« The Cal » : petite histoire du calendrier Pirelli

Publié le mercredi 22 octobre 2014.
Mis à jour le mardi 2 juillet 2019.
Retour

En relisant quelques articles de Boîtier Rouge, j’ai trouvé que décidément ça manquait un peu de femmes ici. J’avais bien parlé de Dorothy Deen et de sa marque Swallow Doretti (Lire aussi: Swallow Doretti) mais ça se limitait à ça. J’ai donc cherché comment féminiser un peu mes articles, et le hasard m’a fait trouvé la solution. Et comme ça d’un seul coup, Boîtier Rouge sera peuplé de jolies filles.

1964 - Robert Freeman
1964 – Robert Freeman
1965 - Brian Duffy
1965 – Brian Duffy

En effet je me suis souvenu que cette année, nous fêtions les 50 ans du fameux Calendrier Pirelli… enfin pardon, « The Cal » comme on l’appelle. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Cal n’est pas une idée italienne, mais anglaise. C’est en effet la filiale britannique du fabricant de pneus qui eut l’idée de créer en 1964 ce fameux calendrier. En plein swinging London, C’est d’ailleurs au photographe des Beatles Robert Freeman que cette première « issue » fut confié. Autant dire que Pirelli était à la pointe de la mode.

1971 - Francis Giacobetti
1971 – Francis Giacobetti
1987 - Terence Donovan
1987 – Terence Donovan

Pendant dix ans, « the Cal » va donc s’imposer comme le reflet de ces années là… Et devenir un objet pour happy few. Une institution qui va cependant disparaître en 1974, la crise du pétrole et les restrictions budgétaires étant passées par là. Cette disparition sera longtemps commentée par les médias, et le calendrier continuera à vivre par l’intermédiaire de livres et d’anthologies.

1994 - Herb Ritts
1994 – Herb Ritts
1996 - Peter Lindbergh
1996 – Peter Lindbergh

Heureusement, en 1984, Pirelli eut la bonne idée de ressuscité son calendrier. Quelqu’un a du remarquer l’impact marketing d’une telle publication au siège de la marque italienne, et c’est tant mieux. Mieux, en 1994, il est décidé d’abandonner toute référence aux pneus pour ne mettre en avant que « The Cal » et biensûr la marque, Pirelli. Je me souviens d’ailleurs bien de cette année là, car le calendrier avait eu le nez creux sur le choix de ses mannequins : Cindy Crawford (ah Cindy!), Kate Moss, Helena Christensen ou Karen Alexander.

1997 - Richard Avedon
1997 – Richard Avedon
1998 - Bruce Weber
1998 – Bruce Weber

Le casting des années suivantes continuera sur la même lancée, avec Naomi Campbell en 95 (que l’on avait déjà vue dans le calendrier de 1987, alors qu’elle n’avait que 16 ans), Eva Herzigova et Nastassja Kinsky en 96, ou Monica Belluci en 97. Ah faire partie du gratin recevant le « Cal », c’était le rêve de beaucoup : outre disposer de l’oeuvre, c’était faire preuve d’importance, comme une décoration, une consécration. En 98, le calendrier ose, et met en scène des stars de la musique et du cinéma, telles Robert Mitchum, Bono, John Malkowitch ou B.B. King.

2003 - Bruce Weber
2003 – Bruce Weber
2005 - Patrick Demarchelier
2005 – Patrick Demarchelier

Ainsi, le calendrier est devenu une institution, à tel point que pour ses 50 ans, Pirelli a eu la bonne idée de fêter « autrement » son anniversaire, en publiant un calendrier inédit réalisé par Helmut Newton en 1986. Inédit ? Oui car pour la réalisation de cette année-là, deux projets furent mis en compétition, l’un soutenu par Pirelli UK avec pour photographe Bert Stern, et l’autre soutenu par Pirelli Italia (celui de Newton donc). Contre toute attente, la filiale l’emporta contre la maison mère. Mais Newton avait fait le job. C’est ce calendrier inédit qui est donc présenté en 2014 pour célébrer ce cinquentenaire.

2009 - Peter Beard
2009 – Peter Beard
2010 - Terry Richarson
2010 – Terry Richarson

Aujourd’hui, on s’apprête à découvrir le nouveau calendrier 2015, réalisé par Steven Meisel : je vous montrerai prochainement les photos des coulisses du shooting, en attendant de découvrir mi-novembre ce beau et neuf calendrier. En attendant, bonne contemplation;-)

Images: Pirelli (Merci à Sabine !)

 

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire