Vixen 21 : le camping car du futur

Dimanche 24 juin 2018
Retour

Dans les années 80, aux USA, un inventif et dynamique ingénieur s’attaqua au marché lucratif des Recreational Vehicles (ou RV) avec l’envie d’aller tailler des croupières au leader, le GMC Motorhome. Ainsi naquit la Vixen Motor Corporation, à Pontiac, dans le Michigan, et son emblématique modèle, le 21 !

Les plus érudits auront tout de suite tilté sur le nom de cette compagnie. Bill Collins, son fondateur, avait-il connu ses premiers émois en regardant les fameux et scandaleux films de Russ Meyer, Vixen (sorti en 1968), Supervixens (1975), Megavixens (1976) ou Ultravixens (1979) ? En anglais Vixen veut dire « renarde » et par extension une femme au caractère bien trempé. Toujours est-il que c’est ce nom là que choisira son fondateur, ancien directeur de production chez AMC puis DeLorean (lire aussi : DeLorean DMC12).

C’est en 1980 que Bill Collins a l’idée d’un camping car (pardon, d’un RV) au look sportif, relativement bas par rapport à la concurrence, et à la consommation modérée tout en conservant un espace intérieur important. Conduire un recreational vehicle, ok, mais avec un certain plaisir, et un look déjanté : se sera le Vixen 21, qui imagine le RV du 21ème siècle.

Dès 1981, associé à Bob Dewey, Bill Collins créé la Vixen Motor Corporation. Le développement du 21 commence en même temps que la recherche d’investisseurs. Stylistiquement, le 21 diffère des RV traditionnel : large, mais bas, il obtient un centre de gravité très bas grâce au positionnement du moteur à l’arrière, et non sous la cabine avant. Cela permet une certaine fluidité de la ligne, sorte de fusée sur roues (ou suppositoire, au choix).

Collins voulait une certaine sportivité alliée à la sobriété en carburant. C’est donc en Europe qu’il va aller faire ses emplettes. A l’arrière du 21 désormais appelé 21 TD, on trouvera donc un 6 cylindres en ligne turbo diesel d’origine BMW développant 115 chevaux. Rapportée aux 2,5 tonnes de l’engin, pour la sportivité on reviendra, mais nombre de propriétaires, fiers de leur monture et de son moteur, n’hésiteront pas à coller le logo BMW sur leur 21 TD, entretenant la légende d’un camping car BMW des années durant. Côté boîte de vitesse, il s’agissait d’une boîte manuelle à 5 rapports d’origine Renault.

En 1982, après avoir longuement hésité sur l’emplacement de la future usine de montage des 21 TD, la Vixen Motor Corporation choisit finalement la ville de Pontiac, dans le Michigan. Grâce à des facilités et à un financement local, l’usine sortira de terre en 1984. Entre temps, le premier prototype fut construit puis testé dès mai 1983. En 1985, deux 21 TD de pré-série sont fabriqués et présentés à la presse, tandis que la production en série se prépare. La carrosserie en fibre de verre avait été testée en soufflerie pour offrir le meilleur aérodynamisme possible. Enfin, la taille basse du 21 TD permettait de garer son RV dans un garage classique.

Le 21 XC quittait le concept du camping car pour celui de la limousine, sans succès

Pour Collins et Dewey, il fallait non seulement offrir un RV révolutionnaire en terme de style, mais aussi en terme de performances et de praticité (grand lit à l’arrière, espace cuisine avec table et 4 places grâce au fauteuil conducteur se tournant à 180°). De série, le 21 TD proposait un générateur électrique doublée de batterie (connectable au réseau pour rechargement ou pour faire tourner le générateur) permettant le fonctionnement d’un four à micro-onde (une première à l’époque) ou d’une sono. Le 21 TD disposait aussi d’un moteur auxiliaire fonctionnant au diesel facilitant le chauffage du RV, mais aussi de l’eau, car le 21 était aussi équipé d’une douche ! Pour gagner de l’espace à l’arrêt, le toit se réhaussait, permettant de circuler debout sans encombre.

