SM RG « Regembeau » : la meilleure des SM

Samedi 19 avril 2014
Retour

Beaucoup comme moi rêvent d’une Citroën SM, au fameux moteur Maserati, à sa ligne incroyable et sortie de nulle part, et à ce qu’elle représente dans l’industrie automobile française : une sorte de summum qu’on atteindra jamais plus (lire aussi: Citroën SM).

Trois RG au garde à vous

Hélas, la SM souffrait de deux maux : une fiabilité douteuse due à la fragilité du V6 italien, et une gloutonnerie rédhibitoire en pleine crise pétrolière (et donc encore plus rédhibitoire aujourd’hui au prix du litre de SP98). Pourtant, il existe des SM qui ne connaissent pas la crise, discrètes mais appréciées des connaisseurs, et qui ne sortent ni des ateliers modenais de Maserati, ni des usines de Javel, mais d’un petit garage de Saône et Loire : les SM RG, construites avec passion par Georges Regembeau.

pub pour la boite de vitesse RG

Après s’être fait les dents sur des Tractions et des DS, Georges Regembeau, ingénieur autodidacte et passionné, réussit à intéresser Citroën par ses travaux, qui lui commande une de ses fameuses boîtes de vitesse RG pour en équiper les DS du Londres-Sidney. Petite reconnaissance, mais suffisante pour motiver Georges qui persiste dans ses travaux mécaniques.

garage Regembeau

C’est avec la SM que Regembeau atteindra une discrète gloire qui fait de ses voitures un graal pour l’amateur de Citroën. Il s’attaquera à deux chantiers : l’un concerne la SM classique, dont il s’attachera à fiabiliser le V6, et surtout à en tirer encore plus de puissance (environ 300 ch). Près de 200 SM (dites RG V6) se verront modifiées à Crèches sur Saône. L’autre concerne la consommation. Et pour cela, Regembeau choisira une voie étonnante, mais convaincante : le diesel. 250 SM RG Diesel seront construites en plusieurs version. Leur particularité commune ? Un moteur 4 cylindres totalement inédit, inventé et usiné par Regembeau. Les premières seront équipée d’un 2 litres diesel un peu juste de 85 ch, suivies de 2,2 puis 2,4 litres culminant à 102 ch. Mais les plus désirables restent les turbo diesel, passant à 135, 145, puis 165 ch sur les ultimes versions (2,6 litres de cylindrée).

les SM sortent des ateliers

Avec le moteurs de 165ch, les performances s’approchent de celles de la SM d’origine, voire les dépassent. La consommation est tout à fait raisonnable, et la fiabilité est sans commune mesure avec les « Maserati ». Surtout, clou du spectacle, toutes les RG sont équipées d’une boîte de vitesse de sa conception, les fameuses boîtes RG à 6 vitesses (ce qui à l’époque n’est pas banal), elles aussi très fiables. Pour le reste, rien ne distingue une RG d’une SM normale, à part l’autocollant RG ou Diesel RG au dessus du feu arrière droit.

Des SM RG dans l'atelier

Au total donc, 450 SM RG circuleraient dans le monde (combien en reste-t-il aujoud’hui ? Mystère), mais il faut croire que, quand on a une RG, on la garde, car les transactions sont rares, voire inexistantes, la faute à une extrême fiabilité. Même les versions diesels sont recherchées (et peut-être même surtout les versions diesels). Maintenant que votre curiosité est aiguisée, partez à la chasse, mais il est probable que si vous en trouviez une, vous la paieriez le prix fort.

Pour plus d’informations : http://citroensmregembeau.free.fr/

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

22 commentaires

benjouy

Le 14/01/2015 à 15:10

Je connaissais pas, j’adore !

Michaël

Le 15/01/2015 à 11:35

Je me souviens d’un excellent article dans un citroën revue. Un vrai fou, ce Régembeau.

Ingeniere

Le 17/01/2015 à 19:28

Je doute qu’il ait construit des moteurs diesels de toutes pièces
Je pense plutôt à une adaptation de moteurs VM ou Perkins

