Ruf CTR 2017 : la renaissance du Yellow Bird

Publié le jeudi 9 mars 2017.
Mis à jour le vendredi 5 octobre 2018.
Retour

Pour ce premier jour des journées presse du Salon de Genève (aujourd’hui on dit GIMS, pour Geneva International Motor Show, rien à voir avec la « musique »), la révélation que tous attendaient, c’était celle de la nouvelle Alpine A110, première pierre d’une renaissance française. J’en reparlerai très prochainement, mais d’une certaine manière, l’A110 est devenue mainstream ces derniers jours. Alors pour introduire cette série d’articles sur Genève, j’ai décidé de vous parler d’une autre renaissance, passée plus inaperçue, alors que le modèle est tout autant mythique : la Ruf CTR 2017.

En 1987, Aloïs Ruf Junior lançait, sur la base d’un Porsche 911 3.2 la CTR 1, qu’on surnommera bientôt Yellow Bird à cause de sa couleur, bien entendu (lire aussi : Ruf CTR 1 Yellow Bird). A l’époque, la bête récupérait du flat six 469 canassons, un beau haras, suffisant pour tenir la dragée haute aux supercars de l’époque. Une performance qui faisait gagner à Ruf ses galons de constructeur à part entière, à l’instar d’Alpina ou d’AMG. Au total, 58 exemplaires de la CTR 1 seront produits, ce qui en fait une rareté devenue hors de prix aujourd’hui.

Depuis, Ruf a continué de fabriquer et vendre des modèles de plus en plus performants, toujours sur la base de la 911. Et puis, Ruf est aussi devenu motoriste de supercars, en fournissant W motors en flat six surpuissants pour les Lykan et Fényr (lire aussi : Lykan Hypersport).

Mais 30 ans après la CTR1, Ruf avait bien envie de montrer que ses talents ne se limitaient pas à ceux de motoristes. Il fallait construire une voiture toute entière pour célébrer cet anniversaire, tout en ne reniant pas son passé « Porschiste ». Voilà pourquoi la petite marque allemande propose aujourd’hui la CTR 2017 : malgré son allure de Porsche « de l’époque » (façon 964), il s’agit en fait d’une toute nouvelle voiture.

Oui, vous avez bien lu, il s’agit d’une toute nouvelle voiture, pour la première fois entièrement développée chez Ruf : la robe est une évolution modernisée (mais à peine) de celle de la Yellow Bird initial, tandis que le châssis est totalement nouveau, une exclusivité Ruf qui n’a rien à voir avec une quelconque Porsche. A peu près partout où cela est possible, on trouvera de la fibre de carbone. L’intérieur se veut minimaliste, comme celui de la CTR de 1987, mais tout de même tendu d’Alcantara. Enfin, sous le capot arrière, on trouve un flat 6 biturbo de 3.6 litres développant 710 chevaux pour une vitesse maximale de 360 km/h.

N’espérez pas trop pouvoir conduire facilement l’engin, qui rentrera en production à partir de 2018 dans l’usine Ruf de Pfaffenhausen : seuls 30 exemplaires sont prévus, sans compter le prototype présent à Genève : le prix, non dévoilé, devrait dissuader les amateurs désargentés, laissant la CTR 2017 accessible qu’à ceux qui disposent d’un portefeuille moins garni. La plèbe devra se contenter de l’Alpine A110, dommage. Mais il n’est pas interdit de rêver !

Photos: Ruf et Paul Clément-Collin

Articles associés

15 commentaires

serge blandin

Le 09/03/2017 à 09:38

pour ceux qui veulent avoir une idée de l’origine de cette 911 mythique , tapez RUF Yellowbird + Nurburgring sur Google , et vous allez voir une vidéo hallucinante de 2 tours du circuit , une belle leçon de pilotage enregistrée à l’époque ou ça pouvait se faire sans aucune protection , pas même un casque , alors que l’artiste derrière le cerceau y va de bon coeur ! montez le son , aussi , ça vaut le coup !

Greg

Le 09/03/2017 à 09:50

… menée de main de maître par l’essayeur maison Stefan Roser, et non pas par Walter Rohrl comme on le lit souvent 😉
Pour ma part je me suis aussi frotté au Nürburgring aux commandes de cette diabolique Ruf CTR, avec mois de réussite je dois l’avouer…
Impossible de ne pas se sortir au bout de 3 virages avec cette furie!
Heureusement, j’étais dans mon canapé avec une manette de Playstation à la main!!!

