Tesla Model S P90D: la voiture modèle ?

Lundi 11 janvier 2016
Retour

Certains pensent, à tort, que Boîtier Rouge est réservé à des voitures vintages, voire anciennes, alors que non ! Boîtier Rouge c’est « l’automobile autrement », avec des voitures décalées, rares, inconnues, méconnues ou raillées, mais aussi avec de nouvelles formes de mobilité. L’électrique a toute sa place sur BR, alors forcément, aller tester une Tesla Model S, qui plus est dans sa version la plus puissante et la plus chère, ça ne se refuse pas.

Elon Musk, le boss de Tesla aujourd'hui !
Elon Musk, le boss de Tesla aujourd’hui !

Je vous parle souvent de ces grands enfants qui, par passion, vision, ou inconscience, tentent de lancer leur marque automobile. Elon Musk fait partie de ceux là, même s’il n’est pas à l’origine du projet. Il en devient l’un des principaux investisseurs moins d’un an après la création de la marque en 2003, pour n’en prendre le contrôle qu’en 2008. Mais peu importe, on ne peut pas nier son côté visionnaire. Si Elon Musk est un créateur d’entreprise (Zip2, X.com), c’est aussi un investisseur doué : lorsque X.com qu’il a fondé rachète Paypal en 2000, nul ne prévoit que c’est justement Paypal qui lui assurera sa fortune une fois revendu à Ebay en 2002. Savoir vendre à temps et investir à bon escient, voilà la qualité principal du boss actuel de Tesla.

La première Tesla fut le Roadster, dérivé d'une Lotus Elise
La première Tesla fut le Roadster, dérivé d’une Lotus Elise

Pourtant, lorsqu’il investit dans Tesla Motors, en ce début des années 2000 (tout comme lorsqu’il créé Space X), peu de gens imaginent que cette drôle d’idée va se transformer en modèle du genre. Après quelques années de développement (et de graves difficultés financières), Tesla va d’abord émerger sur le marché avec une offre assez classique : un roadster deux places dérivé de la Lotus Elise (Lotus qui participe d’ailleurs à l’assembage des modèles dans son usine anglaise d’Hethel). Je reviendrai bien entendu plus en détail sur ce premier Roadster dans un prochain article.

S P90D 03

Comme beaucoup de « petits » constructeurs voués à l’électrique, c’est donc via le marché de niche que Tesla va s’imposer comme une référence. Non pas qu’il possède le meilleur produit, certains en proposaient d’excellent comme le franco/monégasque Venturi (lire aussi : Venturi America), mais Tesla, avec un Elon Musk à sa tête, sait vendre ! Et si le tarif reste élitiste, les produits de la marque californienne restent relativement accessibles, et pas limités à quelques milliardaires triés sur le volet. Musk sait certes vendre à une clientèle haut de gamme sensibilisée à l’électrique et à l’automobile (l’achat d’un roadster n’est pas anodin), mais aussi à ses actionnaires et investisseurs, s’assurant la pérennité du projet malgré des déficits chroniques.

S P90D 06
L’Ovni pose furtivement devant les radars militaires !

Les ambitions de Tesla ne s’arrêtent pas à ce marché de niche. Dès 2009, la marque présente son Model S, destiné à devenir la première berline haut de gamme du marché. D’autres se lancent aussi sur ce créneau, comme Henrik Fisker (lire aussi : Fisker) avec sa Karma, mais il ne suffit pas d’être un grand nom de l’automobile pour réussir. Il faut aussi du temps, de l’argent et de l’imagination sur un créneau où tout reste à inventer. Pourtant, tout n’est pas parfait aux débuts de Tesla : les roadsters risquent de se transformer en « brique », comme certains les appellent, si la batterie se décharge en dessous de 5 %. Ce problème sera au fil du temps réglé, et surtout, l’habile communication de la marque permettra d’éviter que ces défauts de jeunesse ne soient rhédibitoires (et ce malgré une émission de Top Gear UK très critique et un procès dans la foulée).