Rioult

Le 18/05/2015 à 18:41

Si vous doutez, le plus simple est de vous rendre à Creches sur Saone au garage RGP

ingeniere

Le 10/10/2018 à 17:16

d’aprés le fils REGEMBEAU, les DS et ID diéselisées , l’étaient avec le bloc d’origine, ils ne se sont servi du bloc C35 que pour les SM ; mais il va sans dire que ces blocs sont de la méme famille Citroen, je pense que pour la SM, le bloc C35 était plus robuste pour y adapter leurs modifications,( il avait été créé pour touner diesel avec les taux de compressions correspondant, et la marge de sécurité dans la matiére qu’il fallait, ne pas oublier que ce sont les même bloc que ceux de la CX 2500 turbo diesel qui fut le diesel le plus rapide du monde à son époque ) en éffet, ils recherchaient plus de puissance sur la SM que sur la DS, étant donné les qualité sportives et haut de gamme ( plus mises en avant sur la SM que sur la DS qui pour cette derniére était plus une routiére familiale sans soucis), de plus, pour avoir une auto qui ne souffrait pas de la comparaison avec le modéle essence, devais avoir un turbo et même un intercooler, afin de conserver son caractére rapide et silencieux!
je pense, que ce fut ce fait qui a orienté leur choix.

Ingeniere

Le 25/03/2017 à 13:43

C’est certain, ces diesels étaient dérivés de moteurs existants

Francois

Le 23/01/2016 à 16:45

Non, mon ami, la SM n’a pas de problèmes de fiabilité. Son moteur Maserati est fiable, agréable et relativement performant. Quand on prend l’autoroute on a l’impression de pouvoir faire 1000 kms tellement cette voiture est agréable. Les problèmes de fiabilité ont été réglés dans les années 70. Ma SM est tellement belle et fiable que de temps en temps je la préfère à mes BMW et Porsche des mêmes années.

Ludovic

Le 26/01/2016 à 16:45

Bel article sur ce bijoux éternel de l’automobile française !

clarrieu

Le 04/07/2016 à 15:01

On entend constamment parler des SMs RG, mais j’attends avec impatience des sources sérieuses sur le sujet : l’excuse « c’est pas breveté pour que ça reste un secret scellé » est un peu dure à gober pour moi. ça ressemble à une « Pierre de Fermat » : « j’ai trouvé un truc incroyable auquel personne n’avait pensé avant, mais je ne vous dirai pas ce que c’est ! ». 300 ans et des centaines de pages de preuve plus tard, on est tenté d’avoir des doutes.
Je veux bien que le gars soit doué, mais bon, rien ne vient étayer de près ou de loin les allégations de « Papy Regembeau » : pousser/fiabiliser un moteur de SM, ok, c’est probablement du joli boulot ; fabriquer un TD de toutes pièces, c’est déjà beaucoup plus douteux, mais admettons qu’il n’a rien repris et tout fabriqué. Le comble vient des « freins inusables » dont « on a expliqué le principe » à M. Rioult, l’auteur du site cité dans l’article (et qui a déjà commenté ici plus haut). Un indice, peut-être, pour le commun des mortels ? Ah, la méchante économie capitaliste qui a enterré l’idée alors qu’elle aurait révolutionné l’automobile ! Ce genre de phrase décrédibilise instantanément toutes les informations disponibles sur le site. Manque plus qu’à y ajouter un moteur Pantone ou une autre « innovation » du genre et les voitures seront parfaites !
Sur d’autres sites encore, il est même l’inventeur de l’injection directe dans les années 50… chapeau ! Dommage, ça existait déjà…
Pour la petite histoire, M. Regembeau est l’homme aux 32 brevets, mais je n’ai pu en trouver un seul sur les bases de données de l’INPI (je cherche encore, néanmoins) : une référence serait la bienvenue (les informations sont de toute manière publiques si elle sont brevetées, ça ne devrait donc pas poser problème).
M. Regembeau était très certainement un homme imaginatif et un talentueux bricoleur (la qualité de rendu de ses fabrications ne prête aucunement le dos à la critique), mais malheureusement, la réalité et la fiction semblent se mélanger allègrement à son sujet.

Paul

Le 04/07/2016 à 15:05

Un excellent article était paru dans Auto-Rétro (je n’ai pas le numéro en tête, je fouillerai) avec un essai d’une SM Régembeau Diesel ! A défaut d’être une preuve, c’est au moins un « vrai » essai des capacités de la bête. Mais libre à vous de douter. C’est aussi une belle histoire, avec surêment ses « petits arrangements » au fil du temps.

clarrieu

Le 04/07/2016 à 16:13

Je réalise que le ton de mon message initial était plus agressif que je ne l’envisageais…
Je n’ai pas de doute sur le fait que ces voitures roulent (comme je l’ai dit, les fabrications RG semblent de très bonne facture, autant qu’on puisse l’affirmer avec des photos) : pour ce qui est de la diéselisation des SMs, je doute surtout de l’affirmation que M. Regembeau a créé son moteur ex nihilo.
Effectivement, je serais assez intéressé par le numéro de cet Auto-Rétro : je serais plus que ravi de pouvoir trouver de la documentation sur le périlleux sujet Régembeau !

