Roewe 750 : Mamie 75 fait de la résistance

Publié le vendredi 25 juillet 2014.
Mis à jour le jeudi 28 mars 2019.
Retour

La Rover 75 est une voiture bien née. Apparue en 1998, sous l’égide de BMW alors propriétaire de la marque, la 75 avait de grandes qualités. Malheureusement, elle n’était pas née au bon moment : le groupe MG Rover, lâché par BMW en 2000 et racheté par des investisseurs (Pheonix), n’avait pas les moyens de survivre dans un environnement économique demandant de plus en plus d’investissements. Malgré une ultime version V8 rarissime (lire aussi : Rover 75 V8), la marque déposait le bilan en 2005.

C’était la fin de la carrière européenne de la 75. Mais le début d’une carrière chinoise. Après de nombreux projets de joint-venture avec le chinois SAIC, c’est finalement Nanjing Automobile qui racheta les droits, l’outillage et l’usine de Longbridge en Angleterre. Nanjing qui finira par rejoindre le groupe SAIC. Vous suivez toujours ?

Les chinois comptaient bien capitaliser sur les noms et les origines britanniques de Rover et MG. Mais les droits de la marque Rover appartenaient toujours à BMW, qui les vendit à Ford en 2006, propriétaire de Land Rover et désireux de protéger sa filiale de 4×4 (désormais propriété de l’indien Tata). SAIC trouva la parade avec un nom proche, Roewe, phonétique du nom Rover en chinois. Désormais, SAIC gèrera Roewe, tandis que sa filiale Nanjing gèrera MG.

Mais revenons à notre Rover 75… Depuis le début des négociations avec MG Rover en 2004, SAIC lorgne sur cette berline assez représentative de l’automobile britannique telle que se l’imaginent les chinois. Malgré l’obligation de changer de marque, le constructeur chinois est bien décidé à relancer ce modèle sur son marché. Fin 2006, la Roewe 750 est présentée au public. Mis à part ses feux arrières, la 750 diffère peu de la 75. D’ailleurs, elle en garde les principaux moteurs, le 4 cylindres 1,8 litres de 120 ch, et le V6 2,5 litres de 177 ch. Une version Turbo du 1,8 litres, de 150 ch, sera proposée rapidement.

La 750 est commercialisée en 2007. A ses débuts, elle rencontre un réel succès (à relativiser cependant, vue la taille du marché chinois). Les 3 premiers mois, Roewe vend 8000 exemplaires de sa grande berline, et les délais de livraison atteignent 3 mois. Il faut dire que SAIC a lancé une campagne de publicité habile jouant sur le luxe et la british touch de la 750. Surtout, les capacités de production ne sont pas encore suffisantes pour répondre à la demande. L’euphorie se calmera rapidement, mais la 750 se vendra désormais à près de 25 000 exemplaires par an. Elle sera exportée au Pérou et au Chili à partir de 2008.

Née en 1998, la 75 fait de la résistance en Chine jusqu’en 2012, date à laquelle elle sera remplacée par la 950, nouvelle grande berline entièrement conçue par Roewe. Mais n’allez pas croire que la 75 devenue 750 prendrait sa retraite comme ça. Bien décidée à rentabiliser au maximum l’investissement, SAIC a annoncé en 2013 la fabrication de la 750 en Egypte par un joint-venture créé avec un investisseur local. L’usine égyptienne produira la 750 en CKD (kit d’assemblage expédiés de Chine) sous la marque MG, jugée plus visible à l’international. 15 ans après sa naissance, la 75 fait donc toujours de la résistance, née Rover, rebaptisée Roewe et finissant sa vie sous le blason MG.

 

Articles associés

2 commentaires

Navigator84

Le 05/09/2014 à 00:38

Nanjing Auto a lui produit la MG ZT en Chine sous le nom de MG 7. Il y aura même une version longue (à l’instar des Audi A6L ou BMW Série 5 L) mais qui a pour sa part adopté la face avant de la Rover 75 restylée et donc de cette Roewe 750 …

fabrice

Le 29/11/2015 à 21:48

ce serait amusant que les chinoi l’exporte en angleterre!

Laisser un commentaire