Saab 9-X BioHybrid : l’occasion manquée

Publié le jeudi 1 juin 2017.
Mis à jour le dimanche 7 octobre 2018.
Retour

La marque suédoise a toujours souffert d’une gamme trop étriquée, empêchant tout espoir de volumes de production, synonymes de baisse des coûts, de conquête et de pénétration, et qui aurait permit de développer un réseau de distribution plus important. Longtemps limitée à deux modèles (900 et 9000, puis 9-3 et 9-5), elle n’aura jamais réussi à dépasser les 150 000 exemplaires par an, même au meilleur de sa forme. Aussi, lorsqu’en 2008 Saab présenta son concept 9-X BioHybrid, j’ai cru qu’enfin la petite marque suédoise allait se réveiller.

Dépourvue de petits modèles spécifiques, Saab a parfois tenté de piocher chez des constructeurs amis leurs modèles. Ainsi, Saab commercialisera pendant un temps la Lancia A112 (lire aussi : Lancia-Saab A112), puis un modèle un peu plus gros, la Saab-Lancia 600 (lire aussi : Saab-Lancia 600). Elle proposera aussi dans les années 80 la Saab 90, sorte d’entrée de gamme hybride entre une 99 et une 900 (lire aussi : Saab 90). Dans les années 2000, la GM tentera d’élargir la gamme vers le bas en maquillant une Subaru Impreza en Saab 9-2X, sans succès (lire aussi : Saab 9-2X). Malgré ces tentatives, Saab n’arrivera jamais à sortir de son éternel duo 900/9000 devenu 9-3/9-5. Malédiction ?

Pourtant, après l’échec de la 9-2X (et du gros SUV 9-7X), j’ai l’impression que GM avait enfin compris la leçon : pour sortir Saab de l’ornière, il lui fallait donc une vraie gamme, cohérente avec son passé et avec son style. En 2006, on eut droit à un premier concept, l’Aero-X (lire aussi : Saab Aero X), superbe coupé clin d’oeil à la Sonett (lire aussi : Saab Sonett). En enfin, en 2008, cette fameuse 9-X BioHybrid et sa version cabriolet, la 9-X Airconcept. Dans le même temps se préparait dans l’ombre la future 9-5 (lire aussi : Saab 9-5 NG) et le SUV 9-4X (lire aussi : Saab 9-4X). Allait-on assister au renouveau de la marque au griffon ?

J’ai longtemps pensé que GM avait « gâché » Saab et son potentiel premium par des erreurs stratégiques, un manque de vision, ou d’implication. Pourtant je pense qu’en cette deuxième partie des années 2000, le groupe américain avait enfin une vision claire de ce que pourrait devenir Saab, avec des produits cohérents et spécifiques tout en piochant dans la banque d’organes GM. J’ai eu l’occasion de dîner un soir, à Florence, avec Anthony Lo, designer chez GM et pour Saab à l’époque (notamment sur les concepts Aero-X et 9-X) : il semblait lui aussi croire que les américains avaient enfin compris ce qu’il pouvait faire de la petite marque suédoise. Ces deux concepts préfiguraient certes le style des 9-5 et 9-4X à venir, mais aussi sans doute une nouvelle gamme, plus large.

Oui mais voilà, la 9-5 se prépare, le 9-4X aussi, on présente la 9-X BioHybrid qui préfigure clairement une citadine, et patatatra, cette même année 2008 éclate la crise dite « des subprimes ». Une crise suffisamment forte pour ébranler les géants de l’automobile américaine, à tel point qu’en décembre 2008, l’Etat américain est obligé de prêter en catastrophe 17 millions de dollars à GM, accablé par sa dette et incapable de faire face à ses échéances. En échange, GM promet de réduire sa dette de 2/3, et de vendre certaines de ses marques, Pontiac, Hummer, Saturn, Saab et Opel. En févrir 2009, Saab est officiellement mise en vente, et le 26 janvier 2010, la marque est cédée à Victor Muller et Spyker Cars pour 400 millons de dollars. Entre temps, en juin 2009, la General Motors est contrainte de se placer sous la protection de la loi sur les faillites. Tous ces ennuis conduiront à un lancement trop tardif de la 9-5 et de la 9-4X, et finalement à la fin de Saab.

