilatoire de rouler pied dedans et à tombeau ouvert (mais pas le pied dans la tombe non plus…) en narguant la maréchaussée et ses représentants électroniques.
Pas besoin de radio, pas besoin de Bluetooth, on lit les panneaux, on évite l’autoroute, on anticipe les faux plats, on calcule les descentes, on caresse l’accélérateur dans l’espoir d’utiliser au mieux la moindre gouttelette d’essence tout en guettant le cliquetis, on effraie les piétons imprudents en ignorant les ralentisseurs, on se retient au volant en prenant les rond points avec un maximum d’angle (et on essaie de mettre le genoux par terre, comme en moto mais à l’opposé).
Bref on fait 10 bornes à fond, sans craindre pour son permis, avec la banane à la sortie, l’envie de refaire un tour de manège et l’esprit libre dépollué de CO2 puisqu’à part quelques imbrulés cancerigènes, ces vieilles autos légères et de faibles cylindrées sont des petits chameaux.
Bref l’avenir se trouve dans le retour à l’essentiel même de la notion utilitaire du déplacement individuel motorisé !
Vive la République, Vive la France, Vive les C15 et consorts ! 😉

Paul

Le 19/12/2017 à 15:23

ta description est tellement vraie que je t’imaginais tiens !

Grégory Lopez

Le 19/12/2017 à 17:21

L’AMI 8 est une voiture parfaite, je confirme.

Docteur_Oliv

Le 19/12/2017 à 17:27

Le vrai plus technique de l’AMI 8 : Les freins AV à Disque (étriers double pistons) et INBOARD !

Antoine

Le 19/12/2017 à 19:41

Enfin des gens qui me comprennent !!
L’AMI 8 est une des meilleures voitures au monde ; tout simplement.
Et en plus elle est recyclable en poulailler puis biodégradable… une auto carrément en avance sur son millénaire !
Paul, il va falloir te fendre d’un article garanti hilarant sur MAmi8… Une auto de connoisseurs… 😉

Quentin R.

Le 19/12/2017 à 21:57

Je suis tout à fait d’accord! Je possède moi-même une berline de 1969 et j’adore cette bagnole. Bien qu’elle ne roule pas en ce moment, j’espère lui faire reprendre la route rapidement… Largement suffisant pour voyager sur les nationales à travers la France et au-delà… J’aimerais essayé de proposer un article sur le sujet à Paul dans les semaines qui viennent…

Dodds

Le 19/12/2017 à 22:37

Merci … je viens de revivre des sensations vécues dans un passé lointain au volant d’une AMI 6 Club break .. Celle-avec les optiques doubles, la moquette au plancher, les dossiers de sièges rabattables et l’autoradio spécifique, intégré dans la planche de bord..
Cadeau de mon beau-père qui venait de faire effectuer l’échange standard du moteur, impossible de lui faire prendre plus de 80 au compteur .. Quand aux côtes, c’était un calvaire .. Il a fallu des centaines de kilomètres pour que le moteur se rode .. et que la boite devienne de plus en plus dure, jusqu’à découvrir un beau jour qu’elles était vide d’huile .. le mécano qui avait remplacé le moteur avait oublié d’en remettre …

Docteur_Oliv

Le 20/12/2017 à 09:52

Les doubles optiques, très souvent conversion MORETTE, c’est la classe !
PS : DODDS c’est un hommage à John DODDS pilote Moto Anglais des années 70 ?

Eddy123

Le 21/12/2017 à 09:14

J adorais les Mirettes de ma BX.

Docteur_Oliv

Le 21/12/2017 à 09:30

Ouais… mais je viens de voir un article les Motos Moches et c’est ce genre d’optique sur la MUNCH MAMMUTH également conduite par DEPARDIEU

Tim

Le 19/12/2017 à 15:33

Ca me rappel ma vieille Hyundai Pony mk3 de 1997!!! Une petite berline sans direction assisté, un moteur essence anemique, et des pneus de twingo (donc une tenue de route aleatoire surtout sur le mouillé)… Avec cette sensation de passer le mur du son a 130 !!! Bien loin de ma 9-3… Mais que de souvenirs !!! Une vrai voiture BR aussi…

Nicolas

Le 19/12/2017 à 15:40

Et bah moi, j’ai d’excellents souvenirs de la Clio 1 1.9D de ma mère, dont je me servais abondamment (enfin quand je pouvais), tellement elle me paraissait luxueuse par rapport à ma propre voiture (enfin si on peut appeler ça une voiture). Faut dire aussi que pendant ce temps-là, moi je roulais en Fiat Panda 750L.
Un des derniers millésimes (1997), donc avec les deux avant en amande et le 3ème feu stop, dans une série limitée « Oasis », vert métallisé. Les vitres électriques et la condamnation centralisée, j’y avais droit, et certes ce n’était pas un foudre de guerre, mais elle permettait quand même de rouler confortablement à 130 sur autoroute (je me souviens même d’une petite pointe à 160, mais en descente, faut pas pousser quand même). On a tous oublié à quel point les diesel atmo étaient poussifs, mais ça faisait le job…

