Siata Spring: caricature à l’italienne !

Mercredi 6 avril 2016
Retour

Voiture de Babar (il passa son permis à son volant) tendance Oui Oui, la Siata Spring est évidement une voiture très Boîtier Rouge. Rares sont les voitures qui font autant envie que pitié, et en regardant la Spring, il est bien difficile de la prendre au sérieux. Pourtant, son constructeur, Siata (Societa Italiana Auto Trasformazioni) produisait déjà des voitures avant-guerre, et offrit à une clientèle italienne toute une panoplie de voitures bien dessinées sur base Fiat durant les années 50 et le début des années 60 (notamment le Coach TS, qui sera aussi fabriqué par Neckar en Allemagne) : autant dire que la petite Spring apparue en 1967 ressemblait plus à une plaisanterie.

Spring 01

Pourtant, c’est de manière très sérieuse que Siata envisagea le lancement de cette drôle de voiture. Jusqu’alors, l’officine italienne, malgré la qualité de sa production, restait relativement confidentielle. Renato Ambrosini, le fils du fondateur qui avait relancé la marque après-guerre, cherchait à donner une nouvelle dimension à son entreprise en produisant une voiture susceptible d’être produite en de plus forts volumes. En ce milieu des années 60, l’heure est à la dolce vita en Italie, et il paraît évident qu’il faut cibler une clientèle jeune et frivole. Pour la séduire, on va s’inspirer de l’avant guerre en proposant un petit roadster fun et sympa : une tendance qui se développe déjà outre-atlantique (lire aussi : Excalibur). Ambrosini est poussé dans cette voie par André Chardonnet, toujours désireux de proposer à sa clientèle française des modèles spécifiques et fun (lire aussi : Autobianchi Eden Roc).

Spring 04

Spring 06 pub en italien

C’est la Fiat 850 qui va servir de base à la Spring, ce qui donne la première incongruité de la voiture : sa calandre un peu grotesque qui ne sert à rien puisque le moteur est à l’arrière. En fait, toute la voiture est une caricature de roadster d’avant guerre teintée de relents british : calandre, passages de roues, petits phares extérieurs, marchepieds, tout y est pour donner un style à cette bagnole sans vraiment y arriver ! N’est pas Morgan qui veut, malgré les évidentes inspirations. Siata avait déjà « commis » la Rallye entre 1951 et 1958, de façon beaucoup plus heureuse (elle-même réplique des MG TD de l’époque) !

Spring 08

La réussite de l’opération passe par des volumes jusqu’alors jamais atteints par Siata, qui doit absolument rentabiliser ses investissements. Il faut donc « vendre » la voiture… La peur des distributeurs de se retrouver avec des stocks invendables les conduira à vendre la Spring à coup de remises et de tarifs imbattables, alors que l’usine, qui n’a jamais connu une telle production, a du mal à suivre. L’équation est compliquée ! D’autant que des grèves chez les ouvriers de Siata paralysent quelques semaines l’usine.

Spring 09

Comme vous vous l’imaginez, la Spring sera fatale à Siata. Malgré une production de près de 3500 exemplaires entre 1967 et 1970 (les plus grosses ventes jamais réalisées par Siata), ce n’est pas suffisant pour survivre. Il faudrait vendre plus, et plus cher, et surtout pouvoir produire en temps et en heure. Chaque voiture vendue creuse un petit peu plus les pertes de l’entreprise, qui stoppe la production en 1970. On reverra pourtant la petite Spring en 1971 dans le film Trafic de Jacques Tati.

Spring 10

L’histoire de la Spring ne s’arrête pas là. Si Siata a rendu les armes, la famille Rivolta elle-aussi a du lâcher les rênes de son entreprise Iso-Rivolta, sans pour autant abandonner la construction automobile. Elle créé la société Orsa et rachète les droits et l’outillage de la Spring à Siata, avec la ferme intention d’amorcer la création d’une gamme néo-rétro. Petite différence cependant : la Spring d’Orsa roule désormais… espagnol, avec un moteur de Seat 850, devenant ainsi la Seat-Orsa 850 ER Spring Special qui ne sera produite qu’à quelques unités seulement.