S P90D 02

Avec la Model S, lancée en 2012, on entre dans le cœur de la stratégie de conquête de Tesla : proposer une voiture suffisamment haut de gamme et séduisante pour se permettre des tarifs relativement élevés, totalement en phase avec l’aspiration des early adopters du monde entier, tout en entrant dans une logique de production de masse (31 655 exemplaires en 2014 et plus de 50 000 en 2015 tout de même). On sort en quelque sorte de la haute couture pour rentrer dans la confection haut de gamme. Autre idée intelligente : développer son propre réseau de superchargeurs permettant de rassurer le client sur les questions d’autonomie. Bien sûr, en France l’offre est encore limitée, mais elle se développe et offre une certaine sérénité pourvu qu’on ait bien préparer son voyage.

Usine 01

Autre idée intelligente : jouer sur l’idée de performance. Alors que les grands constructeurs du monde entier n’en sont encore qu’à proposer des berlines ou citadines en mode tout électrique (même si aujourd’hui, BMW propose son i8, et Porsche affute ses armes), réservées souvent à un usage urbain et pépère, Tesla va prendre le contre-pied en mettant en avant une berline statutaire et puissante mais surtout les nouvelles formes de plaisir engendrées. Quitte à parfois exagérer un peu sur la puissance réelle des voitures (on tourne plus à 530 ch réels pour la P90D qu’à 700 comme annoncé) ! A vrai dire peu importe. Avec la Model S P90D et son mode Ludicrous, on se surprend à faire joujou en accélérant comme une balle, plaqué au siège, ébouriffé par autant de puissance d’un seul coup et par le 0 à 100 en 3 secondes environ (cette notion est toute relative, puisque parfois l’esprit, étonné par une telle accélération, empêche naturellement le pied d’appuyer aussi lourdement que possible).

Avec la carte Leclerc, on recharge gratuitement en faisant ses courses !
Avec la carte Leclerc, on recharge gratuitement en faisant ses courses !

Revenons d’ailleurs à ce que procure la conduite d’un Model S. Il s’agit tout d’abord de s’habituer au silence de fonctionnement, et à la puissance immédiatement disponible. Le plus drôle dans tout cela c’est que l’on prend autant de plaisir à cruiser et à maintenir l’autonomie qu’à pousser l’engin de 0 à 130 à la barrière du péage. L’écran énorme qui gêne l’oeil au départ (sa taille inhabituelle sans doute) s’avère ultra pratique, et bien plus adapté à nous autres geeks (ou presque) que la plupart des outils multimédias des autres marques. On se croirait sur un smartphone, tout est instinctif, sans compter la connexion permanente ! Pour le GPS, c’est Google Map : on n’est donc en terrain connu !

Modes S 02

Côté luxe, on est encore loin de Bentley, mais est-ce vraiment important ?: la qualité de fabrication est là (ce n’était pas toujours vrai au début), le cuir, et tous les outils haut de gamme classiques aussi. Le design est quand à lui évocateur (et ne laisse personne indifférent) tout en restant relativement sobre. Seuls les étriers de freins rouge de ma Tesla trahissaient aux yeux du pékin ses capacités sportives.

S P90D 01

Côté autonomie, j’étais assez angoissé en partant, n’ayant pas beaucoup de superchargeurs sur ma route à part celui de Rungis. J’ai pourtant pu rouler tranquillement après avoir découvert que grâce à ma carte Leclerc, je pouvais recharger la voiture à peu près n’importe où. De toute façon, j’avais fait la connaissance de Yoann au Salon de Genève. Rédacteur en chef du site Automobile Propre (http://www.automobile-propre.com/), il est aussi le créateur du bien utile site ChargeMap (http://chargemap.com/) qui recense tous les endroits possibles pour recharger sa voiture électrique. J’ai pu ainsi faire un « plein » dans une concession Renault à Gien (45). L’occasion de discuter avec le sympathique vendeur sur cette bagnole bien curieuse, mais aussi avec certains badauds qui, voyant la voiture se recharger sur le parking de la concession, n’hésitaient pas à venir me poser des questions.

