Volkswagen Golf (part 1) : Wolfsburg et la Golf VII 2017

Publié le vendredi 11 novembre 2016.
Mis à jour le vendredi 5 avril 2019.
Retour

Un matin de novembre, descendre d’un avion qui vient d’atterrir sur une tarmac dont les bas côtés sont déjà recouverts de neige, dans une sorte de grisaille permanente qui semble raccord avec les immeubles alentours, sonne comme une punition… Bienvenue à Hanovre, une ville du Centre-Nord de l’Allemagne (la Basse Saxe pour être précis) que bien peu auraient pu situer sur une carte spontanément. Mais de punition, il n’en était pas question pour moi : j’allais découvrir Wolfsburg, et cela valait le coup de se lever tôt.

La cohorte se gare enfin dans l'antre du Loup
La cohorte se gare enfin dans l’antre du Loup
C'est beau la Basse Saxe en novembre
C’est beau la Basse Saxe en novembre

La cohorte de Transporter noirs aux vitres teintées, tous immatriculés WOB, vient nous exfiltrer rapidement, en direction du repaire du Loup, situé à 80 km. Filant à haute vitesse sur les parties « illimitées », entre 160 et 180 km/heure, notre file indienne semble fendre la circulation, qui s’écarte, comme intimidée par les « officiels » du siège… A Hanovre, les voitures étrangères se faisaient déjà rare, à Wolfsburg, c’est pire : il faut bien chercher pour trouver autre chose qu’une VW dans la rue, et si ce n’est pas le cas, il s’agira d’une Skoda, d’une Audi, ou d’une Seat. Pour être dans l’ambiance, au premier feu rouge de la ville après la sortie de l’autobahn, une Polo « stripée » en plaques provisoires placées sur le tableau de bord : « wellcome to Volkswagen Land » !

Ca date pas d'hier hein ! Mais ça garde ce côté "cathédrale"
Ca date pas d’hier hein ! Mais ça garde ce côté « cathédrale »

vw-07

Wolfsburg ? Une bourgade de 123 000 habitants comme il en existe beaucoup en Allemagne (le tissu urbain est beaucoup plus développé qu’en France), qui semble entièrement dédiée à son entreprise phare, Volkswagen. Il faut dire qu’avant 1937, Wolfsburg est un village, qui prend le nom de KDF Stadt avec le lancement de la KDF Wagen (lire aussi : Volkswagen et le hoax des clés nazies), ou plutôt de ses prémices. La file des vans noirs s’engage dans l’usine, et il faut qu’une barrière se soit levée à notre passage pour qu’on s’aperçoive qu’on a quitté la ville pour rentrer dans l’usine… Bah oui, la VW Werke est une ville dans la ville, avec ses feux rouges, ses multiples bâtiments (parfois très hauts), son système ferroviaire, et même le canal adjacent avec le port qui va avec.

golf-01

Je vous reparlerai de l’usine dans une prochaine « Histoire d’Usines », car ce qui nous occupe ce jeudi 10 novembre, c’est de parler de la Golf. A ceux qui s’interrogeraient de ma présence parmi cet aréopage de journalistes européens, je répondrai que la réponse tient en deux mots : « Wolfsburg » (nous y reviendront) et « Golf ». L’un est un temple de l’automobile, l’autre un symbole. On aime ou pas, mais il est difficile d’oser dire que la Golf ne mène pas le petit monde des « compactes » depuis 1974, initiant les modes, servant de repère à la concurrence (à tort ou à raison), devenue dès ses jeunes années la référence absolue (qu’on l’aime ou non!).

db2016au00958_large

db2016au00959_large

Il ne s’agissait que d’un restylage, mais la présentation ressemblait à celle d’un nouveau modèle. La Golf 7, parue en 2012, a encore un peu de temps devant elle (même si la durée de vie des modèles a tendance à se rétrécir, Golf I = 1974-1983, Golf VI = 2008-2012), mais il faut croire qu’aujourd’hui, pour VW, on fait feu de tout bois pour se montrer confiant en l’avenir. Après la présentation, en marge du salon de Paris, des « ambitions du groupe pour l’avenir » à la Fondation Louis Vuitton (Boîtier Rouge y était) et malgré l’aveu, dans le magazine Capital daté novembre, du PDG Matthias Müller, que la marque Volkswagen « était un peu malade » suite à l’affaire du Dieselgate, l’objectif est clairement affiché : la marque n’est pas morte, et continue de montrer son leadership sur le créneau essentiel des compactes. Dont acte !

l'évolution des 4 premières générations
l’évolution des 4 premières générations

golf-03

Concernant la Golf 7 « phase 2 », les changements sont minimes, d’un point de vue cosmétique. Le plus flagrant restera la « nouvelle signature lumineuse » gâce à la magie des leds, ou des boucliers avant et arrière redessinés, et pourtant ça fonctionne. Lors du Mondial de l’Auto, j’ai eu la chance d’aller observer tous les modèles exposés en compagnie de Laurens Van der Acker, responsable du design de Renault. En passant chez Audi et Volkswagen, à ma question « n’as-tu pas peur qu’à trop tirer l’élastique, il se casse ?», il m’avait répondu : « tu sais, n’importe quel designer rêverait de voir et de continuer à dessiner des voitures qui plaisent, marchent, et continuent à faire autant de marge ». Difficile d’aller contre un tel raisonnement.

