Renault Wind Concept: intention louable

Publié le vendredi 22 juillet 2016.
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019.
Retour

Lorsque j’avais lancé en 2005 l’éphémère magazine « L’Oeil Automobile », je m’étais intéressé au show-car présenté l’année précédente par Renault au Salon de Genève, la Wind Concept. Je me souviens qu’à l’époque, beaucoup d’amateurs de voitures, voire de spécialistes, avaient fantasmé sur une hypothétique mise en production. Les plus enthousiastes avaient même imaginé voir la Wind Concept badgée du logo Alpine.

Wind 06

Wind 05

Certains continuent à penser que ce roadster à 3 places (2 devant, et une troisième placée astucieusement derrière, cf. photos) était bel et bien prévu comme la première pierre d’une renaissance d’Alpine. Si je n’en ai pas eu confirmation, je me souviens de bruits chez Renault à l’époque annonçant la mise en production de cette Wind première du nom. Finalement, la montagne accouchera d’une souris, puisque 6 ans plus tard, une Wind sur la base de la Twingo décevra bien des amateurs (lire aussi : Renault Wind).

Wind 04
Wind 03
Wind 07

Que ce soit sous le logo losange ou sous celui d’Alpine, la Wind Concept laisse tout de même quelques regrets : la ligne dessinée par Patrick Le Quément est particulièrement séduisante, et rappelle immédiatement une star du marché, la Mazda MX5 (lire aussi : Mazda MX5). Avec une différence de taille cependant : avec la Wind Concept, on reste dans le domaine de la traction, avec une plate-forme B (Modus, Clio III, Micra).

Wind 11

Avec un poids de 850 kg seulement, le moteur 2 litres 16 soupapes essence de 136 ch ne la transforme a priori pas en sportive, mais lui offre sans doute des performances « suffisantes » pour aller taquiner la Mazda justement, cible désignée de la petite Renault, du moins virtuellement. Mais malgré les rumeurs, Renault avait-elle envie de lancer ce petit cabriolet, quel que soit le blason ? Rien n’est moins sûr. Et lorsqu’en 2007 des « bruits de couloirs » laissèrent supposer la sortie en série d’une Wind, il ne s’agissait en fait que de la Twingo Wind, bien loin du concept de 2004.

Wind 13

Cette « occasion » manquée est particulièrement dommage quand on voit les concept-cars parus soit la même année, soit deux ans plus tard, la gamme Renault aurait pu avoir de la gueule, avec la Fluence, l’Altica, et cette Wind si séduisante. Malheureusement, la Fluence donnera naissance à un coupé édulcoré, la Laguna Coupé, et donnera son nom à une Samsung rebadgée. L’Altica, sorte de Mégane Coupé, n’aura pas vraiment de dérivé « de série » même si elle préfigure des versions « sports » RS (lire aussi : Renault Mégane R26 R).

La Renault Fluence, présentée elle aussi en 2004
La Renault Fluence, présentée elle aussi en 2004

Mais malgré ces intentions louables, Renault était tout à son alliance avec Nissan, et au développement de sa marque low cost Dacia, et donc finalement bien éloigné des ambitions dans le haut de gamme, surtout après l’échec de l’Avantime (lire aussi : Renault Avantime) et celui de plus en plus probable de la Vel Satis (lire aussi : Renault Vel Satis). Entre l’envie et la réalité financière, il y avait alors une marge trop importante.

L'Altica, présentée en 2006
L’Altica, présentée en 2006

Il y en aura toujours pour trouver Renault trop timoré, des patrons automobiles de comptoirs pour dire « y’a qu’à faut qu’on », et qui refont l’histoire a posteriori. Bien entendu que parfois, l’audace paie, mais Renault avait déjà osé en ce début de siècle, pour finir par déchanter : si la créativité de Le Quément pouvait s’exercer désormais sur les salons internationaux, l’heure était désormais à la raison !

 

Articles associés

11 commentaires

Vinnie

Le 22/07/2016 à 12:01

Elle est bien sympa, elle a un air de 350Z cabriolet

fabzer

Le 22/07/2016 à 12:40

Je me suis fais la même réflexion.

Michel

Le 22/07/2016 à 15:25

J’ai toujours eu un problème avec Patrick LE QUEMEND
pour RENAULT il à toujours proposé des concepts interessants, LAGUNA – KOLEOS – SENIC – WIND, mais lors du passage à la série, l’idée originale disparait au profit d’un vehicule sans ame

pipom16

Le 23/07/2016 à 17:06

Renault n’a pas osé sortir ce sympathique cabriolet. Le marché de ce type de véhicule semble repartir à la hausse et aujourd’hui la sortie de la Fiat « 124 » en ai l’illustration, donc on peut penser que Renault et Peugeot vont s’y remettre plus sérieusement qu’avec une 306 ou Mégane bien sûre.

