Renault Mégane IV : l’illustration du milieu de gamme d’aujourd’hui !

Publié le mardi 15 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

J’avoue que lorsque Renault m’a proposé d’aller essayer la nouvelle Mégane, j’avais deux idées en tête : celle d’aller vérifier l’impression de « renouveau » de Renault, et celle de comparer la nouvelle avec la Mégane de 1ère génération, que j’ai eu la chance de posséder un temps. J’étais en outre dans le pré-casting d’une publicité pour ladite Mégane, et il ne me semblait pas idiot de « tester » la voiture avant. Bon, avec le recul, heureusement que je ne l’ai pas faite, cette pub : difficile d’être crédible ensuite, et vous, lecteurs, auriez-eu l’impression qu’à chaque article sur le losange dans BR se cachait un article sponsorisé. Bref, cela me permet en tout cas d’aborder cette Mégane en toute indépendance, comme toutes les autres voitures d’ailleurs !

Megane 01

Commençons par une anecdote qui commence à devenir une habitude chez Renault. Cette 4ème génération de Mégane a été dévoilée en septembre 2015 suite à une fuite d’images dans la presse… Ca ne vous rappelle rien ? C’est exactement ce qui est arrivé récemment avec sa version monospace Scénic, dont les images fuitées ont elles aussi obligé à devancer la présentation. La première fois, cela peut-être une erreur, une bourde, une fuite malencontreuse… La deuxième fois, c’est qu’il y a soit une taupe, soit un service marketing malicieux qui entretient le buzz ! Etonnant que personne n’ait noté cette coïncidence à 6 mois d’intervalle sur le quasi « même segment », la Scénic dérivant de la Mégane. Mais passons.

Ma Mégane ressemblait à peu près à ça, avec son 1.6 16 de 110 ch !
Ma Mégane ressemblait à peu près à ça, avec son 1.6 16 de 110 ch !

Ma première rencontre avec la Mégane 1 en 1995 ne m’avait pas laissé une bonne impression visuelle : sa face avant avec cet espèce de bec de lièvre ne lui donnait pas l’image la plus sexy qui existe. Certes, la Renault 19 qui la précédait n’était pas un modèle d’originalité stylistique, mais elle avait pour elle un air sérieux, rassurant, voulu par Renault qui, à l’époque déjà, regardait vers l’Allemagne ! La 19, c’était un saut qualitatif incroyable par rapport aux 9 et 11 qu’elle remplaçait. La Mégane 1, elle, semblait une grosse évolution stylistique plus qu’une réelle nouveauté. Elle en reprend d’ailleurs le châssis, légèrement amélioré. Ma deuxième rencontre avec la Mégane 1 remonte à presque une dizaine d’année plus tard, lorsque, nouveau provincial après 30 ans à Paris, il m’avait fallu racheté en urgence une voiture suite à la disparition prématurée dans un accident de la petite Seat Arosa d’étudiante de ma femme. J’étais alors tombé sur une Mégane 1 phase 2, avec son moteur 1.6 16 soupapes de 110 ch et une finition « haut de gamme » RXT. Jamais je n’aurai cru possible de rouler en Mégane, et pourtant !

La Mégane 2 jouait la carte de l'originalité (Merci Patrick Le Quément)
La Mégane 2 jouait la carte de l’originalité (Merci Patrick Le Quément)

Il faut toujours laisser sa chance au produit. Je n’aimais pas son look, même si en phase 2, les choses s’arrangeaient un peu avec une nouvelle calandre, mais je dois l’avouer : à l’heure de la vendre, j’avais quelques regrets. Ce n’était pas une sportive, et la qualité de fabrication était très « Renault » des années 90, mais son châssis allié à une mécanique relativement nerveuse, et à une boîte de vitesse plutôt bien adaptée, m’aura donné beaucoup de plaisir dans les petits virages de Charente Maritime ou du Berry, tout en assumant pleinement sa tâche de voiture familiale avec déjà un enfant et un chien : une certaine polyvalence dans une taille contenue.

La Mégane 4, dans sa livrée GT, porte le logo Renault Sport !
La Mégane 4, dans sa livrée GT, porte le logo Renault Sport !

