Skoda 1203 : le Kombi de l’Est

Mardi 26 septembre 2017
Retour

J’aime bien les utilitaires. Ce ne sont pas forcément des chevaux de courses, ni des prix de beauté, mais plutôt des bêtes de somme qui racontent beaucoup sur la vie d’un pays ou sur l’ambiance d’une époque. Et si nous connaissons bien nos chers Type H (lire aussi : Citroën Type H) ou bien nos plus récents Trafic (lire aussi : Renault Trafic), nous connaissons moins leurs homologues de l’Est, et particulièrement le petit utilitaire tchécoslovaque Skoda 1203.

En haut, le proto 979 de 1956, puis son « successeur » de 1957 en bas

J’avoue un penchant pour l’ex-Tchécoslovaquie depuis ma découverte de Prague en 1991, et forcément pour l’automobile tchèque, Tatra particulièrement, mais aussi Skoda. Partant essayer à Saint Tropez la Skoda Octavia RS 245, j’avais envie de préparer le terrain et de vous proposer la découverte d’un utilitaire d’une longévité sans précédent, je pense. Lancé en 1968, il est devenu TAZ en 1981, puis Ocelot en 1999, pour terminer sa carrière en 2003, 35 ans après son lancement. Quand on sait que le premier prototype date de 1956, on imagine qu’il fallait être sacrément nostalgique pour s’offrir l’une des dernières versions de production.

En haut, un proto de la lignée 979, datant de 1957, et en bas un proto 997 de 1961, déjà appelé en interne 1203

Revenons dans les années 50. Depuis le début de la décennie, Skoda produisait des dérivés commerciaux de sa berline 1101. C’était toujours mieux que rien, mais pas forcément adapté à la demande des artisans, commerçants, chauffeurs-livreurs ou petits transporteurs de personnes, pas plus qu’aux ambulanciers. D’autant que ces véhicules, pas vraiment prioritaires dans la production centralisée et étatique, étaient mal fabriqués et mal finis, et produits en trop petit nombre pour satisfaire une quelconque demande.

La version de série, produite à partir de 1968

Chez Skoda, on était conscient de la situation, et malgré le lancement en 1956 de la très réussie 1202 Van, les ingénieurs commencèrent à réfléchir à un autre projet, plus adapté et plus ambitieux. Sur la base de la 1201, on va élaborer tout d’abord un Minibus en 1956 (979/I) puis 1957 (979/II et III), puis en version « estafette » tôlée en 1957 (979/IV) et 1958 (979/V). Tous ces prototypes ont un châssis de 1201, mais aussi son moteur de 1221 cm3 et 36 chevaux, placé à l’avant (propulsion). Pourtant, en mai 1958, le projet « 979 » fut arrêté, pour une raison typique à l’Est : l’impossibilité de fournir en pièces et moteurs pour le lancement d’une éventuelle production.

Pourtant, le projet sera relancé quelques temps plus tard, sous la dénomination 997 (rien à voir avec la Porsche éponyme, rassurez-vous), et conservant la même base technique que le 979. L’essentiel du travail va porter sur le design et l’amélioration de la plate-forme pour le transport de charges. Les ingénieurs et designers vont s’attaquer principalement à 5 versions différentes : un minibus, un « commercial » (mi-fourgon/mi-transport de passagers), un « van » (totalement dédié au transport de marchandises), une ambulance et une version « plateau ». Toutes sortiront enfin en… 1968, car à l’Est on prend son temps.

Malgré ses presque 12 ans de développement, le 1203 (ce petit nom lui sera donné dès 1960 pour compléter la gamme 1201 – berline – et 1202 – break/fourgon –) ne paraissait pas démodé à sa sortie. D’abord il avait récupéré un moteur plus puissant, conservant la cylindrée de 1221 cm3 mais poussé à 47 chevaux ; ensuite il n’était pas destiné à être exporté à l’Ouest, et n’avait donc pas à affronter une concurrence plus moderne techniquement ; enfin, son design était particulièrement réussi pour l’époque (si si, comparez à ce qui existait en 1968, vous verrez), avec cette impression étrange et pas désagréable d’une parfaite symétrie entre l’avant et l’arrière une fois vu de profil.

Produite à Vrchlabi, en république Tchèque, à partir de 1968, sa production va en partie migrer à Trnava en 1974,, chez TAZ, à l’occasion de la sortie « modernisée » 1203 M. En 1981, la totalité de la production passe chez TAZ après 69 177 exemplaires produits. Devenu slovaque, le 1203 prenait le nom de Skoda-TAZ, puis, en 1985, de TAZ 1500 : avec le passage à un moteur de 1433 cm3 et 51 chevaux. En 1990, le TAZ 1500 gagnait un léger restylage, et en 1999, quelques exemplaires reçurent des moteurs diesel d’origine Volkswagen. Cette année-là, le TAZ 1500 redevenait tchèque (dans une usine à Zaclei, à 16 km de Vrchlabi) après le rachat de la licence et de l’outillage par la société Ocelot. Jusqu’en 2003, les 1500 furent produits à une centaine d’unités par an, avant de n’être plus disponibles qu’à la commande (autant dire qu’une poignée à peine de 1500 fut produite après cette date).

