Volkswagen Phaeton : l’orgueilleuse limousine de Ferdinand Piëch

Publié le mercredi 16 mai 2018.
Mis à jour le mardi 4 décembre 2018.
Retour

On ne peut pas gagner à tous les coups. Malgré ses nombreux succès depuis la fin des années 80, avec les rachats et redressements de Seat et Skoda, la mise sur orbite premium d’Audi, la boulimie de marques de luxe (Bugatti, Lamborghini, Bentley, puis Porsche), le président omnipotent Ferdinand Piëch n’aura pas réussi l’impossible : imposer Volkswagen parmi les marques de luxe avec la limousine très haut de gamme, la Phaeton. Récit d’un échec d’orgueil et d’ego !

Sketch du projet VW611, future Phaeton

Peu d’entre nous peuvent réellement prétendre avoir les qualités nécessaires pour présider aux destinées d’une marque automobile. Pourtant, pas besoin d’être devin ou de sortir de l’ENA pour se rendre compte assez rapidement que le projet VW611 courrait à sa perte avant même le lancement de la voiture de série. A voir la multiplication des projets de ce genre chez Volkswagen, comme une version W8 de la Passat produite à partir de 2001 (lire aussi : Volkswagen Passat W8), on pouvait croire que Piëch avait perdu les pédales et le sens des réalités.

Le Concept D de 1999, prémisse de la Phaeton, portait déjà en lui les gênes de la banalité

Car honnêtement, quand votre groupe dispose déjà d’une marque premium (Audi) et d’une marque de luxe (Bentley), quel est l’intérêt de se tirer une balle dans le pieds (ou de scier la branche sur laquelle on est assis, au choix) en créant de toute pièce une concurrente moins belle, moins moderne, sans image de marque, et au coût de développement exorbitant. Sans même parler de la construction d’une usine dédiée (la fameuse « Usine de verre » de Dresde) à sa fabrication.

Délire mégalo d’un patron ingénieur qui voulait pour la marque « phare » du groupe le meilleur possible, la Phaeton naquit d’un cahier des charges incroyablement, et inutilement, lourd. Pouvoir rouler à 300 km/h pendant 2 heures sans vibration du moteur, avec une température extérieure de 50° et une clim’ réglée à 22°, c’est bien, mais on s’en fiche un peu en fait. Rien que le nom, « Phaeton », c’est pas un peu pompeux ? Certes, il fait référence à un type d’automobile de la fin du XIXème siècle, mais aussi au fils de Hélios, dieu du Soleil, dont il voulut conduire le char !

Si les grands et les riches de ce monde aiment parfois être discret, ont-ils vraiment envie de rouler dans une grosse Passat rallongée, fut-elle équipée de motorisations nobles (V6, V6 diesel, V8, V10 diesel et W12) ? Apparemment non. Franchement, ne vaut-il pas mieux rouler en Audi A8 qui elle aussi s’offre des mécaniques du même acabit, tout en disposant d’un châssis en alu. Car si la Phaeton utilise la nouvelle plate-forme D1 des Bentley Continental GT et Flying Spur, ce qui fait classe dans les dîners en ville, celle-ci est en acier, forcément beaucoup plus lourde. Alors même avec de gros moteurs puissants, n’ayant pas l’aura ni l’attrait d’une Bentley, on lui pardonne moins son embonpoint (de 2 à 2,5 tonnes selon les versions, ce qui n’est pas rien).

La Phaeton propose, comme l’Audi A8, un W12 au sommet de sa gamme

A son lancement en 2002, la Phaeton disposait en essence d’un VR6 de 3.2 litres et 237 chevaux (qui passera ensuite à 241 ch), d’un V8 de 4.2 (le même que celui de l’A8) et 335 chevaux, et d’un W12 6 litres de 420 chevaux. L’offre essence évoluera, avec l’arrivée d’un VR6 3.6 de 280 chevaux en 2008, et le passage du W12 à 450 chevaux en 2004 (celui-ci sera retiré de la gamme en 2011, faute de ventes). Les diesels (oui oui), apparurent en 2003 avec le V10 5 litres de 313 chevaux (qui disparaîtra en 2006, faute de ventes là-aussi), puis en 2004 le V6 TDI de 225 chevaux (puis 233 en 2007 et 240 en 2008).

Autre curiosité, la version V10 TDI

Evidemment, pour les grands de ce monde (au sens propre du terme) ou pour le marché chinois, la Phaeton proposait une version rallongée de 12 cm. Et comme on peut s’y attendre, on trouvait dans la « limousine du peuple » absolument tous les équipements possibles et disponibles à l’époque. Cela n’empêcha pas la marque de se rendre compte assez vite du gouffre que représenterait la Phaeton : enfin presque, car les cadres qui osèrent l’évoquer tout haut furent le plus souvent remerciés.

En 2007, la Phaeton eut droit à un premier restylage très léger

A l’origine, Volkswagen comptait inonder les marchés avec 20 000 exemplaires par an (la capacité de l’usine de Dresde construite spécialement pour la voiture) ! Un objectif annuel qui ne sera jamais atteint, vous vous en doutez. En 2006, soit 4 ans après son lancement, seuls 25 000 exemplaires avaient été fabriqués (soit une moyenne de 6250 par an). Durant les 15 ans de sa « longue » carrière, 84 253 unités furent produites (soit une moyenne de 5616 ex par an). Certes, le restylage de 2007 redonna un coup de fouet, tandis que celui de 2010 limita la casse, mais il fallut bien se l’admettre chez VW : l’investissement ne serait jamais rentable ! C’est donc en catimini que fut décidé l’arrêt de la bestiole en 2016.

En 2010, un second restylage tenta de dépoussiérer la grande berline

Pourtant, la Phaeton avait d’une certaine manière rencontré un petit succès en Chine, notamment dans ses versions rallongées. Aussi, sans que celle-ci soit directement remplacée, elle eut droit à une sorte de descendance avec la Phideon, destinée uniquement à la Chine. La Phideon est bien entendu moins ambitieuse, mais représente un certain haut de gamme dans l’Empire du Milieu et partage certains traits avec sa devancière. Pour sa première année pleine de commercialisation en 2017, la Phideon a réussi à séduire 13 561 clients.

Que reste-t-il aujourd’hui de l’aventure Phaeton, à part la Phideon ? Pas grand chose. La voiture est passée inaperçue à peu près sur tous les marchés – à part peut-être en Allemagne, et encore, tandis qu’aux USA c’est certain, puisqu’elle quitta la gamme dès 2006 – et si elle se vendait très cher à l’époque (en 2004, la VR6 de base coûtait déjà 73 750 euros, allant jusqu’à 122 290 euros en W12), elle coûte désormais ce que coûtent les automobiles de luxe sans image qui végètent entre l’occasion et … l’occasion ! Il peut donc y avoir des affaires à faire, pour qui saura sélectionner un bel exemplaire et se fichera du manque d’image : retombée dans une zone de prix tout à fait abordable, ce déficit sera comblé par le plaisir de rouler dans un confort royal avec de gros moteurs y compris en diesel (j’avoue que le V10 TDI m’intrigue assez).

Articles associés

31 commentaires

Fraberth

Le 16/05/2018 à 19:45

Ça reste quoi, 4 fois plus que la C6? Donc bon, il ne faut pas trop critiquer
Déjà en faisant construire la voiture sur la chaîne de l’A8 ca aurait été plus rentable
Mais surtout il fallait un design plus distinctif, une passat en mieux au lieux d’une grosse passat (ce que fait l’arteon aujourd’hui je pense)

Paul

Le 16/05/2018 à 20:00

Certes, mais les investissements n’étaient absolument pas les mêmes… cela dit, ici comme ailleurs, personne ne nie le naufrage de la C6

Mathieu

Le 17/05/2018 à 13:44

Je pense également qu’il aurait fallu proposer un élément (de design ou autre spécificité) plus distinctif pour la faire sortir du lot et arriver en grandes pompes sur ce segment.
En son temps, l’A8 est arrivée avec la structure en alu par exemple.

Mais en l’état, je l’ai toujours trouvé magnifique et parfaitement équilibrée dans ses lignes & proportions.

! Attention Paul, les premières esquisses visibles dans l’article correspondent si je ne m’abuse à la version restylée (phase 3) et non le modèle « originel ».