Megane 09

Lorsque j’ai vu la Mégane 4 en descendant de l’avion à Lisbonne, je fis tout de suite le rapprochement avec ma Mégane… Ou plutôt je vis tout de suite la différence d’époque, de standing et d’ambition, tant elle semblait venir d’une autre planète. Exactement 20 ans après le lancement de la Mégane 1, je pouvais mesurer combien ce segment stratégique avait pu évoluer. Aujourd’hui, les « tentatives stylistiques » sont bannies : malgré l’effort louable de la Mégane 2 de proposer un design « particulier » (que j’ai fini par aimer avec le temps), il est désormais hors de question pour Renault de faire le moindre faux pas sur ce marché encore fort en volume. Niveau ligne donc, on est dans la même veine que la Talisman (lire aussi : Renault Talisman): une Volkswagen dont quelques éléments disctinctifs de détail permettent d’en faire une Renault, comme les feux avant en boomerang, ou ce logo hypertrophié auquel je ne m’habitue pas, mais qui a le mérite d’éviter de la confondre avec une Golf ou une autre germano-tchéquo-espagnole !

La dCI 130, en finintion Intens, est un peu différente de la GT !
La dCI 130, en finintion Intens, est un peu différente de la GT !

Pour le reste, les moteurs proposés pour l’essai prouvent là encore qu’on a changé de catégorie depuis la Mégane 1. A l’époque, son moteur le plus puissant (un 2 litres essence, celui issu de la Clio Williams, lire aussi : Renault Clio Williams) offrait 150 ch, tandis que le plus gros diesel culminait à 102 ch (1.9 Dci). Là, nous disposions de deux motorisations : le 1.6 Tce de 205 ch (en attendant une RS bien plus punchy) et le 1.6 dCI de 130 ch (mais aussi disponible à la vente en 165 ch d’ici peu). Si la Mégane GT 205 ne sera sans doute pas la plus vendue des Méganes, elle est la preuve tangible du downsizing aujourd’hui : avec une même cylindrée on atteint tout de même presque 100 ch de plus que ma Mégane 1 1.6 16v, qui, comme la GT, n’avait pas de prétentions sportives, mais uniquement « dynamique ».

Megane 05

D’ailleurs, conduire cette GT m’a rappelé… la Peugeot 308 GT de… 205 ch ! Comme c’est étrange ! Même nom, même puissance, même « type de comportement » (j’avoue que le système 4Control m’a paru moins pertinent sur ce plus petit gabarit que sur la Talisman). Une bonne voiture dont j’attends les déclinaisons plus sportive (RS) qui devraient apporter ce « tout petit supplément d’âme » comme la GTI pour Peugeot (lire aussi : Peugeot 308 GTI). Conduire la dCI 130 m’a laissé un peu de marbre, me faisant simplement me poser la question suivante : qu’est ce que cela peut bien donner, ce même moteur, sur une Talisman plus lourde, moi qui avait trouvé le dCI 165 relativement placide !

L'intérieur est sérieux !
L’intérieur est sérieux !

Bon et le reste alors ? Je ne suis pas un pro du plastique moussé ou dur, de la qualité d’assemblage ou non, ce qui fait que je ne peux que noter les progrès énooooorme par rapport à la Mégane 1 (ce qui en 20 ans était un minimum) sans pour autant noter de différences majeures avec la concurrence. C’est bien foutu ! Côté « outils marketing », le R-Link 2 est mis en avant par les services com’, identique à celui de la Talisman et de l’Espace. J’avoue être un poil réfractaire à ces joujous, même si je reconnais leur utilité au quotidien, n’attendez donc pas de moi un comparatif détaillé. On nous parle aussi d’une sono Bose qui, à l’essai, m’a fait paraître le système Harman Kardon installé sur ma Saab comme un outil technologique toujours de premier ordre (il date pourtant de 1997). Mais comparé au « radio K7 » Renault de la Mégane 1, y’a pas photo !