Le 21 TD fut présenté au public en janvier 1986 au Salon de Détroit. L’accueil des journalistes fut plutôt bon, et la Vixen Motor Corporation semblait pouvoir envisager l’avenir sereinement avec son 21 TD vendu 43 000 $. Pourtant, l’année 86 ne sera pas à la hauteur des ambitions de Collins, Dewey et de leurs investisseurs. Seuls 295 exemplaires sortiront des chaînes cette année-là, bien moins qu’espéré. Aussi, Collins et Dewey décidèrent de s’attaquer à un nouveau marché : sur la base du 21 TD, et toujours équipé du L6 2.4 litres BMW, ils développèrent le 21 XC. Cette fois-ci, il s’agissait de conquérir le marché des limousines et des taxis, avec un 21 réaménagé : adieu cuisine et douche, place à un salon de luxe avec canapés pour 9 personne (étrangement, le lit à l’arrière était conservé, mais placé sur le moteur, il aurait été difficile d’en faire autre chose). Produit à partir de 1987, le 21 XC ne trouvera que 39 acquéreurs tandis que le TD s’effondrait avec seulement 87 exemplaires.

Le 21 SE gagnait un toit surélevé, et un V6 GM de 165 ch

Il fallait réagir. Considérant que la clientèle américaine n’était sans doute pas prête au diesel, et que les performances n’étaient pas assez en rapport avec la ligne sportive du 21, la Vixen Motor Corporation revit sa copie totalement. Ainsi naquit le 21 SE en 1988. Désormais, le moteur à l’arrière passait à l’essence : il s’agissait d’un V6 GM de 3.8 litres et 165 chevaux accouplé à une boîte automatique 4 vitesses. Le toit amovible devenait fixe, le 21 SE perdant alors l’avantage d’une taille réduite. Divers modifications furent apportées dans l’espoir de relancer les ventes. Pourtant, le 21 SE ne trouvera pas plus son public, avec 171 exemplaires fabriqués jusqu’au 7 avril 1989, date à laquelle l’entreprise Vixen Motors Corporation, exsangue, ferma ses portes définitivement.

Malgré une production totale réduite à 592 unités, les Vixen 21 connurent un certain succès après coup : quoi de plus cool que de rouler en 21 TD, avec son look si différent, le « camping autrement » quoi ! Dès la fin de l’aventure, les Vixen eurent droit à leur club, et les propriétaires ne manquent pas de rappeler la parenté de leur 21 avec la DeLorean DMC12 ! Bref, si vous aimez les camping cars, le Vixen 21 sera une pièce de choix de votre collection, aux côtés, peut-être, d’un Winnebago LeSharo (lire aussi : Winnebago LeSharo) ?

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

8 commentaires

Patrick

Le 24/06/2018 à 12:33

Quel dommage que ce joli « RV » n’ait pas connu le succès, car en matière de ligne et de perfo énergétique il était certainement loin devant les horreurs de l’époque.
Même les « intégraux » d’aujourd’hui ne sont pas aussi réussi en style… 🙂

Belle trouvaille une fois de plus, super article !

Germain

Le 24/06/2018 à 17:37

Ce serait bien un article sur le GMC motorhome un jour prochain

Paul

Le 24/06/2018 à 17:41

C’est prévu 😉

Germain

Le 25/06/2018 à 12:00

Yesss…et le airtream aussi?

Eddy123

Le 24/06/2018 à 21:17

Il était très beau le 21.. même orientation que le winnebago mais chemins differents pour y arriver..

Le winnebago aussi à eu une version modifiée histoire d’élargir l’offre. . Sauf que c’était en version fourgon….

luso

Le 02/07/2018 à 13:06

Le marche du camping car est très conservateur. la moyenne d’age des acheteurs est supérieure à celle des automobile c’est dire!

Les acheteurs ne valorisent pas les innovations techniques réelles
Les quelques fabricants tiennent sur les doigts d’une main, véritable cartel, ils règnent en maître absolu en multipliant les marques…. pour vendre la même m….. Un exemple Challenger et Chausson tout est identique sauf le reseau de distribution
Il existe en France , en Italie et même au Portugal des fabricants qui innovent, conçoivent des produits de qualité mais la forçe commerciale du cartel et des acheteurs plus attirés par le clinquant que par la qualité réelle ne permet pas leur développement.

Comble de l’ironie les acheteurs de camping car doivent payer un test d’etancheité au concessionnaire pour verifier que le véhicule est bien étanche
Pour info le prix d’un camping car commence a 45000 (sans option) et va au dela des 80 000 euros

Laisser un commentaire