Greg

Le 09/03/2017 à 09:52

Comme Jaguar, Aston Martin et maintenant Land Rover, Ruf fait aussi dans la « continuation »?
Encore plus plus fort qu’une Singer, et peut-être plus « légitime »?
C’est qui le patron?!

John

Le 09/03/2017 à 09:55

C’est une repro sur base 930 et 964 à la façon des Singer non? Comme j’ai dis sur FB hormis cette satanée bande noire, ce genre de caisse à l’ancienne fait vraiment plaisir à l’heure des hypercars sans saveurs…

Paul

Le 09/03/2017 à 09:57

Non, le châssis est un châssis maison en carbone, tandis que la carrosserie est aussi spécifique… on est plus dans la reproduction ou la reconstruction, mais dans le nouveau modèle ! Ils y tiennent chez Ruf !

John

Le 09/03/2017 à 10:04

Merci 🙂
J’adore ces vieilles caisse remises au gout du jour

serge blandin

Le 09/03/2017 à 10:01

Greg , si tu veux retrouver le comportement sauvage de cette Yellowbird , de façon très réaliste , il faut absolument essayer la simulation de Project Cars ( là aussi , montes le son ! ) ou encore plus réaliste , Assetto Corsa , tout ça sur PC of course , et avec un Thrusmaster 500 , changement de vitesse séparé avec la grille métal qui va bien ……quel pied !!

Nico

Le 09/03/2017 à 12:45

Top ! Mais en termes de propriété intellectuelle, comment ça se passe ? Je pense aux déboires de PGO…

GeoffGarit

Le 09/03/2017 à 13:47

Il me semble que Ruf dispose des droits de la CTR 1, puisqu’ils en sont les « constructeurs » légalement (comme Alpina qui est constructeur et non plus simple préparateur), à vérifier, mais je ne pense pas que ça pose de problèmes

Olivier S

Le 09/03/2017 à 14:16

Entre Allemands, il se connaissent. On s’arrange pour le brevet 3D de la silhouette de 911, et il faut juste que RUF évite a mettre des insignes Porsche dessus (un peu comme le constructeur Brabus s’était arrangé avec Mercedes).

seb

Le 09/03/2017 à 21:54

Au détail près que Brabus est préparateur et non constructeur comme RUF. 😉

Olivier S

Le 09/03/2017 à 23:01

Brabus est enregistré est homologué comme « Fahrzeughersteller » au registre des constructeurs officiels au KBA à Flensburg.

C’est donc aussi un constructeur, et non pas juste une entreprise tuning qui fait une homologation a titre individuelle sous la marque de la base. En fait, il font les deux!
.
Dans la carte grise allemande (Zulassungsbescheinigung Teil I et Teil II) il y a marqué Brabus GmbH, avec un code constructeur a part (7780).
.
Çà dépend des modèles si c’est déclaré une Brabus dans la carte grise, ou une Smart / Mercedes-Benz autres.

Docteur Oliv

Le 16/03/2017 à 07:39

Sans aller si loin, il suffit de regarder sur la Carte Grise s’il y a un WMI ( les 3 premiers caractères du VIN ) spécifique qui n’est évidemment pas celui de PORSCHE, DAIMLER…usw

Olivier S

Le 09/03/2017 à 14:11

Le prix officiel, c’est €892.000 TVA inclus en RFA (€750000 nets en export hors-UE)…
.
A ce prix-la, c’est vraiment de l’understatement poussé a l’extrême, puis-ce que ça rassemble a 99% a une bonne vielle Porsche 911 930 ou 964, comme on en voit a tout les coins des villes ici en Allemagne – j’adore!
.
Par contre, le châssis monocoque et suspensions sont dignes d’une F1, utilisant les mêmes ingrédients. Je présume que il y a déjà de la place dans les garages des Émiraties Arabes et au Sultanat de Brunei…

Salva

Le 09/03/2017 à 23:25

Peugeot pourrait sortir une new PTS Turbo 16 de 400 cv !

Laisser un commentaire