Reste que même si beaucoup la conseillent en occasion car très accessible au vu des prestations, il faut quand même prévoir le budget entretien/essence qui va avec…

J’ajouterai enfin que la légitimité de Volkswagen dans le « premium » n’est absolument pas la question, en témoigne le Touareg et désormais l’Arteon (je dirais dans une moindre mesure pour cette dernière)

francis

Le 16/05/2018 à 20:01

la Phaeton est à vw ce qu’est la maybach à mercedes, lancées au temps de la rivale entre deux patrons mégalos, Ferdinand Piech et Jurgen Schremp. BMW ne s’est pas fourvoyé dans cette course à l’échalote… Plus malins ?

CENTiNEX

Le 16/05/2018 à 20:11

Le V10 TDI aurait pas fini dans un SUV genre chez Porsche ou sur le Touareg?

Rayan

Le 16/05/2018 à 21:40

Sur le Touareg en effet

Raph

Le 16/05/2018 à 20:12

Le V10 TDI intrigue surtout par sa longévité au catalogue, alors que sa fiabilité était apparemment catastrophique, entraînant un coût d’entretien délirant !

J2M

Le 16/05/2018 à 20:40

Le W12 est une belle illustration du délire mécanique à l’allemande. Le design de grosse Passat et la finition splendide en font à l’opposé quelque chose de discrètement distinctif. Bref, une voiture irrationnelle, au bord du bord de la folie. Et c’est ce qui fait son charme.
J’ai croisé à plusieurs reprise cette voiture, superbe de soin général (wow la peinture !) et de discrétion.
On tient l’héritière des Mercedes série S 6.3 puis 6.9, elles aussi délicieusement too much en leur temps…

damien vatine

Le 16/05/2018 à 20:51

Le V10 Tdi est juste horrible….. C’est le mécanicien qui parle!!! Nous avions fait l’erreur de reprendre un Touareg équipé de ce moteur et il n’avait que 90000km…. Il nous a coûté 7000€ de réparation….. Collecteur, egr, turbo, transmission….. Bref Les 400 cdi chez Mercedes ou bien le Tdv8 chez nous (Land) sont des bêtes à chagrins…..

poum

Le 16/05/2018 à 21:38

Il y a d’ailleurs un article hilarant sur cette voiture chez jalopnik:

https://jalopnik.com/the-volkswagen-touareg-v10-tdi-was-more-of-a-nightmare-1822934503

24heures

Le 16/05/2018 à 20:55

Je ne suis pas si d’accord que ça concernant l’effondrement de la cote en occasion. Plus par curiosité que par désir réel, j’avais jeté un œil quand je cherchais ma limousine essence VO à prix « cassé ». Ben ça tient mieux la cote que la XJ X350 que je voulais vraiment et que j’ai achetée. Par contre je ne suis pas sûr que la cote remonte tant que ça le jour où elle passera en collection. Je suis plus confiant à ce niveau pour la Jag.
Pour l’anecdote, cette auto a eu (à ma connaissance) un seul moment (morbide, certes) de notoriété : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/la-veuve-de-jorg-haider-s-interroge-sur-les-circonstances-de-sa-mort-24-10-2008-288157.php

Wolfgang

Le 18/05/2018 à 01:00

Aussi moche qu’une c5 phase 1.
Accident industriel.

Wolfgang

Le 18/05/2018 à 01:08

La xj ça côte pas lourd en collection. Il y en a trop. Ce sont les coupès et les cabrio qui montent, pas les xj.
La x350 à une cote d’amour parce qu’elle est en alu et parce que celles d’après sont moches. Mais je ne me fais pas d’illusion, elles finiront à 1000€ dans pas longtemps et remonteront ensuite à 5000 €.
Si tu comptes sur la côte, prend plutôt un xk.

Germain

Le 16/05/2018 à 21:19

Typiquement le genre de voitures que j’aime, elle aura servie à renforcer l’image premium de la marque, je la trouve assez belle et l’ambiance intérieure est plus chaleureuse que l’Audi A8. Une limousine v12 toute équipée pour le prix d’une Golf diesel de même époque…je signe où?

poum

Le 16/05/2018 à 21:39

Comme tu le dis, l’échec était prévisible.
Du coup, je me demande si la phaeton ne serait pas une tentative d’économies d’échelles sur les investissements consentis pour les autres véhicules de luxe du groupe … enfin c’est l’explication qui me semble la plus rationnelle.