Paul

Le 19/12/2017 à 15:43

Nicolas, as-tu remarqué que j’en parlais justement avec tendresse ? 😉

Dodds

Le 19/12/2017 à 22:54

 » les diesel atmo étaient poussifs.. » Pour avoir possédé un des première Xsara en 1,9D, je confirme le terme de « poussif » .. Pas question d’entreprendre un dépassement sans avoir murement calculé son coup et … déconnecté la clim. Cette voiture ramait tellement que j’étais convaincu qu’il y avait un problème dans le moteur … même des 5R de base me grattaient aux feux.
A l’époque j’ai dû passer 3 ou 4 fois à la concession pour qu’on trouve ce qui n’allait pas. Il a fallu que j’essaye la VTS avec le 1,9TD pour comprendre…

beniot9888

Le 29/12/2017 à 00:13

J’ai eu une Oasis aussi ! En première voiture. Une 1,2 L essence. L’Oasis donnait dans l’opulence apparente : verrouillage centralisé à distance, vitres électriques teintées, pare choc peints… Mais elle cachait son jeu, elle était en fait très basique. Pas de compte tour, pas de direction assistée, des sièges économiques dérivés de ceux de la Twingo…

J’adorerais la reconduire. Pour les plaisirs décrits plus haut, et aussi pour mesurer le chemin parcouru.

Ruddy

Le 19/12/2017 à 16:37

Bien qu’il s’agisse d’une clio, je me retrouve complètement dans cet article.

J’ai parfois l’impression de conduire un low rider pour ma part 🙂

Vincent

Le 19/12/2017 à 16:45

Il faut se rappeler qu’au moment de sa sortie les performances étaient louées par les journalistes !!! Et oui elle était plus performante qu’une 205 ou une supercinq diesel !!!

Marc

Le 19/12/2017 à 16:49

C’est la question que je me posais depuis 14 ans, l’obtention de mon permis et l’achat de ma 1ère voiture, une 306xnd de 1993, ZERO option, 64cv diesel (mais qui ont malgré tout suffit pour doubler des milliers de voitures, même en montagne), jamais entretenue, jamais un souci, mais finalement revendue pour pièces en début d’année, approchant les 300mkm et ayant une proposition de mon papi de lui racheter la même mais de 99, essence et full options pour pas bcp plus cher que ce que devait me coûter un proche changement de distrution après 14 ans et 150mkm avec le même. Finalement, un gros avantage, je vais pouvoir aller bosser avec ma vignette crit air 3, là où j’aurai été exclu avec un diesel 93, pourtant sobre à souhait (le plein, 60l sur la 306, me permettait toujours de dépasser les 1 000km, so je faisais pas trop de montagne). La voiture économique par définition… Petite nostalgie…

quentin

Le 19/12/2017 à 17:12

Je suis bien content que tu fasses un article sur cette voiture, car pour moi par contre c’est une vraie madeleine de Proust ! C’est sur un de ces monstres tout droit échappé d’une spéciale de rallye (avec ses bandes décoratives « Renault Service ») que j’ai appris à conduire quand j’étais môme (« ça y est, tu le sens le point de patinage ? »). Évidemment, le manque de puissance était alors le cadet de mes soucis… Concernant l’écologie, on peut estimer que la production d’une voiture, étalée sur 200 000 km, représente 25g/km pour 1 tonne (le double pour une élec). Donc si on achète une voiture neuve avec un gain en CO2 suffisant, on y gagne un peu. Le problème, c’est que l’embourgeoisement des voitures grève le poids et la conso. Et que l’aluminium utilisé de plus en plus pour compenser est 5 fois plus polluant à la production. Voilà ce que le malus écologique devrait aussi pénaliser !

Jota

Le 19/12/2017 à 21:27

Je partage a peu près le même souvenir.
Sauf que c’était un Express mais lui aussi équipé du D65!

Damien

Le 19/12/2017 à 17:13

« elle est le symbole d’une époque où l’économie apportée par le diesel supplantait toute idée de performance, le parfait reflet d’une époque encore transitoire, précédant de peu le tout diesel »

Le parfait résumé !

Comme tous les copains, je suis passé des 205/golf GTI aux clio 1.9D/golf 3 tdi au début des années 2000…

Germain

Le 19/12/2017 à 17:35

Cet article a le mérite de revenir à l’essentiel, on voudrait tous une voiture plus cool, luxueuse, sportive ou autre mais avant ça on s’est tous ou presque retrouvé à rêver d’avoir une voiture quel qu’elle soit. Quand on grandit dans un bled de province, qu’on va au lycée dans une ville moyenne à 25km de chez soit, qu’on a 3km à pied de chez soit à la gare, 5km à pied de l’autre gare jusqu’au lycée, avec la pluie, le froid, la neige, les bagnoles qui manquent de vous renverser parce vous marchez sur une départementale, que vous perdez 2h le matin, 3h le soir alors qu’en voiture y a pour 20 minutes par la nationale, là vous en revez de la clio 1.9d. Vous marchez, vous souffrez et vous geulez « je veux une bagnole, avec un siège, du chauffage et la radio, et vous enviez le mec de votre classe qui a eu son permis du premier coup et qui a sa clio 1,9d et les moyens de mettre du gasoil

Paul

Le 19/12/2017 à 17:39

Marrant car c’est aussi le sentiment que j’ai eu en prenant le volant: la C5 en réparation, la Saab elle aussi indisponible car remisée, les courses de Noël à faire, le froid et la pluie, les courses même tout court, un semblant de vie sociale à avoir, la Clio 1.9D tombait à point nommé comme voiture de courtoisie… Cela dit j’ai de la chance, lors de ma dernière et seule panne avec la Saab, on m’avait filé une Supercinq vraiment rincée, avec un pommeau de BMV marqué 5 vitesses… j’ai longtemps cherché la 5ème, avant de comprendre qu’en fait c’était un pommeau rajouté et une 4 vitesses 😉 En tout cas, j’apprécie cette Clio 1.9D (encore garée devant chez moi) pour ce qu’elle est: un truc qui me dépanne bien, tout en m’offrant un petit retour en arrière !

