Renault Vel Satis : un problème de look, Coco !

Publié le samedi 11 avril 2015.
Mis à jour le vendredi 5 juillet 2019.
Retour

Depuis quelques mois, je n’arrête pas de croiser des heureux possesseurs de Renault Vel Satis. Bien sûr ils ne font pas partis des précurseurs qui l’ont acheté neuve, entre 2002 et 2009, mais des nouveaux propriétaires d’une Vel Satis de seconde main, acheteur en toute conscience d’une berline qui aura pourtant été un vrai bide pour Renault. La Vel Satis va-t-elle connaître une seconde vie plus glorieuse, en occasion puis future youngtimer, comme sa sœur coupéspace Avantime (lire aussi : Renault Avantime) ?

Vel Satis 03

Alors pourquoi y a-t-il un renouveau de la Vel Satis en occasion (sans pour autant faire remonter la côte, il ne s’agit pas d’un raz de marée) ? Tout simplement parce qu’elle propose aujourd’hui un rapport qualité/performance/confort/luxe/prix inégalable. Il faut bien sûr faire abstraction de son physique ingrat, mais beaucoup de ces nouveaux acheteurs font avec la Vel Satis un achat de raison : c’est son confort, son volume intérieur et son prix qui motivent l’achat.

Vel Satis 08

A la fin des années 90, lorsque les dirigeants de Renault décident de remplacer la Safrane, ils font un constat (à tort ou à raison) : impossible de rivaliser avec les marques premiums allemandes. Il faut donc proposer autre chose pour continuer d’exister en haut de la gamme (réflexion que fera aussi Lancia avec sa Thésis, lire : Lancia Thesis). Louis Schweitzer (le PDG) et Patrick Le Quément (le directeur du design) optent donc pour un couple de voitures détonnant : un coupé-space (l’Avantime, qui permet aussi de palier le départ de l’Espace des chaînes de montage de Matra) et une grande berline proche du monospace dans sa ligne (la Vel Satis).

Vel Satis 07

S’inspirant du concept Renault Initiale de 1995 (lire aussi : Renault Initiale Concept), la Vel Satis gagne en hauteur et en volume, perdant sa fluidité au profit d’un espace intérieur royal. Son design détonne dans la gamme Renault lorsqu’elle sort en 2002. Elle ne ressemble à rien de connu et cela déroute une clientèle reconnue pour sa recherche du classicisme et du consensus à ne niveau de gamme. Elle offre pourtant une large palette de moteurs essences ou diesels, avec en point d’orgue deux V6, l’un à essence de 3,5 litres et 245 ch (d’origine Nissan), l’autre diesel, un 3,0 litres Dci de 170 ch (d’origine Isuzu).

Vel Satis 09 Pub

Le design de la Vel Satis fut l’une des raisons de son échec donc, mais pas seulement. Les premiers modèles n’étaient pas toujours fiables (un mal français semble-t-il en haut de gamme), et le moteur V6 diesel est à fuir : il a contribué à ruiner la réputation de la Vel Satis mais aussi de la Saab 9-5 qui en était aussi équipé à l’époque. Autre coup dur : l’affaire du régulateur de vitesse fou sur l’autoroute A71 qui mit à mal une carrière déjà compliquée. Enfin, l’Avantime qui devait sortir avant la Vel Satis, fut retardée et les deux modèles sortirent quasiment en même temps, contribuant à l’échec des deux voitures et à brouiller leurs images respectives.

Vel Satis 01

Elle survivra tout de même 8 ans, pour s’éteindre en 2009. Entre temps, elle aura connu un « facelift » en 2005, la gloire du festival de Cannes (voiture officielle), pour une production totale de 62 201 exemplaires. On est loin des plus de 300 000 ex de la Safrane, ou des records de la R25 (plus de 800 000 ex). Mais c’est toujours mieux que les 25 000 de la Citroën C6 (lire aussi : Citroën C6). Elle connaîtra aussi une gloire post mortem en transportant la Reine d’Angleterre pour les 70 ans du débarquement en juin 2014 : c’était la seule voiture française lui permettant de conserver ses chapeaux. Pour une fois que son physique ingrat la distinguait positivement ! Entre temps, elle aura été remplacé par une Latitude aux antipodes avec sa ligne insipide et sa discrétion à tout point de vue (ventes mondiales 2014 : 5281 exemplaires).

7

La scoumoune du haut de gamme Renault est en tout cas une aubaine pour qui désire aujourd’hui s’acheter une grande berline confortable, performante, silencieuse, luxueuse, pour des clopinettes. On en trouve dès 2000 euros, voire moins pour des voitures à bricoler (ou qui serviront de donneuses d’organes). A vous de voir !

 

Articles associés

11 commentaires

Benjamin

Le 11/04/2015 à 16:02

Je l’ai toujours trouvée pas mal. Décalée et pourtant bien fonctionnelle. Certes, elle n’a pas le prix du design, mais quand on voit que la C Cactus en a eu un…

Paul

Le 11/04/2015 à 16:12

Humm le Cactus est tout de même plus gracieux… je suis en retard sur mon planning rédactionnel, mais tu pourras voir qu’il n’est pas si mal (et encore, j’irai même jusqu’à dire qu’il est pas mal ce Cactus !)

Privilege2004

Le 23/02/2017 à 10:26

Je transporte ma petite famille avec un immense plaisir dans une VS 2.2 dci Privilege de 2004 depuis 4 ans (240 000 Km). Ayant deux enfants en bas âges, la Vel Satis est plus que pratique au niveau siège bébé, facilite d’accès, espace a bord, hayons, banquette rabattable.
C’est mon unique véhicule et parcourant entre 15000km et 20000km par ans, le diesel est finalement rentable… Aujourd’hui j’en suis encore plus fan (surtout dans sa définition, intérieur alcantara gris sombre et gris hologramme) et au rang des qualité du 2.2 dci je dirais que sa puissance est suffisante pour paraphraser une celebre marque britanique peux prolixe a donnere des informations sur la puissance de ses moteurs. En tout cas la puissance adaptée à la conduite coulée d’une Vel satis, et c’est également le moteur le plus frugale de la gamme (avec un record à 5.9l/100km au régulateur a 130 seule à bord vent dans le dos sur Lyon-Nice). Bon je me laisserai bien tente par le son mélodieux du 3.5 si j’arrive à m’astreindre à faire moins de kilomètres ou à dénicher une version GPL… Ultra confortable et pas forcement ruineuse (c’est une renault et bcp de pieces sont communes avec Espace 4, Laguna 2…) voir assez fiable (pour mon milesime en tt cas). Pas forcément séduit à sa sortie, avec le recul je trouve la Vel satis brillante par son concept, son avant-gardisme technologique* et les détails de son dessin…. Je l’adore de ¾ arrière, l’avant a ce cote Mussolinien un peu brutal surtout avec ses fanions de baleine reste néanmoins cohérent avec l’habillage d’un volume conséquent. Elle a un cote hippomobile, ancien régime que l’on retrouve seulement sur des véhicule type Rolls Royce et propose un luxe spécifiquement français… comme la C6 qui a eu encore mins de succès commercial. Bref un grand merci à Renault d’avoir tenté ce haut de gammes tout comme pour l’Avantime et dommage de ne pas y avoir crus…. Mais bon les chiffres de ventes atteste d’un certains désintérêt de la clientèle ciblée au bénéfice en occasion des moins argentes… Reste que Espace 5 et Talisman semblent plus prometteur sur ce plan la avec une qualité de fabrication pourtant en retrait de Vel satis. Je ne suis pas sûr que les allemands avec les Série 5 GT et Mercedes Classe R aient eu beaucoup plus de succès avec un concept proche de la VelSatis. Et ce malgré de plus gros marches de vente… Bref une auto très Boitier Rouge a acheter/garder maintenant!
Pour en savoir plus: https://www.forumvelsatis.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=12&t=857

J2M

Le 11/04/2015 à 22:26

A acheter par paire, comme les fusils de luxe ou les Jaguar des seventies : une en réparation et l’autre avec laquelle on essaie de rouler.

François

Le 13/04/2015 à 16:20

J’ai roulé quelques années en vel satis dcii. Je m’en suis séparé à 270000 km avec quelques regrets.
La c5 qui la remplace est moins confortable et moins bien finie. Vivement que l’espace V apparaisse en occaz !

Rodrigo

Le 14/04/2015 à 07:01

Une mega Megane II, pourquoi on aurait voulu de la prendre?

Olivier

Le 27/11/2015 à 06:49

Bonjour j’ai entendu que Vel Satis signifiait Velocity Satisfaction. Qui peut confirmer?

Denis the Pest

Le 01/03/2016 à 09:20

Velsatis est un anagramme de Vivastella, grosse berline de luxe Renault de la fin des années trente.

Julien

Le 29/10/2016 à 15:32

Je roule en VelSatis depuis maintenant 10 ans, une pase 1 2.2dci (moteur merdique) et maintenant une phase 2 2.0dci moteur nissan 150ch.
un régale depuis le début, on fait 1000 bornes sans avoir mal nul part, un confort inégalé… ma prochaine, toujours un VS mais en 3.5 V6 essence…

JULIEN DUC

Le 22/04/2018 à 12:21

Tu parles de scoumoune, il faut savoir qu’elle démarra dès la présentation presse du modèle puisque le GPS de la berline perdant les pédales égara un groupe de journalistes.
L’autre problème au delà de l’esthétique fit et pas des moindres la fiabilité désastreuse pour ce segment: boîte automatique lamentable pour les hauts de gamme (soi disant lubrifiée à vie mdr, on peut la vidanger mais pas changer la crépine qui est sertie dedans en usine donc la limaille reste à vie dans la boîte) et pour les modèles bas de gamme comme les 2.2dci c’est les coussinets de bielles ou autres pièces du bas moteur qui flanchent. Ex proprio d’une v6dci 3.0 initiale, quel dégoût, boîte HD à 120000 malgré une vidange de précaution et les yeux écarquillés de mon concessionnaire. Je lui ai finalement préféré ma e320cdi bien moins élitiste dans sa finition mais qui roule encore chez son nouveau proprio qui me l’a acheté à 390000km.

philippe

Le 25/06/2019 à 18:32

je roule Velsatis 2.0 turbo ess Initiale boite auto ! un salon roulant ! que de confort ! que de place ! c’est une phase 1 a 210 000 kms ! un vrai bonheur ! la prochaine ?? si je tombe sur une 2.0 DCI 175 cv pourquoi pas !!

Laisser un commentaire