La "R Design" la GTI, la GTE, et la Break en version TDI (comme quoi !)
La « R Design » la GTI, la GTE, et la Break en version TDI (comme quoi !)

Surtout qu’avec le scandale qui, tel une épée de Damoclès, risque de faire vaciller l’Empire, il faut rester sur ses fondamentaux. VW y répond (partiellement) avec cette Golf 2017, plus moderne d’aspect pour des coûts industriels faibles, tout en recevant les toutes dernières technologies du groupe : l’Active Info Display (les compteurs digitaux avec écran de 12,3 pouces) et le Discover Pro (l’écran de la console de 9,2 pources) qui peut « switcher » d’un mode à l’autre (enfin sous certaines conditions) d’un mouvement de la main devant l’écran. Aujourd’hui, ne cherchez pas : c’est la techno qui créé le plus-produit !

db2016au00955_large

db2016au00952_large

Certains diront que c’est bien dommage, et parfois je les rejoins. Mais l’électronique, quoi qu’on en dise, a envahit nos vies (PC, Tablettes, smartphones, machines à laver), pourquoi la rejeter sur une voiture moderne. Et croyez-moi, je ne suis pas addict à ces aides à la conduites, n’ayant pas de GPS dans ma vénérable Saab, et continuant à tourner la tête pour une simple marche arrière, malgré la caméra de recul… Réflexe !

golf-06
Les fringues et les « appareils photo » ont changé depuis 1974 !

img_3839

Du dessin de Giugiaro initial, il ne reste plus grand chose si l’on met la Golf de 2017 à côté de la Golf 1974. Les journalistes aussi ont changé d’ailleurs (cf. photo ci dessus). Les clients aussi. Et les grincheux l’était déjà dans les 70’s ! Pourtant, l’évolution a été douce, lente, tranquille, au point qu’on finit par croire qu’une Golf succède à l’autre sans jamais vraiment changer. C’était particulièrement vrai pour les générations V, VI et VII. Mais on disait déjà la même chose entre la I et la II, la II et la III, la III et la IV, c’était juste moins flagrant ! L’homme est une éternel insatisfait.

La précédente "communication" tablait sur les 7 générations de Golf, l'actuelle sur Wolfsburg
La précédente « communication » tablait sur les 7 générations de Golf, l’actuelle sur Wolfsburg, au coeur de la matrice

vw-08

Voici donc la Golf 7bis, 7 ½ , 7 phase 2, 7S (pour ceux qui sont corporate), appelez-là comme vous voulez. Malgré les changements un peu légers pour certains, juste technologiques pour d’autres, elle marque le nouveau départ de VW : non la marque n’a pas dit son dernier mot. Certes, l’accent est mis sur les moteurs TSI plutôt que TDI, mais le message est là, dit haut et fort sous le building principal de l’usine de Wolfsburg : on est « toujours » dans la course !

A suivre :

Petit florilège de Golf(s), c’est cadeau :

Images: Paul Clément-Collin, Times, DR, et Volkswagen AG

 

Articles associés

4 commentaires

pipo

Le 12/11/2016 à 16:22

J’aime beaucoup la photo « l’évolution des 4 premières générations ».

En effet, on aime ou n’aime pas. J’ai possédé une II, puis une III et j’ai toujours la IV.
J’ai abandonné la série car à force de grossir, je les trouve moins bien proportionnée.

Tony

Le 12/11/2016 à 20:15

Mouais…. point de vue estetique il y a un fossé entre la 4 et la 5 mais après…. une raison de plus pour aprecier les mamies

Benjamin C

Le 14/11/2016 à 13:20

la meilleure reste et restera la 4… Un bond dans la modernité qu’on ne reverra pas de si tôt… Et c’est celle qui vieillit le moins vite…

Greg

Le 14/11/2016 à 14:28

J’ai beaucoup conduit la « I » il y’a un vingtaine d’années: une 1500 GLS récupérée de mon frangin.
A l’époque j’avais eu une Golf III en location pendant une semaine.
Le choc en reprenant la vieille I!
Bruyante, vibrante, raide de partout, les suspensions, la direction, même les manivelles de lève vitre!
A conduire tous les jours, c’était pas loin d’une punition…
J’ai « touché » vite fait la Golf II en Diesel et sans direction assistée: une horreur, encore!
Mon frangin après quelques infidélités à la marque est revenu à VW: grâce à lui j’ai pu conduire la Golf V, l’Eos, le Touran et la Golf VII.
Toutes d’excellentes autos dans leur genre, assurément.
Malheureusement là où je réside, la Golf « bénéficie » malgré elle d’une aura toute particulière auprès d’une certaine frange de la population, donc ce n’est pas un achat très très recommandable sauf à chercher éventuellement les ennuis: vol simple, car jacking ou pire, ne sont pas à exclure!
Les concessionnaires entretiennent soigneusement la face obscure de la médaille, en garnissant leurs show-rooms d’autos uniformément… noires!
Carrément débile.
Mis à part ce désagréable tropisme local, il faut souligner que la Golf VII quand elle est sortie en France, s’affichait à des tarifs inférieurs à la Mégane, à motorisation et équipement comparables!

Laisser un commentaire