Jota

Le 19/12/2017 à 21:25

Je pense que pour beaucoup (surtout le mec qui s’en fiche) ce côté nécessaire de l’automobile est oublié depuis longtemps et la corvée que cet objet représente de nos jours n’arrange pas les choses.

Benjamin

Le 19/12/2017 à 18:21

Des photos de Clio 1.9D, j’en ai plein : ça a été ma première voiture, durant plus de 11 ans ! Ma madeleine de Proust à moi… Bon, j’avoue que que j’ai acheté une 1.8ie, c’était un autre monde 😀

Les échos d'un trou à rats

Le 19/12/2017 à 19:22

Ton dernier paragraphe sur l’écologie, t’es dans le vrai à un point presque hors de propos, j’avais partagé un de tes articles sur la mercedes 190 à moteur moderne, la solution c’est le vieux pas le neuf surtout pour renault.

Continue

Sam

Le 19/12/2017 à 19:35

Super article comme d’habitude Paul. Mon petit garagiste Renault en avait 2 qu’il prêtait aux clients, j’aimais bien la jauge ne bougeait quasiment pas, si tu ne roulais pas trop presque pas besoin de remettre du gasoil… mais qu’arrive t il à la Saab? Elle est remisée c’est-à-dire?

Eddy123

Le 19/12/2017 à 19:43

Ke te béni Paul, excellent article, très frais et vrai.
De plus cela fait longtemps que je dis que les auto de 20 ans sont forcément de moi n en moins polluentes.. 🙂
Avant de rencontrer ma femme j’avais jamais acheté une auto plus vieille que 1991..
J’adore ta Clio, mais j’aime le confort, je reste avec ma Chevrolet Citation de 1980 avec la direction assistée, vitres Elec, et régulateur de vitesse….

SRDT

Le 19/12/2017 à 21:01

L’an dernier j’en ai eu une essence de courtoisie pour la journée ; la clio ne me « parle » pas en tant que modèle mais en entendant chanter la distri d’un cléon fatigué j’ai à nouveau 10 ans.

Jean-Philippe Thery

Le 19/12/2017 à 21:03

Et pourtant… A l’époque, la Clio 1.9D était considérée comme performante dans la catégorie, et « enfumait » ses rivales!
Je l’ai pratiquée un certain temps, à raison de 400 km/jour. Ce fût il est vrai ma première voiture, mais elle m’a laissé une certaine impression de vivacité. Autre époque, autres références! En tout cas, je l’ai largement sollicitée, inconscience post-adolescente aidant, jusqu’à lui faire effectuer un 360° sur route ouverte, heureusement sans autre conséquence qu’une grosse sueur.
Aujourd’hui? Une belle suédoise d’âge mûr mais pas trop: Une Volvo S60 2.0T première génération, plutôt rare à Rio de Janeiro, où je réside. Un avion de chasse, comparée a la clio 1.9D!

Francis

Le 19/12/2017 à 22:53

C’ est bien, RIO ? !

Francis.

A Maurice.

Jean tlemane

Le 19/12/2017 à 22:03

Combien sommes nous à avoir passé notre permis sur une Clio 1.9D sans DA?

Francis

Le 19/12/2017 à 22:12

J’ ai bien aimé cet exercice de style !
Pour moi, une telle voiture est un enfer !
Sa sécurité active est si mauvaise que ça me fait peur et que je renonce vite à la conduire !

A propos de ton article sur la nouvelle Alpine : Connais-tu le livre de Jean Francis Held ( Agrégé de philosophie ) qui a consacré , à l’ époque,un chapitre de son livre  » Je conduis pour vous  » à la première A110 :  » PASSADE EN ALPINE  » ? ! ? !

J’ avais fait une expérience similaire avec une autre sportive, une nuit !
J’ étais jeune, c’ était ( C’ est toujours, mais avec quelques années de plus ! ) ma passion… et ça m’ avait marqué ! ! !

Le reste du livre n’ était pas mal non plus !

Cordialement !

Francis ( 71 ans )

Vincent

Le 19/12/2017 à 23:09

Pour moi ,cette génération de voitures diesel avaient un paradoxe.Elles procuraient un certain plaisir.
Ô non pas celui de performances grisantes, d’un plaisir et d’un agrément indéniable.Assurément non.
Mais celui de ne jamais stresser ton compte en banque.Et celui la est quand même sacrément jouissif.
J’ai beau avoir possèdé ou avoir été attiré par des modèles plus performants ou confortables, avoir du cuir, une clim auto et le double de chevaux, me manque des fois la satisfaction de ne pas avoir peur que la moindre bricole craque, me laisseau bord de la route et coute un bras, que l’idée de changer un train de pneus me fasse tiquer, la moindre rayure également.
L’on dit généralement, une gti ou une jag’ pour exemple, ça coute cher au quotidien, mais c’est ça le plaisir auto.
Pour moi ,ces voitures raison zéro stress, c’était aussi un plaisir,sous une autre forme.Pour moi (grand luxe) une 206 1.9d vert « grillage » et son penchant moto, la 600 diversion ’94 (même schéma):Pas de noblesse,pas de passion , que l’essentiel pointA-point B.
C’est tout ce qu’on leur demande, et elles nous le rendent sans jamais faillir.

