Technamm Masstech T4 : des Toyota Land Cruiser pour l’Armée Française

Publié le samedi 16 décembre 2017.
Mis à jour le samedi 10 novembre 2018.
Retour

Le feuilleton du remplacement de la Peugeot P4 (le projet VLTP, soit Véhicule Léger Tactique Polyvalent) n’en finit pas de rebondir. Le premier épisode avait fait couler beaucoup d’encre avec la commande de 1000 exemplaires du Ford Ranger (lire aussi : Ford Ranger de l’armée de Terre) destinés à une utilisation rapide dans le cadre de l’opération Sentinelle. Beaucoup y avait vu trop rapidement le remplaçant du P4 alors qu’il ne s’agissait que d’une opération d’urgence en attendant le vrai VLTP. Le deuxième épisode avait vu la sélection du Ford Everest dans sa version préparée par le français ACMAT (lire aussi : Ford Everest): il s’agit là du véritable VLTP, commandé à 3700 exemplaires. Mais le troisième épisode a vu la sélection d’un autre véhicule, le Technamm Masstech T4, une sorte de VLTP de transition dont nous allons parler aujourd’hui.

Les Ford Ranger choisis répondaient à une situation d’urgence (remplacer des véhicules loués pour l’opération Sentinelle), et n’étaient en aucun cas des véhicules tactiques, mais avaient l’avantage d’une disponibilité quasi immédiate. Les Everest réalisés par ACMAT (sous le nom commercial de ACMAT Light Tactical Vehicle – ALTV – Station Wagon) quand à eux ne pouvaient être livrés qu’à partir de début 2018 (les 98 premiers exemplaires sont attendus le 23 janvier, et environ 500 devraient être livrés durant l’année). Or certaines unités avaient des besoins urgents d’un VLTP rustique en remplacement des P4 à l’agonie, et de certains Defender. Il fut donc décidé fin 2016 de commander une tranche de 500 véhicules rapidement livrables, plus polyvalents que le Ranger, et proches des caractéristiques de l’Everest.

Le Toyota HZJ76 servant de base au Technamm Masstech T4

Cette fois-ci, le vainqueur du marché ne s’appelait pas Ford, mais Toyota, via l’entreprise française Technamm, basée près d’Aix en Provence. Ce spécialiste de la transformation de véhicules à destination des collectivités locales, des pompiers, des polices municipales ou de la Gendarmerie avait déjà travaillé pour l’Armée de Terre, en adaptant les VAC (véhicules à chenille) de la société suédoise Alvis Hägglund pour la 27ème Brigade d’Infanterie de Montagne.

Livraison des T4 à la 12ème BSMAT de Satory

Pour répondre à la demande rapide, Technamm a proposé un véhicule qu’elle adapte déjà par ailleurs, le Toyota HZJ76 renommé pour l’occasion Masstech T4. Les véhicules sont fabriqués au Japon par Toyota dans une configuration spécifique permettant une mise en conformité au cahier des charge aisée en France. Les voitures sont livrées à Technamm, qui assure la militarisation du HZJ76. Les véhicules sont ensuite envoyés à Bourges pour passage aux Mines par la DGA, puis expédiés à Satory à la 12ème BSMAT pour perception puis livraison des véhicules aux régiments concernés.

Les Masstech T4 sont équipés du moteur Toyota d’origine, un 6 cylindres en ligne Diesel de 4.2 litres et 130 chevaux. Il s’agit d’un véhicule rustique, loin de la modernité de l’Everest, mais qui permet d’obtenir un véhicule transitoire relativement peu cher (70 000 euros, comprenant la maintenance et les pièces sur la durée de vie du véhicule, dont 60 % valorisés en France pour Technamm, le solde allant à Toyota).

Le Masstech T4 n’est pas un véhicule de guerre à proprement parlé. Il est équivalent au Standard 2 de l’ALTV SW, c’est à dire la version susceptible de partir en Opex (opérations extérieures) mais sans blindage. Il équipera un certain nombre d’unités dans le cadre de l’opération Sentinelle, mais aussi d’autres pour leurs besoins spécifiques. Le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes a été la première unité à percevoir le T4 en mai dernier, suivis ensuite par d’autres (les unités de la Brigade du Renseignement apparemment (?): le 28ème Groupe Géographique, le 2ème Régiment de Hussards, les 44ème et 54ème Régiments de Transmissions) jusqu’à atteindre 94 véhicules livrés au 9 novembre 2017. La livraison des 500 exemplaires prendra fin normalement en mai 2018.

