Seat Exeo : une allemande à Martorell

Lundi 24 avril 2017
Retour

La semaine dernière, j’essayais pour la première fois une Seat, la Leon, dont l’article viendra bientôt. En essayant de m’éclaircir les idées, dans l’avion, sur ce que j’avais ressenti, mon esprit s’est alors évadé. Je me rendais compte que j’avais peu ou pas parlé de Seat, du moins dans sa période « Volkswagen ». J’avais certes évoqué la 800 (lire aussi : Seat 800), la Ronda (lire aussi : Seat Ronda) ou les rares coupés et HPE Beta produits sous licence Lancia (lire aussi : Seat Lancia Coupé et HPE). Mais à part le concept Seat-Vaillante (lire aussi : Seat Ibiza Vaillante Concept), rien, que dalle, nada sur les Seat « modernes ». C’est alors que, perdu dans les nuages entre Biarritz et Paris, m’est revenue en mémoire la Seat Exeo.

L’Exeo n’est pas si lointaine, puisqu’elle est apparue en 2009, mais aura connu une courte carrière, les derniers modèles tombant des chaînes en 2013. Un peu plus de 4 ans dans la gamme, comme un cheveu sur la soupe à l’époque où le style Seat se cherchait un poil : quelle différence entre une Seat Leon II toute molle contemporaine, et ce pur style germanique tout juste retouché à l’avant comme à l’arrière. Volkswagen employait là une méthode éprouvée (mais d’habitude plutôt en Afrique, Amérique Latine ou Chine) : refourguer un modèle déjà retiré du marché allemand (en l’occurrence l’Audi A4 B7, remplacée en 2008) sur un marché moins riche ou moins porteur. A la différence ici qu’il s’agissait de l’Europe. Une façon de combler un vide dans la gamme Seat d’une berline à coffre (ou d’un grand break familial) à moindre coût, en amortissant encore plus s’il en était besoin des produits d’ores et déjà largement rentabilisés.

La Police italienne aura droit à des Exeo Estate ST, juste retour des choses

Cela dit, là où les marques occidentales n’hésitaient pas à refourguer des modèles plutôt antiques dans les pays en voie de développement (comme Peugeot en Chine avec sa 505, lire aussi : Gangzhou-Peugeot 505 mais aussi dans ce même pays Audi, avec sa 100 devenue Drapeau Rouge, lire aussi : Hongqi CA 7200), pour Seat, on fit un effort en prenant « seulement » la précédente génération d’A4. Sûrement pour ne pas faire d’ombre à la nouvelle, la B8. Car tandis que sort l’Exeo B7 en Espagne, l’A4 B8 pointe le bout de son nez : on est à deux doigts du low cost.

Pourtant, l’Exeo n’est pas à proprement parlé une A4 au rabais : son style « latinisé » n’est pas dégueulasse, au contraire, gommant un peu le côté trop lisse de la marque aux anneaux avec un visage plus expressif. Hasard ou coïncidence, j’en ai croisé une ce matin dans mon Berry natal : il faut avouer qu’elle a encore de la gueule en 2017. Côté moteur, on récupère quasiment toute la gamme disponible sur l’Audi, du 1.6 de 102 ch, en passant par le 1.8 (120, 150 ou 160 ch), jusqu’au 2 litres (200 et 211 ch). En diesel, elle récupère les diesels de la B8 (2 litres TDI de 120, 143 et 170 ch). D’une teutonne un poil dépassée (mais il faut être pointu pour le remarquer) on passe à une ibère plutôt aguichante, à des tarifs forcément attrayants, point fort de Seat à l’époque, et encore aujourd’hui.

Cette voiture a quelque chose de très Boîtier Rouge : c’est une Audi sans l’être, une resucée pas désagréable avec un style bien à elle, des moteurs punchy parfois sans pour autant verser dans la sportivité (même si le haut de gamme ST offre une puissance déjà bien suffisante), un tarif plutôt sympa à l’époque (et encore plus sympa en occasion, une Exeo se revend mal versus une A4 B7). Surtout, elle a un petit parfum de rareté, puisque seuls 76 871 exemplaires seront fabriqués entre fin 2008 et 2012… Si l’on excepte 2008 et ses 383 ex, cela nous fait une moyenne d’un peu moins de 20 000 bagnoles par an. Dans la production de masse d’aujourd’hui, c’est une goutte d’eau. On ne peut d’ailleurs pas parler d’accident industriel à ce niveau là. Audi à refiler l’outil industriel à Seat qui l’a installé à Martorell pour produire sur place un véhicule qui ne coûtait pas cher tout en comblant un trou dans la gamme. In fine, l’Exeo sera remplacé par deux produits « maisons », la Toledo pour la berline et la Leon Estate pour le break. Pas sûr qu’on y ait gagné au change !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

11 commentaires

Greg C

Le 24/04/2017 à 16:18

Il est vrai la Seat Exeo n’avait rien de dégueu, au contraire… A une qualité de fabrication et d’assemblage irréprochables, on ajoute une pincée de style et de couleurs, qui ne sont pas pour me deplaire! J’aime bien les Audi en général, et ca malgré un style relativement simple, mais efficace, car une Audi c’est aussi ca(Un modèle qui se reconnait au premier coup d’oeil)! Mais il faut reconnaitre que le style reste malgré tout austère et un brin froid, mais c’est encore une fois dans leur adn.
Cette Exeo ose un peu plus(pas beaucoup), et meme s’il s’agit d’un modèle revisité, ca reste malgré tout interessant.

