Saab 90 : le corniaud finlandais

Publié le vendredi 19 décembre 2014.
Mis à jour le samedi 15 décembre 2018.
Retour

Une Saab 900, celle qu’on surnomme aujourd’hui « Classic », était déjà controversée. On aime ou on déteste, pas d’entre-deux avec une telle voiture. Alors que dire d’une Saab 90 ? Malgré une ligne encore plus « étrange », elle ne déchaînera pas les détracteurs en France, pour la simple et bonne raison qu’on ne l’y vit jamais.

La Saab 90 est une voiture un peu particulière dans la gamme Saab. Dans les années 80, le constructeur suédois est encore indépendant, et dispose de moyens plus que limités, tout en conservant une clientèle fidèle en Scandinavie. Sans pognon, difficile de créer une gamme complète, et c’est avec des solutions « à l’arrache » que Saab répond à la demande. En fricotant avec les italiens, elle arrive à proposer des voitures plus petites, comme la Lancia A112 (lire aussi : Saab Lancia A112), ou bien la Saab-Lancia 600 (lire aussi : Saab-Lancia 600). Toujours avec ses alliés italiens, Saab propose une grande berline sur la plate forme Tipo 4, avec la 9000 (lire aussi : Saab 9000).

Il manque cependant, pour la clientèle nordique, un véhicule typiquement Saab, moins cher que la 900, plus moderne que la 99 (lire aussi: Saab 99), robuste, facile d’entretien, résistant au dur climat du Nord et sans trop lâcher de cash en coût de développement. En 1984, sortira la Saab 90, répondant à ces critères, ou comment faire du neuf avec du vieux !

La 90 est tout bonnement un croisement entre la vieille Saab 99 qui vient juste de faire sa révérence pour la partie avant, et la Saab 900 (lire aussi : Saab 900), best seller de la marque depuis 1978, pour sa partie arrière (un arrière de tricorps). La Saab 90 est un coupé deux portes rustique donc, réservé aux marchés nordiques (et à quelques marchés européens, comme la Belgique), doté d’un 2 litres 8 soupapes développant 100 ch.

C’est en Finlande, dans l’usine de Urusikaupunki codétenu avec Valmet (lire aussi :Valmet), que la 90 sera fabriquée, et elle rencontrera un grand succès sur le marché finlandais, ou elle fera quasiment figure de voiture nationale pendant les 4 ans de production. En tout, 23 578 exemplaires seront fabriqués jusqu’en 1987, date de son retrait du catalogue.

Cette voiture est donc ultra-rare dans nos contrées, mais qui constitue une vraie petite curiosité Saab. Aussi, si vous en voyez passer une dans les annonces (on en trouve parfois en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas), posez-vous la question. Elle ne vaut rien à l’achat, et bénéficie d’une robustesse et d’une fiabilité à toute épreuve !

Articles associés

8 commentaires

Dimitri Baumgartner

Le 19/12/2014 à 19:19

Si, si elle a bien été distribuée en Europe du nord, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Suisse et Grande-Bretagne…. la notre, achetée en France vient de Belgique…

Pour la petite histoire, les agents Saab de l’époque faisaient circuler la rumeur que c’était pour finir le stock des avant de 99 qui avaient été fabriqués en plus grand nombre que l’arrière 😉

En tous cas c’est derrière ses airs de vilain petit canard c’est une voiture très agréable à conduire, très aboutie pour une 99, vraiment une petite 900.

Paul

Le 19/12/2014 à 19:47

Merci Dimitri pour cette précision… Tu n’es pas Membre fondateur pour rien hein 😉 Effectivement, la 90 a été importée dans les pays d’Europe du Nord (Allemagne, Benelux), saabophile (Grande Bretagne) ou de montagne (Suisse)… Mais pas en France bien qu’on puisse en trouver avec des papiers français, issues de Belgique. Quand à la rumeur des surplus d’avant de 99, j’en ai entendu parlé, mais cela me semble improbable (quoi que, on sait jamais ahahaha). C’est surtout le besoin d’avoir une voiture moins chère et plus rustique que la 900 qui a conduit à cet hybride 😉

Zorglub Autos-Croisées

Le 01/06/2017 à 12:53

Ce qui explique pourquoi j’avais le souvenir d’en avoir vu souvent dans ma jeunesse… vivant près de l’Allemagne !

Francois Tasiaux

Le 26/02/2015 à 15:18

Oui, importée en Belgique par le dynamique et controversé Jacques Beherman.
La 90 est une voiture cependant basique et poussive mais indestructible.
La famille Wallenberg, actionnaire majoritaire de SAAB à l’époque n’a pas soutenu la marque et s’est tournée vers la Bourse et les finances via sa banque S-E Banken.
Dommage, SAAB était un constructeur atypique qui avait des clients fidèles en Scandinavie et aux E-U.

Francois Tasiaux

Le 26/02/2015 à 15:21

Valmet (Finlande) est aussi le constructeur-assembleur de la SAAB 900 Cabrio (un énorme succès à l’échelle de SAAB) et des premières Porsche Boxster…

Paul

Le 26/02/2015 à 15:37

François tu es un puit de science !!! A chaque fois je suis épaté…
J’ai d’ailleurs cité Valmet dans l’article (avec un lien derrière ahahaha).
Merci pour ton soutien et tes précisions toujours très intéressantes (faudra qu’on discute tiens) !

Hugo

Le 06/12/2015 à 17:14

Si cette voiture a bien franchi la Balique. Elle a été importée en Belgique et je me rappelle très bien le confort de cette vouture.on en a eue une et c’était une excellente seconde voiture.

Olivier

Le 03/09/2017 à 09:54

Juste un message pour preciser que la ville s appelle uusikaupunki en finlande et urusikaupunki ou uusikaupunski comme ecrit dans un autre article sur valmet
Uusi= nouvelle et kaupunki= ville.

Au passage on ckd et non cdk pour les assemblages en kit.

A part ca ne changez rien, le site est top du top.

Laisser un commentaire