Megane 15

Que dire donc ? Tout comme avec la Talisman, Renault a décidé d’attaquer les marchés clés avec sérieux, collant à la concurrence française ou internationale, sans fausse note ni bond en avant. Quelques artifices techniques (4Control, R-Link 2, dCI 165 « biturbo ») ou cosmétiques (phares avant, calandre, logo) lui permettent de se présenter « innovantes » sans pour autant révolutionner le genre. En bref, la voiture idéal pour ce segment ! Souhaitons-lui bonne chance !

 

Articles associés

41 commentaires

Greg

Le 15/03/2016 à 11:22

Merci, donc, pour cette présentation d’une auto bien sérieuse… elle pourrait être coréenne, ce ne serait pas très différent.
Mon père me disait, « les voitures d’aujourd’hui, elles sont toutes pareilles, les autos anciennes y a que ça de vrai! »
Alors non, les outils de CAO et les nouveaux équipements, je pesne aux éclairages à LED par exemple, ouvrent des horizons illimités aux designers…
Il n’y a que les normes de protection des piétons qui les contraignent fortement sur ce qui est réalisable en partie avant… mais il y a une vrai diversité et une vraie variété.
Pourtant j’avoue qu’aujourd’hui… un salon de l’auto me donne à peu près le même frisson qu’un salon des arts ménagers: des frigos, des machines à laver, des compactes, des monospaces, des crossovers: produits de grande consommation, « over-designés » et parfois très agressifs mais sans âme?
J’ai eu des Mégane I en location: elles m’ont laissé le souvenir d’une auto très douce, très cocooning, un habitacle « régressif » tout en courbes douces et en matériaux souples (les sièges mous garnis de velours…), une sorte « d’utérus » roulant à mille lieues de la froide efficacité d’une Toyota Corolla ou de la froideur tout court d’une Golf, toutes deux conduites aussi à la faveur d’une location.
Ces nouvelles Renault sont-elles toujours des « autos à vivre »?
Pour ma part je suis passé chez « l’ennemi » de toujours, Peugeot, car j’avais envie d’une voiture « à conduire »!
Laurens Van den Acker a fait un travail énorme sur toute la gamme Renault, je le reconnais, mais elles ne me « parlent » pas: ces autos là, c’est pas pour moi!

Paul

Le 15/03/2016 à 11:25

C’est à peu près mon avis… Les nouvelles Renault sont plutôt réussies stylistiquement, mais ne me parlent pas non plus… Quant à ta description de l’intérieur de la Mégane 1, je n’aurai pas fait mieux, c’est exactement ça… Un sentiment que je n’ai pas retrouvé dans la Mégane 4 d’ailleurs !

fc30

Le 15/03/2016 à 22:17

Je rejoins vos avis : il y a peut être eu un progrès en qualité, mais je ne retrouve pas les « voitures à vivre ».
Alors que Renault était à mon avis un des meilleurs en terme d’habitacle (après la finition c’était autre chose, hein), là on se rapproche de plus en plus des intérieurs tout sombres, à l’allemande, avec en plus « copier coller » et un écran à l’intégration à mon sens pas très heureuse. Idem pour le confort, beaucoup moins moelleux qu’avant tant au niveau des selleries que des suspensions.
Quant à l’extérieur, là aussi trop de ressemblances d’un modèle à l’autre et avec le reste de la production mondiale et les « gimmicks » récemment adoptés deviennent un peu outranciers.
Le reste de ma famille, plutôt renaultiste comme moi, partage le même avis et a un peu du mal à s’y retrouver, et au vu de ce qui arrive ce n’est pas prêt de s’arranger (où sont passés les esprits des Scénic, Clio et Twingo originelles ?).

Paul

Le 15/03/2016 à 22:19

C’est assez vrai ce que tu dis, et je m’en aperçois en te lisant !!!

Marc Limacher

Le 16/03/2016 à 11:00

Je suis un habitué du Salon de Genève (proximité et famille aidant) et cette année, la réflexion de Greg m’a particulièrement frappé.
Le stand Audi était blindé par exemple, mais non pas parce que c’est mieux, mais parce que c’est l’unique façon de rouler différent. Idem pour Dacia à l’extrémité d’ailleurs. Les généralistes au milieu de tout cela peine. Toyota met en avant sa techno hybride, Honda sa sportivité, Ford son label Vignale en nous distribuant un expresso, Hyundai et Kia font le stricte minimum, Opel mise sur la techno haut de gamme sur un modèle inférieur et Chevrolet mettait la Camaro, la Corvette et leur partenariat avec Manchester United comme si c’était cela leur gamme.
Pour voir du différent, c’est chez Ferrari, Lambo, Aston & co et c’est là que les gens campent devant. Durant une heure, provoquant des bouchons en se disant qu’il n’y a plus que là que l’originale, la voiture osée existe.

