Venturi 600 LM-S : la course à portée de main !

Mardi 27 octobre 2015
Retour

« Avec des si, on mettrait Paris en bouteille ». Ah si Venturi et son flamboyant actionnaire Didier Primat n’avait pas claqué autant de pognon dans une improbable aventure en Formule 1 (lire aussi : Venturi et la Formule 1) ? Si au lieu de cela l’entreprise s’était dirigée dès le départ vers l’endurance avec ses 400 Trophy (lire aussi : Venturi 400 Trophy). L’avenir de la marque en aurait été changée !

Car dès 1993, devant le succès du Gentleman Trophy, Venturi sent l’intérêt de participer aux courses d’endurance, et construit 6 voitures dérivées des Trophy, mais développant 480 ch et bénéficiant de quelques modifications de carrosserie : les 500 LM (pour Le Mans bien sûr). Seuls 3 exemplaires seront prêts à courir au Mans en 93, et malgré des places en fond de classement, les 500 LM laissent entrevoir un intéressant potentiel ! Un 7ème exemplaire sera construit en 1994.

LMS 03
Photo: (c) Martin Vincent Cm Arte

L’aventure en BPR va donc commencer, malgré les difficultés économiques et le désengagement de Didier Primat en faveur d’Hubert O’Neil début 1994. Le nouveau patron saisit tout de suite que c’est par Le Mans et l’Endurance que la réputation de Venturi passera. Il prépare donc une nouvelle arme : la Venturi 600 SLM (lire aussi : Venturi 600 SLM), pour les 24 heures du Mans 1995.

LMS 05
Photo: (c) Martin Vincent Cm Arte

Un seul exemplaire de SLM sera construit, mais les 500 LM ont été « upgradées » à 600 ch (devenant des 600 LM). Sur les 7 exemplaires, 6 seront transformés en 600 LM-S, tandis qu’une 600 LM sera construite de toute pièce. Récapitulons : 7 exemplaires de 500 LM (480 ch), dont 6 furent transformés en 600 LM (600 ch), une 600 LM (600 ch) et une 600 SLM (640 ch), soit 9 exemplaires au total de cette fabuleuse voiture de course. N’oubliez pas que sous le capot arrière, on retrouve l’éternel V6 PRV qui malgré sa réputation de départ, pouvait devenir une vraie bête de course, que cela soit dit !

LMS 02
Photo: (c) Martin Vincent Cm Arte

Bref, c’est grâce à Victor, fidèle lecteur de BR, que je suis tombé sur cette « petite annonce ». Il vous est possible d’acquérir l’un des 6 exemplaires 500 LM transformé en 600 LM-S, entièrement restauré et beau comme un camion. Il s’agit du n° de châssis VK8 CLM 611 93 003, soit l’exemplaire n°3 des 500. Si en soit, une 600 LM est très intéressante, celle-ci l’est encore plus car en 1996, elle reçut les spécifications de la Venturi 600 SLM directement à l’usine, devenant 600 LM-S.

LMS 04
Photo: (c) Martin Vincent Cm Arte

Le prix n’est pas indiqué, mais vu l’état de la voiture, les restaurations faites (moteur refait notamment en 1998), et sa rareté, nul doute que le prix sera élevé ! Sachez en outre qu’un tel véhicule n’est absolument pas homologué pour la route, et ne pourra rouler que sur circuit. Attention, il s’agit d’une voiture de course, aux coûts d’entretien prohibitifs ! Mais si vous en avez l’envie, la passion, et surtout les moyens, laissez-vous tenter !

Merci à Victor pour avoir déniché l’information.

Voir le palmarès de la 600 LM-S CLM 003 : Palmarès 600 LMS

PS : vous remarquerez que la Venturi 300 Atlantique ayant appartenu au propriétaire de Venturi Gildo Pallanca Pastor est également en vente !

Articles associés

7 commentaires

Gds

Le 27/10/2015 à 14:03

Un petit air de production britannique…

Martin

Le 27/10/2015 à 19:06

Bonjour,

Je suis l’auteur des photos qui illustrent votre présentation de la voiture .
Merci de mettre un crédit aux photos :
 » Martin Vincent Cm Arte »
Cordialement

Paul

Le 27/10/2015 à 19:15

Sans souci 😉

Martin

Le 27/10/2015 à 19:38

Merci pour votre réactivité !

Paul

Le 27/10/2015 à 19:50

De rien c’est tout à fait normal !!! Je devrais même m’excuser: mettant le lien vers les sites d’où provenaient les photos, j’ai manqué de vigilance ! 😉

Maxime

Le 27/10/2015 à 21:43

Bonjour Paul,

Je t’écris ici (et comble de la vulgarité direct je me permet le tutoiement), j’ai souvenir d’un de ces gros magazine regroupant tous les constructeurs et artisans du monde, et dans la partie réservée aux francais, il y avait un artisan peut être Dangel mais je ne suis pas sur qui transformait des Peugeot 206 en mini suv avec du plastique noir en plus et une transmission intégrale.
Mais celui dont je me rappelle le plus, mais pas tout a fait puisqu’impossible de me rappeler le nom, il construisait des réplique de Delage mais avec un équipement moderne, j’ai bien essayé de faire une recherche ici ou la sur google mais jusque là ca c’est révélé bien infructueux.
Je me disais si il y en a un qui doit pouvoir m’orienter… du coup je le poste ici

Paul

Le 27/10/2015 à 21:45

Pour les 206 là comme ça je sais pas… Pour les Delage, es-tu sûr que tu ne confonds pas avec De La Chapelle qui construisait des répliques de Bugatti à moteur BMW… ? Tape de La Chapelle dans le moteur de recherche de BR, tu trouveras sans doute ton bonheur 😉

Laisser un commentaire