Tesla Cybertruck : faire du neuf avec du vieux

Publié le mercredi 27 novembre 2019.
Retour

Elon Musk a fait le show en présentant son révolutionnaire Cybertruck au design “surprenant”, comme on peut le lire sur les réseaux sociaux. Avec sa ligne tout en angles et lignes droites, les chantres du véhicule électrique y voient le design du futur et la “disruption” faite automobile. Pourtant, nombreux sont les observateurs à avoir aussi constaté qu’un tel dessin, bien qu’exagérément poussé vers la simplicité (voire l’infantilité), n’était pas vraiment nouveau. Alors, le Tesla Cybertruck est-il vraiment une révolution stylistique ?

Après des années 50 rondouillardes, les années 60 ont vu la réapparition des voitures très carrées dont les plus célèbres en France restent les Renault 8 et les Simca 1000. La fin de cette décennie révolutionnaire verra de nombreuses marques s’intéresser à ces mêmes lignes droites, mais plus pentues. Le designer le plus caractéristique de cette tendance reste Marcello Gandini, chez Bertone, qui étonne le monde en 1968 avec la fabuleuse Alfa Romeo Carabo. Ce concept-car tout en lignes tendues marque les esprits et confirme à son créateur que les années 70 s’orientent dans cette direction. 

Du Carabo naîtra, entre autre, la Countach

Dès lors, Gandini va décliner le concept avec la Fiat X1/9 en 1972, puis la Dino/Ferrari 308 GT4 l’année suivante. En 1974, le monde découvre avec stupeur la monstrueuse Lamborghini Countach et le concept-car Bravo, enfonçant le clou des lignes franches et claires. La rondeur semble bien ringarde comme le découvrira malgré elle la Renault 14 en 1976. Cette même année, c’est Giugiaro qui s’y colle avec une Lotus Esprit… tout à fait dans l’esprit du moment.

 

 

Si les lignes tendues s’imposent parmi les sportives, elles commencent à s’immiscer dans des gammes plus populaires. Dès 1970, Bond sort une Bug aux lignes futuristes et acérées peu connues hors de Grande Bretagne. Chez Renault, Gaston Juchet dessine un duo Renault 20 / Renault 30 dans la même veine, tandis que Gandini, encore lui, prépare les années 80 avec la Volvo Tundra qui deviendra la Citroën BX.

Jean Graton s’en mêle

Dans d’autres domaines, ces traits étirés vont marquer l’automobile. Pour tout lecteur de Michel Vaillant, ces lignes sont déjà familières dans les années 70, sous le crayon du toujours inspiré Jean Graton. La Vaillante Commando, qu’elle soit GT, GTC Rallye ou GTS, est bien dans la mouvance de Gandini, tout comme le cabriolet Vaillante Françoise portant le nom de l’épouse de Michel. 

 

 

Plus artisanalement, d’autres se sont attaqués à ce genre de design : Bouffort et Viard tenteront la très petite et très carrée Minima, sans succès. Aux États-Unis, Curtis Brubaker lance en 1972 la Brubaker Box. En 1978, on découvre des dessins de ses projets pour un Pick-Up moderne dans les pages du très osé magazine Penthouse : difficile de ne pas y voir une source d’inspiration pour Elon Musk.

 

Tout le monde s’y met

La décennie 70 se termine, mais la tendance reste d’actualité : Trevor Fiore, désormais chez Citroën, va s’en donner à coeur joie sur deux concept-cars. Il était déjà l’auteur d’un dessin de la même veine destiné à TVR, la Tina, en 1967, projet abandonné par la suite. Pour la marque aux chevrons, il va dessiner la Karin, dont le dessin la fait ressembler à un Cybertruck inversé. L’année suivante, il présente la Xenia, un monospace futuriste lui aussi, qui restera dans les cartons de la marque aux chevrons.

Les années 80 voient le lent déclin des lignes acérées. Désormais, on arrondit, d’autant que les normes de sécurité deviennent de plus en plus drastiques. Les progrès de l’industrie rendent possible ce qui ne l’était pas jusqu’alors et les rondeurs reviennent à la mode, particulièrement dans les années 80. Gandini aura bien tenté de persévérer avec la Bugatti EB110, l’heure est désormais au bio, au rond, au mou qui donnera parfois de drôles de résultats.

Révolutionnaire ? Vraiment ?

Les années 2000 puis 2010 sont en revanche assez homogènes : les progrès industriels rendent désormais possible toutes les audaces stylistiques, les plis, les creux, les effets de style. Les voitures s’offrent désormais de nombreux détails (parfois trop) et raffinements jusqu’alors impossibles. À tel point que nombre d’entre elles paraissent surchargées, voire tarabiscotées. Après 20 ans de “design de détail”, Elon Musk réinvente l’eau tiède en revenant à l’essentiel : la règle, celle que tout designer en herbe de 7 ans utilisait pour tracer les grandes lignes de la voiture du futur.

 

Le Cybertruck a au moins ce mérite : par son dessin simplissime, que les non-initiés qualifieront de révolutionnaire, il ramène paradoxalement à l’enfance, cette époque où dessiner une voiture revenait à tracer des traits à la règle. Ce dessin transpire l’enfance et joue sur un paradoxe : futurisme ou nostalgie ? Car au-delà de nos dessins d’enfants, les voitures aux lignes droites ne sont pas nouvelles. Les designers ont toujours oscillé entre lignes courbes et lignes droites par intermittence ! Pire, celles “aux lignes droites” ont souvent illustré à leur époque le futur, marquant des générations de petits amateurs automobiles qui retrouvent inconsciemment dans le Cybertruck une part de leurs souvenirs.

Voilà l’arnaque, mais aussi le coup de génie de Musk : faire passer ce que chacun connaît et sait dessiner depuis des lustres comme une révolution stylistique. En faisant appel aux réminiscences de notre passé et en jouant habilement sur nos souvenirs enfouis, il fait passer son Cybertruck pour “disruptif”. La Start-up Nation applaudit des deux mains, les écologistes aussi puisque l’électricité et le recyclage sont eux aussi tendance ! Oubliant au passage que Musk n’a rien inventé de cette propulsion : la Jamais Contente en est la preuve au début du siècle précédent, tandis que les fondateurs d’AC Propulsion se souviennent encore qu’ils sont à l’origine de la technologie Tesla. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !

 

Articles associés

2 commentaires

Berel

Le 27/11/2019 à 21:31

Artice très intéressant Paul 😉 Juste un truc : j’y ai accédé depuis la page Facebook mais quand impossible de le retrouver sur le site … dans quelle rubrique sont mis les articles qui traitent de l’actualité comme celui-ci ?

Paul

Le 27/11/2019 à 22:19

En fait, pour des raisons de cache, les articles que je partage juste après leur mise en ligne ne sont pas forcément visible avant quelques heures sur les pages dédiées aux articles : astuce, cliquer sur la loupe recherche en haut, tous les articles même mis en ligne juste 30 secondes avant y sont présent 😉

Laisser un commentaire