Paul

Le 04/07/2016 à 16:31

Je dois avoir ce numéro quelques part dans mes archives malheureusement restées en Charente Maritime… sinon je demanderai à l’excellent Jean-Claude Amilhat de quel numéro il s’agit, vous pourrez ainsi l’acheter on line ! (rassurez vous je n’avais pas trouvé le message si agressif que cela !)

Quentin

Le 29/03/2017 à 22:26

Sans doute une base de moteur de DS profondément modifié. Cela doit être faisable, le moteur de la CX est bien devenu un diesel officiellement, les ficelles doivent être les mêmes.

Denis

Le 24/10/2017 à 09:53

Le N° 30 de février 1983.
Trouvable chez E-Bay.

Thomas

Le 19/07/2016 à 18:47

Oui et c’est pour cela que ces voitures sont des OVNIS dans le monde de l’automobile… Lol

Léo.W

Le 25/03/2017 à 14:37

Pour ta gouverne. On trouve sur les poids lourds des freins que l’on pourrait qualifier d’ « inusables » qui fonctionnent par force electro-motrice induite.

Et ça marche très bien pour en avoir vu moi même.

Plus le véhicule roule vite, plus la f.e.m. induite est forte.

A faible vitesse, les freins conventionels prennent le relais.
Si c’est de cela que l’on parle, alors oui, les freins « inusables » existent… mais nécessitent tout de même des bons vieux freins à disques pour arrêter l’merdier ; )

Philip

Le 11/03/2018 à 15:13

Cela s’appelle un ralentisseur electrique. Ils equipent entre autres les cars de tourisme.
Telma est l’un des principaux fabricants

Serge Berthier

Le 10/03/2019 à 13:51

Je me demande si je peux répondre à vos doutes. J’ai une SM Régembeau reconstruite par le fils mais elle est de 2019! Le moteur est le bloc d’origine 1971 de la voiture revue Regembeau, c’est -à-dire un 3l limité dans mon cas à 200CV+++. Le bloc est estampillé Maserati dont le propriétaire était Citroën. Les cache-culasses sont estampillés Régembeau. C’est un moteur à injection car il y en avait quelques-uns en 1971. L’injection ayant été modernisée comme tous les équipements électroniques de l’époque (par exemple la 911 SC) c’est aujourd’hui Sodemo à Magny-Cours qui la fournit. C’est ainsi que j’ai découvert que le V6 Régembeau équipe aujourd’hui toutes les Ligier LMP2 qui font le Mans et d’autres courses (en 2019) car le moteur peut fournir 300cv réels +++ en mode course.
Donc je suis l’heureux propriétaire d’une SM Régembeau gråce au fils de Monsieur Régembeau, Briand qui a encore quelques blocs moteurs de son père et qui vient après deux ans de travaux de m’en livrer une.
Pour les techniciens qui vont sur boitierrouge.com, Monsieur Régembeau n’a pas inventé un nouveau V6. Le V6 est un V12 coupé en deux. Il avait des problèmes de distribution. Le bloc est le même, la distribution est Régembeau (double chaîne).
Pour les amoureux de Ciitroën, sachez que Citroën a vendu Maserati en 1975 et que le moteur V6 actuel des Maserati est en fait un V6 Régembeau modernisé. Il est exact que le professeur Tournesol de Créches-sur-Saône n’avait jamais consulté un avocat – seulement des SM souvent en panne.

Eric Rioult

Le 04/07/2016 à 18:07

Bonjour,

L’article sur la SM Diesel est dans auto rétro Ne 30.
La voiture de l’article est celle que vous verrez dans la cour des Établissements RGP.
N’hésitez pas à leur rendre visite, la majorité des inventions de Mr Regembeau sont affichées sur des tableaux hornant les murs du garage.
Bonne journée.

Paul

Le 04/07/2016 à 18:44

Il me semble qu’il y en a un plus récent !

Eric Rioult

Le 04/07/2016 à 19:04

Tout à fait Paul, mais l’article parle d’une SM Diesel atmosphérique Regembeau, la turbo D est presque 2fois plus puissante

Paul

Le 04/07/2016 à 19:07

Ah oui tu as raison, c’était un Diesel atmo !!! Je suis curieux de lire l’article sur la TD, je vais demander à Auto Retro !

Laisser un commentaire