Renault Scénic IV : double héritage

Lundi 24 octobre 2016
Retour

Lorsque Renault m’a proposé d’aller tester le nouveau Scénic dans les environs de Bordeaux, j’ai tout de suite accepté, au grand étonnement de certains de mes confrères. Et oui, Boîtier Rouge s’intéresse aux monospaces. J’ai moi-même du, à un instant de ma vie, m’acheter une telle bestiole, et j’avais tout fait pour qu’elle ressemble le moins à un monospace justement (mon choix s’était donc porté sur un C-Max de première génération). Ce nouveau Scénic semble avoir la même idée : apporter du dynamisme à la ligne pour sortir du créneau du transport des familles un poil pépère pour concilier plaisir de conduite, valorisation du conducteur, et satisfaction de la famille. Quadrature du cercle ?

Le Scénic Concept de 1991
Le Scénic Concept de 1991

concept-01

Et puis, le Scénic IV (nouvelle génération donc), c’est aussi l’ultime rejeton d’une famille née en 1996, à une époque où le concept du « petit monospace » n’était encore qu’embryonnaire. D’ailleurs, à l’époque, Renault préférera en faire une variante de sa Mégane plutôt que de le présenter comme un modèle à part entière. D’ailleurs stylistiquement, il ne s’agissait que d’une Mégane boursouflée. Il faudra attendre 1999 et le restylage pour que le Scénic gagne ses lettres de noblesse en se détachant de la famille Mégane, malgré son air de famille.

Le Scénic de 96 s'appelle encore Mégane Scénic
Le Scénic de 96 s’appelle encore Mégane Scénic

scenic-02

La première apparition du nom Scénic date de 1991, avec un concept de monospace compact au look plutôt novateur, qui ne se traduira pas dans les faits 5 ans plus tard. Mais l’idée d’un petit frère dans la famille aux côtés de l’Espace travaille déjà les gens de chez Renault. Les japonais ont déjà tenté quelques incursions dans le MPV de plus petite taille (Mitsubishi Space Wagon par exemple), mais personne en Europe ne s’y est vraiment lancé. Le petit constructeur français Hobbycar pense bien réussir à être le premier sur le créneau, mais le Passport ne sortira jamais, faute de moyen (lire aussi : Hobbycar Passport). Sans être précurseur, Renault sera donc le premier à transformer l’essai du monospace compact en succès commercial.

Que de chemin parcouru entre le Scénic I et le Scénic IV: 20 ans les séparent
Que de chemin parcouru entre le Scénic I et le Scénic IV: 20 ans les séparent

20-new-grand-scenic

Lancée en 1996, la Mégane Scénic devient donc Scénic tout court en 1999, et connaîtra une version II en 2003, puis III en 2009. Et pour finir cette 4ème génération en 2016, 20 après la première génération : tout un symbole. Si le Scénic I n’était disponible qu’en une seule version compacte, dès la deuxième génération apparaît le concept de version courte ou longue, concept que l’on retrouvera sur le III puis enfin sur le nouveau IV. Preuve s’il en était que le marché du monospace a évolué.

 

Pour une fois les sketchs ne diffèrent pas trop des véhicules de série

DESSIN DE Yohann ORY

En fait, l’Espace est montée en taille et d’une certaine manière en gamme avec l’Espace IV parue en 2003 justement. Dès lors, le Scenic Long est devenu l’héritier spirituel de l’Espace, tandis que le Scénic Court persévérait dans le monospace compact. L’Espace V continuera dans la montée en gamme, et le Scénic IV perpétue ce rôle double : monospace compact et grand monospace. Mon essai est donc par conséquent un double essai, qu’il faut aborder comme tel : un style, mais deux voitures.

11-new-scenic

20-new-scenic

Parlons du style justement. Pour être franc, c’est aussi l’un des motifs de ma venue à Bordeaux : voir de près ces deux monospaces qui tentent a priori de revaloriser le genre. Cela semblait réussi sur photo, ça l’est en vrai : un bon point. Remettre le style au cœur du concept, voilà longtemps que cela n’était pas arrivé sur ce créneau, et chez Renault en particulier : le Scénic I n’était qu’une Mégane au pavillon surélevé, concept repris par le Scénic II. Pour le Scénic III, le parti pris d’un véhicule passe partout, neutre, ni laid ni beau, sonnait comme une envie de se fondre dans la masse et de ne surtout pas trop montrer qu’on roulait en monospace. Avec le IV, tout change. Place à nouveau au plaisir des yeux, autant que faire se peut sur ce genre de véhicule.