Paul

Le 20/12/2017 à 08:55

Il y a quelques années un ami m’a donné une Clio 1.
Une RL 1.2 energy de 1993 avec une boîte longue pour rester à 4cv fiscaux.
Et bien qu’elle avait plus de 200.000kms, elle roulait bien.
J’ai apprécié avec elle la praticité d’une voiture à 5 portes.
Cette voiture m’a surpris par son confort, bien plus souple en suspension que la Punto TD mk1 que je possédais alors.
Je l’ai tant appréciée, que je me suis séparé de la Fiat!
Habitant en centre ville, utilisant mon véhicule pour de petits trajets et quelques échappées du weekend, elle convenait parfaitement à cet usage.
Rouler aux vitesses légales n’était pas une sinécure.
L’équipement pauvre de cette finition m’a fait revenir à l’essentiel.
Bien que non-assistée, la direction restait souple avec ses roues en 13″.
Je trouvais, à l’époque, la consommation raisonnable.
Je m’en suis séparé après deux ans de vie commune, sans gros pépins.
Je la regrette souvent.

Cette Clio 1 est une voiture bien née, qui représentait un bon avant chez les citadines en terme d’habitabilité, de qualité et de confort.
Elle démodait d’un coup la 205.
Je pense qu’elle à marqué les gens de ma génération.
Quant à la version diesel, Renault à choisi d’implanter un « gros » moteur 1.9 issu de la 19 quand la concurrence commençait à décliner des citadines en TD.
Pertinent puisque cela à perduré jusqu’à l’avènement d’une Clio 2 dT. Et même après, l’atmo restant au catalogue en motorisation d’accès.

Pierre

Le 20/12/2017 à 10:26

On est tellement habitué à tant de couple et de puissance aujourd’hui… Dans les années 90, je suis passé d’une 309 1.9d de 65 chevaux à une 405 également 1.9d de 71 chevaux et je trouvais que ça roulait pas mal! On dépassait déjà largement la limite sur autoroute avec 5 personnes à bord et leur bagages. Évidemment le 0 à 100 était pas fulgurant. Plus tard un évasion 2.0 essence de 123 chevaux m’a donné l’impression d’être au volant d’une gti! Tout est relatif et affaire d’époque. J’avoue qu’aujourd’hui mon C4 grand picasso hdi 115 fait quand même beaucoup mieux le job : même avec 4 personnes à bord, 3 chiens et coffre de toit, les reprises en 6e sur autoroute sont meilleures que toutes les familiales que j’ai pu conduire avant… Vive le progrès! Et si vous êtes tentés par le « c’était mieux avant », lisez le petit livre que vient de nous concocter Michel Serres! Joyeux Noël à BR, ses rédacteurs et lecteurs.

J2M

Le 20/12/2017 à 16:40

Intéressant. La Clio est une Supercinq rhabillée sur les standards de qualité de la R19. Je schématise un peu (beaucoup) sur trois voitures que j’ai possédées et longuement conduites.
A l’époque, les voitures à essence sont à carburateur, avec des contraintes d’utilisation , notamment de démarrage complètement oubliées aujourd’hui. Par ailleurs, eles demandent un entretien suivi (réglages de carbu) et ont tendance à consommer davantage au fur et à mesure qu’elles vieillisent.
Une Renault 5 ou 19 GTX, 92 cv à carbu consomme plus de 12 litres en parcours urbain, démarrage à froid (starter) inclus. Et sur autoroute à des moyennes aujourd’hui inavouables, on ne fait pas Paris-Bordeaux sans ravitailler.
Je passe sur les redémarrages à chaud, différents en hiver et en été, et d’ailleurs problématiques sur ce moteur, comme d’ailleurs sur certains moteurs à essence Peugeot contemporains.
Le Diesel tire d’un coup le trait sur tous ces ennuis : il démarre bien, ne cale pas au feu, n’a pas de gargouillis ou de hoquets et consomme moins une fois rôdé que neuf. L’injection mécanique égrenne une régularité de comtoise et digère n’importe quel fuel, même domestique. Les durites sont d’ailleurs transparentes !
Et la facture, vécu, diminue instantanément de moitié.
Mais il y a un mais : à prix égal et finition identique, on a le 1,7 essence 90 cv ou le 1,9 diesel 65 cv. Et ce n’est pas la même planète
J’ai fait le parcours vers le diesel atmosphérique, et j’avoue n’avoir jamais pu m’y faire. Mou, bruyant et surtout terriblement vibrant, il impose dès les premiers tours de roue une pénitence insupportable. Il y a a l’époque une version turbo, mais elle est sensiblement plus chère. Elle est par contre particulièrement convaincante.
J’ai également longuement conduit des 309 diesel. je témoigne que la Peugeot était en tous points supérieure à la Renault, particulièrement en ce qui concerne les liaisons au sol.
Quand je vois rétrospectivement le rendement et le confort d’utilisation d’un 1,2 essenceToyota sur une Yaris de 2007, qui donne 89 cv, sans l’ombre d’une vibration, et en consommant très peu, je me dis qu’une étude thermique et dynamique soignée d’un moteur à essence permet d’évacuer la question du diesel.
Ces moteurs Renault me sembleront toujours être des produits de circonstances destinés à pallier des choix techniques timides (des moteurs à carbu…) et une logique industrielle dont on sait maintenant quel était le dessein.