Niveau qualité intérieur, Paul, je peux te donner juste quelques combines : regarde si le plastique griffe (les Hyundai ont ce défaut là) et surtout les plastiques de la partie inférieur de la planche de bord. Car c’est surtout ce qui est visible supérieur (le touché) qui est bien fini, mais on néglige la qualité en dessous (j’ai vu le dernier KIA Sportage et cela m’a choqué par exemple, mais elle n’a pas été la seule, voir Honda, Nissan etc…). Aussi la boite à gant (j’ai bossé dans ce domaine quand j’étais plus jeune), car c’est un élément négligé côté finition dans la majeure partie des voitures.

Alain

Le 15/03/2016 à 11:46

Encore un excellent article… ça devient une habitude!

Tu parles du downsizing.
En 1994, je prenais livraison d’une Golf 3 1.4 (à la place d’une Polo 1.6 GT qui se faisait appeler « Désirée », tant après 4 mois d’attente, elle ne voulait pas sortir de la chaine d’assemblage, mais c’est une autre histoire!), fin 2015, je prenais livraison d’une sublime Octavia 1.4 TSi (Bleu Racing, pour me faire oublier la 220ch RS TSi que je loupais un an avant, mais… c’est une autre histoire!).
20 ans d’écart (comme toi pour les Mégane 1 et 4!), 1994 = 60ch, 2015 = 150ch pour une même cylindrée unitaire…

Concernant la Mégane, je reste pro-Renault; j’habite à côté de Sandouville, j’ai bossé pour cette marque, et venant du prototype automobile, j’ai côtoyé et Renault et Pigeot, de plus mes parents n’ont eu que des Renault à l’exception d’une 204 et autant j’appréciais les « anciennes », autant le nouveau style me laisse totalement indifférent.
Renault/Van den Acker ont ils tellement de mal à se réapproprier le style, qu’ils soient obligés de coller un logo aussi gros/grand sur la face avant?

Bref passons…

J’ai pensé à toi et BR, quand j’ai vu la pub à la télé pour la Mégane 4… « 4 blogueurs essayent la nouvelle Mégane 4″…

Bonne continuation.

Paul

Le 15/03/2016 à 11:50

Illustration intéressante de l’Upsizing d’un côté (en taille) et du downsizing (en cylindrée vs puissance) 😉 Pour la publicité, j’aurai bien aimé… pour les sous. Mais avec le recul je suis content que Renault ne m’ait pas choisi, et je leur dit même merci ! Ca n’aurait pas été ma place… car chez moi l’essai auto n’est pas central ! Je pense que cela aurait été plus préjudiciable qu’autre chose, à moins que la publicité ait été différente et dans l’esprit BR. Et encore… Sans regret donc 😉

Alain

Le 15/03/2016 à 11:52

Ah la pub et ses revenu…
Problème que je n’ai pas avec l’administration d’un forum!!!

Paul

Le 15/03/2016 à 11:53

Oui… c’est flatteur d’une part, et rémunérateur d’autre part… mais très dangereux quand on écrit… Surtout que j’essaie d’être « différent » dans mes essais, puisque je ne suis pas essayeur professionnel 😉

Alain

Le 15/03/2016 à 12:13

Mon précédent message n’a pas été mis au bon endroit… erreur de ma part… désolé!