ETUDE DESIGN RENAULT SCENIC IV (JFA)

ETUDE DESIGN RENAULT SCENIC IV (JFA)

ETUDE DESIGN RENAULT SCENIC IV (JFA)

Le parti pris par Laurens Van den Acker est assez simple : des grandes roues de 20 pouces quel que soit le niveau de finition, donnant un air de SUV à ce MPV ! Esthétiquement, le pari est réussi et que ce soit en version courte ou longue, le Scénic IV a fière allure, et sur les routes vers Arcachon, les têtes se tournent à son passage : effet nouveauté ou effet de style ? Un peu des deux sans doute. Si certains croient que ce choix de 20 pouces entraînera un surcoût au moment de changer de train, Renault a prévu le coup avec ses manufacturier pour que les pneus de 20 pouces du Scénic soient vendues au prix des 17 pouces ! Bon à savoir, tant le coût des pneus est aujourd’hui à prendre en compte ! A la conduite, je m’attendais à ce que cette monte de grande taille rende la conduite inconfortable. S’il est vrai que le tout semble assez ferme, cela reste tout à fait supportable.

RENAULT GRAND SCENIC IV (RFA) - PHASE 1 - ADAPTATION FRANCE

RENAULT GRAND SCENIC IV (RFA) - PHASE 1

Lors de cet essai, nous avions à disposition deux Scénic, l’un en version courte (dotée du dCi 130) et l’autre en version longue (dotée du dCi 160). Première constatation : je préfère le style de la version longue, plus équilibré (mais c’est une question de goût), alors que la version courte paraît plus « ramassée » et d’une certaine manière plus caricaturale. Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : en long ou en court, le design est plutôt réussi (même si je reste toujours circonspect devant ce logo hypertrophié sur la calandre, marque de fabrique des nouvelles Renault). Le Scénic ne récupère pas exactement la signature lumineuse découverte sur la Talisman (lire aussi : Renault Talisman) ou la Mégane (lire aussi : Renault Mégane IV): l’évocation du C lumineux se fait à l’intérieur des phares, en toute discrétion, et c’est tant mieux. Il faut parfois savoir différencier un peu chaque modèle de la gamme.

07-new-scenic

08-new-scenic

Les moteurs essayés ce jour-là sont les deux plus puissants de la gamme en diesel (qui commence à 95 ch, puis 110 ch). Pas d’essence à l’horizon dans le parc (deux seulement sont proposés au catalogue, de 115 et 130 ch), c’est dire si le diesel reste important dans la catégorie. Rien de particulier à dire sur ces moteurs, si ce n’est qu’ils rendent pas le Scénic sportif. Mais ce n’est pas vraiment ce qu’on lui demande. Les moteurs sont donc suffisants pour rouler, notamment sur autoroute. Même le dCi 130 moins puissant reste à l’aise en toute circonstance.

07-new-grand-scenic

ETUDE DESIGN RENAULT SCENIC IV (JFA)

Contrairement à Peugeot qui abandonne le monospace dans sa gamme au profit de deux SUV (3008 et 5008), Renault reste présent sur l’ensemble des segments, avec des monospaces (Scénic, Espace) et des SUV (Captur, Kadjar, et désormais Koléos). Là où Peugeot peut compter sur Citroën avec un Picasso (entérinant une vraie différenciation entre les deux marques), Renault se doit de couvrir l’ensemble du marché. Surtout, en défricheur du créneau « monospace », il semblerait impossible à Renault de ne plus en avoir au catalogue.

renault_75952_global_fr

Avec 3 monospaces (Scénic, Grand Scénic, Espace), on ne peut pas dire que Renault se débine. Et même si le marché décroit sur ce segment, il reste encore un potentiel non négligeable pour une marque comme Renault. Surtout, la marque au losange a réussi à sortir de sa culture du monospace en repositionnant ses modèles (le Scénic remplace… le Scénic ; le Grand Scénic remplace l’Espace d’antan ; et l’Espace offre une nouvelle vision du haut de gamme tendance monovolume, sorte d’Avantime 5 portes), et en collant au marché en leur offrant des styles valorisants, dynamiques, nouveaux et proches… des SUV d’aujourd’hui.

RENAULT SCENIC IV (JFA) - PHASE 1 - ADAPTATION FRANCE

Qu’il est loin le temps de la Mégane Scénic, dérivé gonflé à la pompe à vélo d’une berline très 90’s, et c’est heureux. Maintenant, reste à voir si vous préférez un MPV au look de SUV, ou un SUV aux prestations de MPV : vaste question !

Crédit images: Renault

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

35 commentaires

christophe salvaing

Le 24/10/2016 à 12:20

Bonjour Paul

Désolé mais pas fan du tout de se genre de publi-reportage. C’est à mon sens une perte d’ADN de votre magnifique réputation et un danger pour votre ligne éditoriale qui a fait votre notoriété. POA s’est aussi lancé dans de l’essais (décalé certes) de production automobile grands publics modernes genre Scénic gazoute sans aucun intérêt. J’ai arrété de les suivre… Franchement ces déplaçoirs monocorps du français moyen on s’en fout…

C.S.

Paul

Le 24/10/2016 à 12:28

Il ne s’agit pas d’un publi-reportage, et il y a toujours eu des essais sur BR (si si)… Le monospace, j’en traite des anciens comme des nouveaux… et pour moi toutes les voitures ont un intérêt, non seulement pour en parler, mais aussi pour se forger une culture automobile pour plus tard. Tous ne resteront pas dans l’histoire, mais rien n’empêche d’aller voir ce qu’il en est. Libre à vous ensuite de ne pas lire ces articles qui ne vous concernent pas: vu le rythme de publications, et le nombre global de celles-ci, je pense avoir encore pas mal de marge avant de perdre mon âme et ma ligne éditoriale: les quelques premières lignes de l’article expliquent d’ailleurs mon intérêt pour le Scénic: une longue histoire (sur laquelle je reviendrai, d’ailleurs, avec quelques modèles spécifiques, comme le RX4 à venir). Soyez donc sans crainte, et surtout ne soyez pas plus royaliste que le roi ahahah 😉

christophe salvaing

Le 24/10/2016 à 20:09

Le ton était un peu véhément, je le reconnais. Ce type d’esthétique est totalement antinomique avec les lettres de noblesse de l’automobile et finira en youngtimer sans âme dans quelques années, pas plus cotée qu’une Renault 14 aujourd’hui 🙂

Jota

Le 25/10/2016 à 13:08

Très bon article, surtout qu’en plus je me suis retrouvé au Pyla en pleine présentation presse du Scenic 4 devant l’hôtel Ha(a)ïtza et que j’ai vu un gars de Turbo ou Automoto je ne sais pas avec sur la rocade la même semaine.

Mathieu D

Le 24/10/2016 à 15:03

Si c’est votre manière de penser alors je suis désolé mais vous n’avez rien compris au plaisir automobile … de la 2 cv à la P1 elles sont toutes intéressantes pour le vrai passionner bien sûr on peut avoir des préférences mais renier comme ça les voitures du peuple c’est faire un gros majeur à l’histoire automobile.

christophe salvaing

Le 24/10/2016 à 19:56

Un article sur le Scénic 2016 dans 30 ans aura tout son sens sur BR, voiture populaire ou pas. Aujourd’hui je n’en trouve pas le sens sur ce blog. Pour ça il y a Caradisiac.

Daniel

Le 28/10/2016 à 23:23

Quand je lit une telle arrogance, un tel mépris, je me dis que les marques allemandes on vraiment les pires clients….parce que c’est evident, une telle condescendance ne peut venir que d ‘un propriétaire de ce que le marketing appelle le prémium allemand !

Christophe S

Le 29/10/2016 à 00:08

Ahah 😀
Loupé cher Daniel. Je roule depuis toujours en américaine. Gourmandes, à la fiabilité aléatoire, finition à mourir de rire, suspension maritime, boite auto dépassée et au V6 ou V8 au rendement pitoyable.
Bref des bagnoles exotiques, attachantes et aux antipodes de la rigueur et l’arrogance allemande.
Pour en revenir à ce contestable (mais néanmoins excellent article) rouler en Scénic Diesel est à mon sens n’avoir aucun besoin ni envie du plaisir automobile juste un déplaçoir utile et fonctionnel. Donc bien loin de l’esprit BR

Julien

Le 24/10/2016 à 13:34

Le Scenic premiere generation était un peu plus qu’une megane au toit réhaussé 🙂
Il apportait 3 sieges séparés escamotables à l’arrière, et à l’époque seuls les monospace (plus grands et plus chers) offraient ce genre de prestations.
Je me souviens quand j’ai vu mon premier scenic, c’était une petite revolution cette auto.

