Renault Laguna BTCC Touring Car : berline de course

Lundi 2 octobre 2017
Retour

Le Nescafé, c’est pas bon, et la Laguna I, c’est moche… Bariolez-la de jaune et bleu, ou bien d’un Vert Anglais (du plus bel effet), tatouez-la de la fameuse marque de café soluble (à partir de 1998), rabaissez-là, foutez-lui un aileron, des jantes bleues ou dorées, et dopez son 4 cylindres à plus ou moins 300 chevaux, introduisez-là dans TOCA ou Grand Turismo 2, tout cela en passant par chez Williams, et vous obtiendrez une des bagnoles de course les plus désirables des années 90 : la Renault Laguna BTCC Touring Car !

La vie est ainsi faite : on peut devenir désirable à condition d’y mettre le prix. La Renault Laguna n’est pas vraiment moche, hein, et j’ai même caressé un temps l’idée que mon père remplace sa 405 (lire aussi : la 405 de mon père) par une Laguna, l’effet nouveauté sans doute, mais avec le recul, elle n’a pas un physique facile, un petit peu trop mou à mon goût, avec ce capot dégoulinant sur la calandre, ces feux arrière globuleux et ses galbes rondouillards ! Mais il suffit de peu : un peu maquillée, avec un soupçon de sportivité en plus, et on peut déjà en faire quelque chose, à l’image de l’arlésienne Laguna Biturbo (lire aussi : Renault Laguna Biturbo). Alors quand on passe carrément à la chirurgie esthétique et technique chez l’allié anglais de Renault en Formule 1, Williams, ça change vraiment la donne.

Ah l’association Williams-Renault : outre la F1 on avait déjà eu la Clio Williams, devenue le graal des nouveaux Gtistes (lire aussi : Clio Williams), alors cette Laguna BTCC, prête à bondir et tout rafler sur les pistes anglaises, ça fait saliver. Et à l’époque, même si les rediffusions télévisées n’étaient pas vraiment légion, nous avions tous un œil sur cet exotique championnat de voitures de tourisme d’outre manche grâce aux comptes-rendus d’Auto-Hebdo.

Voir des Peugeot 405, des Volvo 850 (des breaks signés TWR, incroyable) ou des Renault Laguna se tirer la bourre, bariolées de sponsors et rabaissées au possible, y’avait de quoi impressionner le grand ado que j’étais (oui à 17 ou 18 ans, on commence à être un grand ado).

Un sacré paquet de constructeurs osaient s’aventurer dans ce championnat disputé, et Renault n’avait pas attendu Williams pour s’y engager, avec une Renault 19 pour la saison 1993, sans grand résultat, puis la Laguna pour la saison 1994. Il fallut que ce partenariat technique entre l’écurie de F1 et Renault soit acté pour qu’enfin la Laguna commence à casser la baraque.

A l’origine, la Laguna BTCC disposait d’un 4 cylindres de 1998 cm3 préparé par Sodemo de 285 chevaux. Tout cela sur une traction hein ! Pour la saison 1995 (commençant donc en 1994), Williams va s’attaquer aux trains roulants à grand renfort de suspension de type McPherson à l’avant, et de barre de torsion à l’arrière. La boîte séquentielle est à 6 vitesses, et la voiture, grâce à la modification du règlement pour cette nouvelle saison, va être particulièrement étudiée en aérodynamisme, le point fort de l’écurie Williams.

Avec Alain Menu au volant, la Laguna de 1994 avait déjà réussi l’exploit de terminer vice-championne. C’est dire si la base était bonne, mais l’apport technique de Williams va permettre à Renault de franchir un cap, et de rafler le titre constructeur la saison suivante. L’appétit venant en mangeant, la Laguna 96 va subir de nombreuses modifications dans l’espoir de s’offrir le doublé pilote/constructeur. Sodemo modifie le moteur qui passe à 295 chevaux, mais la fiabilité ne sera pas au rendez-vous.

Qu’à cela ne tienne, profitant de cette saison quasi-blanche, Renault, Wiliams et Sodemo vont travailler assez tôt dans la saison à la mouture 97 ! Cette fois-ci, les problèmes de fiabilités seront réglés, et la voiture va s’avérer être une bête de course (ce qui, en compétition, est plutôt un atout). Résultat : 1997 va être un année complète, tant en BTCC qu’en Formule 1.

