Volvo 340/360 : des suédoises au goût batave

Samedi 24 mai 2014
Retour

En 1975, le constructeur suédois Volvo rachète le néerlandais DAF. Dans la corbeille de la mariée, il trouve la remplaçante de la DAF 66 qui tombe à pic pour élargir la gamme de Volvo vers le bas à moindre frais. C’est ainsi qu’en février 1976, la Volvo 343 vient prendre sa place dans la gamme en dessous des 240/260, mais au dessus de la Daf 66 (rebaptisée en 1975 Volvo 66) qui reste au catalogue jusqu’en 1980.

La Volvo 343 a de quoi perturber l’amateur de Volvo : si son nom est bien suédois, ses origines sont bataves et son moteur français. On y perd son latin. En 1979 apparaît la 345 (5 portes), et en 1980, les premiers vrais moteurs Volvo (B19) 2 litres de 94 ch. En 1982, la gammes est réorganisée : les 340 (à 3 ou 5 portes), disposent de moteurs Renault (Essence ou Diesel), tandis que les 360 (3, 4 ou 5 portes) reçoivent les moteurs Volvo (B19, puis B200 à partir de 1984, à carbu ou injection).

Lorsque je croisais cette Volvo enfant, je n’en connaissais pas les origines néerlandaises, mais je sentais instinctivement que son histoire n’était pas claire, qu’elle n’était pas une vraie suédoise, un peu comme les secrets de famille qui transpirent malgré le silence. D’ailleurs, les 340/360 sont les mal-aimées de l’histoire Volvo. Pourtant, elle connut un succès relatif puisqu’elle fut fabriquée à près de 1,1 millions d’exemplaires entre 1976 et 1991.

Il faut dire qu’elle se vendit particulièrement bien aux Pays-Bas, quasiment comme une voiture nationale (il s’agit bien d’une DAF, et construite sur le sol national en sus). Elle véhicule cependant une image de papy y compris au pays du Gouda. Pourtant, elle ne manque pas d’intérêt : son look tout d’abord, est assez symptomatique de la fin des années 70 ; son prix ensuite, puisqu’on en trouve quasiment pour une bouchée de pain (400 euros), ce qui permet de tâter du Volvo pour une somme très modique ; enfin sa rareté maintenant puisque malgré une production relativement importante, elle a quasiment disparu de nos routes, victime des primes à la casse et de son manque d’image.

Alors pour quelques centaines d’euros, on peut préserver l’espèce, d’autant qu’elle dispose d’originalités « DAF » comme la boîte automatique « Variomatic ». Alors à ce prix là, faites vous plaisir, sauvez les DAF !

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

13 commentaires

L'Ornithorynque

Le 18/01/2015 à 16:16

Pour les amateurs, je conseille les « GLT » (3,4 ou 5 portes), qui sont d’excellentes voitures (en ai possédé 2), avec des 2 litres bien agréables à défaut de « surpuissants ». Confort surprenant, élégance, fiabilité, équipement, plaisir – et des consos raisonnables. Il y avait aussi la 1600 diesel de 55CV(moteur Renault) … poussive, que j’utilisais comme taxi – économe et increvable (+ de 300.000 kms!), au côté des 240 D et 740 D.

Siddartha

Le 06/04/2015 à 13:12

Bonjour à tous,
En découvrant ce blog (mieux vaux tard que jamais – toutes mes félicitations) je ne peux résister au plaisir de vous faire part de mes souvenirs de cette vénérable 340. Ce fut me seconde voiture quand j’avais 20 ans. Je l’avais racheté au voisin de mes parents. Il avait des gouts étranges en matière d’automobile puisque avant la Volvo il possedât une Lada et après la Volvo une Rover (série 200 je crois si cela a existé) Bref j’aurais du me méfier car j’avais clairement affaire à un esthète de l’horreur automobile. Mais à l’époque je ne m’en suis pas rendu compte. Il est clair que la 340 avait un physique particulier. Plus que les lignes déjà ringardes – à mes yeux – c’est surtout les proportions qui à mon sens sont affreuses rendant la voiture haute sur pattes avec un centre de gravité trop haut ce qui aura un effet non négligeable sur la conduite. Techniquement la voiture était aussi primitive que sa ligne avec notamment un pont rigide à l’arrière. Je ne sais plus si c’était une traction ou une propulsion mais quoi qu’il en soit la tenue de route était particulière avec un train arrière qui n’en faisait qu’à sa tête et faisait ses meilleurs efforts pour aller dans un autre direction que le train avant. En ligne droite ça allait encore mais dès qu’un virage se présentait je vous laisse imaginer. Après le premier hiver(et de nombreuses frayeurs) je divorçais de la 340. Je me mis en ménage avec une Volvo 480 : la conduite était également horrible mais au moins elle était jolie et on lui pardonnait mieux. Pour moi c’est une voiture à conserver dans la galerie des horreurs en guise de témoignage pour les prochaines générations. Une question me taraude cependant: comment et pourquoi plus d’un million de personnes ont pu choisir librement d’acheter cette voiture neuve ? du travail en perspective pour les sociologues.