fc30

Le 24/10/2016 à 19:58

Oui le Scénic phase 1 est une voiture « populaire » qui a marqué son époque il y a deux décennies déjà, et dont les exemplaires en bon état sont devenus rares : on a tous les ingrédients d’un youngtimer, reste plus qu’à attendre quelques années…

Autant la phase 2 a bien vieilli et compte encore pas mal d’exemplaires en état plus que correct, les modèles avant le restylage de 1999 se font très rares et ont souvent pris un gros coup de vieux avec des peintures délavées, parechocs blanchis, intérieur qui part en vrille… et panache noir derrière (j’ai l’impression qu’il ne reste quasiment plus que des Diesel).
Je pense qu’un Scénic 2.0 Kaleido (série limitée sur base RXT avec sellerie assortie à la carrosserie), déjà introuvable en bon état actuellement, sera convoité dans quelques années.

Jota

Le 25/10/2016 à 13:02

Avec les fameux sièges arrières de 3 couleurs différentes! Ça me fait penser aussi aux Megane 1 Initiale qui sont très très rare.

fc30

Le 25/10/2016 à 13:32

Je crois que les sièges de couleurs différente étaient une option au départ, je ne crois pas que la Kaleido ne l’aie (elle reprend une seule de ces couleurs, mais sur tous les sièges).

Oui les Mégane 1 initiale sont super rares, à peine 2 ans de production et un prix en neuf égal à celui d’une Safrane de base. Aujourd’hui il ne doit vraiment pas en rester beaucoup, et le moteur glouton (2.0 115 Ch) n’a pas dû aider.
Il et par contre étonnant que par la suite Renault est fait de Scé,ic II / III Initiale mais pas la Mégane équivalente.

Ludovroum

Le 10/12/2016 à 03:02

Étant propriétaire d’une Mégane I Initiale, votre échange me fait plaisir, car je crois que strictement personne dans mon entourage n’a compris ce qu’un passionné dans mon style – dingue de MX-5 ! – pouvait bien trouver à cette banale vieille Renault, sans doute juste bonne pour aller à la casse…

fabzer

Le 24/10/2016 à 14:44

Heureux propriétaire d’un Scénic 3 de 2009, j’attendais avec impatience la sortie du 4, pour éventuellement changer.
Esthétiquement c’est réussi,les roues en 20″,le toit noir,… ça en jette.
Mais quel dommage d’avoir tout misé sur le look!
Plus lourd,moins habitable,freine moins bien, pas de progrès en conso,…je ne suis plus sûr de reprendre un Scénic.
Tous les nouveaux modèles qui sortent actuellement sont plus légers que ceux qu’ils remplacent…sauf chez Renault.
Le progrès ce n’est pas seulement un iPad sur le tableau de bord!!!

fc30

Le 24/10/2016 à 20:01

Je suis entièrement de ton avis, j’aime l’extérieur de la version longue mais l’intérieur me déçoit franchement, comme c’est le cas hélas pour beaucoup des dernières Renault. Dur de tourner la page des « voitures à vivre »…

gregocox

Le 24/10/2016 à 17:48

Personnellement le Scenic est un véhicule fade quelque soit la génération. Mais je trouve l’article intéressant et je donne un avis juste personnel et non une vérité. Question de gout.
J’adore rouler avec ma vw coccinelle 1200 de 1971 et je roule au quotidien en Ford grand c max 2.0 tdci 163 cv boite powershift,cela ne me pose pas de problème de conscience et n’enlève rien au fait que je suis passionné par l’autombile.

VDR

Le 25/10/2016 à 13:08

Je rejoins ton avis, roulant en Karmann Ghia de 66, mais ayant une Dacia Sandero en daily driver, et projetant l’achat d’un Dacia Dokker Stepway pour la future petite famille et le transport de nos VTT. Je considère les autos modernes comme des objets utiles pour ce qui concerne mon quotidien, et n’ayant pas envie d’y consacrer un budget important je privilégie l’aspect rationnel. Je suis allé voir ce nouveau Scénic, et ne jugeant que l’esthétique, c’est une grande réussite.