Je comprends ton raisonnement face à la pub. Je suis un des administrateurs d’un site pour une marque Tchèque et nous étions (à une époque) un peu proche de la direction de cette marque. Nous bénéficions de prêts de voitures pour nos rencontre, nous avons monté une association etc… mais hors de question que nous soyons trop liés à cette marque. Nous voulons (je veux) conserver notre totale indépendance, notre « liberté de pensée/de converser » sur le forum.
Maintenant, suite au changement de direction, nos routes ont bifurquées…
Je ne me voyais pas faire « vitrine publicitaire » pour une marque que j’adore certes, mais que je souhaite pouvoir critiquer si la justification est là!
Je ne sais pas si je me fais bien comprendre.

Rubinho

Le 15/03/2016 à 12:01

Pr moi la nlle megane, c est un patchwork de tous les éléments différentiants des compacts du marché
Au final, on a quelque chose de sûrement très bien, mais y a t il de mauvaises autos aujourd’hui, mais un peu too much et finalement sans charme

Paul

Le 15/03/2016 à 12:05

Ce qui me fait penser que ce qui rend pas mal sur la Talisman de plus grande taille paraît un peu exagéré sur la Mégane… Après, Renault rend une copie plutôt pas mal (stylistiquement) avec le nouveau Scénic… qui reprend les mêmes éléments… Pas toujours évident, et je suis bien content de n’être qu’observateur et pas designer !

Greg

Le 15/03/2016 à 12:15

Le nouveau Scenic, il m’a bien tapé dans l’oeil!
Moins surchargé que Talisman et Mégane, il est « honnête »!
Quoi que j’ai du mal avec la ligne brisée du vitrage, que les designers appellent « aile de mouette ».
Ça marche bien de profil mais sous d’autres angles, c’est moins heureux.

Paul

Le 15/03/2016 à 13:20

oui j’avoue avoir la même réserve que toi avec ce Scénic… ce vitrage et son décroché !

rubinho

Le 15/03/2016 à 14:16

clairement, ce nouveau scenic renouvelle admirablement le genre mais il est vrai que ce décroché, mouai…. c’est l’élément « too much » qui ne me plait pas trop
Ca passe peut etre mieux en vrai (pr ceux qui sont allés a Genève, j’ai fais l’impasse cette année?)

Nabuchodonosor

Le 15/03/2016 à 20:15

Je crois que la grande idée de VDA sur le nouveau Scénic c’est la monte d’emblée en 20 pouces qui le rend plus petit et compact qu’il n’est en réalité.

Denis the Pest

Le 15/03/2016 à 12:44

j’ai roulé en 19 1.4 Energy, « ancêtre » de la Mégane 1.
c’était une voiture extrêmement bien construite, très confortable et faite pour rouler dans un environnement relaxant.
avant ça, j’avais une Renault 11 Electronic moteur 1.9, une reine de la route.
et les Renault d’aujourd’hui sont « jolies » sans aucune personnalité!

Greg

Le 15/03/2016 à 13:48

1.9 l’Electronic?
C’était pas le 1721cc, plutôt?
Qu’est-ce que j’aimais ces R11 Electronic quand j’étais gamin!

rubinho

Le 15/03/2016 à 14:14

R11 electronic, BX Digit…. le comble du High-Tech de l’epoque. C ‘est clair, ca « claquait sa mère » comme dit la pub Toyota 🙂

Paul

Le 15/03/2016 à 14:15

N’oublions pas la Renault 25 😉

rubinho

Le 15/03/2016 à 14:18

ah la voiture parlante 🙂 et aussi, l’odb des 505 turbo injection aussi (mais juste l’odb)

Denis the Pest

Le 15/03/2016 à 17:30

Oui Greg, tu as raison, c’était un 1.7 litre sur l’Electronic.
C’était une voiture à vivre avant l’heure.
Par contre, un jour dans Paris, des petits rigolos se sont amusés à voler la superbe chaine Philips…
Ils ne savaient pas que sans l’ordinateur du tableau de bord, la chaîne ne pouvait pas fonctionner.
Voiture immobilisée un mois et une note assez salée, à la suite de ça j’ai eu pas mal de bugs dans les messages carr Renault ne savait pas réparer correctement ce type d’avarie…

Paul

Le 15/03/2016 à 18:34

anecdote rigolote… qui prouve que les problèmes de ce genre n’arrivent pas qu’aujourd’hui 😉