Officiellement, on parle de véhicules permettant de remplacer les P4 pour l’opération Sentinelle, mais c’était pourtant le rôle dévolue aux Ford Ranger. Or ces T4, s’ils ne sont pas blindés, ressemblent beaucoup plus à des véhicules destinés au combat et aux Opex. Sa rusticité, ses capacités tout-terrain, ses aménagements (notamment les portes FAMAS, les plaques de désensablement, les équipements de communication) laissent plutôt entrevoir une utilisation loin du bitume des grandes villes. D’ailleurs, les premières unités livrés ou pressenties sont des unités spécifiques (axées vers la recherche du renseignement, comme les unités de la Brigade du Renseignement, ou l’action, comme le 2ème REP). Enfin, il s’agit d’un engin relativement ancien, avec seulement 3 étoiles au crash-test NCAP, et nécessitant une dérogation pour rouler en métropole, puisque ne répondant qu’à la norme Euro 3. Autant de petits détails qui prouvent que les T4 sont bien là pour palier aux délais de livraisons des ACMAT ALTV SW (il se murmure que son petit nom « Armée de Terre » sera Lynx).

S’il a fallu compléter la commande de long terme (ACMAT) par cette commande d’urgence, c’est sans doute parce que la décrépitude du parc de P4 a été plus rapide que prévue : il faut dire que les nombreuses opérations notamment en Afrique ont mis à rude épreuve des matériels déjà bien rincés, obligeant l’Armée de Terre à cette solution transitoire. Se doter de deux véhicules aux missions différentes mais disposant de nombreuses pièces communes était une bonne idée, mais c’était sans compter la réalité du terrain. Dans cette période transitoire, l’Armée qui voulait unifier ses VLTP se retrouve avec un parc comprenant encore des vieilles P4, des Land Defender, des Ford Ranger, des Toyota-Technamm, et bientôt les ACMAT-Ford Everest (même si à terme, ne resteront que les deux Ford et le Toyota) : un joyeux bordel de 5 VLTP différents !

A lire aussi: TRE-Blog et Milinfo

Images: Technamm, Epinal News, 12ème BSMAT, TRE-blog.fr

34 commentaires

gérard morel

Le 16/12/2017 à 18:43

Bon , je serai donc le premier à dire que c’est navrant qu’on ne soit pas foutu de fournir des véhicules français !!!!

Paul

Le 16/12/2017 à 19:02

et je répondrai que d’une part 60 % de la valorisation du contrat va à une entreprise française (Technamm) et qu’ensuite, l’offre « franco-française » n’existe pas. CQFD

Eddy123

Le 16/12/2017 à 22:32

Exact.. il existe rien en France pour répondre à ce service… d’ailleurs le p4 en était un bon exemple. . Moitier classe G moitier 604… finalement moins bon que le G.

Il faut du rustique et solide d’origine et avec peux de pièces spécifique (coût de maintenance).
Un Parter/Berlingo Dandgelisé aurait aucun de ses points ni même le Duster déjà vue en proposition et qui d’ailleurs n’est pas Français.

fafa gano

Le 14/07/2018 à 08:04

Oui, mais parler d’une version militarisee du Berlingot, ca fait pas serieux dans les rapports de l’OTAN…

Eddy123

Le 16/12/2017 à 23:23

Je le trouve très classe..

Afficionado

Le 17/12/2017 à 00:03

Il n empêche que la 5ème puissance mondiale n est toujours pas capable de produire un véhicule de liaison. Bon bah!hein!

Wolfgang

Le 18/12/2017 à 02:41

Avec 2 constructeurs auto de niveau international en plus…
Pas de quoi être fier.
Construire un véhicule rustique c’est quand même le B-A BA…
Un gros diesel avec du couple, de la garde au sol, des suspensions à lames, une transmission intégrale avec autobloquant, un intérieur spartiate.
Rien de bien compliqué… on sait faire…

Germain

Le 17/12/2017 à 06:51

Pour buter du djihadiste, rien de tel qu’une caisse de djihadiste

Georges

Le 17/12/2017 à 12:51

Le mieux c’est de courir après avec un char Leclerc !
Des deux ce n’est pas le plus léger le plus rapide en tout terrain.

eddy123

Le 17/12/2017 à 18:54

haha excellent, j’ai l’image dans la tête…

par contre, il faut que le camion citerne soit rapide lui aussi…

Germain

Le 17/12/2017 à 07:03

Au moins les defender ils avaient la classe, mais l’armée n’en a rien à foutre d’avoir la classe.