Spring 05

Spring 07

Il reste aujourd’hui quelques Siat Spring que les passionnés de Fiat 850 collectionnent amoureusement, ainsi que quelques fous passionnés de décalages automobiles. Honnêtement, cette voiture oscille entre nostalgie et ridicule, ce qui la rend particulièrement attachante. Bon ok, il faudra assumer rouler dans un tel bolide, surtout en jaune vif. Mais c’est aussi une certaine époque automobile que vous revivrez, celle où le marketing balbutiant ne pondait pas des bagnoles toutes identiques, celle où rouler les cheveux au vent était un art de vivre, et celle où des petits pouvaient se rêver gros ! Autre époque, autres mœurs !

En savoir plus: http://fiat850.free.fr/siataspring/index.htm

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

11 commentaires

François-Xavier de Gébert

Le 06/04/2016 à 11:45

A noter que cette voiture fait une longue apparition dans le film de Jacques TATI « Traffic »…
Elle m’avait marqué cette Italienne 🙂

François-Xavier de Gébert

Le 06/04/2016 à 11:46

oups lu trop vite 🙂

Paul

Le 06/04/2016 à 16:08

Bah alors FX ahahah 😉

Denis the Pest

Le 06/04/2016 à 12:51

il me semble que Vignale et sa Gamine s’était attaqué à ce marché à ce moment là mais sur base 5000

Paul

Le 06/04/2016 à 16:07

j’y viendrai effectivement 😉

gtman

Le 06/04/2016 à 15:30

Très belle photo sur le port de Monaco avec le yacht d’Onassis en fond : le Christina O.

Guilhem

Le 06/04/2016 à 20:27

Tu es un peu dur avec cet enfant au physique… ingrat ? 😉
Je ne la trouve pas plus ridicule que bien des répliques ou pseudo-répliques. L’Excalibur est très caricaturale et ne s’en sort que grâce à ses proportions exagérées. Quant à la Panther Kallista, il y a quelque chose qui m’a toujours gêné dans son dessin, une sorte de déséquilibre dans l’assemblage du chassis et de la carosserie. Morgan a pour elle de ne pas avoir eu à adapter une carosserie rétro à des soubassements modernes et produits ailleurs, la voiture forme un tout cohérent. C’est peut-être cela le défi de ces constructeurs de répliques imparfaites, de devoir faire avec ce qui existe déjà…

Paul

Le 06/04/2016 à 21:35

Bon c’est vrai je suis un peu dur, d’autant que je l’aime bien (mais je pense que cela se ressent).. Après tu analyses très bien la situation: la réplique est toujours imparfaite, et en cela, Morgan s’en tire mieux car… ce n’est pas une réplique justement ;)… Après l’Excalibur est de la même époque, mais pas la Kallista 😉

Nabuchodonosor

Le 06/04/2016 à 22:27

Si le moulin était à l’arrière, à quoi donc pouvait bien servir la malle à l’avant qui parait volumineuse et disproportionné pour deux bagages: A mon humble avis elle a sûrement été calibré par Carpigiani pour y installer un congélateur à gélati… Et le radiateur se faisait ventiler le fréon au travers de l’énorme grille de radiateur, qui n’était donc pas inutile. Ce, à moins que, comme disait Babar, je ne me trompe !

Paul

Le 06/04/2016 à 22:46

ah putain, tu m’as fait rire 😉

Nabuchodonosor

Le 06/04/2016 à 23:50

Ou alors c’était pour transporter la Mamma jusqu’à la spiaggia qui ne pouvait passer par la portière. Le faux radiateur pivotait latéralement et séparément du capot. Et même si on ne parvenait pas à tout fermer… ‘E tutto okay ? Alora va bene, andiamo, avanti mamma !’ Tout avait été prévu par les ingénieurs, dans les meilleurs hypothèses on pouvait escompter sur une répartition des masses AV/AR optimum, se rapprochant du sacro-saint 50/50; Et alors là c’est la primavera, Giulietta Masina dans la Strada de Fellini, assolutamente perfetto !

Laisser un commentaire