Denis the Pest

Le 15/03/2016 à 23:25

J’avais acheté cette voiture à la concession Renault de Saumur; c’était un véhicule de direction avec peu de kilométrage, elle était bradée…et pour cause, l’atelier Renault de Saumur savait qu’ils étaient incapables de la réparer et voulait s’en débarrasser le plus vite possible.
j’ai jamais regretté cet achat, je roulais beaucoup à l’époque et c’était une très bonne routière.c

Marcus

Le 16/03/2016 à 08:29

Ne pas oublier, que de nos jours on ne parle plus de personnalité comme avant.
Maintenant les autos doivent être « identifiables ». On doit de suite savoir si il s’agit d’une Renault, Peugeot ou Audi et cie… peu importe que ce soit une Megane, 308 ou a4. Renault n’a fait que copier ce qu’a fait Audi et surtout vw bien plus tôt. Autant les allemands ne se laisseront pas du côté sérieux et sans réel charme ni défaut d’une passat, autant les français (en tout cas ceux qui aiment l’automobile) préféreront parfois l’originalité.
De plus, ils ne peuvent se permettre d’avoir 5 ou 6 modèles dans leur gamme qui soient différents du point de vue stylistique. Au début c était les châssis qui étaient tous les mêmes, maintenant ce sont là calandre, les feux, les intérieurs… ou est le charme alors?
Personnellement je préfère les anciennes aussi ou les constructeurs avaient moins de contraintes et plus de libertés!

Brieu

Le 16/03/2016 à 11:44

Quelle arrogance et quelle prétention de vous juger « indépendant » !

« Mais avec le recul je suis content que Renault ne m’ait pas choisi, et je leur dit même merci »
-> Mais bien sûr ! Si on vous avez dit oui vous n’aurez pas eu ce même discours et vous aurez comme les « autres » fait cette pub et parlé de la Megane.

« Oui… c’est flatteur d’une part, et rémunérateur d’autre part… mais très dangereux quand on écrit… Surtout que j’essaie d’être « différent » dans mes essais, puisque je ne suis pas essayeur professionnel »
-> Ok on parle des fois où vous êtes invité par le constructeur à l’étranger, nourri, logé dans des hôtels somptueux ? Forcément ça devient difficile de critiquer les constructeurs sous peine de ne plus être invité.

Je respecte votre travail mais vous vous ne respectez pas le travail des autres. Je vous rappelle que vous n’êtes qu’un site automobile parmi d’autres qui sont tout aussi intéressants si ce n’est même plus.

Paul

Le 16/03/2016 à 12:03

Justement, en avouant avoir hésité, et peut-être même aurai-je accepté, je pense ne pas jouer véritablement l’arrogance… Pour les voyages, c’est une question qui mérite d’être posée…Je me la pose souvent, et en discute régulièrement avec mes lecteurs sur Facebook (preuve là encore que mon arrogance est relativement limitée). Enfin, je connais les blogueurs ayant participé à cette pub, connais la qualité de leur travail… Je dis juste que ce qui paraît une bonne idée sur le moment (et qui peut se justifier après coup, comme je l’aurai sans doute fait) peut ne pas l’être in fine. Enfin, je vous encourage à lire BR, car « l’essai automobile » ne représente qu’une toute petite part du rédactionnel (si cela atteint 5 % des articles, c’est le maximum) ce qui me procure une ceraine indépendance: si je ne suis plus invité, ce n’est absolument pas grave, et pour tout dire, je refuse 80 % des essais qu’on me propose 😉 . Enfin que d’autres sites soient plus intéressants, je n’en doute pas et je ne force personne à me lire .

Paul

Le 16/03/2016 à 12:06

D’ailleurs, si vous avez bien lu cet article, vous vous êtes donc rendu compte qu’il s’agissait d’un voyage de presse à Lisbonne, avec hôtel 5 étoiles… Trouvez-vous cet article complaisant avec la Mégane ?