Mat Ador

Le 24/10/2016 à 19:59

Renaultphobe depuis mes 18 ans, depuis qu’un examinateur du permis de conduire m’eût révélé, à l’insu de son plein gré, le principe de Peter, je dois cependant reconnaître à Laurens VDE les miracles qu’il fait pour le design de la marque au losange en donnant une âme à ses créations. On aime ou pas, mais il suffit de comparer les photos entre le premier et le dernier Scenic pour s’en convaincre.

rod

Le 24/10/2016 à 20:49

ça pue le scenic,du premier au dernier et ces roues en 20 pouces me laissent dubitatif, »égal au prix de pneus en 17″, mais pour combien de temps et des pneus en 17,c’est pas donné,pour une « familiale »

Coolhand

Le 25/10/2016 à 09:33

Salut,

Il fût un temps où les monospaces Renault avaient des vrais moteur en haut de gamme : c’est le cas avec l’espace II et son V6 PRV mais aussi l’Espace III avec son V6 L7X (ES9) de 3 litres à 194ch. C’est d’ailleurs le choix que mon père avait fait à l’époque : nous emmener tous les cinq dans une voiture large et confortable, avec un moteur un peu plus noble pouvant entrainer la grosse masse de l’Espace. Il l’a toujours, c’est une super voiture attachante, un peu atypique finalement.
Dommage que cela ne soit plus le cas sur les nouveaux Scénic ou Espace, ni même sur les berline par ailleurs.

christophe salvaing

Le 25/10/2016 à 11:39

C’est pas faux. Mais entre les Espace 3 PRV 3.0 V6 24v et les Espace 4 3.5 litres Nissan des derniers modèles il y a un gouffre en terme d’agrément et surtout de gestion de boite auto.

Jota

Le 25/10/2016 à 12:55

Grand fan de V6, je ne peux qu’être d’accord. Mais il ne faut pas s’attendre à en revoir chez Renault, même avec hybridation, because trop peu de demande/fichues contraintes environnementales. Dommage Nissan sait faire et fournissait avant. Par contre, et c’est le même problème avec la Talisman, ils ne proposent toujours du 250/280ch avec le 2.0T par exemple et c’est vraiment dommage. Les règles de la rentabilité sont parfois impitoyables.

Jota

Le 25/10/2016 à 12:59

Ah oui et hormis les versions RS, les commerciaux Renault n’aiment pas vendre les grosses motorisations qui margent souvent peu face aux sempiternels 110/130ch…

Coolhand

Le 25/10/2016 à 18:54

Très certainement, parce que pour avoir fait du kilomètres avec, la boite auto de l’Espace III V6 ne fait pas envie !

fc30

Le 25/10/2016 à 13:40

Super voiture en effet, gardez-la précieusement ! Je garde un excellent souvenir de celui que nous avions, en 2.0 16v.

PS : à propos de monospace collector, la version V6 (et non V6 24v), c’est à dire avec le PRV de 170 Ch. et la commande de boite (obligatoirement auto) au volant et non au plancher doit déjà rentrer dans les critères.

Greg

Le 25/10/2016 à 10:09

C’est une auto importante dans la paysage, donc je n’ai pas de problème avec cet article.
La Mégane Scénic m’avait beaucoup plu à sa sortie, mais j’étais alors seul et sans enfants: à quoi bon m’encombrer d’un truc pareil?
J’ai eu l’occasion d’en conduire plusieurs en location: l’expérience, décevante au possible, a balayé mes derniers regrets!
Position de conduite épouvantable et comportement routier olé-olé, quoi qu’un peu moins pire avec les Michelin Pax (série limitée Scénic Aigle).
Les Scénic II et III m’ont laissé de marbre, et la réputation calamiteuse acquise par le II ne me donne pas envie d’en savoir plus!
Avec ce Scenic IV qui soigne sa présentation, je me suis dit, ah ouais, pourquoi pas?
Puis en évaluant les proportions de l’engin, par rapport aux roues de 20 pouces, j’ai réalisé que c’était sans doute un bestiau ENORME.
Les premiers essais presse rapportent une habitabilité en baisse (hauteur sous plafond notamment) et un confort de roulement très dégradé: malgré les belles promesses de Renault, il paraît que c’est trépidant à toutes les allures?
Bref, le truc va se vendre quand même parce que c’est Renault, parce que c’est Scénic.
Mais les clients qui vont l’acheter sans réfléchir risquent de le regretter amèrement.
Le gag des pneus en 20″… il y a eu des précédents chez Renault: les Kangoo « ludospace » homologués exclusivement avec des pneus renforcés d’utilitaire (interdiction de les remplacer par des pneus tourisme), les Scénic RX4 homologués exclusivement avec des pneus M+S…
Bref, cette fois encore, j’irai pas faire mon marché chez Renault.

christophe salvaing

Le 25/10/2016 à 11:30

Et le NISSAN NV200 homologué en France avec des roulettes de 14 pouces alors que comme taxi aux US ils sont en 15 (ce qui n’est pas terrible non plus) …

Guillaume D.