Choco

Le 16/05/2018 à 21:46

J’ai toujours entendu et lu que la Phaeton était une affaire en occasion du fait de la côte qui s’effondrait. Pour n’importe qui ça reste une grosse Passat et je pense que tout le problème est là.

Rodrigo

Le 16/05/2018 à 22:40

On se demande quel marketeux a choisi le nom de Phaëton, étant donné que, selon la mythologie, son excursion à bord de la bagnole de papa a aussi fini en sortie de route!

Phil

Le 16/05/2018 à 23:50

Je circule beaucoup en Allemagne et j’ai pu constater que même dans son jardin, on ne voyait que très rarement de Phaeton.
Lorsqu’elle est sortie, je me posait la question si VW, avec sa puissance de feu, allait réussir à imposer un tel véhicule sur le marché du haut de gamme ? D’autres marques, à commencer par les Français, n’ont pas réussi à le faire. La réponse est non, et ceci malgré l’aboutissement du véhicule en terme de finition et mécanique. L’image et l’aura des Audi, BMW et Mercedes est vraiment très forte !

Olivier S

Le 17/05/2018 à 02:46

J’habite en Allemagne dans une région relativement affluante (sud-ouest, pays des implantations Mercedes-Benz, Porsche et Audi-Neckarsulm).
.
Vraiment personne a jamais payé le prix catalogue des Phaetons!
.
En Leasing voiture de société, ce qui fait 90% de ce marché en RFA (exception pour les marques de luxe importés, qui se vendent un peu plus au privé), dés la fin de premiere série, il y avait des rabais IMMENSES.
.
Au point qu’elle étaient moins chères en leasing mensuel qu’une simple Mercedes Classe C, et aussi une meilleur affaire que toute C6, Thesis ou S80. D’un ton exagéré: il me semble qu’au frais leasing d’une Citroen C6 Diesel, on avait droit au VW V12, minimum V8…
.
Mon impression: Dans ma petite ville, il y a quand même plus de Citroen C6 (3) et Lancia Thesis (2) que de VW Phaeton (une seule restante, il y en avait plus il y a dix ans).
.
C’est dire!
.
Elle fait trop VW Passat, dans ma région c’est exclusivement Mercedes, BMW ou Audi pour tout cadre à voiture de fonction – rien d’autre.
.
Par contre, il y a quand-même des régions ou elle s’est bien « vendue »:
.
Dans chaque region avec une usine Volkswagen (Emden, Hanovre, Wolfsburg / Braunschweig au Nord, Kassel en Hesse, Dresde et Zwickau en ex-RDA).
.
Volkswagen emploie 626.715 personnes. Oui, c’est un chiffre incroyable. Juste un peu moins de la moitié en Allemagne même, donc 300.000 employés – beaucoup centrés dans une région principale, le royaume Volkswagen autour de Hanovre.
.
Ce chiffre entraine un très grand nombre de cadres qui ont droit a une voiture de fonction de luxe.
.
Ce qui se fait bien plus souvent en RFA qu’en France, dés une hiérarchie plus basse qu’en France – question de taxes et de mentalité – pas de limite CO² ici, au contraire, déduction 100% possible même pour une Rolls-Royce!
.
Si on compte tous les cadres sup de VW, il faut surtout qu’on rajoute l’immense réseau de petits et grands fournisseur pour Volkswagen, qui doivent eu aussi employer un minimum d’un demi million de personnes en direct – voire plus, si on compte les géants comme Bosch, Continental ou Siemens.
.
Certain patrons vont alors acheter quelques VW de luxe, soit-il seulement par alliance au plus grand client…
.
Ca fait déjà un paquet de voitures de société!
.
Donc, Piech n’est pas bête – bien que vendu en-dessous des attentes, il a tout simplement crée une voiture de PDG et cadre sup pour lui même – il fallait même pas la vendre au public, suffit de la distribuer a ses employée et fournisseurs dépendants! :-D.
.
L’ingénierie du développement de la Phaeton a profité à Bentley, et aussi Audi, tout se partage chez VW-Audi-Seat-Skoda-Porsche-Bentley-Bugatti-Ducati-Scania-MAN.
.
Aussi, un grand nombre de fournisseurs se sont casser la tête sur des exigences qu’il n’y a normalement pas pour la Polo, Golf ou Passat – donc un pas en avant pour Volkswagen
.
En ce qui concerne l’usine en verre a Dresde (elle est superbe, j’y était) – Piech n’a certainement pas perdu un sou. Ca a été presque gratos, subvention d’état pour investissement en ex-RDA. Les autorités ont même bâti une ligne de tramway cargo au centre ville de Dresden pour l’usine VW-Bentley, question de faciliter la logistique et d’éviter les bouchons… 😉
.
Pour ceux qui veulent rouler le luxe absolu a presque rien, la Phaeton peut être une bonne affaire – la dépréciation est immense, ca se vend moins cher qu’une Passat.
.
Par contre, il ne faut pas avoir peur d’une complexité faramineuse, des concessions VW qui vous tournent le dos dés qu’il y a un problème électronique, et de frais immenses pour tout ce qui concerne la moindre intervention moteur ou suspensions… Sans parler de la consommation de carburant et de freins, c’est quand-même un tank qu’il faut accélérer et freiner…
.
Ca sent la Citroen C6 ou la Lancia Thesis, même chose avec eux, mais au moins elles ont du caractère et de la classe, par rapport a la « grosse Passat » elles ont l’air écolo en plus!