Alain Menu va se régaler, s’offrant 12 victoires en 24 courses, largement de quoi dégoûter ses adversaires, tandis que la nouvelle recrue Jason Plato en gagne deux supplémentaires. La Laguna, en pleine maturité commerciale mais aussi sportive remporte un doublé pilote/constructeur haut la main. Pour le jeune adulte que j’étais devenu, Renault paraissait invincible quel que soit la discipline.

Pourtant, 1998 ne sera pas du même acabit. La voiture (désormais basée sur une Laguna Phase 2) va continuer à évoluer, s’offrant même une évolution moteur à 310 chevaux (ça impressionne n’est-ce pas?). Le BTCC, victime de son succès, voit l’arrivée d’encore plus de constucteurs (Nissan, Ford, Vauxhall), et les budgets exploser. Chaque voiture coûte près d’un million de £ à fabriquer, et nécessite près de 5 millions de £ de budget de fonctionnement. La Laguna devient cependant plus belle avec sa livrée Nescafé « British Racing Green » et ses jantes dorées.

Une Laguna BTCC termine en tête du Michelin Independents Cup (une catégorie du BTCC réservée aux écuries privées), mais les voitures officielles Renault-Williams ne récoltent que 4 victoires, bien trop peu pour espérer remporter un quelconque titre. 1999 ne sera pas mieux, d’autant que Renault annonce son retrait de l’épreuve en cours de saison. De toute façon, le temps n’est plus au beau fixe avec Williams en F1 : l’année suivante, l’écurie anglaise ira se fournir chez BMW tandis que Renault s’investira totalement chez Benetton.

De toute façon la Laguna était en fin de carrière, et il devenait un peu idiot de dépenser autant pour en soutenir l’image. Clap de fin. Reste aujourd’hui la possibilité de s’offrir, au gré des ventes aux enchères, cette fameuse Laguna BTCC. En 2016, chez Sotheby’s la Laguna 1997 (saison 98) de Jason Plato dans sa livrée Nescafé était estimée entre 80 et 120 000 £ pour un usage exclusivement réservé au circuit.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

22 commentaires

Docteur Oliv

Le 02/10/2017 à 10:04

Cette voiture est pour moi un super souvenir !
Avec mon fils cadet on a regardé tout le BTCC de 97 (il avait 5 ans) et bien sûr il supportait Alain MENU…Attention, il s’agissait d’Eurosport en…Anglais

Docteur Oliv

Le 02/10/2017 à 10:06

PS : La couleur Verte est superbe, autant que celle de la M3 GT !

Rubinho

Le 02/10/2017 à 10:26

Une de mes autos préférées dans TOCA sur PS1, meme si ç etait pas la plus performante (enfin, j étais déjà pas très performant alors ca n aidait pas 🙂

Desmots

Le 02/10/2017 à 10:36

Merci pour cet article très fouillé et la qualité des visuels ! Cela nous rappelle que les constructeurs français ont brillé dans les championnats de voitures de tourisme européens à la fin des années 90. A la même époque (1997), Peugeot remportait la Super Tourenwagen Cup (STW) avec la 406.

Docteur Oliv

Le 02/10/2017 à 10:40

La 406 était jaune avec Laurent AIELLO at the wheel !
Le sponsor était une marque de Bière

Jean-Charles WOJAS

Le 29/08/2018 à 02:56

La marque de bière était Hasseröder !

Goods

Le 02/10/2017 à 10:38

Merci TOCA et Codemasters pour cette découverte !

Gérald

Le 02/10/2017 à 11:06

Paul,

il serait interressant de parler de versions cicviles nécessaires pour les homologations de ces « bêtes » de course engagées en BTCC, STCC, STM et autres.
Les véhicules d’homologation DTM étant largement connus pour la plupart.

Choco

Le 02/10/2017 à 11:09

Merci de m’avoir rappeler TOCA et le championnat BTCC ! De bons souvenirs que ce jeu et ces courses que je regardai sur je ne sais plus quelle chaîne du câble. Un championnat relevé et plaisant à suivre. Et une belle façon de rendre la Laguna désirable : d’ailleurs je me demande si les préparateurs et autres tuners allemands n’ont pas sorti des kits par la suite. Et comme tous ces championnats de voiture de tourisme à cette époque on est passé du quasi amateurisme au équipe d’usines dépensant des fortunes et à la mort du championnat en quelques années.