Le 25/10/2016 à 14:07

Pour ma part, Renault s’est un peu fourvoyé avec le nouveau Scenic en conservant la silhouette d’un monospace, mais en passant à côté du côté pratique du monospace! Le principal grief que je lui adresse, c’est le rang 2: le siège central n’a plus d’attaches isofix alors que la génération 3 proposait bien cette solution! Pour le coup, Peugeot a peu être pris le virage du SUV pour le 5008, mais il a bien conservé les points d’attache isofix aux 3 sièges du rang 2.

Concernant les roues de 20 pouces, le choix en pneus est relativement limité pour le moment (ce qui risque surtout d’être embêtant en Allemagne et dans l’Est de la France pour trouver des pneus hiver), mais la promesse semble être tenue concernant le prix des pneumatiques si on compare avec les pneus de 17 pouces qui équipaient le Scénic 3.

Wolfgang

Le 25/10/2016 à 23:26

Le 2 est réputé pour être une catastrophe. Et c’est pas usurpé. J.en connais deux, les proprios cumulent les pb… Y en a même un qui ne peut jamais remonter sa vitre quand il pleut !!!
Et puis c.est vraiment pas beau.
Le c4 Picasso avec son volant à moyeu fixe et son super pare-brise c’était quand même autre chose…
Quant aux roues de 20 pouces, quel est l.intéret ??? On perd de la place pour les jambes et dans l.habitacle.
À t on besoin d’avoir des freins plus grands pour se traîner à 130 ??? C’est une mode idiote.
Tiens ce week end je vais ressortir ma simca et ses 155 x 13 pour la peine.

Eddy123

Le 26/10/2016 à 12:22

Perso, j’ai eu et offert à mon père une Megane Scenic 1 essence… Un croisement entre une mule et un chameau. ..
Jamais de problème à part les serrure de portes…
Pour le 2… effectivement, j’ai souvent entendu qu’il était sujet à problème. .. Bon, j’ai une amie qui en a un sens soucis et ensuite faut dire qu’il y en a eu énormément de vendu… Et à sont âge, des problèmes il y en a…

Wolfgang

Le 27/10/2016 à 09:44

Y a aussi pire avec certaines Laguna… j’ai connu qqn qui collectionnait les pb pourtant elle était neuve. Et un autre qui n’avait aucun pb (neuve aussi). Un jour il me semble même qu’il s’est retrouvé enfermé dehors de l’auto (les portes se verrouillaient seules quand on s’éloignait de quelques mètres) avec les clefs à l’intérieur bien sûr…

Les 2.2 diesel sont bien aussi … chercher sur le bon coin Renault moteur HS pour se faire une idée de la qualité…

Eddy123

Le 27/10/2016 à 14:17

J’ai pas compris l’histoire des clefs..

Emmanuel

Le 26/10/2016 à 12:55

Un peu surpris de trouver ce genre d’essai sur BR (qu’on trouvera d’ailleurs en abondance dans les sites auto « généralistes »)
Même si le dernier scenic est plus travaillé esthetiquement que les dernierères générations, il n’y a pas beaucoup de passion dans le choix de ce genre de véhicule.

Paul

Le 26/10/2016 à 13:03

Et pourtant, les essais généralistes sont sur BR depuis…. novembre 2014… Ahahah… Au compte goutte, car je refuse 80 % des essais qui me sont proposés, mais ce Scénic m’intéressait.

Babre

Le 27/10/2016 à 12:39

Le soucis des français c’est qu’ils n’aiment pas les voitures françaises. Ce sont les premiers à dénigrer la production industrielle hexagonale. Ne jurant que pour la production allemande, ils hurlent comme des loups à la moindre ambition française. Quand je vois la BMW gran tourer, je me dis que la scenic c’est pas si pire… en tout cas, article simple mais iconographie sympa!

Laisser un commentaire