Bigblue

Le 17/05/2018 à 06:07

Mon ex patron roulait avec ça depuis une dizaine d’année et il y a encore un an et quelque, c’etait sa 2ème (le gars était dingue de cette caisse), obtenue avec un rabais incroyable après changement des 4 pneus « carré »pour cause de stationnement prolongé en concession…

Greg

Le 17/05/2018 à 08:42

C’était en quelque sorte la Lexus de Volkswagen… mais vendue sous « marque propre », c’est peut-être là le péché d’orgueil de Ferdinand Piëch?
A noter que depuis l’arrêt de production des Phaëton en 2016, l’usine de Dresde a été remaniée (20 millions d’euros d’investissements!) et produit les e Golf depuis 2017 😉
.
http://boitierrouge.com/2018/04/04/volkswagen-e-golf-lutime-golf-a-pile/
.
Et comme VAG ne s’est pas hissée au sommet (ou si près) de la production mondiale par hasard, pendant ce temps-là Skoda vendait discrètement mais sûrement la Superb, modèle sans tapage ni esbrouffe.
Spacieuse comme une Mercedes Classe S, moins chère qu’une Passat!
Le million d’exemplaires (3 générations différentes depuis 2001) a été dépassé l’année dernière…

VAG, l’art de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier!

Germain

Le 17/05/2018 à 15:47

J’ai travaillé avec 3 Skoda superb 2l TDI boîte DSG comme chauffeur VTC, c’était juste la meilleure voiture avec laquelle j’ai travaillé , devant les Mercedes classe E.

Greg

Le 17/05/2018 à 17:29

Nous avons profité, mon épouse et moi, des bienfaits de la Superb lors d’une escapade à l’étranger ce mois-ci 😉
Notre chauffeur était très élogieux lui aussi sur la Skoda, comparativement aux Mercedes et Kia notamment.
Par contre, vu comme il tricotait avec la boite 6 pour garder de la vitesse en montée… (sans nous secouer aucunement), je soupçonne qu’il n’avait que le 1.6 TDI sous le capot!

Alain

Le 17/05/2018 à 22:57

J’ai possédé 3 Superb 1ère génération qui n’étaient que des Passat au châssis rallongé de 10 cms. La ligne de la voiture était sans équivoque.
.
La Superb 2 s’est cherchée point de vue style, tout en s’émancipant de la base Passat et pour ma part, je trouve juste Superb(e) (je sais elle est facile celle-ci) la ligne du 3ème opus.
.
M’enfin, je ne suis pas objectif, je pratique la marque depuis 18 ans et accessoirement, je m’occupe d’un forum dédié à la voiture et la marque!!!
.
Pour en revenir à la Phaeton, je la trouve aussi juste très belle et j’aime ce côté « luxe sans le montrer » et il est clair que la cote de la voiture peut permettre certaines affaires aujourd’hui, même si j’imagine le budget qu’il doit falloir pour l’entretien!!!

