Talbot Samba Cabriolet : le plaisir à prix d’ami !

Lundi 12 mai 2014
Retour

Aujourd’hui, les cabriolets dérivés d’une citadine sont légion, mais en 1982, lorsque la Talbot Samba cabriolet est présentée, c’est une révolution. La Peugeot 205 n’est pas encore sortie, encore moins ses versions cabriolets (CJ, CT, Cti ou Roland Garros, lire aussi: Peugeot 205 Roland Garros), et la Samba n’a que 6 mois. Autant dire qu’il s’agit d’un vrai pari de la part de la marque de Poissy, à l’avenir déjà incertain.

La Samba dérive elle-même de la Peugeot 104 Coupé (lire aussi: Peugeot 104 ZS), légèrement rallongée, et présente un profil sympathique. Sa version cabriolet est encore plus séduisante : sa ligne, capote fermée, reste quasiment identique, tandis que décapotée, elle gagne tout son sex appeal magré la présence d’un arceau pour préserver la rigidité de la caisse.

Samba cab 09

Il faut dire que la petite Samba cabriolet, alors seule sur son marché, a été dessinée par Pininfarina, qui en assurera la fabrication. D’abord disponible avec un 1,4 litres de 72 ch, elle proposera ensuite une version plus puissante de 80 ch (identifiable à son logo « 80hp »). Je vous rappelle qu’il s’agit là des moteurs de la 104 ZS, la petite sportive de Sochaux, et que la voiture, malgré ses transformations, ne pèse que 850 kg. Sans en faire une sportive, ces petits moteurs vivants rendent la conduite de la Samba Cabriolet très plaisante. Seuls quelques artisans comme Sovra réalisent des modèles concurrents sur base Citroën LN ou Peugeot 104, au compte goutte (lire aussi: Peugeot 104 LM5 Sovra).

samba cab 01

Malgré le relatif abandon commercial de Talbot par Peugeot, et un réseau peu enclin à vendre ces concurrentes des productions sochaliennes, la Samba Cabriolet réalisera un beau score, avec 13 000 exemplaires vendus entre 1982 et 1986, date de la disparition de la marque. Surtout, elle initia un nouveau marché, celui des citadines cabriolet, que Peugeot, fort de cette expérience, déclinera sur sa gamme 205.

Talbot_Samba_Cabrio

Aujourd’hui, on trouve encore des Samba Cabriolet à petit prix, voire donnée (mais alors dans un état suspect). Alors, vous bénéficierez de 4 vrai places, de moteurs plaisants et robustes, du plaisir de rouler cheveux aux vents, de retrouver ces intérieurs typiques des années 80, ces selleries en tissus tendance marronnasse du plus bel effet rétrospectivement (cela participe au charme so 80’s), et d’une voiture originale pour pas grand chose.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

damston

Le 19/07/2015 à 11:34

Moteurs robustes oui, mais carbus « automatiques » absolument catastrophiques 🙁

Stephane

Le 21/11/2015 à 13:39

Salut,
un look sympas qui attire encore la curiosité sans la jalousie.
pas de problème de carbus sur la mienne (80cv 2 carbu simple corp a starter manuel).
Model de 1983, 110 000km, jamais restauré mais toujours entretenu.
Au futur acheteur commencez toujours par soulever la moquette du coffre, c’est la que la rouille attaque en premier.
attention par contre avec les enfants, les ceintures arrière ventral ne permettent pas l’usage de rehausseur

Ludo

Le 18/05/2016 à 21:54

C’est plutôt la golf cabriolet qui a initié le concept en 1979, tout comme les citadines sportives avec la golf GTI.

Laisser un commentaire