Saab 900 EV-1: la supercar suédoise !

Dimanche 25 octobre 2015
Retour

Lorsqu’un dimanche matin, on garde deux petits de 3 et 4 ans, difficile de s’atteler à un long article fouillé. Voici donc un petit article détente sur une Saab méconnue !

Saab EV-1 03

Au milieu des années 80, il était encore possible de survivre en tant que constructeur avec seulement deux modèles ou presque dans sa gamme, positionné en haut de gamme (on dirait premium aujourd’hui), avec des 4 cylindres turbo-compressés et un style « particulier ». Certes la vie n’était pas facile, et il faudra bientôt l’appui d’un grand constructeur. Telle était la situation de Saab en 1985, avec son originale 900 (lire aussi : Saab 900) dont la version cabriolet n’allait pas tardé à venir (lire aussi : Saab 900 Cabriolet), et sa grande berline 9000 développée avec Fiat (lire aussi : Saab 9000).

EV1 01

En cette année 1985, rouler en Saab, c’était déjà faire preuve d’une certaine originalité (on a souvent présenter la 900 comme la voitures des professions libérales, médecins, avocats, architectes, ou du monde des arts et de l’édition), cherchant à préserver sportivité et luxe. Mais l’autre marque suédoise n’a pas oublié son passé de coupé sportif (lire aussi : Saab Sonett). C’est au Salon de Francfort 85 que Saab présente l’EV-1, pour Experimental Vehicle 1, conçue et dessinée par Bjorn Envall et Leif Mellberg !

EV1 04

Avec l’EV-1, coupé 2+2, on change de monde, et malgré seulement 4 cylindres et 2 litres, on s’approche de la supercar, avec des performances proches d’une Testarossa. Avec ses 285 chevaux, elle tutoie les 270 km/h, et parcours le 0 à 100 en 5,9 secondes, une belle performance à l’époque ! La ligne rappelle le reste de la gamme mais dans un style bien plus futuriste ! Bien évidemment, elle propose un certain nombre d’innovations, comme les cellules photovoltaïques sur le pavillon, mais aussi un tableau de bord digital, une carrosserie déformable puis reformable en cas de choc, des fauteuils légers, un système d’éclairage novateur plus efficace etc.

http://www.autogaleria.hu -

Malgré la beauté du projet (enfin, comme d’habitude chez Saab, soit on aime, soit on déteste hein!), il restera dans les placards aussitôt les salons effectués. L’EV-1 ne sera jamais décliné en série, et la Sonett n’aura jamais le droit à une remplaçante dans la gamme. Malgré cela, l’EV-1 refit une apparition publique en 1989, puisqu’on l’apercevra dans Retour vers le Futur II, tranquillement garée devant une concession… Pontiac (lire aussi : Retour vers le Futur II) !

EV1 02

Après sa timide tentative cinématographique, l’EV-1 rejoindra les garages, puis le patrimoine de Saab. Elle reparaîtra dans des conditions moins drôle, en 2012, lors de la faillite de Saab et de la vente des bijoux de famille, où elle sera vendue ! Pour la petite histoire, l’EV-2 sera elle d’un tout autre registre puisqu’elle préfigure la future 900, connue des puristes sous le nom de Saab 900 NG (pour nouvelle génération).

La Saab EV-2 préfigure quand à elle la 900 NG !
La Saab EV-2 préfigure quand à elle la 900 NG et ce dès 1988, soit avant la prise de contrôle par General Motors, et dessinée par Bjorn Envall !

Pour ceux que cela intéresse, voici une petit vidéo de démonstrationde l’EV-1 :

 

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

5 commentaires

J2M

Le 26/10/2015 à 14:06

Superbe ! Quels regrets d’avoir perdu cette marque inventive et intelligente !
Le vitrage est à lui tout seul un morceau de bravoure.
Je crois que les cellules étaient destinées, justement, à venir en aide à la ventilation et à la climatisation. Mais sous toutes réserves pour ces souvenirs de lecture bien lointains, sauf à confondre avec les travaux d’une autre marque, à peu près à la même époque.

Paul

Le 26/10/2015 à 14:13

c’est exactement ça: les cellules fournissaient l’énergie à la clim et l’aération 😉

Greg

Le 26/10/2015 à 14:36

Si mes souvenirs ne me jouent pas de tours, je crois l’avoir vue à la fin des années 80 sur un salon de l’auto régional? (Marseille).
La concession Saab était alors un établissement grandiose (avenue du Prado) où j’allais régulièrement glaner des catalogues…
J’imagine que le dynamisme du distributeur justifiait, pour dynamiser le stand, le prêt d’un tel prototype plus tout à fait d’actualité mais suffisamment avant-gardiste pour charmer les visiteurs!

Paul

Le 26/10/2015 à 14:39

J’imagine qu’il y avait une politique Saab à l’époque de faire tourner les proto localement, puisque la 900 Speedster est aujourd’hui à Bayonne chez un concessionnaire Subaru ex-Saab 😉

J2M

Le 26/10/2015 à 20:25

C’est vrai qu’il fallait une bonne dose de courage ou d’inconscience pour acheter une Saab en France au début des 70′.
A Paris, pas de problème, mais en province, gare aux problème d’acheminement des pièces détachées, spécialement pour la carrosserie.
Il en circulait quelques unes à Bordeaux à l’époque. Leur style « cunéiforne » (ouais !) tranchait dans les rues conformistes (ça c’est resté) de la belle endormie.
Mais la réputation de l’acier suédois inspirait le respect et l’envie. Pensez que la corrosion faisait des ravages dès la première année pour certaines françaises et pour presque toutes les italiennes. Là, c’était un point de marqué, même si on était bien loin des standards d’aujourd’hui.
La 900 était une traction moderne, mais de dimensions moyennes (comparable à une R16), pour le tarif d’une DS ou d’une petite Béhème, la notoriété en moins.
Les concessionnaires, qui vendaient peu et réparaient encore moins (la robustesse était réelle) « assaisonnaient » les rares clients qui revenaient aux révisions.
Une voiture de médecin spécialiste (pas généraliste) ou d’avocat en vue. Il fallait assurer !
Ca ne se calmera qu’au début des années 80. Et encore…

Laisser un commentaire