fc30

Le 21/12/2017 à 11:51

Vous avez très bien expliqué pourquoi le Diesel a pu décoller dans les années 80 / 90 (pour moi le gros basculement a eu lieu avec la sortie du XUD en 1982) : les moteurs essence en face étaient gloutons, avec des carburateurs capricieux (réglage difficile, starter automatique défaillant, poussières les bouchant…), une durée de vie bien moindre (le mythe des 100 000 km était bien vivace), une fiscalité plus lourde, sans parler d’odeurs aussi désagréables.
J’ai l’impression que sur les Diesel, Renault a toujours été suiveur vis à vis de PSA et VW, d’ailleurs le 1.9 F8Q est sorti bien plus tard que le XUD de PSA.

wolfgang

Le 20/12/2017 à 18:43

J’ai passé le permis en 96 sur cette bouse infâme, en blanc bien sûr puisque moins cher.
La pire bagnole que j’ai conduite avec la 304 diesel…
Un déplaçoir sans âme, sans vie et moche à souhait.
Et je confirme, ça monte pas les côtes puisque sans turbo.
Un truc pour se faire doubler par les mobylettes kitées…
Le pire c’est que ce fut un succès…
Je préfère largement une 4L…

Docteur_Oliv

Le 20/12/2017 à 19:45

J’ai l’impression que tu enjolives TROP ce que tu perçois d’une 4L !

Wolfgang

Le 21/12/2017 à 01:07

La 4L, c’est la 1ère bagnole que j’ai réparée. Un embrayage sur une ex gendarmerie achetée aux domaines.
Mécanique super accessible.
Moteur relativement nerveux. Bien plus que la Clio au charbon…
On me demanderait de choisir, je prendrais la 4L sans hésiter. Ou même une super5, au moins c’était assez joli.
Ceci dit le 1,9 D de PSA est pas mieux… les 405 D étaient des veaux, les BX aussi…bon pour faire le taxi.

Arnault

Le 29/12/2017 à 22:37

Même impression.

J2M

Le 21/12/2017 à 10:41

Wolfgang a raison, même si son acte d’accusation est sans pitié !
Je roule en petites Renault depuis ma naissance, et ce qui frappe, c’est que ce sont des voitures vraiment confortables (sièges et suspension) et à la mécanique toujours plaisante à mener.
Bref des voitures dans lesquelles on ne s’ennuie pas.
Je conserve pieusement la Twingo 94 paternelle, dont le Cléon fonte et la prise de jeu généralisée (23 ans de ville…) donnent l’impression de circuler en pantoufles.
La R19 diesel et la Clio (également conduite) me donnaient au contraire l’envie de bouffer la jante du volant, et j’en sortais fatigué. Mécanique rugueuse, direction lourde et collante, freins aux 35 heures avant la lettre, sonorité agricole, rien pour les racheter.
La R19 en 1,7l était au contraire une ballerine avec une âme merveilleuse : son moteur élastique et puissant.
Comme quoi, un bon moteur…

Greg

Le 21/12/2017 à 10:54

Ah, les citadines avec un gros Diesel atmo piqué à la gamme supérieure…
Je n’ai pas connu la Clio 1.9D mais quand j’étais étudiant, un copain avait une 205 D « avec le gros moteur »: un peu bourrin, l’engin, quand même… mais virtuellement indestructible!
J’en ai connu une autre, de 205, qui avait bénéficié par 2 fois d’une caisse de remplacement pour perpétuer l’existence de son gros moteur affichant crânement un demi-million de km!!!
Que dire de la Golf II Diesel, sans direction assistée svp…
Imaginez la paisible compacte teutonne, soudainement envoûtée par l’esprit malfaisant d’un camion! A l’aide! A l’exorciste!
J’ai eu en location une contemporaine de la Clio: la Peugeot 206 1.9D atmo, c’était avant l’avènement du petit 1.4 HDI.
Et bien… sa conduite n’avait rien d’une punition, sur autoroute elle filait sans faire d’histoire dans le ronronnement discret d’un moteur surdimensionné qui allongeait la foulée sans aucun effort!
J’ai eu enfin en location une Polo Flight SDI, « S » étant ici le terme privatif au « T » de turbo…
Celle là, clairement, ils auraient pas du la faire…
Lente, poussive, et avec une tenue de route olé-olé (normal, c’était un clône de la Seat Cordoba).
La fin d’une époque, la dernière compacte avec un Diesel atmo.
Ouf, il était temps!

Docteur_Oliv

Le 21/12/2017 à 12:10

Puisque tu pars sur de vénérables 205, un ami ( FOG à BRIARE -2012 ) prénommé Olivier m’a laissé conduire la sienne avec 546 000 kms d’origine ce qui m’avait vraiment impressionné

