Volkswagen SP2: fausse sportive mais gueule de squale

Dimanche 14 août 2016
Retour

Les lourdes taxes sur les véhicules d’importation permirent au Brésil dans les années 60 de se constituer une véritable industrie automobile, fut-ce par l’intermédiaire de constructeurs étranger (Volkswagen, Ford, GM ou Willys Overland), mais surtout permirent l’éclosion d’un sacré paquet de petites sportives, aux destins commerciaux variables, mais toujours intéressantes !

Depuis 1962, Volkswagen do Brasil produit la Karman-Ghia (en haut) puis sa version modernisée TC à partir de 1970 (en bas)
Depuis 1962, Volkswagen do Brasil produit la Karmann-Ghia (en haut) puis sa version modernisée TC à partir de 1970 (en bas)

Karman Ghia 02 TC

Plantons un peu le décor : avec le développement économique, le marché automobile « explose », et avec lui les désirs à 4 roues. Forcément, un créneau apparaît évident pour les gros comme les petits constructeurs : puisque les Porsche ou autres sportives européennes sont hors de prix à cause des droits de douane, il y a donc une place à prendre sur cette niche, petite mais sûrement rentable et porteuse d’image.

En 1972, VW do Brasil lance les SP1 et SP2
En 1972, VW do Brasil lance les SP1 et SP2

C’est sans conteste la Willys Interlagos qui peut se targuer du titre de 1ère sportive brésilienne, avec un début de production datant de 1961 : il s’agit ni plus ni moins qu’une Alpine A108 construite sous licence (lire aussi : Willys Interlagos). Pourtant, Volkswagen ne mettra pas longtemps à réagir puisqu’en 1962, la marque allemande lance au Brésil son Coupé Karmann Ghia, fabriqué localement par une filiale de Karmann, lire aussi : Land Rover Defender Karmann-Ghia). En 1964, c’est Brasinca qui se lance avec une 4200 GT ressemblant fort à une Jensen (lire aussi : Brasinca 4200 GT). En 1965, c’est au tour de DKW de présenter sa GT Malzoni (lire aussi : DKW GT Malzoni), mais cette même année, Volkswagen rachète DKW au Brésil, et tue dans l’oeuf cette sportive originale pour préserver la Karmann-Ghia. Le projet renaîtra sous la marque Puma qui aura un certain succès d’estime (lire aussi : Puma GT).

SP2 06

SP2 07

Si les années 60 voient naître un paquet de modèle comme on peut le voir, le marché n’est pas si florissant qu’on l’imagine. Willys stoppe l’Interlagos en 1966, Brasinca s’arrête en 1967, et Puma vivote. Seul Volskwagen s’en sort bien avec sa Karmann-Ghia (41 689 exemplaires produits entre 1962 et 1975). Pourtant le modèle commence à dater un peu même si la TC (une version modernisée uniquement pour le Brésil) prend le relais en 1970. Les dirigeants de Volkswagen do Brasil en sont conscients et dès 1969, ils lancent le projet X avec l’objectif de construire une nouvelle petite sportive à moteur arrière au style plus moderne que la Karmann-Ghia TC.

SP2 08

Ce projet X donne naissance à deux modèles : la SP1 et la SP2 (SP pour Sao Paulo, où sont produits les deux coupés). Ces deux modèles partagent la même carrosserie élégante et allongée, et la même face avant de squale, avec ces phares typiques qui inspireront d’autres modèles VW. Ils diffèrent cependant par le moteur, un 1600 pour la SP1 développant 54 ch, et un 1700 pour la SP2, offrant plus de puissance (65 ch). Les SP1 et SP2 sont présentés à la foire de Hanovre en mars 1971 et la production débute en fin d’année.

SP2 10

Sur le marché, il ne reste plus beacoup de concurrents : seul Puma nargue encore le géant Volkswagen avec des ventes honorables mais surtout des performances supérieures à la SP2 grâce à sa légèreté (due à sa carrosserie en fibre de verre). La SP1 fait d’ailleurs un bide, en ne trouvant que 162 acheteurs (sa production cessera vite). Quant à la SP2, si ses ventes sont supérieures à la Puma GT (grâce à un prix de vente inférieur et un réseau de distribution bien plus organisé et puissant), elle déçoit par rapport à la Karmann-Ghia TC dont la production se poursuit toujours chez Karman do Brasil. Une SP3 plus puissante (100 ch) fut un temps étudiée, mais le projet fut stoppé, tout comme la production de la SP2 en 1976, après 10 205 exemplaires produits (dont 670 furent exportés vers l’Europe).

SP2 03

SP2 01

Aujourd’hui, ce ne sont sûrement pas ses performances qui peuvent vous intéresser, mais bel et bien sa ligne et sa rareté sur nos terres européennes et encore plus françaises. Avec une telle gueule, vous ne passerez pas inaperçu, et soyez sûr de voir la surprise des passants en découvrant le logo Volkswagen sur cette petite sportive élégante et racée. Et puis rouler dans une voiture brésilienne, ça a quelque chose de très BR, malgré ses origines allemandes. Encore faut-il en trouver une car même dans son pays natal, elle n’est pas si courante que cela désormais, le temps ayant fait son œuvre et réduit le parc inéxorablement.