Voilà à quoi ressemblent certains superchargeurs aux USA !
Voilà à quoi ressemblent certains superchargeurs aux USA !

De tous les essais que j’ai pu faire en 2015 (et il y en a eu quelques uns), c’est véritablement cette Tesla qui m’a le plus surpris. Je partais sans a priori, et je l’ai rendu plein de certitudes : cette voiture en perpétuelle évolution a tout compris à l’affaire. Si Tesla n’est pas encore rentable, sa capitalisation boursière dépasse celle de grands constructeurs établis, et des rumeurs avaient même couru sur un possible rachat par Apple en 2014 (lire aussi : Les rumeurs d’un rachat par Apple). Un Model X est en préparation (un SUV électrique aux drôles de portes papillon) ainsi qu’une berline de plus petite taille, la Model 3, plus accessible financièrement. Elon Musk a aussi évoqué un Model Y, SUV dérvié du futur Model 3. Autant dire que Tesla pourrait bien faire un pas de plus dans la conquête du marché de la voiture électrique !

Le futur Model X, en attendant le Model 3, puis le Model Y !
Le futur Model X, en attendant le Model 3, puis le Model Y !

Après, on peut ne pas aimer l’électrique, ou ne pas en voir l’utilité, voire préférer tout bêtement, pendant que c’est encore possible, rouler avec un moteur thermique, mais force est de constater que l’offre Tesla est plutôt intéressante et pertinente, alors que certaines mauvaises langues voyaient la marque disparaître rapidement en 2010, surfant sur ses soucis de jeunesse et son besoin permanent de cash. Laissons sa chance au produit qui pour l’instant, tient plutôt ses promesses !

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

12 commentaires

Miss280ch

Le 11/01/2016 à 14:56

Tesla a réussi là où d’autres se sont cassés les dents…rien que pour ça il faut lui tirer notre chapeau je trouve. Il y a pas mal d’hybrides sportives (comme l’I8 justement) mais peu de sportives full électrique. ce qu’il manque au modèle S… une gueule vraiment plus agressive/sportive j’aimais bien le roadster pour ça (mais trop de défauts de jeunesse).

Bon après y a quand même des défauts, soit on fait mumuse et des trajets « courts » (et en sachant qu’à terme on attaque la longévité de ses batteries) soit on est raisonnable en mode « berline pépère » et là on peut faire pas mal de bornes sans se soucier autant de « où est le prochain chargeur ». Franchement avec l’apparition de plus en plus de supercharger ça devient quand même très intéressant.

mad_penguin

Le 11/01/2016 à 17:04

Tout à fait d’accord avec Miss280ch : avec la multiplication des supercharger, ça commence à être intéressant.
Pour en avoir vu une récemment, je trouve quand même que la Modèle S fait très (trop) passe-partout, sans vraie identité propre.
Mais région Parisienne (et moyens limités) oblige, j’attend surtout avec impatience la Modèle 3. Bien plus que la X qui a été présentée…

jo

Le 11/01/2016 à 17:37

je salue le progrès mais préfère rouler en thermiques avec les sensation mécaniques qui en decoulent.

FredZOE

Le 11/01/2016 à 20:14

Avez vous essayer une électrique ? Sinon allez y et revenez nous voir après… Pour ma part, il n’est pas question de revenir à une thermique… elle appartient déjà à l’histoire, bien qu’elle fut parfois belle…

eddy123

Le 12/01/2016 à 06:52

Pourtant, la voiture électrique et aussi ancienne voir plus que l’auto thermique!!!
De plus, je rappelle que la 1ere auto à avoir passé les 100km/h été une auto électrique « la jamais contente » en 1899…. donc l’histoire……!!