Wolfgang

Le 21/12/2017 à 21:32

J’ai conduit une Golf 1 diesel à une époque.
C’était pas un foudre de guerre non plus et l’intérieur respirait pas la joie de vivre.
Mais elle était pas mal du tout à mener.
La Golf 1, c’était la bagnole idéale pour faire le fou ! elle y incitait, même en diesel… un savant melange volant suspension boite qui rendait fou…
Celle là, ok en diesel

fc30

Le 21/12/2017 à 11:44

Ah la Clio 1.9D, ma première voiture… et la mienne était un vrai collector, une série spéciale espagnole. J’en garde un très bon souvenir, et, seul dans la voiture, le moteur marchait bien même si passé les 100 km/h les vibrations devenaient de plus en plus importantes. Un de mes potes de promo m’a même dit un jour « eh elle avance bien ta voiture ! » ; il est vrai qu’il avait eu successivement une Seat Ibiza 1, une Supercinq five, puis une 106 Kid…
Le freinage était certes moyen, et la tenue de route faisait penser à un kart. C’était une voiture très pratique, l’intérieur vieillissait bien et l’ergonomie était bien étudiée. Le seul gros point faible fut le refroidissement du moteur, qui vieillit très mal et me poussa à changer de voiture.
Certaines voitures beaucoup plus récentes que j’ai pu conduire par la suite m’ont laissé une impression vraiment mauvaise : Panda twinair de 2015 (les vibrations d’un Diesel, conso gloutonne et rien dans le sac, et tenue de route effrayante à 130), 207 1.4 HDi (gros creux de couple avant que le turbo se déclenche, il nous est arrivés plusieurs fois de caler au bout de quelques mètres, et une conso importante à 6 l au 100) et, dernièrement, une 206+ 1.1 (bruits de roulement très importants et incapable de rester à 90 km/h sur une montée d’autoroute).
Merci encore pour cet article et ses illustrations, cela m’a rappelé de très bons souvenirs (une première voiture, ça ne s’oublie pas) !
PS : une Clio 1 jaune pamplemousse, c’est déjà collector, comme les quelques autres couleurs du lancement (ex : cuivre) ou, plus généralement, une phase 1 en bon état.

lolo

Le 23/12/2017 à 18:36

Cette clio 1.9d me rappelle mes premières leçons de conduite à l’auto-école (une phase 2 RN avec direction assistée et pack électrique), c’était pas mal car à l’époque certaines auto-écoles avaient encore des 205 sans direction assistée.
Il me semble que certaines clio commerciales avaient l’antique 1.6d 55 chevaux des super5 et express, je n’ose imaginer les performances… xD

lolo

Le 23/12/2017 à 18:55

rectif : les clio d 55 commerciales avaient un 1.9 dégonflé.

Par ailleurs un de mes potes avait une clio d qu’il a emmené à presque 400000 kms. Pas sûr qu’on puisse faire autant avec un dci…

Alexandre c.

Le 23/12/2017 à 20:14

Je connais quelqu’un qui a eu une Clio diesel je suis monté une fois avec et manié comme il faut (un peu brutal quoi) dans les rond-points on peut avoir des sensations comme avec une voiture plus sportive !

Alainrx8

Le 24/12/2017 à 01:03

J’ai connu la Clio 1,9D de mon grand père en finition Fidji.

Elle avait du coup des bas de caisse légèrement plus sportifs et un bequet. Ca faisait illusion, mais quand la clef était tournée, le râle du moteur annonçait tout autre chose. Je confirme les vibrations. Les diesels ont sacrément progressés.

Quand mon père a du la conduire pour la vente, le moteur a du être pousser pas mal pour la pente du parking car mine d’en rien ce moteur ajoutait beaucoup de poids, rendant la voiture trop lourde de l’avant.
Mais la Clio 1 est un modèle d’habitabilite, bon coffre et surtout beaucoup de place à l’arriere, malgré ses un peu plus de 3,70 m elle offre plus qu’un Juke ou une Clio actuelle

Benjamin

Le 24/12/2017 à 12:21

Tellement vrai.

Pour ma part aprés moultes Audi Tédéisées et autres Laguna etc…. J’ai eu, presque par hasard, l’occasion de rouler en 205 XLD…

200€ plus tard l’auto était rachetée au carrossier qui s’en servait de pot de fleur/voiture de pret.

Aujourd’hui je bouffe 500/600 kilometres /semaines avec un certain plaisir! Rouler pied dedans avec le XUD sans mettre en danger son permis.

J’ai même appris a la bricoler (avant j’avais deux mains gauches et un mecano qui m’adorait ).

Ca consomme rien, ca demarre tous les matins, ca roule dans la neige meme quand le voisin peste contre l’ex-DDE car elle n’a pas salé la route et que son rutilant GLE « tout terrain » est cloué sur le parking.

Mieux : je prends un plaisir monstre a rouler le Week end avec mon Boxster S 986 phase 1, ma Clio Williams ou ma 325i e36 que je redecouvre sous un jour nouveau (en ayant un daily d’epoque)

Du coup je me suis meme fendu du challenge de faire le tour du Maroc avec en avril prochain !!!

Ca brule pas de pneus, pas de plaquettes, ca consomme pas de gazole et a peine un peu d’huile, bien reglé ça ne fume meme pas trop…

….bon du coup c’est hors zone pour la Crit’air quand ledit GLE du meme voisin affiche fièrement sa vignette 2 (si c’est pas 1!!)

Vive BR et cette philosophie auto !!!

Loury

Le 24/12/2017 à 15:17

Sympa ton article, même si j’avoue détesté le 1,9D, pour l’avoir conduit sur un autre modèle de la gamme renault, une 19 phase 1 (une horreur, ça tué 3 bébé phoques à chaque démarrage, et il ne passait rien, agricole comme tu dis).

Perso une de mes voitures de tout les jours est une cinquecento, voiture que j’utilise pour aller au taf, faire les courses en ville, etc…
Une cinquecento, mais pas une sporting, encore moins une swappé, nan nan. Une fière 900cm3 de 40ch (enfin, cela devait l’être quand elle était neuve, car vue la consommation d’huile et la fumé à l’échappement le compte n’y est plus en terme de chevaux). Et une version S (S pour sport surement ^^’), donc pas d’option (ce que je trouve super en fait,e, j’ai juste rajouter la banquette fractionnel 1/3 2/3 à l’arrière comme option).

