Rinspeed EB110 Cyan: une drôle de Bugatti

Mardi 16 juin 2015
Retour

En ce début des années 90, je suis un vrai ado, et je commence à m’intéresser plus sérieusement à l’automobile : j’achète la presse, je lis, je compare, je me rends en expert sur les salons automobiles, et je commence à me forger une culture sur des véhicules plus anciens. En bref, ma connaissance s’affine tandis que je frémis aux renaissances de certaines marques. C’est par exemple avec enthousiasme que je vois renaître la firme Bugatti (lire aussi: Bugatti), certes en Italie, mais soutenue par des entreprises françaises comme Aeorspatiale (qui l’aidera pour le châssis de l’EB110), Messier-Dowty-Bugatti (qui lui cédera son nom, et travaillera sur le freinage et les suspensions), ou Michelin (qui réalisera des pneus sur mesure). Un projet italien certes, mais avec une belle participation française quoi !

Cyan 02

Je me souviens qu’en 1993, lors d’un été en Italie, j’avais acheté là-bas un modèle au 1/24 que j’ai toujours aujourd’hui, c’est dire si ce modèle m’avait tapé dans l’oeil. Curieusement, son design controversé me plaisait, son bleu france me faisait oublier qu’elle était fabriquée à Campogliano, près de Modène, et savoir que Michael Schumacher en possédait une achevait de me convaincre que nous avions à faire à une authentique supercar, peut-être la meilleure à l’époque.

En 1994, et bien que passionnément amoureux d’une jolie fille, je suis au summum de ma passion pour l’auto. Il faut dire que cette année-là, le monde de l’auto foisonne de projets les plus fous. Je me souviens donc parfaitement du Salon de Genève de cette époque-là. En vacances chez mon amoureuse de l’époque, je me souviens avoir joué au grand, à la terrasse d’un café de Dinard, feuilletant toute la presse auto autour d’une (ou deux) bière, tandis que ma belle montait à cheval. C’est ainsi que je découvris une étrange EB110, dont je ne sais toujours pas aujourd’hui si je l’aime ou pas : la Rinspeed EB110 Cyan Projet.

Cyan 07

Cette EB110GT, livrée en décembre 1993 par l’usine à l’atelier suisse Rinspeed, fondé par M. Rinderknecht, sera re-looké pour le salon de Genève en mars de l’année suivante. Plusieurs modifications furent effectuées pour lui donner un air plus moderne, ou plus agressif, ou plus tuning (rayez les mentions inutiles, ou ajoutez les votres). A l’avant, adieu les gros blocs optiques, et place à des triples phares ronds à leds (déjà!) de chaque côté. Le capot avant est donc spécifique, et la face avant en est transformée. A l’arrière, les feux sont cachés derrière une grille couleur carrosserie. Enfin, un aileron (sans doute le point le plus contestable de la transformation) rajoute de la sportivité (ou tombe dans le ridicule, au choix).

Cyan 03

Mais les modifications ne s’arrêtent pas là. En lieu et place du V12 de la GT, c’est celui de la supersport (SS) crachant ses 603 chevaux qui s’invite, sans pour autant que le châssis de la GT soit modifié (drôle de choix : sans doute était-ce pour disposer de la base de carrosserie plus esthétique de la GT). Pour améliorer les liaisons au sol, Rinspeed fait appel à Pirelli qui offre des P Zero spécifiques s’adaptant aux jantes BBS spécialement créées pour elle.

Cyan 01

A l’intérieur, c’est grand luxe : l’aluminium côtoie le cuir (bleu lui aussi), tandis qu’un système audio Nackamichi vous permet d’écouter Technotronic à fond (« Pump up the jam », nous sommes en 1994 rappelez-vous). Enfin, laissez tomber votre Be Bop, puisque la Rinspeed EB110 Cyan vous offre un ensemble écran/téléphone Nokia 2110, le must à l’époque. Entre la couleur de la carrosserie et celle du cuir, vous comprenez mieux maintenant pourquoi le projet s’appelle Cyan (à moins que vous ayez séché tout vos cours de dessin à l’école).

Cyan 04

Après cette apparition genevoise et moult articles de presse, que devient-donc cette EB110 Cyan ? Voilà une bonne question à laquelle je vais répondre. Elle sera vendue pendant l’été 1994 à l’un des deux patrons du fabricant de jantes BBS. Mais n’espérez pas retrouver et racheter cette EB110 telle qu’elle fut présentée à Genève par Rinspeed. Elle sera en effet remise en configuration d’origine (du moins pour ce qui est de la carrosserie), redevenant une EB110 anonyme parmi les 139 construites. Mais si l’envie vous prend de la retrouver, et de lui rendre son aspect « historique » (Rinspeed existe toujours), sachez qu’elle porte le numéro de série 39051 !

D’autres anecdotes sur la Bugatti EB110 ? Lire aussi : Dauer EB110S, la plus rare des EB110

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

Richard

Le 28/05/2017 à 09:13

Allez je me mouille !
La EB110 était la meilleure Supercar de son temps , et je pense même qu’elle est capable de remonter les bretelles des Chiron Veyron sur circuit ! 😀

Enzo

Le 05/09/2017 à 21:41

Eh non, la mclaren f1 fait fureur à l’époque.

Maxime

Le 08/10/2018 à 14:51

elle existe toujours ! et en plus, elle se reconnais a ses jantes spécifiques (celles utilisé sur la version Rinspeed, conservées)

http://yo.spc.free.fr/39051.htm

Laisser un commentaire