J2M

Le 16/03/2016 à 12:48

Malgré toute les promesses d’efforts, le problème numéro un de Renault reste encore et toujours la qualité de conception et de fabrication.
Sur six, j’ai du en reconstruire une complètement (tout y est passé !), en revendre précipitamment (et à grands frais) trois qui refusaient obstinément de rendre le service qui était le leur, et deux seulement ont réussi au prix d’une surveillance attentive.
Curieusement, ce sont celles de la période 1988-1998.
Va-t-on finir par inverser le proverbe de ces années là et dire « qu’il vaut mieux une Fiat d’occasion qu’une Renault neuve » ?
J’aborde donc cette fort jolie Mégane avec, comment dire, un petit… a-priori !

Denis the Pest

Le 16/03/2016 à 12:50

L’arrogance c’est de traiter les autres d’arroganst!
Je défends le travail de Paul qui veut nous faire surtout partager sa passion automobile, il ne nous vend rien et n’essaie pas de nous caser une marque plutôt qu’une autre, je trouve cette critique très mal venue.

Paul

Le 16/03/2016 à 15:16

Merci Denis pour ce « soutien ». J’espère justement que la majorité des gens voient cette passion plutôt que les quelques nuits d’hôtels passés à l’étranger ahahha ! N’étant pas un guide d’achat, et n’étant pas un professionnel de l’auto, mes « tests » ne sont que ma vision subjective de l’auto, mêlée à ce que je connais de l’histoire automobile. Si les constructeurs cessaient de m’inviter, bah… tant pis. Etrangement, ils ne s’offusquent pas trop de cette « indépendance ». Après voyager aux frais de la princesse, c’est toujours flatteur, tout comme être casté pour une pub. Je suis un homme comme les autres, et il est fort probable que si j’avais été sélectionné, j’aurai dit oui… Mais avec le recul, je suis content de ne pas l’avoir fait. J’en profite d’ailleurs pour préciser ma pensée, que je ne pense pas que ces blogueurs (que je connais pour certains personnellement) sont « vendus », mais que participer à une pub peut leur donner (ou me donner si ça avait été moi) une image (fausse pour eux comme pour moi) de vendus auprès de lecteurs peu scrupuleux et toujours prêts à attiser les vieilles rancoeurs (on appelle ça du trollage sur le net). Je suis d’ailleurs étonné du temps que certains prennent à répondre et répandre ce genre de commentaires alors qu’ils ne sont manifestement pas dans « ma cible » et ne font sans doute pas partie de mon lectorat fidèle. Merci donc à toi Denis de prendre ma défense, cela me touche 😀

Olivier

Le 16/03/2016 à 14:07

J’ai roulé en R19 TSE (1,4 energy) une voiture fiable et bien fini (on me l’a volé !), je possède une Megane CC dci 120 (j’aime la période P. Le Quément !), une auto bien fini et après presque 160 000 kms, aucune panne mécanique, pour être tout à fait franc au niveau électrique j’ai changé les 4 moteurs ce vitres + une panne du système de « détoitage » à 800€, enfin je possède également une Laguna 3 DCi 130, une voiture Très Bien fini et Très fiable en 50 000 kms RAS ! Donc pour la faiblesses de conceptions des Renault… A force ça saoule !!! Quant au nouveau style du Losange, il est consensuel, pas vilain, mais l’automobiliste étant lui même très conservateur, on peut comprendre la démarche de Renault suite aux échecs de la période Le Quément !

poum

Le 16/03/2016 à 15:21

J’en profite pour me permettre une question d’ordre général sur la Mégane:
pourquoi sur les 2 premières générations était-elle la seule Renault à ne pas pouvoir bénéficier des finitions Baccara ou Initiale?

Paul

Le 16/03/2016 à 15:25

La 2ème génération a eu droit à sa déclinaison initiale… Mais la 1ère génération ph1 et ph2 n’y eurent jamais droit… Sans doute à cause du relatif échec de la R19 Baccara ? A creuser !

poum

Le 16/03/2016 à 15:36

Ah, je ne savais pas pour la 2ème génération, je croyais qu’elle s’ arrêtait à la « luxe privilège »
sinon, en effet, on ne croise pas beaucoup de 19 baccara … sauf à la télé: c’était la voiture de fonction du commissaire Massard dans la dernière saison des « 5 dernières minutes » (enfin, dans les souvenirs …)

fc30

Le 16/03/2016 à 22:51

Euh, pour moi il n’y a eu que la Mégane I fin de la phase 1 (en gros 1997 – début 1999) qui a existé en Initiale. A noter qu’elle était uniquement disponible avec le 2.0 115 Ch. et qu’elle se repère extérieurement à ses baguettes latérales peintes couleur carrosserie, contrairement à toutes les autres finitions.
A mon avis son insuccès tient à la fois à son prix (équivalent à celui d’une Safrane de base, paraît-il) et à un positionnement sur un segment pas vraiment intéressé à l’époque par ce genre de véhicule.