Paul

Le 23/07/2016 à 17:27

il est toujours facile d’avoir eu raison trop tôt ou trop tard !

pipom16

Le 25/07/2016 à 19:26

La renault wind est en effet peut etre hors du temps mais pour moi elle est loupe ( je parle de celle qui a ete produite).
Quand Mazda a sortie sa Miata, peu de monde y croyait, et pourtant, proche d un concept de Matra, elle a ouvert un renouveau dans le marche du petit cabriolet.
Fiat prend peut etre le train en marche, en reprenant la plate forme de la Mx5, mais sa 124 est tout simplement magnifique ,!

Guillaume D.

Le 24/07/2016 à 23:53

J’ai adoré ce concept en son temps (et je continue de l’apprécier!). Je trouve le concept très bien dessiné et outre le débat renaissance d’Alpine, on pouvait y voir aussi une suite au Renault Spider qui avait quand même, je trouve, marqué les esprits après l’emblématique Clio Williams (même si on est loin du succès des Renault Sport actuelles).

Il fallait y voir aussi toute une réflexion sur ce que deviendrait les citadines avec cette fameuse 3ème place sur la Wind Concept, puis sur la Zoé Concept de 2005: comment trouver le compromis entre normes de sécurité (crash-test) et habitabilité. Fallait-il aller aussi loin que Smart avec 2 places (qui balbutiait encore) ou fallait-il trouver un autre compromis? Cette idée de 3 places semblait une super voie.

Malheureusement (ou heureusement), Renault n’a pas passé le cap de la production avec un tel concept et il aura fallu attendre… la Toyota iQ pour voir l’aboutissement de ce genre d’idée, avec le succès relatif que l’on sait puisque le véhicule n’a pas connu de descendance. Au final, la Twingo de 2016 a conservé ses 4 places et la Smart continue son bonhomme de chemin en 2 et 4 places: le compromis de 3 places ne semble pas (plus) un argument percutant: Veni, Vidi, nec Vici!

pipom16

Le 25/07/2016 à 19:18

Plus ecement en 3 places y a eu la MIA , pas vraiment une reussite, quelques unes roulent encore par ici mais ces autolib ne sont plus maintenu donc un vrai flop !

Tony

Le 29/07/2016 à 10:15

La wind était une jolie intention.
Certains considèrent ce produit comme raté, on peut penser que les moyens de communication et d’accompagnement n’ont pas été suffisant….dommage, je pense qu’il y avait une vraie place pour ce produit, un peu moins cher peut être.
C’est vrai qu’elle n’a jamais été à la mode et du coup ne sera jamais démodée…. On la trouve à des prix très intéressants sur le marché de l’occasion.
Moi aussi j’ai pensé qu’elle aurait pu être la toute première Alpine, joueuse et espiègle…dommage

McCloud

Le 28/08/2016 à 12:27

C’est une habitude chez Renault de collectionner les rendez-vous manqués, d’avoir un temps de retard, de faire dans la demi-mesure et de tourner la page sur ce qui marche. La bulbeuse Twingo à bobos actuelle fait suite à une Twingo sans charme qu’un redesign tardif rendit presque regardable, alors que l’idée de départ, la voiture populaire citadine bon marché au design jeune et sympa, héritage de la 4L et de la R5 méritait d’être creusée. Elle répondrait aujourd’hui à une demande non satisfaite.
Par le passé, l’intéressante R25 trois corps a fait partie des nombreux rendez-vous manqués de Renault, de même que la « si mal vendue » R14, dont le style était en avance de dix ans et qui a souffert d’une campagne de publicité grotesque. Ne parlons pas de la Modus, qui aurait dû rester à l’état de prototype comme la Vel Satis, et de l’Avantime, sorte de « personal car » à la française, concept intéressant s’il n’avait été hors de prix et propulsé par un moteur de machine à coudre.
En la matière, Citroën et Peugeot ne sont pas en reste…

Jean-Michel

Le 13/08/2017 à 16:31

Je l’aime beaucoup ce concept. Il me fait penser à la Daihatsu Copen, petit cabrio japonnais que j’ai pu savourer il y a quelques années.

Laisser un commentaire