Saab Sonett III : l’icône suédoise !

Publié le vendredi 17 avril 2015.
Mis à jour le vendredi 5 juillet 2019.
Retour

Les constructeurs suédois se sont forgés une image dans les années 80 à coup de break bien carrés ou de berlines au style baroque, mais n’ont pas toujours exercé dans ce registre là. A l’instar de Volvo avec la P1900 (lire aussi : Volvo P1900) et la P1800 (lire aussi : Volvo P1800), Saab a donné dans le petit coupé sportif, forgeant ainsi une partie de sa légende.

La Saab 94 "Sonett" I de 1956
La Saab 94 « Sonett » I de 1956

Car s’il y a un nom qui sonne et résonne à l’oreille d’un Saabiste, c’est bien celui de Sonett ! A l’heure où Saab pourrait bien trouver (enfin) une solution grâce à Dongfeng et Mahindra, c’était l’occasion pour moi de rendre un petit hommage au passé de Saab et à ce petit coupé qui me fait de l’oeil. Mais en fait de Sonett, il y en eu trois. La première Sonett s’appelait en réalité Saab 94, et fut présentée en 1956 à Stockholm. Sa gestation se fit dans le plus grand secret, dans une grange à quelques kilomètres de Trollhättan. C’est Rolf Melde qui mena le projet contre l’avis de son employeur, avec un budget réduit de 75 000 $. Son nom, Sonett, est une abréviation du suédois « så nätt den är » (qu’elle est belle !). Seuls 6 exemplaires seront construits ! Mais grâce à elle, Saab avait mis un pieds dans le monde des petites voitures sportives.

La Saab 97 "Sonett" II de 1966
La Saab 97 « Sonett » II de 1966

Saab y reviendra en 1966, avec la Saab 97, plus connue sous le nom de Sonett II. D’abord dotée d’un 3 cylindres deux temps d’origine Saab de 60 ch (258 exemplaires), elle changera de dimension en recevant au chausse pieds le « gros » V4 Ford de 1,5 litres et 65 chevaux qui équipait aussi les autres Saab. Avec ce nouveau moteur, les ventes décollèrent enfin (toute proportion gardée), pour finir en 1970 avec un total de 1868 exemplaires de Sonett II construites.

Sonett 01

C’est en 1970 qu’apparaît enfin l’objet de tous les fantasmes des Saabistes (ou du moins de « mes » fantasmes) : la Sonett III. C’est avec elle que Saab va trouver la martingale (à son échelle), et affiner son style, en proposant un coupé aux lignes pures et tendues, qui reste étonnamment moderne encore aujourd’hui, malgré une forte tendance seventies. Cette Sonett dernière du nom aurait largement sa place dans un album de Michel Vaillant, avec son petit air de Vaillante commando en miniature.

Sonett 04

A la fin des années 60, il devient évident que la Sonett II, avec son look de batracien, commence à dater et à s’essouffler, surtout aux Etats-Unis. C’est à l’italien Sergio Coggiola que l’on doit les lignes générales de cette nouvelle Sonett, malgré de nombreuses modifications appliquées par le bureau de style de Saab. Et cette ligne là est à couper le souffle ! De quoi redonner un bon coup de fouet à ce petit modèle sportif qui détonne dans la gamme Saab de l’époque (avec les 95, 96 ou 99). Avec ses feux rétractables, elle est dans l’air du temps, et son tarif est très abordable. Pour le reste, Saab reste fidèle à une recette réussie : le châssis (excellent) de la Sonett II, et le moteur V4 Ford (1500 cm3 puis 1700 cm3 à partir de 1971, pour 65 chevaux quoi qu’il arrive, largement suffisant pour les 880 kg de l’engin).

Sonett 06

Malheureusement, les Etats-Unis, principal débouché de la Sonett, imposent à partir de 1974 de nouvelles normes anti-pollution contre les émissions de gaz. Saab, petit constructeur sans grands moyens, ne voudra pas investir pour un si petit marché, et mettra un terme à sa jolie Sonett, au grand regret des amateurs. Au total, 8 368 exemplaires de la Sonett III auront été construits par Saab entre 1970 et 1974. Dès lors, on ne verra plus jamais de petit coupé sportif dans la gamme de la marque suédoise. Dommage, car avec la Sonett, Saab aurait pu devenir une sorte de Lotus scandinave. Imaginez ce qu’aurait pu être sa descendance, dotée des fameux moteurs turbo apparus avec la 900 ?

Sonett 03

Dans les années 2010, pendant l’ère Spyker, le designer Jason Castriota avait imaginé une Sonett sur la nouvelle plate-forme Phoenix. Si le dessin n’était pas à la hauteur de la Sonett III, l’idée était là. Espérons que les nouveaux propriétaires sauront revisiter le passé, et proposer un véhicule d’image digne de la marque au Griffon !

Lire aussi: http://www.roadandtrack.com/car-culture/g4102/photos-saab-9-1-9-3-sonett-concepts/

 

Articles associés

1 commentaire

VdG

Le 19/04/2015 à 06:14

Merci pour cet article. La Version III me rappelle clairement l’Alfa Romeo junior Zagatto 1300. Qu’en dites vous ?

Laisser un commentaire