Elle a été matraqués par les anciens proprios, n’avance guêre, mais vous avancez dans un vacarme terrible quand vous tapez dans les tours, et j’avoue que c’est très amusant en faite, on a une impression de puissance par moment qu’il n’y a clairement pas, tellement le 0 à 90 est long, et qu’a 130 sur l’autoroute vous avez l’impression de faire quelque chose d’exeptionnel ! ^^’

Pas mal de temps passer pour la remette en état, et en attendant qu’elle atteigne les 200 000 km ou que le moteur lache, je lui réserve une seconde vie tout à fait autre pour la suite.

Corail 77

Le 26/12/2017 à 11:06

C’est assez drôle de voir décrit une auto ressemblant à celle qui partage mon quotidien (309 GLD) depuis bientôt 4ans.
Certes, j’ai eu l’occasion de conduire d’autres autos plus récentes (Autolib, 208, C3) et mes premiers kilomètres en jeune permis ont été effectués sur un « récent » Xsara HDI, mais ce qui est décrit -logiquement- comme une « expérience » est tout ce qu’il y a de plus normal pour moi comme pour des millions d’automobilistes des années 80-90-2000 !
Le préchauffage qui dure 3h l’hiver (je me souviens de mon paternel habitué au Xsara qui pensait pouvoir démarrer sans attendre : l’auto n’a pas démarré), les vibrations (malgré le changement des silentblocs) et le ronronnement prononcé sur autoroute (qui a bercé bien des co-voitureurs). Co-voitureurs autant surpris par l’habitabilité d’une petite ancienne que moi par le manque d’espace dans les grosses auto récentes !
Pour la conduite, mollo à froid, finir à 80-90 km/h en haut des rampes sur autoroute (une voie « véhicules lents » est mauvais signe) et se moquer des abrutis qui cravachent leur malheureux DCI à froid pour piler au prochain feu rouge que l’on passe gentiment en rétrogradant en seconde. Quelques accélérations gratifiantes à chaud, pas besoin d’attendre un turbo ou une réaction de l’électronique…
Car vu que je n’ai qu’elle comme automobile, aucun usage ne me rebutera, qu’il s’agisse de faire 3km pour les courses ou de traverser la France, elle est toujours partante !

Frédéric

Le 30/12/2017 à 21:11

Ca me fait penser à ma C3 pluriel… Un vaillant 1.4 73 chevaux, et comme confort j’ai la direction assistée, les vitres électriques et… c’est à peu près tout. Les airbags pour faire bonne figure quand même, mais même pas d’ABS (apparemment proposé en option en Belgique sur certains modèles en 2003). Je l’avais achetée pour de basses raisons économiques (les taxes en Belgique…), et également parce que je roule beaucoup moins qu’avant. Garder une Santa Fe diesel pour faire bornes par jour et un long trajet à l’occasion c’était un non-sens. J’ai du réapprendre l’automobile basique j’avoue ! Devoir anticiper les freinages, redécouvrir une conduite « vivante » avec un moteur qui gueule quand on dépasse les 90, ça m’a également poussé à revoir la façon dont je fais mes trajets… Fini l’autoroute, maintenant j’aime flâner à un rythme plus léger sur les petites voies de traverses ! Oui, la finition est indigente, l’équipement ne correspond plus aux standards actuels, mais au moins le TU3JP est une merveille d’entretien (dame, même un moteur entier coûte tripette sur ebay !), les pièces coûtent que dalle, et l’entretien est facile (coût du dernier changement de courroie d’accessoire + distribution + pompe à eau et galet tendeur : 170 euros tout compris…). Pour rien au monde je m’en séparerais, et puis en été c’est le pied intégral, j’ouvre le toit et j’ai l’impression d’avoir une 2cv des temps modernes !

François

Le 10/01/2018 à 11:36

L’article m’a aussi fait pensé à ma Pluriel. Une 2004 avec le 1.4i. Presque aussi bien qu’une Méhari! Des sièges moelleux, un moteur souple qui reprend à 1500t/min sans vibrer et passé 4000t/min on sent que les 8 soupapes sont à la peine et le rétro central qui vibre au rythme des arches.
Un défaut? Déjà trop l’électronique… Boitier papillon, clim etc…

vlr4x4

Le 04/01/2018 à 09:10

La CLIO 1.9 D !Ma première (et seule !)voiture neuve…et qui était performante ,pour l’époque!
160KM/h et qui avalait les cotes mieux que les essences ou que les mercos 190 2.5d ,on reste
entre atmos d’accord.Et question bruit une clio essence 1.2 était aussi bruyante sur autoroute!
Un chassis de Kart,qui a enthousiasmer un pote pilote de rallyes en 205 gti.Que de bon souvenirs! Elle a fini dans une laguna qui a grillé un stop(210 000 est tjrs la meme peche!