Encore produit dans les années 90, les 1203/1500 n’ont pas encore totalement disparu des routes tchèques ou slovaques aujourd’hui : il est donc possible de s’en dégoter un. Il ne s’agit pas de l’utilitaire du siècle, mais il conserve une valeur sentimentale dans ces régions d’Europe Centrale. Pour qui cherche quelque chose de plus original qu’un Kombi Volkswagen, histoire de cultiver sa différence, un Skoda 1203 pourrait faire l’affaire et épater vos amis surfeurs sur la plage de Hossegor.

Articles associés

21 commentaires

Germain

Le 26/09/2017 à 17:48

Idée pour un prochain article, le UAZ 452 « bukanka »(miche de pain en russe), encore plus cool car tout terrain.

oliver w

Le 02/10/2017 à 05:10

j y penser en le voyant… UAZ 452 (van, 4×4, camion, kombi, etc etc a la fois) ou le kombi barkas de la rda (barkas b1000)

Germain

Le 26/09/2017 à 17:53

C’est dommage que le livre de Bernard Vermeylen « les voitures de l’est » n’ai pas traité aussi des utilitaires légers.

Germain

Le 26/09/2017 à 17:59

Perso j’avais découvert ce van avec la version ambulance dans le film Upir z Feratu (Le vampire de Ferat).

Rodrigo

Le 26/09/2017 à 18:10

Un utilitaire léger de l’Est avec un succès inattendu à l’Ouest a été la fourgonnette Barkas est-allemande, qui s’est assez bien vendu…en Belgique: l’importateur belge a opportunément songé à remplacer le deux-temps d’origine par un diesel Ford…

Germain

Le 26/09/2017 à 19:15

Paul a déjà fait un article sur le barkas, par contre le diesel Ford par l’importateur belge j’ignorais. Pour le coup ça règle son plus gros défaut, mais le barkas j’en garde pas une bonne image, rapport à la STASI

oliver w

Le 02/10/2017 à 05:17

en mm temps en belgique on en a eu des marques et models presque inedit (reliant, vauxhall, moskvicht, uaz, luaz, sabra, autocar, otosan, gaz en diesel comme en allemagne, suzuki swift sedan, cabrio, subaru vivio, tribeca, trabant, emw, etc etc….

Docteur_Oliv

Le 13/01/2018 à 14:22

En Hongrie j’avais voyagé en IKARUS qui étais Normal vis à vis de nos Standards occidentaux et aussi fait une photo d’un Bus otosan que j’avais envoyé à l’immense ingénieur de HONDA : Yoshio NAKAMURA, parce qu’un jour il m’avait dit que chez HONDA on l’appellait Autosan qui signifie Grand Père en Japonais !

Eddy123

Le 26/09/2017 à 20:22

Il est magnifique. .
Il me fait penser que j’ai quelques petites voitures Russe, et dans le lot deux fourgons, un en version police (couleur moutarde) et un civile (vert bouteille).
Je me souviens plus du nom… de toute façon écris en russe sous le châssis.. .

Olivier S

Le 26/09/2017 à 21:43

J’en possède une!

Une version Ambulance, que j’ai acheté flambant neuve en Tchécoslovaquie pour une somme somme ridicule, juste avent la chute du mur lors d’une visite à Prague et Plzen en 1989.
.
Dommage que ce n’est qu’un modèle en miniature, acheté dans un magasins a jeux de Prague – mais j’y tiens fort, il y a des irremplaçables souvenirs derrière!
.
Par contre, cette visite ČSSR, on l’avait fait entre copains dans un vieux Volkswagen Kombi T2 1.6l ancienne version Deutsche Bundespost (à grand toit rehaussé) et bien rincée, lente et surtout très gourmande en essence (il fallait encore acheter des coupons d’essence dans le temps….)
.
Par rapport a nôtre engin, les fourgonnettes Skoda nous ont parus très modernes, avec un look super élégant!

Eddy123

Le 27/09/2017 à 21:17

J’ai était ressortir les deux petits fourgons. . C’est écrit RAF 2203.

oliver w

Le 02/10/2017 à 05:21

il a eu aussi le ZIL 118 des année 60 (remis a jours dans les année 80 et production stopper début 90)

Choco

Le 27/09/2017 à 10:23

Curieusement je le trouve pas si moche que ça. De profil on a un peu de mal à savoir où se trouve l’avant ou l’arrière mais pour le reste je lui trouve du charme. Après les motorisations font que le l’on doit vite trouver le temps long, surtout en charge.

Patrick

Le 27/09/2017 à 11:23

Chouette billet pour un chouette engin.

Le « proto 979 » à des allures de Transit – et ils ont tous, c’est mignon (j’insiste!!), un look de voiturettes de carrousel de mon enfance …

Et vive(nt) les bagnoles de l’Est.

Spaleto

Le 27/09/2017 à 13:13

Elle est vraiment très chouette. Merci pour ce bel article, inattendu et original !

Spaleto

Le 27/09/2017 à 13:27

Ça me fait penser à un film avec Clint Eastwood, Firefox l’arme absolue, qui se passe en URSS et dans lequel on voit un fourgon semblable, mais c’est une fiat ou un modèle sous licence à mon souvenir…

Spaleto

Le 27/09/2017 à 13:47

Mais je n’ai pas trouvé l’article de Paul sur le Barkas…

Germain

Le 27/09/2017 à 14:02

J’aurais juré que paul avait déjà fait un article dessus mais apparemment non, c’est le problème quand on suis plusieurs blogs on ne se souvient plus qui a écrit quoi

Laisser un commentaire