Totor

Le 22/05/2018 à 15:51

J’ai vraiment voulu m’acheter une Superb en break au lieu de ma Passat, car la Skoda est vraiment immense (déjà que la VW n’est pas petite et plus grande qu’une A6…) et les finitions sont très bonnes.

Malheureusement, dans mon canton suisse, les voitures qui font moins de 120gr de CO2 ont droit à 75% de rabais sur la taxe anuelle.

La Passat était à 119 et la Superb à 122 : avec presque 600€ de différence par an (alors que le prix en occaz est très similaire), jai choisi la Passat.

Et maintenant tu as le merveilleux 2.0TSI de 280cv (moteur de la Golf R dégonflé) disponible sur la Superb que tu peux pousser à 360cv sans soucis… le sleeper parfait !

Julien

Le 17/05/2018 à 11:07

Une connaissance avait mis la main sur un V10 TDI qu’il a beaucoup apprécié. D’ailleurs les clients qu’ils véhiculaient lui disaient, « elle est très bien votre Passat », ce qui lui convenait très bien! Il n’affichait rien et pouvait rouler dans une auto de prestige sans ostentation…
Que produit l’usine spécifiquement produite pour cette Phaeton à ce jour?

Greg

Le 17/05/2018 à 12:52

L’usine a été réaménagée pour assembler les Golf électriques depuis l’année dernière!

Crouton

Le 17/05/2018 à 14:42

L’usine a également produit des Bentley pendant quelques temps, je ne sais pas si c’est encore le cas.

J’ai habité à Dresde et comme certains j’ai visité l’usine, plus propre qu’une salle d’opération, et très silencieuse aussi. VW avait les moyens de ses ambitions, et le père Piech avait ce qu’il fallait en charisme et ailleurs pour donner vie à ses lubies, il n’a pas mis sa boîte en péril, il aurait eu tort de ne pas le faire.

Concernant l’usine, je ne connais pas son coût ni son financement, on peut faire confiance aux grosses boîtes pour décrocher des subventions et autres. La Gläserne Manufaktur est une usine d’assemblage, rien de plus, elle était pensée comme le lieu haut de gamme où les clients haut de gamme viennent chercher leur voiture, petite cérémonie à la clef, je ne suis pas sûr qu’il y ait une volonté de rentabilité directe là dedans.
Les entrepôts sont situés en banlieue de Dresde et l’usine est effectivement approvisionnée en pièces par des tramway cargo, qui circulent de nuit, comme des trains de fret. La ligne de tramway n’a absolument pas été construite par et pour l’usine, seuls les embranchements finaux et les quais de déchargement l’ont été. Pour le reste, les tram cargo empruntaient le réseau de la ville, d’usage beaucoup plus flexible que nos tram français modernes (en Allemagne les tram passent souvent d’une ligne à l’autre, les lignes ne sont pas toujours les mêmes en fonction des jours ou des heures de la journée).

Germain

Le 17/05/2018 à 15:57

Ce qu’il faut retenir de la Phaeton c’est que comme toutes les limousines de la catégorie, c’est un laboratoire roulant pour de nouvelles technologies et de nouvelles méthodes de travail qui seront ensuite appliquées aux modèles moins haut de gamme, regardez l’histoire de la classe S de Mercedes qui a inaugurée l’ABS, l’ESP, l’airbag et autres, c’est un modèle pour l’image de marque, l’innovation technologique et la création de nouvelles méthodes de production, tant pis si elles ne sont pas rentables, les progrès qu’elles apportent le seront.

Wolfgang

Le 18/05/2018 à 00:59

Aussi moche qu’une c5 phase 1.
Accident industriel.

Olivier S

Le 18/05/2018 à 14:09

Oui, bien dit mais accident? Tout comme la C5, c’est comfortable, anonyme / understatement et une très bonne affaire en occase!
.
Et ce n’est pas un euphémisme de ma part. J’aime bien l’Understatement (je roule en C5 phase II ’06 Break HDi Exclusive d’occase avec toutes options, vraiment sans aucune exception sauf boite automatique, que je regrette un peu…).
.
Mais a la fin, c’est une Volkswagen, une marque que je n’aime pas particulièrement (habitant en RFA, ca fait trop petit bourgeois tout en assurant l’anonymat à 110%)

Laisser un commentaire