Mais revenons à notre 9-X ! Il semble clair qu’avec ce projet, et si GM n’avait pas été au plus mal à ce moment là, nous aurions eu droit à une petite Saab dans les années 2010. Comme Volvo l’avait fait avec la 480 (lire aussi : Volvo 480) puis la C30, les designers de GM et de Saab réunis sous la direction d’Anthony Lo vont plancher sur le concept d’un petit « shooting brake » : une solution idéale pour se différencier à moindre frais. Autant le premier concept 9-X de 2002 semblait déséquilibré, autant celui-ci est une réussite esthétique. Equilibrée, moderne, tout à fait dans le style lisse (« galet ») de Saab, la 9-X BioHybrid aurait vraiment pu jouer les trouble-fête sur le marché de la citadine « branchée » peuplé de Fiat 500 et de Mini. Saab n’avait plus le moyen ensuite, et ce sera d’une certaine manière Citroën et sa DS3 qui profitera de l’aubaine.

Depuis déjà longtemps, Saab jouait aussi sur la carte des carburants alternatifs, et notamment le Biocarburant E85. Le 4 cylindres 1.4 Turbo présent dans la 9-X peut donc accepter aussi bien de l’E85 que du SP95, mais développe plus de couple avec l’E85. Il s’offre 170 canassons, une puissance très correcte pour la taille de la voiture, tandis qu’un moteur électrique complète la panoplie (il s’agit d’un moteur gérant le « start & stop », et délivrant un surcroît de puissance jusqu’à 200 ch si nécessaire, le tout avec la technologie Lithium-Ion pour les batteries).

On retrouve l’esprit aéronautique de Saab à l’intérieur de la 9-X

Présentée à Genève en mars 2008, la 9-X BioHybrid fait sensation, et alors que la tempête semble encore loin, les équipes de Saab s’attaque à une version cabriolet, dénommée 9-X Airconcept, présentée, elle, au salon de Paris en octobre 2008. On l’a vu, la situation financière de GM mettre un terme aux ambitions retrouvées de Saab, et jamais nous n’aurons le droit de goûter aux joies d’une « petite » suédoise de Trollhättan !

L’Air Concept, version cabriolet de la 9-X BioHybrid

Je dois vous avouer que c’est pour moi un regret éternel. Cette petite Saab, à l’intérieur futuriste, à la ligne séduisante et moderne, aurait pu dynamiser la marque et lui offrir une nouvelle image. Sans aller jusqu’à croire qu’elle se serait vendue à des millions d’exemplaires, elle aurait du, à mon sens, permettre au griffon de booster ses ventes, de conquérir de nouveaux marchés, aux côtés d’un fort prometteur 9-4X défrichant de son côté de nouveaux horizons. Imaginez qu’une coupé tel que l’Aero ait complété l’ensemble, et vous obteniez enfin une gamme cohérente. Sans doute qu’une nouvelle 9-3 moins grossière que le projet de Spyker avec la Phoenix aurait alors permit à Saab de devenir enfin une marque qui compte, à l’instar de Volvo aujourd’hui.

Las, cessons de rêver, le scenario s’est écrit autrement, et Saab n’est plus, malgré les tentatives de NEVS, successeur de Spyker aux manettes. Désormais, ne reste plus que des Saab old-school, de collection ou d’occasion, pour perpétuer l’esprit de la marque : robustesse, puissance, confort (voire luxe), et style décalé.

Articles associés

11 commentaires

philippe

Le 01/06/2017 à 14:14

Merci pour cet article, je ne connaissais pas ce concept.
Et oui GM a bien gâché l’image technologique de cette marque à la clientèle très attachée.
GM et Ford ont gâché beaucoup …
Affubler un 4×4 GMC d’un badge Saab était vraiment une aberration.
Le cross-badge c’est comme « fumer » ça tue.
Une petite erreur je pense, le E85 ayant un pouvoir énergétique inférieur, je pense que c’est en SP95 que le moteur donne le plus de couple.
Les 92/93/96 étaient trop artypiques pour faire un néorétro mais ce petit break aurait en effet pu faire fureur.