Par contre, il y a bien eu des Scénic II et III Initiale (aussi appelés Jade).

Denis the Pest

Le 16/03/2016 à 22:58

De rien Paul, je pense que le plaisir que tu nous donne à dé couvrir ou redécouvrir certains modèles doit prendre du temps même si c’est pour toi une passion que tu partages, alors je n’apprécie pas du tout ce genre de « message », et si ça ne lui plait pas, personne ne l’oblige à te lire.

Paul

Le 16/03/2016 à 23:07

je n’apprécie qu’à moitié, du moins venant de personne qui ne me connaissent pas (dans le sens: « qui ne me lisent pas »). Ce que j’aime moi, c’est pas lécher les boules des constructeurs mais plutôt de discuter, et parfois, Denis, nous ne sommes pas d’accord… sauf sur un point: une passion commune et reconnue par les deux parties ! A partir de là, tout est possible et surtout le meilleur. Les râleurs « pour le principe » sont toujours des foutteurs de merde (je pense, mais ce n’est que mon avis).

Fabrizio

Le 24/03/2016 à 21:10

Content de voir que je ne suis pas le seul à aimer la période Le Quément. (Un comble pour l’amateur d’italiennes que je suis !)
Je possède une Scénic 2 Ph2 longue et j’aime encore sa forte personnalité, (mais venant d’un admirateur de la Fiat Multipla Ph1 suis-je crédible ? Lol). Elle a d’énormes qualités pour une voiture sortie en 2003 (!) et je lui pardonne certains défauts (commande de boîte et pédalier de camionette, direction artificielle, quasi impossible de changer une ampoule ou le filtre à air sans démonter d’autres pièces !)
Quant au style extérieur actuel Renault, même s’il prend moins de risques que par exemple avec les Méganes 2, je ne déteste pas. Elles ont encore un style bien à elles et les Méganes/Scénic 3 m’ont déçu. Par contre les tableaux de bord, beurk. C’est plastoc et bling bling à mort ! j’aime bcp la Captur extérieurement mais son habitacle , nooon ! Pour moi c’est là que les firmes non-allemandes (j’exclus Opel) doivent encore bosser (pourtant j’aime pas VW). On passe beaucoup plus de temps dans que dehors sa voiture et c’est important. Enfin, moins pour moi que pour le consommateur lambda, et à fortiori pour les chiffres de vente.
Au passage bravo pour la pertinence de tes articles !

fc30

Le 26/03/2016 à 12:56

Totalement d’accord avec ton commentaire, j’ajouterais que la « période » Le Quément est à découper en plusieurs parties (il est rentré chez Renault en 1987, et parti à la retraite en 2009) : d’abord des « Voitures à vivre » (en gros jusqu’à la Laguna II) assez classiques, puis « Créateur d’automobiles » à partir de l’Avantime, puis à nouveau un gros revirement à la fin avec les (pour moi peu réussies) Twingo II, Laguna II, etc.

Frédéric

Le 14/01/2018 à 17:39

Quand je vois le parcours de la Megane je me rends compte d’une différence assez flagrante avec les allemands : la « continuité ». Je pense que beaucoup reprochent aux allemands (VW en tête) de « faire toujours la même chose », c’est vrai que les modèles ne sont pas radicalement différents d’un changement à l’autre. Chez Renault par contre il semblerait que ça soit l’occasion à chaque changement de repartir d’une page blanche ! J’ai eu une mégane 2, j’adorais son style tourmenté et un peu baroque, et elle était tellement confortable ! La dernière n’est pas insupportable, mais elle est vraiment dans le rang je trouve…

Laisser un commentaire