Durrieu

Le 10/02/2016 à 12:04

Bonjour.

Que tu n’aies pas apprécié la voiture est une chose. C’est ton souvenir du véhicule, soit.

Que tu « traites » les acheteurs de l’époque et ceux qui l’apprécient encore (comme moi, même si je n’en possède plus une) d’avoir un problème psychologique est navrant et déplacé.
Les goûts et les couleurs sont le problème de chacun.

Personnellement, par exemple j’ai eu une expérience catastrophique avec une 2cv, qui se traine, inconfortable etc…
Pour autant je comprends que certaines y voient un plaisir propre ou une nostalgie de leur enfance etc….
Cela s’appelle l’enthousiasme et la passion de la voiture, ancienne ou pas.

Charly

Le 16/02/2016 à 10:47

Siddartha, on a bien compris que tu es incapable de piloter une 300, ni meme de reconnaitre une traction d’une propulsion. Normal que tes commentaires techniques soient truffés d’erreurs : par exemple ces voitures n’ont pas le centre de gravité trop haut (c’est meme le contraire) ni de pont rigide (c’est un pont DeDion).
Ce qui est fascinant chez bornés, c’est que meme face a 1 millions d’avis contraire ils ne se remette pas en question !

Ozturk

Le 12/01/2017 à 12:41

Bonjour vous savez pas M aidez à trouver le problème de ma volvo 340 ?

DEDREUILLE

Le 19/07/2017 à 23:23

Absolument ok avec votre discours,cette voiture complètement décalée était dangereuse, on m’a prêter ce véhicule pendant un mois et je n’étais pas du tout à l’aise, j’avoue qu’à l’époque j’avais une GolF GTI 2

duveuf

Le 05/02/2016 à 17:33

bonjour moi je possède depuis très peut de temps une volvo 340 et je la trouve vraiment décale et confortable et vraiment attachante bien quelle quelle penche un peut de les virage je l’adore bref une voiture a redécouvire car vraiment mimi

Pierre du 84

Le 03/04/2016 à 20:19

… une 343 me supporte depuis juin 1979….qui est pervers, elle ou moi ? dans tous les cas, j’assume et j’aime

Alexamoto

Le 09/09/2016 à 13:49

Quelqu’un a t’il déjà entendu parler d’une série spéciale « Nannini » (le pilote italien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alessandro_Nannini ) ?
Quand j’étais petit, mon oncle en avait une. Je me souviens du volant course, des sièges baquets, des ailes un peu élargies grâce à des extensions, et du gros moteur !
De mémoire, c’était un 2 litres qui devait donner entre 100 et 110cv.
Je n’ai jamais réussi à trouver quoi que ce soit à propos de cette voiture, et pourtant, elle a bien existé…

Charly

Le 09/09/2016 à 15:20

Il y a eu des kit R-Sport au catalogue Volvo (essentiellement double carbu + arbre a came) qui permettaient de dépasser 130cv mais je n’ai jamais entendu parler d’une serie Nannini. La seule série spéciale des 300 a ma connaissance c’est la serie Diamant de 1987 pour le 60eme anniversaire de Volvo (ça c’est sur, j’en ai une ;-).
Je ne trouve pas de référence non plus au fait que Nannini ait piloté des Volvo… Je crains fort que le bolide de tonton ne soit unique ! As tu des photos ??

Alexamoto

Le 09/09/2016 à 15:30

Et non, pas de photo…
Je crois bien que la calandre était siglée GLS, mais rien de plus.
J’en ai souvent parlé avec lui, et je sais que cette série était très limitée.
Je me souviens bien du badge représentant le casque de Nannini qui était collé sur la branche du bas du volant 3 branches.
Moi non plus je n’ai jamais pu trouver la moindre trace de cette voiture.
Je suis issu d’une « famille Volvo ».
A l’époque, mon grand-père avait un 240 essence après avoir eu un break orange, mon oncle avait une 740 turbo, un autre une 440, un autre une 343 puis une 440, et enfin mon père avait une 240 d berline. Cette dernière avait une nouvelle panne tous les mois : vitre électriques bloquées, joints de porte qu ne tiennent pas en place, clim défectueuse, GO qui gèle… tout ça en plus du gros manque de puissance à fait qu’elle a été la seule et unique Volvo de mon père…
Aujourd’hui, plus une Suédoise dans la famille !

Laisser un commentaire