Paul

Le 01/06/2017 à 15:46

le moteur étant adapté à l’E85 plus qu’au SP95, c’est bien l’E85 qui lui permettait d’avoir plus de couple, mais en revanche, il consommait plus qu’avec du SP95 (cela dit l’E85 est moins cher)… 😉

Pier

Le 01/06/2017 à 17:16

Je confirme, étant l’heureux possesseur d’une 9-3SH biopower, 150ch en SP95 et 175ch en E85 et vraiment plus de patates!! Bon en E85 c’est 12l. aux 100km mais un plein à moins de 50€. roulé en Saab c’est que du bonheur actuellement avec le petit salut dès qu’on en croise une autre…

C’est fait exprès ce timing d’article le même jour que NEVS diffuses des premières photos de ce qu’il reste de Saab?? Parce que du coup je me disais que c’était « pas si pire » et en revoyant cette 9-X il n’y a même pas de comparaison possible…

Paul

Le 01/06/2017 à 17:19

Merci pour tes précisions sur E85 vs SP95 qui confirment mes écrits 😉
Pour le hasard, disons que c’est plus parce que je rénovais l’article sur la Saab 90 que j’ai écris cet article, mais oui, j’ai vu hier la « nouveauté » Saab qui n’est pas mal mais un peu dépassée (la 9-3 date de Mathusalem) alors que cette 9-X paraît encore étonnamment moderne 😉

philippe

Le 01/06/2017 à 18:44

Ah oui si le calculo est réglé pour que le turbo souffle plus fort en E85 qu’en SP95 yapafoto !
Et si on met moite-moite dans le réservoir il fait quoi ?
C’est un switch au tableau de bord ?

Pier

Le 01/06/2017 à 19:55

non, c’est tout tout seul y’a rien à faire…
en mélange dans le réservoir on sent rien en fait… J’ai déjà fait E85 puis moitié SP95 puis SP98 ( mon premier galop d’essai m’a fait traverser la France; fatigue et habitudes m’ont fait me planter à la pompe…) et en fait elle boit tout!
Peut-être des vibrations moteurs plus présentes en cas de mélange.

Philippe CENTA

Le 01/06/2017 à 21:28

Pas toujours facile de trouver E85 y compris à la périphérie des villes. Mon beau-père possède un Scenic « flexfuel » et … n’a pas de pompe à proximité. Une fois je lui en ai trouvé pas trop loin de chez moi, on a noté une surconso de 30% environ, ça reste gagnant financièrement, sans compter un avantage au niveau vignette.
Par contre ce n’est pas écolo du tout, il faut cultiver de la betterave à grand coup d’engrais. C’est écolo au Brésil par exemple, la canne à sucre y pousse toute seule et de surcroit permet d’assécher les zones humides.

Pier

Le 02/06/2017 à 08:32

« Par contre ce n’est pas écolo du tout, (…) » certe, mais le discours de Saab en 2012 c’était de compter sur un bioéthanol de 2ème génération fabriqué lui à partir de déchets… après on peut argumenter sur l’énergie qu’il faut dépenser pour créer ce carburant etc…
Mais dans la vrai vie c’est plutôt agréable, je fais pas 15000km par an, le plein est pas cher, si je ne trouve pas d’E85 c’est pas grave et au démarrage ma Saab sent l’alcool à bruler !!

24heures

Le 01/06/2017 à 18:19

Au fait, Paul, as-tu toujours ta 9-5 ou l’as-tu vendue?

Paul

Le 01/06/2017 à 18:20

je l’ai toujours, j’ai du mal à m’en séparer alors je me suis arrangé autrement 😉

Mnbee

Le 04/06/2017 à 10:37

Ton article est pleins de justesse et de nostalgie …

J’étais à Trollhättan au musée et à l’usine juste après et c’est bien triste …

Un beau gâchis !

Saabement.

Mnbee from LFLX

Laisser un commentaire