JCF

Le 04/01/2018 à 21:47

C’est vrai que les 1.9d de 64 ch DIN étaient plutôt performantes! J’en ai eu 2 en version 2 places en voiture »de fonction » et j’ai fait des dizaines de milliers de km sur autoroutes à 150 compteur! Et sur RN ou RD c’était en permanence code+20 km/h!
En fait même avec Waze je roule maintenant moins vite avec les actuels 70/75 ch DIN des 1.5dCi ou 1.4HDi de ma société – tant que ça ne monte pas trop évidemment 😉
Finalement les plus gros progrès en terme d’utilisation  » normale » depuis 25 ans dans les petites mazout c’est que maintenant elles ont toutes un compte-tour, un autoradio performant et surtout une CLIM

denis

Le 05/01/2018 à 12:21

Je m’en souviens comme d’une auto assez efficace sur le sec, et plutôt délicate sur le mouillé. les ronds-points en butée de contrebraquage, pied au plancher en 2ème, à attendre que l’arrière raccroche. les petites routes sinueuses et grasses-humides, où il fallait réduire la vitesse d’entrée pour remettre les gaz en débraquant..
je me souviens également lors de mon service militaire, d’un départ permission lors de laquelle je me suis fait arrêté au péage d’une autoroute. Moi, confiant, à mes passagers « c’est rien, c’est juste un contrôle de papiers ». le gendarme m’a annoncé une mesure à 166 km/h (pour 180 compteur), m’a dressé la prune en me faisant cadeau des points… « ah c’était pour ça qu’on doublait tout le monde ? »
Cela dit, les comportements moteurs étaient différents selon les modèles, pour avoir conduit la clio 1 1.9 D d’un ami, je n’ai pas du tout reconnu la voiture, molle, pleine d’inertie.

Boombap

Le 14/01/2018 à 22:44

A noter que Peugeot avait dans ses cartons la 205 Dturbo (1ere citadine turbo D française Messieurs), et ne s’est pas gêner pour la sortir à la même période que la sortie de la Clio 1 fin 1990 ^^
et niveau perfs, ca n’avait plus rien a voir avec un bloc asthmatique, on changeait de planète …

concernant ce 1.9d65 nom de code « f8q », découvert sur un kangoo 1 en boite courte 7cv, très surprit de la nervosité de l’engin (en contrepartie d’une insonorisation nulle), j’avais un kangoo 1 « 1.2i » au taf, une punition dangereuse à rouler, doublé d’une infâme merdasse !
a coté le 1.9d est un avion, une horloge, un roc qui ne faiblit pas du haut de ses 350 000km 🙂

Bertrand

Le 21/01/2018 à 13:54

Pour avoir conduit une Clio 1.9 d, je peux dire, de mémoire, que les perfs de cette voiture étaient plutôt bonnes, pour l’époque. Celle dont je me souviens était blanche, de 1991, pas de direction assistée, encore moins de vitres électriques, ou de condamnation centralisée des portières …. il n’y avait même pas d’aerateurs centraux au milieu du tableau de bord. (Finition rn)
Un seul mot me revient à l évocation de cette auto : Inusable. Comme quoi, quand Renault concevait des voitures simples, le succès était au rendez-vous. J’irai même plus loin, la finition des Clio 1 était parfaite (mais oui, mais oui…) en comparaison avec les versions 2 (1998/ 2005) qui ont mal vieillies,et dont le tableau de bord respirait les plastiques au grain grossier et mal assemblés. Et que dire des premiers Dti Dci Renault ? Bon ça c’est un autre débat.
Perso, de la Clio 1, j’ ai toujours aimé la version S avec 3 portes et le moteur Energy de 80 bourrins, une fausse sportive que j’aurais bien aimé conduire, si quelqu’un s’en souvient….
Pour conclure, l’automobile, c’était mieux avant, surtout les Clio…. je passe sous silence ce que m’a inspiré la 2eme version, je ne voudrais pas paraître impoli, la 3eme était assez jolie ( bien que je ne l’ai jamais conduite….) quant à l’actuelle, je n’ aime pas les voitures japonaises! Bon, après on ne discute pas « des coups et des douleurs »…
Encore merci pour cet article qui m’a ramené en 1992, mes 20 ans….

Torvinator

Le 05/02/2018 à 13:51

Tous les amateurs de bagnoles ont un jour vécu une expérience similaire.

Vu mon âge, les références sont un poil différentes, mais quand j’ai repris la Passat de 97 de mes parents (1.9 tdi 110cv avec presque 300’000km), je suis toujours surpris par la qualité de fabrication qui semble meilleur que celui de ma Passat de 2017 (2.0 tdi 190cv) et par cette sensation de légèreté et de solidité au même temps.

Evidemment dans la montés, on note bien la différence de couple (presque le double sur la récente), mais je trouve toujours très drôle le bruit de cet increvable injecteur-pompe.

Philippe

Le 01/03/2018 à 19:53

Cet article me rappelle ma Clio 1.2 Energy Symbol (une série limitée vendue en Espagne). Mon premier monstre automobile: aucun équipement mais un indicible bonheur d’en prendre le volant. Un jour, une espèce de bruit de roulement se fait entendre dés que je passais le 120 (ça m’arrivait…). J’ai beau consulter mon garagiste, il n’a rien trouvé. Jusqu’au jour où j’ai découvert que l’antenne de toit s’était redressé et que c’est l’air qui la faisait chanter… Je l’ai vendue à ma cousine qui l’a ferraillée à 300.000 km…

Paul

Le 01/03/2018 à 19:54

ahaha excellent cette affaire d’antenne de toit chantante 😉

AntoineM

Le 08/08/2018 à 22:00

Ha, le brave 1.9D…

J’ai fait mes 20h pour la conduite accompagnée sur une brave Clio2 phase 1 (celui avec l’intérieur dégueulasse au possible), doté de ce fabuleux bloc…

Laisser un commentaire