Renault Rambler : match perdu face à la DS !

Vendredi 8 août 2014
Retour

Les liens entre Renault et AMC ne datent pas des années 80, mais remontent à bien plus loin. Au début des années 60 pour être précis, où un premier accord permettra à Renault de distribuer ses voitures aux Etats-Unis via le réseau d’AMC, et de disposer enfin d’un haut de gamme à moindre frais. Depuis 1955, Citroën truste la place d’honneur au sommet du marché français avec sa DS, tandis que Renault n’a qu’une pauvre Frégate à proposer. Aussi, la Nash Rambler de l’américain AMC vient à point nommer compléter une gamme bien populaire.

Les Renault Rambler sont basées sur les Rambler Classic modèle 1961 (en haut) puis 1965 (en bas)

Surtout, contrairement à la DS, la Rambler dispose d’un 6 cylindres développant 128 ch, et d’un look « à l’américaine » moins perturbant que la grande Citroën. Renault croit avoir trouver la solution, et commence à produire la Rambler à la mi-1962, à partir de kits envoyés d’Amérique. Cette berline est aussi fabriquée en Argentine chez IKA, dont Renault est actionnaire (il en prendra le contrôle en 1967, lire aussi : Renault Torino).

La Rambler de chez Renault est réalisée sur la base d’une Rambler Classic inchangée à part la présence du logo en losange. Comme son modèle américain (puisqu’il s’agissait de modèles en CKD produits dans l’usine belge de Renault, à Haren), elle évoluera à chaque millésime.

Pourtant, la Rambler n’arrivera jamais à s’imposer. Produite de 1962 à 1967, elle ne se vendra qu’à 4000 exemplaires en France. Il faut dire que cette grosse berline coûtait cher à l’achat, mais aussi cher en vignette : née à 18CV, elle finira sa vie à 22CV. Rédhibitoire, malgré une consommation raisonnable.

Esthétiquement, la Rambler évoluera à chaque millésime, tout en gardant ce look très américain qui dénotait vraiment dans la gamme sixties de Renault. A la demande de la régie, Chapron réalisera « l’Ambassador », destinée à supplanter les DS dans la cour de l’Elysée, sans succès, De Gaulle restant fidèle à Citroën et à sa suspension hydropneumatique qui lui sauva la vie au Petit-Clamart.

Finalement, c’est avec la R16, lancée en 1965 (lire aussi: Renault 16), puis la Renault 30 (lire aussi: Renault 30), que Renault trouvera la solution en haut de sa gamme, avec une solution très française : jouer l’originalité avec l’option du hayon. Son arrivée dans la gamme et l’insuccès de la Rambler scella le sort de cette américaine inadaptée au marché français.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

2 commentaires

pierre

Le 30/09/2015 à 15:24

excuses moi de te contredire,
mais je pense plutôt que c’est l’arrivée des marques etrangères en France et particulier un certain Mercedes qui a bien entravé la Rambler.
je m’explique : début 60 les importations de modéles etrangers s’ouvrent dans notre pays, c’est le commencement de la fin du quasi monopole national, qui effectivement disposait des ID/DS mais aussi des Fregate en fin de carrière et peu vendue…. sans oublier les Simca V8 .
Par contre les allemands arrivent en force , un peu ….Opel avec une gamme de 6 cylindres (Kapitan), et surtout Mercedes (avec 2 gammes 200 et les SE) avec des modeles récents et bien motorisés, des prix intéressants et déjà une reputation de haute qualité .
Les importations ont progressivement prit des parts de marché , courant 60 sur les haut de gamme, puis en gamme moyenne (Rekord, Fiat 124….)jusqu’au 50% que l’on connaît de nos jours.

Laurent BUNNIK

Le 04/04/2017 à 21:03

A noter que la dernière année 1967, une carrosserie plus basse et plus moderne a été proposée, avec entre autres une version coupé, sans doute le modèle le plus rare et le plus désirable de la série. Mais c’était trop tard, la messe était dite !

Laisser un commentaire