Eddy123

Le 02/10/2017 à 12:24

La Laguna 1…
Quant mon grand frère c’est affaire sa Mégane coupé, il ma prêté sa Laguna 1 série 1 rxe rouge, sans abs mais avec airbag.
C’était top la classe, 4 vitres Elec, clim et synthétiseur de parlole. .. Je touchais plus le sol..

Par contre j’avais était très dessus de ne jamais voir de version sport et encore moins de pub sur les versions que tu décris. ..
Je l’avais découverte sur un jeu Playstation. ..

Une version Williams aurait été du plus belle effet..

fc30

Le 02/10/2017 à 13:14

Oui, très bonne voiture la Laguna I, probablement la plus réussie de la lignée. Les seules versions « sport » étaient les 2.0 S (à moteur Volvo 140 Ch, généralement en milieu de gamme finition RTI), le V6 n’était semble-t-il pas dans cette optique là (la 21 2L turbo n’a donc pas eu de réel successeur).
Il y a eu un projet de Laguna V6 Biturbo (comme la Safrane) mais qui ne s’est pas concrétisé.

Eddy123

Le 02/10/2017 à 20:30

Celle que mon frère m’avait laissé, avait le 2l.. sans turbo… mais elle avançait tout en étant être silencieuse.
Extrêmement fiable. Jamais eux le moindre soucis…
Par contre les enjoliveurs d’origines étaient tchip. .. on les avait remplacé par des séries 2.

Jota

Le 02/10/2017 à 14:05

J’ai l’ai longtemps pilotée… en duel face à l’Alfa 155 sur mon circuit Scalextric (version Menu jaune et bleu, magnifique)
Et usé un paquet de trains de pneus par la même occasion (qui faisait râler mes parents car pas d’internet à l’époque et il était difficile de se procurer des gommes de rechange pour ces petites bestioles).

Choco

Le 02/10/2017 à 14:23

Ah ah c’est drôle que nous ayons tous les souvenirs de cette Laguna dans le jeu TOCA ! 🙂
J’ai un ami qui a eu une Laguna V6 dans une version Baccara ou Initiale car dans mon souvenir il y avait du cuir partout. Voiture très bourgeoise, pas sportive mais très confortable

Eddy123

Le 04/10/2017 à 18:46

La Baccara était très belle..
Je trouvais l’initial plus froide. . Gris claire partout…

Vincent

Le 02/10/2017 à 14:40

Merci Paul pour cet article tu lis dans mes pensées,ces derniers temps en croisant plusieurs souvenirs automobiles (Mégane 16s f7r, laguna d,clio3rs) la lag’ « Toca » m’est revenu en mémoire.
Et me suis par ailleurs imaginé une 2.0 SI un peu plus « couillue », avec les jantes de la Mégane et bleu Williams contemporains, un échappement plus mélodieux et des trains roulants un poil plus ferme…La Laguna aurait pu exploiter ce succès sportif dans sa gamme (étonnant le nombre de marque engagées dans cette discipline compte tenu de la quasi disparition des familiales sportives dans cette période…)

Eddy123

Le 04/10/2017 à 18:52

Exact, la disparition des sportive de cette gamme (Surtout Françaises ) m’avait dégoûté. ..
Et que dire des sportives compacte quasi clandestine en terme de style.

pop eye

Le 02/10/2017 à 17:31

Non, je ne suis vraiment pas fan de cette Renault Laguna , quel que soit la couleur …
je trouve que, comme berline, la Renault 21 turbo de production ça avait quand même une autre allure .

Maranhello

Le 03/10/2017 à 18:14

Sur certaines photos le haut des roues disparait complètement sous les ailes, y compris à l’avant. Compte-tenu de la largeur des roues et des voies, je me suis toujours demandé comment ces voitures pouvaient prendre les virages serrés sans que les pneus ne frottent dans les ailes?

coc

Le 17/10/2017 à 02:21

J’adore ces Renault de courses des années 90.
Il y avait une Renault BTC a vendre aux encheres a Londres mais qui n’a pas été vendu au certificat de conformité

C.O.C

Le 12/11/2018 à 10:01

J’aime également ces Renault de courses des années 90-95
J’ai acheté une Renault BTC en italie et j’ai pu l’immatriculer en France avec le certificat de conformité

Laisser un commentaire