Simca Vedette : sa seconde vie brésilienne

Dimanche 17 août 2014
Retour

Pour ceux de ma génération, Simca est une marque populaire, et nous avons en tête les Simca 1000 ou 1100 qui peuplaient encore les départementales au début des années 80. On a du mal à imaginer que dans les années 50, Simca proposait dans sa gamme la seule voiture française haut de gamme motorisée par un moteur V8 : la Vedette.

chambord 01

Produite entre 1954 (date du rachat de Ford SAF par Simca) et 1961, la Simca Vedette était une version restylée de la Ford Vedette lancée en 1948. En tout, 105 000 exemplaires de la première série (1954-1957) et 65 000 exemplaires de la deuxième série (1957-1961) furent produits. Sa particularité : disposer d’un V8, cas unique pour une marque française après-guerre, et d’une ligne « à l’américaine » en réduction. Déclinée en plusieurs versions (Trianon, Versailles, Régence, puis à partir de 1957 Beaulieu, Chambord et Présidence, et surtout le fabuleux break Marly), elle ne survivra pas à la déferlante DS qui imposa une nouvelle vision du haut de gamme « à la française ».

chambord 06

De toute façon, malgré un moteur V8 sous le capot, la Vedette n’a que 80 ch à proposer, puis 84 ch en 1957, pour une cylindrée de 2,3 litres. La crise de Suez en 1956 viendra perturber cet avantage, la consommation devenant un critère important lors de l’achat, y compris pour les véhicules de luxe.

usine Simca do Brasil

Si la carrière française de la Vedette prend fin en cette année 1961 (avec seulement 3814 ventes), elle connaîtra une seconde vie brésilienne, qui nous intéresse particulièrement. Dès 1956, le président brésilien Juscelino Kubitschek avait visité l’usine de Poissy et proposé en rigolant à Henri Pigozzi (lire aussi : Henri Pigozzi, l’âme de Simca) de construire une usine Simca . La proposition n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd, et lorsque le Brésil tenta d’attirer de grands constructeurs étrangers sur son sol, Simca était bien présent, prêt à conquérir ce marché sûrement juteux. En 1958 était créée la société Simca do Brasil, et une usine fut construite à Sao Bernardo, dans l’Etat de Sao Paulo.

Jangada 01

Pour conquérir le marché brésilien, influencé par l’amérique, c’est donc le plus américain des modèles de la gamme Simca en France qui fut choisi : la Vedette. En fin de vie en France, cela permettait de continuer à tirer des revenus d’un modèle amorti. D’abord produite grâce à des kits envoyés de France, la Vedette (déclinée d’abord sous les noms de Chambord, Presidente et Rallye) fut ensuite totalement produite au Brésil. La fin de la production en 1960 de la Vedette en France permit d’envoyer l’outillage au Brésil, et surtout la nouvelle loi brésilienne imposait 98 % de pièces locales.

esplanada 03

Les problèmes de qualités furent d’ailleurs nombreux. On raconte que sur la première série de 100 moteurs V8 produits au Brésil, seuls deux furent validés par le service qualité. Malgré ces débuts cahotiques, la Vedette s’installe peu à peu dans le paysage brésilien. En 1962, une version break, la Jangada, est présentée, puis en 1963, une version plus économique, l’Alvorada. En 1966, l’Esplanada remplace le trio Chambord/Presidente/Rallye, et en 1968 apparaît la GTX, version sportive de l’Esplanada. En 1970, les « Vedettes » brésiliennes rendent leurs tabliers après plus de 50 000 exemplaires produits.

GTX 01

Il faut dire qu’en 1966, Chrysler avait racheté Simca, et par ricochet Simca do Brasil. A partir de 1966, toutes les Simca brésiliennes sont badgées « produzido pela Chrysler », et peu à peu, Chrysler introduit sa gamme au Brésil. Les Vedettes (d’origine Ford et dotées d’un V8 Ford, je vous le rappelle) n’étaient plus vraiment utiles à Chrysler, et plus trop d’actualité (la Vedette initiale fut lancée en 1948 hein!). A partir de 1970, la marque Simca disparaît donc au Brésil, ne laissant place qu’au Pentastar !

Lire aussi : Ford Comète et Monte-Carlo

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

Maurice Duchemin

Le 12/12/2016 à 01:32

Un détail important, les vedettes brésiliennes ont eu droit
à ce qui manquait tant aux grandes sœur françaises,
des culasses à soupapes en têtes et hémisphériques,
et une boite entièrement synchro.

Frédéric

Le 26/08/2017 à 02:36

Oui bien vu. Les moteurs Aquilon étaient très typés « avant-guerre » et les modifications locales que vous décrivez ont dû les transfigurer un poil.

Frédéric

Le 26/08/2017 à 02:40

On peut voir un charmant Ballet de Vedette « Simca do Brasil » dans l’Homme de Rio. La scène se déroule sur les chantiers de Brasilia où notre Bébel à vélo se fait taquiner par quelques unes de ces péniches à quatre roues.

Laisser un commentaire