Renault Super 5 Baccara : la star des beaux quartiers !

Publié le samedi 21 novembre 2015.
Mis à jour le lundi 8 juillet 2019.
Retour

Bien qu’issu d’une famille très « Peugeot », j’ai tout de suite aimé la Super 5 Baccara. Généralement d’une belle teinte brune, tendue de cuir clair à l’intérieur, je la trouvais tellement classe en 1988, année de sa sortie, et justement assortie à la nouvelle Renault 25 V6 Baccara née la même année (lire aussi : Renault 25 V6 Turbo Baccara). J’avais la chance d’habiter de beaux quartiers (le 6ème arrondissement de Paris, à l’époque) et je ne me lassais pas de voir ce ballets de Baccara, 25 pour Monsieur, Super 5 pour Madame, aux alentours du Bon Marché ou de chez Lipp !

La Laurence, premire tentative indépendante d'embourgeoiser la Renault 5
La Laurence, premire tentative indépendante d’embourgeoiser la Renault 5

Avec la Super 5 Baccara, Renault faisait preuve de génie en faisant descendre le premium réservé aux grandes berlines jusqu’à l’intérieur du plus petit modèle de la gamme. C’était un nouveau concept, appuyé par une marque forte. Le coup de génie était d’ailleurs aussi là : avec un nom comme Baccara, accolé à tous les modèles « premium » de la gamme, quelle que soit sa taille, permettait de se démarquer des autres modèles plus plébeïens. Malheureusement, le nom Baccara dût laisser place à celui, moins fort, d’Initiale, car l’utilisation d’un tel nom n’était pas du goût des Cristalleries Baccarat (avec un t), synonymes elles aussi du luxe à la française (et inspiratrices du nom choisi par Renault, soyons clair).

Auteuil 01
La Super 5 Auteuil, la deuxième tentative de petite citadine luxueuse !

Mais revenons à nos moutons. Alors qu’en 1972 est lancée la petite Renault 5, il n’est pas encore question de véhicule de luxe, mais de « petite voiture » accessible à tous, et particulièrement aux jeunes. Inévitablement, sa taille et ses motorisations modestes la cantonne souvent dans le rôle de véhicule urbain. Qui dit urbain dit souvent beaux quartiers, et donc bourgeoisie avide de distinction comme de praticité.

C'est la Baccara en 1988 qui remportera la timbale (ici une Exclusiv allemande, malgré la plaque d'immatriculation française)
C’est la Baccara en 1988 qui remportera la timbale (ici une Exclusiv allemande, malgré la plaque d’immatriculation française)

On reprocha souvent aux Renault 5 et aux Super 5 première génération de manquer de standing pour satisfaire cette clientèle. La 205, sans amener forcément du luxe, récupéra à son lancement une partie de cette bourgeoisie grâce à ses versions GTI ou cabriolet. Des indépendants avaient pourtant flairé le filon sans pour autant y arriver. Ainsi, les Automobiles Laurence avaient-elles voulu imposer une vision luxueuse de la Renault 5. Seuls quelques exemplaires furent réellement vendus. Quelques temps plus tard, avec l’aide de la concession Renault de la rue de la Pompe, située en plein cœur du triangle NAP (Neuilly Auteuil Passy), Laurence proposa la Super 5 Auteuil (pas besoin d’aller chercher bien loin), là aussi sans dépasser les quelques exemplaires.

Exclusiv 03

Mais Renault, à l’occasion du lancement de la phase 2 de la Super 5, en 1988, montra à tous sa capacité d’adaptation en proposant deux nouvelles gammes : la GTX, plutôt cossue, disponible en automatique et en 5 portes, et la Baccara, vraiment luxueuse disponible seulement en 3 portes. Point commun de ces deux voitures : un 1,7 litre de 90 chevaux leur donnant un certain peps en plus d’une robe alléchante. Aussitôt, la bourgeoisie parisienne s’encanailla avec ces luxueuse petites voitures produites pourtant par la « gauchiste » (croyait-elle) marque de Billancourt !

A l'intérieur c'est d'un luxe encore jamais à ce niveau de gamme !
A l’intérieur c’est d’un luxe encore jamais vu à ce niveau de gamme !

La Renault Super 5 Baccara fut produite pendant seulement 3 millésimes (1988, 1989 et 1990) mais elle marqua les esprits et les cœurs des français, mais aussi de quelques pays européens, mais sous des noms différents. Ainsi, en Angleterre, c’est sous le nom de Monaco qu’elle tenta de s’imposer, alors qu’en Allemagne, c’est le nom d’Exclusiv qui sera utilisé, ou encore Limited en Italie.

Une Exclusiv allemande
Une Exclusiv allemande

Surtout, la Super 5 Baccara initia une nouvelle « lignée » de voitures Renault, jusqu’à la disparition du nom : la 19, la 21, la Clio, la Safrane et la Laguna eurent droit à leur déclinaison de luxe. Entre temps, Peugeot avait compris l’enjeu, et tenta de se faire une place sur ce marché avec la 205 Gentry, avec moins de succès il faut le dire (lire aussi : Peugeot 205 Gentry).

Une Monaco anglaise !
Une Monaco anglaise !

Aujourd’hui, le plus dur sera d’en trouvé un bel exemplaire, pas trop rincé, et pas trop cher. Avec la flambée des prix en collection comme pour les youngtimers, les beaux exemplaires se font rares, et donc chers (tout comme les 205 Gentry). Mais en cherchant bien, vous pourrez sans doute trouver votre bonheur sans vous mettre sur la paille !

Images de l’Exclusiv: Auto Bild.

 

Articles associés

16 commentaires

Eddy123

Le 21/11/2015 à 19:50

Franchement tu es une mine de bon articles!
Il est dommage que Renault n’est pas « payé  » pour garder le nom….
Initial sonne moins fort et surtout, je ne sais pas pourquoi, ils ont voulu fondre dans la masse leurs modèles « luxe »….
Une Super 5 Bacarra, ou 25 se voyaient de loin…. moins pour la 21… qui du coup a moin marché. .. Ne pas oublier la 19.

Paul

Le 21/11/2015 à 19:52

Ils ont perdu leur procès voilà pourquoi 😉

Eddy123

Le 22/11/2015 à 12:16

Ho… avec un gros cheque…..on fait des miracles. …..

Greg

Le 23/11/2015 à 12:01

La Clio a de nouveau reçu l’appellation Baccara!
Elle recevait la casquette de tableau de bord élargie de la 16S, pour loger une vilaine pendulette et l’afficheur LCD d’un thermomètre extérieur…

eddy123

Le 23/11/2015 à 18:00

Effectivement, je l’ai oublié celle là…;)

Guillaume

Le 21/11/2015 à 20:34

N’oublions pas la véritable ancêtre de la Baccara : la R5 TX : jantes alu, vitres électriques, volant cuir, direction assistée, vitres teintées et peinture métalisée. Nettement plus luxueuse que les autres citadines de l’époque !

Eddy123

Le 22/11/2015 à 12:16

Une 5 tres sympathique. .

Henri Graber

Le 21/11/2015 à 21:48

Le concept « DS » sera-t-il la bonne réponse? Et que pensrr de l’Aston Martin « IQ », qui n’a pas vraiment fait le « buzz »?

Paul

Le 22/11/2015 à 00:06

Les versions automatiques des Baccara et Gtx gardaient le moteur 1.4 des versions automatiques normales, et non le 1.7. Pour info.

Gds

Le 22/11/2015 à 18:10

Ca me fait penser à Vanden Plas quand cette défunte marque tentait d' »embourgeoiser » des Austin Allegro, en plus chic…Après une R5 « Deluxe », j’avoue que j’ai un peu souri au début. 🙂

Greg

Le 23/11/2015 à 11:48

La Renault 5 première du nom a été déclinée dans 2 variantes significatives:
-la LS pour le sport, les LS « kitées » animant la 1ère coupe R5 des circuits
-la TX pour le « luxe ».
Si la lignée sportive des LS, Alpine et Alpine Turbo se perpétue au travers de la Supercinq GT Turbo, en revanche la TX disparaît corps et biens… laissant le champ libre à la Mini et la Lancia Y10 sur le marché des citadines de luxe!
La même erreur sera commise avec la Twingo lancée en septembre 92, au grand bonheur des accessoiristes et selliers garnisseurs!

eddy123

Le 23/11/2015 à 18:03

La Renault 5 Laurence et 9 du même nom avaient des retros elec des A310 si ma mémoire est bonne!! + le bouclier des LeCar pour la 5 et la calandre Alliance série 1 pour la 9…

Mathieu

Le 20/03/2016 à 17:52

Attention, les GTX (apparues mi-1987, comme les « Baccara », et les phase 2 plus généralement) n’existent pas en boite automatique. Il existe bel et bien une version « Automatic », mais elle mûe par un 1397cc Cléon et équipée comme une « GTS ». En revanche, la « Baccara » existe bien en boite automatique, avec ce même 1.4L.
A l’export (en Allemagne, au Japon), des « Baccara » à boîte automatique ont existé avec des moteurs plus conséquents, notamment le « F3N », 1721cc injection.

En parlant de version export, je suis curieux de savoir ce qui se cache sous le capot de la splendide « Exclusiv » des photos, dont l’immatriculation de 1981 ne semble être là qu’à titre esthétique (but atteint en tous cas!)…

Merci pour ce bel article !

บาคาร่าออนไลน์

Le 08/05/2017 à 10:09

i like it,it good, it every nice

Richard

Le 28/01/2019 à 02:24

Par hasard, j’ai lu sur une page FB, que la 5 Baccara vendue en Espagne disposait de l’Air-co (Clim) qui n’était pas dispo sur les modèle français. Par ailleurs, elle aurait été disponible avec le cléon 1.4L accouplé à la boite manuelle, configuration qui n’existe pas sur les versions françaises

Si quelqu’un a des infos là-dessus, merci de m’apporter la lumière 😉

Merci

Escienca

Le 19/10/2019 à 14:15

À ma connaissance, pas d’Espace 1/2 Baccara ! Quel mauvais coup de stratégie ! Il aurait pu envoyer un bon gros haut de gamme V6 essence contre les nouveaux 806/Evasion/Ullyse/Zeta qui déjà totalement hase-been et démodé à leurs sorties, aurait fait encore moins un pli contre le roi Espace ! Un regret de l’histoire automobile Française je pense.

Laisser un commentaire