Georges

Le 17/12/2017 à 12:43

La classe et un cercueil certains préféré moins de classe et vivre !
Le Defender est loin d’être un cador en tenu de route.

zeboss

Le 17/12/2017 à 11:08

Il y a eu il y a très longtemps, (on dirait un conte de noël) une petite marque de 4×4 en France, Cournil, alias auverland etc etc qui n’a jamais eu l’oreille de l’armée. un peu en gendarmerie de Montagne mais pas plus.
C’est vrai que la rusticité du bouzon était terrible, surtout sur les premiers mais l’armée n’a jamais joué le jeu.
la même chose pour les motos, les propositions françaises avaient reçu l’aval des tests positifs mais les motards voulaient leur Bm, point…
Résultats des courses, en 1920 la France était le pays avec le plus de constructeurs de motos, aujourd’hui ? bah ….
Si Mr Peugeot avait garder l’histoire des séries 50. en Pick up Dangel aurait peut être pu fournir un engin digne des demandes de services.. Mais bon..
Le marché de ces choses est si étroit qu’il parait difficile de se servir ailleurs que chez des constructeurs exotiques…

Eddy123

Le 17/12/2017 à 17:07

C’est vrai, c’est triste
Je me dis quand meme qu’une marque automobile et où motocyclette ne vie pas que de l’armée. .. ou rarement
Si ses modèles ne sont pas vendeur, elle disparaît, comme Auverland..
Comme pour la marque de moto que tu site, je suis pas familier des motos, mais je ne pense pas qu’elle vivait que de l’espoir de vendre quoi?, 200 ou 300 motos pour la Gendarmerie?
Non elle a sûrement disparu par ce qu’elle ne venait pas assez de machine au particuliers qui eux aussi voulaient du BM et autres marques..

Docteur_Oliv

Le 18/12/2017 à 11:03

Non , mais l’idée était de donner un air plus sérieux aux Artisans-Constructeurs Français de Moto

Paul

Le 23/12/2017 à 06:27

Auverland n’a pas vraiment disparu au sens propre du terme… En fait c’est plutôt l’inverse: Auverland a racheté à PSA la marque Panhard (fabriquant des P4 mais aussi des VBL), pour finir par se renommer Panhard Defense, prenant le nom de sa proie. Panhard vu ensuite racheté par Renault Truck Defense, elle-même filiale de Volvo Trucks. Panhard fournit toujours l’armée en VBL, PVP voire il y a pas si longtemps en VPS. Si la marque Auverland a bel et bien disparu en tant que marque, l’entreprise, elle, est encore bien vivante 😉

Docteur_Oliv

Le 23/12/2017 à 06:53

Merci pour l’explication !
Quand on entend plus parler d’une « marque » on croit toujours qu’elle a disparue…
Et les Ultra Môches Motorisés ?

Georges

Le 23/12/2017 à 15:38

C’est vrai, mais est ce que Panhard existe encore chez RTD, je pense au bureau d’étude, aux nouveaux produits par ce que le seul véhicule qui me semble encore proposé est le PVP, la version XL trop concurrente aux Sherpa de RTD a disparu.
Pour le VBL c’est plus un département restauration, le remplacement du VBL n’est pas pour de suite.
Cet achat de Panhard par RTD me fait plus penser à un achat pour tuer un concurrent et récupérer le PVP qu’a une alliance.

Georges

Le 17/12/2017 à 12:49

Pour la MCO ce n’est pas si gênant du fait que les véhicules ne sont pas utilisés au « même endroit ».

Il est prévu aussi un échelon supérieur avec du blindage et qui devrait être français.

Contrairement à ce que dit Germain ça pose problème d’avoir la même caisse que l’ennemie.
Et puis le toy est un peu petite pour tout ce que nos soldats doivent transporter avec eux en OPEX, l’Everest est plus logeable.

