Top 5 des rallyes féminins

Publié le jeudi 9 mai 2019.
Retour

Les rallyes féminins ont conquis en 30 ans le désert marocain comme les hauts-plateaux argentins. Du raid hors-piste le plus sauvage au rallye entre copines, voici notre top 5.

Les pilotes auto féminins vrombissent désormais toute l’année sur des terres hostiles, avec un engouement qui ne fait que monter d’année en année et une concurrence accrue. Chaque rallye féminin a ses difficultés, ses aficionadas et ses légendes. Mais elles ont un vrai socle commun : être interdites aux hommes.

1. Le plus « à l’ancienne » : Rallye Aïcha des Gazelles (Mars)

C’est le premier de tous, créé en 1990. 28 ans déjà que les gazelles arpentent le désert sud-marocain. La course, organisée par l’agence Maïenga, est devenu le rallye féminin le plus suivi au monde.

Les pilotes peuvent concourir dans cinq catégories : motos/quads, 4×4/camions, crossovers, expert ou e-gazelle (moteur électrique).

Le départ est donné en France ou au Maroc, pour 9 jours intenses. Au programme : un prologue et six étapes, dont deux redoutables étapes marathons de 2 jours chacune.

Le concept est clair : il ne s‘agit pas d’une course de vitesse, mais d’orientation. Comprenez, GPS interdit, téléphone évidemment… Boussole, roadbook et vieilles cartes doivent suffire les équipages à se repérer au milieu des rivières desséchées et des dunes sablonneuses. Un odomètre, lui, est bien présent, qui trahit le nombre de km parcourus. Les gagnantes seront celles qui en afficheront le moins en trouvant les meilleurs tracés possibles.

2. Le plus hors piste : Trophée Roses des Sables (Octobre)

Même concept : nous ne sommes pas dans un rallye féminin de vitesse, mais d’orientation. Un critère valorisé pour son impact écologique. La dimension solidaire est très présente (comme dans presque tous les rallyes féminins de notre top 5). La caravane des pilotes charrie généralement avec elle des tonnes de dons, médicaments, matériel, et encouragent les actions solidaires de la part des équipages et de leur sponsors.

Le Trophée Roses des Sables a été créé par Désertours. Son terrain de jeu, c’est la France et le Maroc, avec des passages espagnols, pour 10 jours de mer, d’oued et de montagnes.

Catégories représentées : 4×4, SSV, moto, quad.

3. Le plus vertigineux : Trophée Roses des Andes (Avril-Mai)

C’est le petit frère du Trophée Roses des Sables. Comme son nom l’indique, c’est avant tout le décor qui change, avec un cap 100 % sud-américain. En majorité argentin.

Le principe est le même que pour les grandes sœurs des Sables : 10 jours de navigation à la boussole et au roadbook, avec une épreuve de 2 jours et une nuit en autonomie complète. La formule s’exporte très bien de l’autre côté de l’Atlantique ; l’édition 2018 n’est que la 5e mais a rencontré un vrai succès.

4. Le plus soft : Cap Fémina Aventure (Octobre)

« Accessible à toutes les femmes », voilà le crédo de ce rallye féminin proposé par Maïenga. Toujours en Afrique, jusqu’au Sud du Maroc.

Ici, un téléphone portable est obligatoire, les nuits d’hébergement prévues (sauf la nuit de l’étape marathon)… Un rallye féminin plus gentil, bienveillant si l’on peut dire. Qui accorde, du moins, plus de place aux paysages de rêve qu’aux cauchemars sablonneux…

La dimension solidaires est aussi au cœur du projet : chaque soir se termine par une activité humanitaire ou culturelle.

5. Le plus hype : Rallye des Princesses Richard Mille (Juin)

Place Vendôme-Saint-Tropez : voilà le terrible trajet à couvrir pour les pilotes auto féminins du Rallye des Princesses.

Le concept reprend les codes d’un vieux rallye féminin, disparu de longue date: le Paris-Saint-Raphaël, couru de 1929 à 1974.

Chaque année, le rallye des Princesses accueille quelques personnalités au volant. Julie Gayet, Valérie Benaïm, Adriana Karembeu… Quand ce ne sont pas de vraies princesses, comme Hélène de Yougoslavie.

Sur le plan sportif, la formule est originale. Ici, l’objectif est la régularité. Selon l’âge de votre véhicule, vous vous verrez assigner une vitesse (de l’ordre de 50 km/h). Votre objectif : effectuer les 1 600 km en réalisant la moyenne la plus proche possible de ce chiffre.

Si l’on aime tant le Rallye des Princesses, c’est aussi par ce qu’il est ouvert à de vrais bijoux. Les deux catégories sont Historic, c’est-à-dire toutes les voitures construites avant 1991, et Classic.

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire