Renault Mégane 2 R26-R : pistarde de collection !

Publié le lundi 21 décembre 2015.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Soyons honnête, la Renault Mégane 2 n’est pas un prix de beauté, mais reste tout à fait cohérente dans la galerie des bizarreries de l’ère Le Quément. Elle est révélée au monde ébahi en 2002 après l’apparition quasi mystique des ovnis Avantime (lire aussi : Renault Avantime) et Vel Satis (lire aussi : Renault Vel Sati). Avec le recul, on ne peut qu’admirer l’audace (ou l’inconscience) de Renault à lancer une telle gamme, mais aussi constater son échec. Pourtant, la Mégane 2 réussira à séduire 3 100 000 clients, ce qui n’était pas une mince affaire !

La Mégane 2 F1 Team R26, une version presque civilisée qui donnera naissance à la R26-R !
La Mégane 2 F1 Team R26, une version presque civilisée qui donnera naissance à la R26-R !

Amateur des rondeurs de ma petite Mégane 1 qui fit mon bonheur durant quelques années dans sa finition « luxueuse » RXT (on se satisfait parfois de peu), j’ai toujours regardé avec condescendance la Mégane 2, en berline comme dans sa version Scénic (un peu plus équilibrée cependant). Mais allez savoir pourquoi, quelques petits détails pourtant insignifiants réussirent à la rendre désirables à mes yeux dans ses versions sportives signées Renault Sport apparues à partir de 2004. Comme quoi, il suffit parfois de pare-chocs plus enveloppants, de phares antibrouillards, de passages de roues plus marqués ou de jantes spécifiques pour rendre désirable une voiture pourtant pas très sexy à la base.

R26R 04

C’est donc avec la Mégane 2 RS et son moteur 2 litres de 225 chevaux que j’ai commencé à apprécier le deuxième Opus de la série. Peut-être était-ce aussi parce que cette voiture vitaminée était construite à Dieppe, ce qui forcément fait tilter l’amateur de voitures en générale. Bon d’accord, il ne s’agit pas d’une Alpine à proprement parlé, mais elle aurait pu en porter le nom comme en son temps la Renault 5 Alpine (lire aussi : Renault 5 Alpine).

R26R 02

Mais ce n’est pas de ce modèle précisément qu’il s’agit dans ce post, mais d’un autre encore plus rare : la Mégane 2 RS R26-R. Avec un nom pareil, anti-marketing (ou alors ultra-marketing, c’est au choix), on touche a priori au summum du sport. En c’est en quelque sorte vrai, avec une voiture totalement dédiée à la piste (mais homologuée sur route), disposant d’une puissance encore raisonnable mais finalement largement suffisante pour obtenir un cocktail détonnant.

??????????????????????????????????

La R26-R (rien à voir avec R2D2, bande de geeks fanatiques!), est en fait le bouquet final d’une gamme sportive qui aura discrètement ravi les amateurs. A partir de la RS de 2004, Renault va proposer une série limitée Trophy (500 exemplaires en 2005), puis en 2006 une série F1 Team célébrant la victoire en Formule 1, puis en fin d’année 2006 une F1 Team R26 gagnant 5 chevaux pour passer à 230 ch… Ce n’est qu’à la toute fin de la vie commerciale de la Mégane 2, en octobre 2008, que Renault Sport va offrir son ultime version, la Mégane R26-R !

R26R 05

Avec elle, on vend du rêve et du dépouillement : adieux les éléments de conforts, place à la chasse au poids, avec 123 kg de gagnés. Pour cela outre l’abandon des sièges arrières (transformant la R26-R en stricte 2 places), on perd dans la balance les airbags passagers, la climatisation régulée (elle devient manuelle, ouf, on va pas se les geler l’hiver), les antibrouillards et l’essuie glace arrière. Dans la même logique, le capot moteur est réalisé en carbone, les vitres de custode arrières sont en polycarbonate, les coques des sièges baquets sont en carbone, et les soubassements en aluminium, la ligne d’échappement est en titane, la caisse elle-même est allégée tandis que des arceaux de sécurité sont installés. Light is right !

R26R 01

Châssis et amortissements sont bien entendu typés « course », les freins sont renforcés, et le résultat de tout ces changements, c’est qu’on obtient une bagnole de dingue homologuée route mais totalement inutile pour aller faire ses courses ou se rendre au travail. En revanche, c’est une pistarde née, et elle fait foutrement envie malgré une décoration un peu voyante (notamment ses jantes rouge vif), comme si « circuit » impliquait « mauvais goût » !

R26R 03

Surtout, cette R26-R est la plus rare des Mégane 2 Renault Sport : Renault annonce une série limitée à 450 exemplaires, mais, tour de passe ou problème de calculette, ne mentionne que 230 exemplaires pour la Grande Bretagne, 126 exemplaires pour la France, 26 pour l’Espagne, 26 pour la Suisse et 26 pour l’Allemagne (ce qui si je compte bien fait 434 exemplaires, il en manque donc 16!). Mais peu importe, une telle voiture mérite qu’on se mette en chasse, avant qu’elle ne soit sauvagement modifiée par des tuners inconscients, détruite par des fous du volant, ou tout bonnement oubliée par le commun des mortels. Nul doute qu’elle ira très bien à côté de votre Clio V6 (lire aussi: Renault Clio V6). A vos chéquiers !

 

Articles associés

8 commentaires

rubinho

Le 21/12/2015 à 16:17

Je dois avouer que cette génération de Megane, et à la différence des avantime et Vel Satis, et bien je l’aimais bien ; je la trouvais meme plutot stylée, pas si mal proportionnée…
Meme si elle faisait l’impasse sur qqs aspects fonctionnels comme la taille et forme du coffre, elle s’intégrait, je trouve, tres bien dans le monde auto qui a l’époque n’etait pas fameux: fin de la xsara, la pataude (en style pas en comportement) 307, la fade Golf….
Certes ca sortait des sentiers battus mais ca n’etait pas non plus de l’excentrique (cf la recente interview du M Stratégie de chez Citroen…) ; je pense que le segment en avait besoin et chapeau bas a Renault d ‘avoir osé et plutot réussi, même s’ils en sont bien revenus sur la gérération d’apres. Mais pour avoir du succes sur ce segment en Europe, il faut faire une Golf… C’est bien connu, une Golf c’est bien mais pas top, y a souvent mieux…. mais au final le client, il achete … un Golf.

Eddy123

Le 22/12/2015 à 06:45

Je suis d’accord avec toi, de toute les Mégane jusqu’à présent, c’est celle que j’aime le plus.
elle est bien proportionné, avec un coté décalé mais sérieuse.
celle qui lui a succédé et beaucoup plus fade, surtout les 1er modèles.

LE-SAUX G.

Le 22/12/2015 à 09:43

POur informations, la ligne titane était en option, tout comme les pneus Toyo R888 et le demi arceau, qui n’apportait que le style (il rajoutait du poids et par grande sécurité…)

Paul

Le 22/12/2015 à 12:52

Exact, la ligne titane était bien une option, tout commes les Toyo ! Bien vu !

Pierre

Le 23/12/2015 à 18:16

Tiens, la période Le Quément, je me souviens d’une discussion sur le sujet….

Mais trêve de souvenirs, elle offre un effet des performances intéressantes pour une auto dérivée d’un modèle de grande série, et est assurément un collector, cependant, cela ne fera jamais partie de ma collection, n’ayant au final que peu d’attirance pour la marque au losange, quitte à acheter un modèle commémoratif, je me laisserais à la limite plus tenter par une 206 GT (qui certes avait surtout besoin d’exister pour des raisons d’homologation), alors qu’elle offre des performances moindres que le modèle de départ !

Mais comme on dit toujours, des goûts et des couleurs…

Paul

Le 23/12/2015 à 18:27

Je m’attaquerais bientôt à la 206 GT, mais curieusement, je n’en trouve pas de photos suffisamment intéressantes pour mon article, que je repousse donc sans arrêt 😉

Philippe

Le 09/04/2016 à 09:17

agréablement surpris par cette ligne titane et ces jantes ! Belle combinaison !

Colorale

Le 08/10/2019 à 21:45

La plus rare des Mégane II RS est plutôt la r26 échappement 34 exemplaires seulement.

Laisser un commentaire