Max

Le 16/04/2018 à 16:04

Bonjour
J’en possède en break (ST) une depuis 2012 RAS une voiture neuve au prix d’une Audi d’occasion à l’époque, elle est tellement proche d’une Audi A4 B7 que même le défaut de la boite à gant qui se bloque à été copié par Seat 🙂 et pour les pièces idem à part la carrosserie tout est Audi.

sans regrets donc, si ce n’est que Seat ne propose plus d’équivalent…

Guillaume D.

Le 24/04/2017 à 16:41

J’en ai justement croisé une pas plus tard qu’hier… il est vrai qu’on n’en croise pas tous les jours! Elle venait de ma droite, donc évidemment, de profil, je me suis fait avoir: oh, une Audi qui me fonce dessus, va-t-elle s’arrêter à son stop? Et puis, elle s’est arrêtée, je suis passé et j’ai découvert le pot aux roses: ah non, mais c’était une Exeo en fait!

Je ne suis vraiment pas preneur de ce type de rebadgeage aussi simpliste qui sent les économies de bout de chandelles à plein nez. C’est d’autant plus incompréhensible de Volkswagen qui a (avait?) quand même un beau matelas d’euros en réserve!

Du coup, il est vrai qu’en occasion, c’est une superbe affaire par rapport à une A4 B7, en plus d’être plus récente et moins kilométrée! … pour ceux qui sont capables de faire fi du logo sur le capot et sur le volant.

Totor

Le 24/04/2017 à 17:59

En Suisse, il y a en pas mal qui circulent encore (j’en croise au moins 2 par semaine).

C’est vrai que c’est une excellente affaire, car la finition est top et le prix plus que correct.

Par contre, dès que je l’ai vue la première fois, je l’ai appelée … ExAudi 😛

Touka

Le 24/04/2017 à 21:29

La A4 b7 a donné le meilleur a cet exeo.
Extérieur de la berline et tableau de bord du cabriolet.
Il y a également la paire skoda rapid / seat toledo, encore commercialisé à ce jour mais beaucoup plus « low cost ».

Alex c.

Le 24/04/2017 à 22:08

la paire skoda rapid/ seat toledo me font penser à une Jetta au rabais même si je sais pas si il y a un lien technique. La rapid existe aussi en 5 portes d’ailleurs.

Joce

Le 25/04/2017 à 19:38

C’est même une triplette : en Chine, la Volkswagen New Santana est une Rapid / Toledo recarrossée ! Mais la différence, c’est que ces 3-là ont été conçues pour partager une même plate-forme et une même carrosserie.

Alors que l’Exeo, c’est du pur recyclage ! Mais finalement, le recyclage, ça a plutôt du bon ^^

Aurél'

Le 25/04/2017 à 12:41

Personnellement je trouve le design en retrait, surtout la face avant, inexpressive. J’imagine que certains se sont amusés à lui coller les pare-chocs et optiques d’Audi !

John

Le 25/04/2017 à 15:58

La seule que j’ai vue, était celle d’un gars avec qui j’ai bossé.
Vu son gabarit ( 1,95m pour 115 kgs ) le siège conducteur était défoncé…

lelillois

Le 26/04/2017 à 13:31

Il y en a une « qui tourne encore » comme taxi à la gare de Lille-Flandres..

Christian

Le 20/05/2018 à 09:07

A l epoque , j ‘avais une toledo de 2001 , cetait deja du recyclage de chez audi , elle partager beaucoup d element de l ancienne audi a4 , elle avait une geule de berline,des moteurs coherent que se soit en essence ou en diesel (1.6, 2.3 v5 150 puis 170 , 1.9 Tdi 110 ,130 ,150 Les toledos actuel paraisse maigrichone je trouve , certe moderne ,mais j’ai l’impression de voir une polo (ou ibiza) en mode tricorp ….. c’est dommage ..l’exeo par contre ellle etait bien dans la ligné des berlines seat , elle aurai pu etre une « toledo » .parlons aussi de la toledo d apres 2005 ….ou plutot parlons de la seat altea xl ….non en faite n’en parlons pas oublions ………….

Laisser un commentaire