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

13 commentaires

Jota

Le 14/08/2016 à 16:37

Difficile de trouver des infos là dessus, mais nul doute que certains sorciers ont du tirer plus de puissance du flat 4 voir même adapter des 6 cylindres Porsche. Ça aurait fait une belle concurrente de l’Opel GT en Europe.

Paul

Le 14/08/2016 à 16:52

et oui… mais n’oublions pas la période de mutation de VW en Europe (passage du moteur à l’arrière à la traction), les difficultés économiques dues à la crise de 73, puis celle de 79 (second effet kiss cool)… Difficile de maintenir tous les programmes dans ces conditions là !

Jota

Le 14/08/2016 à 20:40

Exact!

VDR

Le 14/08/2016 à 18:37

Oui, il est aisé de tirer beaucoup de puissance du flat 4 vw. J’ai un 2,3L de 150ch à la roue qui attend à l’atelier, pour, éventuellement, mon Karmann Ghia. Un flat6 Porsche est toujours possible mais ajoutera trop de poids à l’arrière, dommage.

Nabuchodonosor

Le 14/08/2016 à 17:04

Gueule de squale mais cul visionnaire de… Panamera !

J2M

Le 14/08/2016 à 19:56

Il me semble que les feux ar sont ceux de la Porsche 911 contemporaine ( version US) simplement retournés…

VDR

Le 14/08/2016 à 21:53

Ah, Paul, Karmann, avec 2 « n » (faute courante) 😉

Paul

Le 14/08/2016 à 23:05

Bien vu et modifié…. ralala erreur de débutant 😉

Rodrigo

Le 15/08/2016 à 00:24

La plupart des SP2 exportés « en Europe » l’ont été…aux Îles Canaries. En effet, contrairement aux DOM français, où les importations sont soumises à l’octroi de mer en sus de la TVA et des tarifs normaux à l’importation, ces îles espagnoles bénéficiaient de longue date d’une exemption totale de taxes à l’importation, résultant en un parc automobile pour le moins éclectique, dans lequel, aux années 70, les VW brésiliennes côtoyaient les petites japonaises, les Austin anglaises, Mercedes allemandes et même les Zastava yougoslaves. Bon, je raconte tout ça parce que, j’ai grandi aux Canaries et usé mes fonds de culottes sur la peu spatieuse banquette arrière de la SP2 de mon père. J’ose donc donner quelques précisions sur la voiture. Tout d’abord pour signaler que, même si l’idée de gonfler son moteur pouvait être tentante, elle pénait déjà à refroidir son moteur d’origine correctement, rendant toute véléité dans ce sens plutôt hasardeuse. Et puis, la suspension était fort souple (j’en ai encore des vifs souvenir d’enfance à ce sujet), rendant la tenue de route de cette tout-à-l’arrière… »intéressante ».
Par contre, l’intérieur était digne d’une « vraie » sportive de haut niveau, avec profusion de cadrans orientés vers le conducteur, un beau petit volant à trois branches à « trous-trous », et des beaux bois du Brésil ici et là.

gregocox

Le 19/08/2016 à 13:42

Le moteur refroidi par air n’a pas réellement de problème de refroidissement et en plus il est très robuste (trop ?) car c’est c’est cela le talon d’Achille de ce moteur, sa bonne réputation fait que souvent il est peu ou pas entretenu. Il est important qu’il soit vidanger tous les 5000 km ou chaque année avec une huile 20 w 50 de qualité . Ne pas prendre à la légère une fuite du radiateur d’huile et surtout ne pas sacrifier les tôles moteur d’origine pour des tôles made in Taiwan chrome ou autres reproductions.
Il est assez facile d’augmenter les performances (raisonnablement) de ce type de moteur sans modifier le bloc moteur mais via la carburation, échappement et l’allumage. Voir mieux via un kit Okrasa ou un kit Judson mais là il faut casser la tirelire.

VDR

Le 21/08/2016 à 12:30

Un kit « period correct » serait terrible sur une SP2, et peut-être jamais vu?

Comme tu le soulignes il existe des kits double carburation à des prix corrects (mais pas pour rien non plus) qui ajoutent un surcroît de puissance agréable. J’ai un kit Kadron (2 Solex simple corps) sur le 1600 de mon Karmann Ghia qui permettent déjà de ne pas se traîner dans la circulation actuelle.

Laurent BUNNIK

Le 20/11/2016 à 20:02

Anecdotiquement, la VW SP2 (et plus encore la SP1) était surnommée au Bresil « sem potência » (je vous laisse le soin de traduire !) du fait sa puissance ridicule par rapport à son look… défaut partagé avec les Karmann Ghia made in Germany. C’est effectivement une des plus jolies sportives de chez VW.

Paul

Le 20/11/2016 à 22:56

Laurent, on est d’accord, que de la gueule… mais aujourd’hui séduisante 😉

Laisser un commentaire