Wolfgang

Le 18/12/2017 à 02:48

Le vrai problème c’est qu’on devrait avoir la maîtrise totale de notre armement, donc des pièces détachées aussi.
Or on dépend d’autres pays avec ce genre de matos…et en temps de guerre ou de relations politiques tendues ça pose un pb d’indépendance et de souveraineté.
Ex avec le porte avion Ch de Gaulle : quand Chirac a refusé de suivre Bush pour aller en guerre, les usa ont bloqué l’approvisionnement de pièces pour l’entretien du bateau…
Donc Chirac a du refaire copain ensuite pour que le bateau continue à être utilisable…

Georges

Le 18/12/2017 à 16:36

Sauf que le budget pour faire du 100% français (ce qui est impossible) est hors de notre porté.

Math430

Le 18/12/2017 à 04:23

Ça reste une entreprise française qui transforme le véhicule.
Après est ce que on a vraiment l équivalent en France ?

Ruddy

Le 18/12/2017 à 10:29

Finalement c’est un choix temporaire tout à fait classique. Il me semble que ces Toyota sont déjà utilisés par de nombreuses ONG, et sont reconnus pour leur fiabilité et leur polyvalence.

Même si ces multiples commandes traduisent une très mauvaise gestion des parcs de véhicules, ils n’ont pas reproduit les mêmes erreurs que l’armée américaine. Les américains ont investi énormément pour mettre à jour leur Humvee, pour finalement le rendre trop lourd et peu adapté.

Après, le choix d’un véhicule sur base de Ford Everest est plutôt logique. Personnellement je pense qu’il aurait été intéressant de regarder du côté de Nissan, histoire de rester du coté de Renault. Mais ça c’est autre histoire 🙂

Claudio

Le 18/12/2017 à 16:25

Et le Duster alors !

Georges

Le 18/12/2017 à 16:40

Alors quoi, pas assez cher.
Sérieusement en dehors de politiques et de la boite qui a dépensé une fortune pour une peinture…., ne répond pas au cahier des charges, car pas assez costaud-tout terrain, pas assez grand en cabine et pas assez de coffre & charge utile (une tonne demandé).

YO

Le 18/12/2017 à 19:32

Pourquoi ne pas avoir pris pour base le modèle actuel de la gamme Land Cruiser / Hilux ?

georges

Le 18/12/2017 à 19:47

D’après les gens qui savent le choix est judicieux, l’Everest est un très bon véhicule et de plus avec une silhouette qui permettra de ne pas se prendre sur la g….. un missile d’un drone US !
Pour le choix de ce toy , ça semble être le dernier vrai TT et c’est +/- un véhicule de transition.
Lui et l’Everest ne seront utilisés qu’en France et dans des OPEX de faible intensité.
Là où c’est la « guerre » il y a (aura) autre chose.

Wolfgang

Le 19/12/2017 à 01:48

Un 4×4 c’est bien, mais avec des pneus à crampons c’est mieux…

Georges

Le 22/12/2017 à 23:07

Sur routes et en villes ?

Philippe Bon

Le 22/12/2017 à 18:23

Honteux ce toyota est interdit à la vente en France et voilà que notre armé ce l octroie

Paul

Le 22/12/2017 à 18:40

Honteux? ce 4×4 roulera plus souvent au Mali qu’en France hein… restons mesurés 😉

Georges

Le 22/12/2017 à 23:06

Ça reste un véhicule pour la France (dont l’outre mer) et les théâtres de faible intensité, genre opération en Europe.
Pour les endroits où il y a des risques il y a les VBL, PVP, VAB, et les futures véhicules.

Arnaud

Le 04/08/2018 à 23:27

Tiens. ..un toyeux qui connaît un peu. ..

NEBOUT

Le 23/01/2019 à 20:35

Un land cruiser HZJ76 vaut 30 000 € mais l’armée l’achète 60 000 €. 1 4×4 pour le prix de 2. C’est les soldes version armée française.
30 000 € d’accessoire ça fait beaucoup. Ça fait même au moins 25 000 € de trop pour le 4×4 de série le plus fiable, le plus solide et le plus éprouvé qui soit.
Et les 25 000 ils vont manquer quelque part … mais peut être pas à tout le monde…

Laisser un commentaire