Eddy123

Le 13/01/2016 à 20:29

J’ajouterais qu’a leurs debut (début 1900) les voiture thermique avait deux gros defaut….
La fiabilité et l’autonomie.
L’electrique etait déjà plus fiable mais avait de gros souci d’autonomie….
De nos jours la thermique et devenu globalement fiable et la plupart des autos grattent les 900 bornes avec un plein’ force est de constater que les auto électriques en sont globalement au même point….
Finalement les seuls vehicules elec qui réussissent sont ceux qui ce sont affranchi de « autonomie »…. les train et tramway…

Finalement

jo

Le 18/01/2016 à 20:43

je ne parlais que du plaisir de conduite que j éprouve dans une thermique et que je ne retrouve pas dans une électrique ( pour être monté dans une leaf ) . bref je ne denigre pas mais en tant que passionné mon choix est vite fait.

Emmanuel

Le 11/01/2016 à 18:11

Pour donner un avis sur la Tesla Model S, je pense qu’il faut en premier lieu l’avoir essayé… c’est mieux, et c’est mon cas, une « P85 » en l’occurence.
C’est voiture est tout simplement extraordinaire, obligeant à revoir tous vos repères. Un véritable bon en avant dans le temps, et pourtant je roule en Mercedes de 2014… c’est pas vieux quand même.
Question sensations, il y en a beaucoup, avec une très bonne tenue de route, le tout dans le confort et le silence.
Esthétiquement, je la trouve très réussie et elle devrait bien veillir. Contrairement aux commenataires précédents, je pense qu’elle n’a pas besoin d’être agressive, c’est une berline statutaire et il faut laisser ça aux sportives, pour un futur coupé « model Z » par exemple ? encore plus puissant ?
La marque est dans la bonne voie, et il suffit de voir Porsche et Audi suivre (avec quelques années de retard) pour se rendre compte que la conncurrence l’a bien compris.
Vivement la « model 3 ».

Olivier

Le 12/01/2016 à 12:54

Moi aussi, j’ai eu l’occasion d’essayer la Model S (en version 85).

Question performances, c’est déjà plus que très largement suffisant (!!) et dans un confort auditif total.

Sur le plan de l’habilité, du confort, de l’équipement, etc, cette voiture n’a rien à envier aux premium allemandes. Sur le plan esthétique, elle oscille entre la Maserati 4 portes et la Jaguar XF, y a pire comme références !

A priori, pas trop d’inquiétude concernant l’autonomie, d’environ 350 km en conditions réelles sur le modèle avec lequel j’ai roulé.

Bref, elle pourrait bien être mon prochain achat, d’autant qu’une version 7 places (deux sièges dos à la route dans le coffre) peut dépanner.

wolfgang

Le 12/01/2016 à 17:00

Donc résumons :
– une bagnole de patron de gauche californien politiquement correct. Lexus n’est plus seul.
– une bagnole qui fait un bruit de bagnole télécommandée
– une bagnole au design pompé sur Jaguar
– une bagnole pour obsédé des écrans
– une bagnole qui va bientôt rouler seule (de toute façon quel plaiir on peut avoir de conduire une auto électrique ???). L’électrique c’est la suite logique du diesel qui a anéanti le plaisir mécanique.
– une voiture qui prend feu quand on la recharge.
– une voiture pour radin qui veulent rouler gratuit aux frais des autres en rechargeant sur les bornes devenues obligatoire dans les parkings des immeubles de bureau.

Bel avenir de société qu’on nous promet là. Si ça continue, on n’aura même plus le droit de conduire. On sera conduit comme des boeuf en file indienne par Monsieur Tesla via son satellite si on a le bonheur de ne pas être piraté.
Franchement quand je démarre un flat 6 Porsche, ça me fait un autre effet dans les tripes que ce déplaçoire pour bobo de la silicon valley.

jo

Le 18/01/2016 à 20:46

c est vrai que la conduite automobile est synonyme de liberté et de plaisir . bien vu l allusion au diesel….. 😉

Germont

Le 15/01/2016 à 17:04

Je recommande à Wolgang de se rendre dans la prochaine concession Tesla, de faire l’essai d’une de ces voitures. Il n’y a pas de honte à vouloir utiliser la conduite autonome: dnas la vraie vie, il y a plus de bouchons que de cols de montagne aux virages serrés… Perso, je rejoins Boitier Rouge, cet essai m’a surpris.

Laisser un commentaire