Toyota Century : l’unique V12 japonais !

Publié le jeudi 4 septembre 2014.
Mis à jour le jeudi 4 avril 2019.
Retour

Je m’aperçois en parcourant les archives de Boîtier Rouge avoir jusqu’à présent négliger les japonaises. N’allez pas croire qu’elles ne me plaisent pas, au contraire, beaucoup de modèles me faisant de l’oeil. J’ai donc décidé de parler aujourd’hui de l’une d’entre elles. Comme à mon habitude, c’est un modèle peu ou pas connu que j’ai décidé de vous présenter : la Toyota Century deuxième génération, celle née en 1997.

Les japonais ont cela d’amusant qu’ils peuvent disposer dans leurs gammes de voitures ultra-modernes et innovantes aux côtés d’autres ultra-conservatrices. D’ailleurs, la Century de 1997 ressemble à s’y méprendre à sa devancière de 1967, bien que ne partageant aucune pièce de carrosserie commune. Elle en conserve noamment les rétroviseurs situés sur le capot avant.

La Century, au Japon, c’est la voiture des grands patrons, la Bentley nippone. Elle est d’ailleurs le seul modèle japonais à recevoir un V12, de 5 litres de cylindrées et 280 ch annoncé (sans doute plus en réalité, mais c’est l’habitude des constructeurs japonais de cacher la puissance réelle derrière un chiffre aux alentours de 270/280 ch).

Cette Century a un look hors d’âge, qui paraît à première vue « passe-partout » mais qui en réalité attire l’oeil, car on sent bien ne pas avoir à faire à une Toyota classique. D’ailleurs, elle n’en porte pas le sigle, et reçoit le sigle du Phoenix sur la calandre, et des sigles « V12 » sur les montants de custodes. Rien n’indique qu’il s’agit d’une Toyota. Elle ne sera jamais intégrée non plus à la division « luxe » de Toyota, Lexus. La Century est reservée justement à l’Archipel.

Il existe pour l’Empereur japonais 4 exemplaires de Century au pavillon surélevé

Si l’on peut en croiser en Europe, c’est grâce aux ambassades du Japon, qui disposent de ces véhicules d’apparat pour la plupart, et les rares particuliers européens qui en possèdent une l’ont souvent achetée par ce biais : il n’existe d’ailleurs que 95 exemplaires en conduite à gauche. La Century n’est pas un véhicule de conquête mondial, mais bien un instrument de prestige destiné au marché Japonais.

Toujours en production, elle ne sort des chaînes qu’à un rythme de sénateur, avec seulement 177 exemplaires en 2013. Les ventes déclinent d’ailleurs, puisqu’en 2000, Toyota en sortait 500 par an. En plus d’être un véhicule rare, c’est aussi un monstre de luxe, avec moquette épaisse, cuir ou velours (oui c’est luxueux le velours), horloge aux chiffres plaqués or, bois précieux, système audio et téléphone dans l’accoudoir arrière (ainsi que la gestion électrique des sièges arrières) etc. Bien entendu, les places arrières sont choyées, puisqu’à l’évidence, une Century se conduit avec chauffeur.

Neuve, une Century coûte plus de 70 000 euros. En occasion, on en trouve au Japon pour moins de 10 000 euros. Quand à en trouver une en Europe, c’est une autre paire de manche. Mais si l’occasion se présente, posez-vous la question : rare, exclusive, disposant de l’unique V12 japonais, fiable, puissante, performante et luxueuse, elle peut être un choix intéressant

 

Articles associés

1 commentaire

Thierry Astier

Le 14/12/2017 à 21:31

Paul,
J’ai le souvenir très net d’avoir reçu naguère (au début des années 2000) un communiqué de presse de Toyota France qui annonçait que la Century était dorénavant disponible pour l’Europe. Uniquement en commande spéciale, évidemment. De mémoire, c’était aux alentours de 100 000 € du bout… Et je crois que c’est bien la première fois aussi que la Century s’est mise à exister en conduite à gauche. Il faudrait que je remettre la main sur ce document, car c’était aussi insolite qu’inattendu… Les japonais ont parfois des idées curieuses !

Laisser un commentaire