Volvo 740/760 : le renouveau suédois !

Publié le vendredi 4 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

On s’en rend moins compte aujourd’hui, alors que notre œil s’est habitué à sa silhouette, mais à sa sortie en 1982, la Volvo 760 a choqué les européens par son style… particulier. Mais il faut croire que la force d’un design c’est de s’imposer avec le temps, puisque le couple 740/760 est aujourd’hui considéré comme un classique, à deux doigt d’approcher l’icône 240 ! Car malgré sa ligne déconcertante, la série 700 conservait les fondamentaux de Volvo : une impression de robustesse confirmée à l’usage, un soin tout particulier apporté à la sécurité passive et active, des capacités de d’utilitaire dans ses versions breaks, et un certain standing malgré tout (doublé d’une originalité toute suédoise).

760 08

760 05

Ce qu’on sait moins, c’est que le duo 740/760 était crucial pour Volvo en ce début des années 80. D’une part, les ventes de la 240 commencent à s’essouffler (même si elles restent relativement correctes et que la 240 gardera ses afficionados au point d’être produite jusqu’en 1993) : mine de rien, le best seller suédois a été lancé en 1974, et dérivait étroitement de la 140 lancée quant à elle en 1966 (lire aussi : Volvo 140 Serie). D’autre part, comme tous les constructeurs, Volvo souffre de la crise pétrolière de 1979. Le rachat et la réorganisation du hollandais Daf a coûté cher, et les 340/360 peinent à trouver leur public sans pour autant rapporter beaucoup d’argent (lire aussi : Volvo 340/360). Il devient impératif pour l’état major suédois de rétablir les marges et de se refaire une santé financière. A la même époque ou presque, Peugeot, pour se sauver, misera tout sur de forts volumes avec la 205. Volvo, lui, va faire l’inverse en lançant un véhicule à forte marge et exportable sur les marchés rémunérateurs (quand on sait y faire) nord-américains !

740 12

760 10

Le projet P31 est dans les cartons depuis longtemps, mais sera sans cesse reculé (crise de 1973 d’abord, rachat de Daf ensuite, puis crise de 1979). Prévue pour 1980, c’est avec beaucoup de retard que la 760 sort donc en 1982. Son style anguleux et sa lunette arrière presque verticale (pour la berline) sont destinés à plaire au public américain friand de ce type de design (lire aussi : Cadillac Seville III). Il relève aussi d’une recherche d’économie : l’emboutissage coûte moins cher avec des panneaux de carrosserie plans !

760 07

Dessinée par Jan Wilsgaard, déjà auteur des lignes carrées de la 240, la 760 choque dans un premier temps la clientèle traditionnelle de Volvo. Passés les premiers instants de surprise, la grande Volvo finira quand même par séduire. Surtout, la sortie du break en 1985 enlèvera toute ambiguïté : il s’agit bel et bien d’une Volvo et la filiation avec les 240/260 paraît alors évidente. Aujourd’hui d’ailleurs, on ne se pose même plus la question. A sa sortie, la 760 se veut haut de gamme, et propose des motorisations nobles et/ou performantes : le V6 PRV 2.8 litres à injection électronique pour une conduite pépère (156 ch), ou bien le 4 cylindres Volvo 2.3 litres Turbo (173 ch) pour une conduite un poil plus sportive. En 1983, l’offre est complétée par un 6 cylindres Turbo Diesel Volkswagen de 2,4 litres et 109 ch. Côté transmission, on trouve soit une boîte manuelle à 4 vitesses + overdrive, soit, essentiellement pour le marché US, une boîte automatique à 4 vitesses.

740 03

740 02

La carrière de la 760 démarre plutôt bien aux Etats-Unis, marché cible de la grande Volvo. Mais le constructeur suédois n’en oublie pas pour autant l’Europe. Une version plus abordable reprenant la même carrosserie est lancée en 1984 : la 740 ! C’est elle qui fera ensuite le gros du volume de la série 700. Moins luxueuse (du moins dans ses finitions de base), elle se veut aussi moins puissante, et donc inévitablement moins chère. A son lancement, on trouve deux moteurs : un 2.3 litres à injection de 131 ch et un 2 litres Turbo de 150 ch ! Tout comme la 760, elle recevra une version break en 1985 !

760 02

En 1986, la gamme connaît quelques évolutions moteurs : la 760 2.3 Turbo gagne quelques chevaux et passe à 182 ch. La 740 quant à elle reçoit deux nouvelles motorisations diesel : le 6 cylindres 2.4 de Vokswagen est proposé en version atmo (82 ch) et turbo (109 ch, comme sur la 760). Pour élargir encore plus la gamme vers le bas en essence, la 740 reçoit aussi un 2 litres atmo de 118 ch tandis que la version Turbo grimpe à 158 ch. 1986, c’est aussi l’année du lancement d’une version coupé dessinée et produite par Bertone, la 780 (lire aussi : Volvo 780), qui ne cassera pas la baraque, il faut bien l’avouer, mais reste une proposition séduisante aujourd’hui.

740 06

760 01

Bref, en 1987, la 760 reçoit une belle dose de cosmétiques avec notamment une nouvelle face avant qui la distingue (pour un temps) de la 740. En outre, son V6 PRV gagne quelques chevaux (167 ch) qu’il perdra en 1989 à cause des normes anti-pollution (143 ch). Le Turbo diesel gagne lui aussi du muscle avec désormais 116 ch. En 1989, la 760 perd encore un peu de sa superbe en attendant la future 960 qui doit lui succéder : tout comme le PRV, le 4 cylindres Turbo perd de la puissance pour tomber à 165 ch.

740 11 Turbo

De son côté, la 740 ne reçoit son lifting qu’en 1989 ! Drôle de lifting puisqu’en fait on a droit à deux versions : l’une est une évolution légère du dessin initial (quoi qu’un peu moins carrée), tandis que l’autre (les versions Turbo) reçoit une face avant proche des 960 à venir. Le Turbo diesel passe (comme sur la 760) à 116 ch, tandis que le 2.3 litres essence fait le chemin inverse, descendant à 116 ch lui aussi. Chose étrange chez Volvo, le lancement de la 940 en 1990 ne tue pas la 740 qui continue tranquillement sa carrière (contrairement à la 760 qui est arrêtée au lancement de la 960, vous suivez toujours?). Fin 1990, cohabitent donc dans la gamme Volvo la 240, la 740 et la 940 : drôle de situation mais qui permet des transitions en douceur sans heurter les fans du modèle précédent.

740 08

760 09

D’ailleurs, en dépit de la 940, la 740 va continuer à évoluer avec notamment l’introduction d’une performante version Turbo 16 soupapes de 200 ch, relativement rare puisque produite seulement 2 ans : une version assurément désirable. Avec l’évolution des normes du marché phare de la Série 700, les puissances continuent de faire le yoyo : le diesel atmo tombe à 79 ch (ce qui commence à faire un peu juste pour un 6 cylindres et le poids de la bête), tandis que la 2 litres Turbo, qui était tombée à 158 ch, grimpe à 165 ! Ces évolutions n’empêche pas la 740 de prendre enfin sa retraite en 1992, alors que la 240 lui survivra un an de plus ! Allez comprendre !

760 03

Côté 760, 183 864 berlines et 37 445 breaks seront construits. Côté 740, on compte 650 443 berlines et 358 952 breaks, soit un totale de 1 230 704 exemplaires (sans compter les 8518 coupés 780). Pas mal pour une version haut de gamme relativement chère ! Discrètement, mais sûrement, la Série 700 aura renfloué les caisses de Volvo, confirmé son statut d’outsider aux Etats-Unis, et permis d’installer vraiment la marque suédoise sur un marché qu’on appellerait aujourd’hui « premium ». Elle aura permis, en outre, d’arriver dans les meilleures dispositions possibles pour la fusion annoncée avec Renault, fusion qui n’aura jamais lieu (pour des raisons plus politiques et émotives qu’économiques). Car malgré le redressement de Volvo, la marque demeure un nain en ce début des années 90 (Renault pesait 4 fois plus lourd), et elle finira par se vendre en 1999 au géant américain Ford.

760 11

Restent aujourd’hui des berlines (qui contrairement aux idées reçues se sont plus vendues que les breaks) et des breaks à la robustesse reconnue, pratiques (« la voiture de l’antiquaire », car elle permet comme la 240 d’y caser l’armoire normande de grand-mère), et finalement stylées (surtout en berline). Bon, à l’heure de l’achat, il faudra faire avec de forts kilométrages (rançon de la robustesse), mais il serait bon de s’intéresser dès maintenant aux 740/760 pendant que tous les amateurs lorgnent sur les 240/260 ! A vous de voir.

Articles associés

7 commentaires

Greg

Le 04/03/2016 à 11:34

J’aimais beaucoup cette Volvo toute carrée sortie quand j’étais gamin, et mes parents aussi, malheureusement elle demeurait hors de portée du budget familial…
Très carrée, oui, et elle contrastait violemment avec les Mercedes 190 de 1982 et W124 de 1985!

eddy123

Le 04/03/2016 à 12:13

Oui, curieusement, petit, c’était ma voiture préféré…

wolfgang

Le 04/03/2016 à 13:30

J’aimais bien aussi. Disons que la trouvais plus originale que jolie.
En tout cas question qualité de carrosserie, la réputation de la marque était totalement justifiée.
Je connais quelqu’un qui roule dans la boue depuis des dizaines d’années à la campagne, qui ne la lave jamais. Pas un point de rouille.
Les autos d’autres marques des mêmes années, y compris Mercedes, seraient totalement rongées depuis longtemps. L’acier suédois, c’est pas une légende, c’est le top. Et la protection anti rouille était très en avance.

poum

Le 04/03/2016 à 18:05

De toutes les voitures que j’ai possédé et eu l’occasion de conduire (dont un certain nombre de volvo) ma préférée toutes catégories aura été la volvo 740 MK II 2.3 turbo 165 hp … (snif)

Petit, j’avais déjà une berline 740 miniature bleu métallisée de chez siku … puis le break 740 au 1/24 (burago je crois)

MisterVolvo

Le 05/03/2016 à 12:43

Merci pour ce bel article !

Je suis un grand fan de la marque Suédoise depuis mon plus jeune âge. A l’heure actuelle je me dirige vers mes 17ans mais pour mes 15ans je me suis offert un Volvo 740 GL B200E (2.0 118cv atmo) M47 (boite manuelle 5 vitesses) de 1988 (donc un phase I). Je l’ai acheté une bouchée de pain et je l’ai rénové avec mon père. Il reste quelques détails mais il est vraiment magnifique malgré ses 256 000km.

Je fais la conduite accompagnée sur ce 740 et c’est vraiment un pur plaisir ! C’est extrêmement agréable à conduire, très confortable, moelleux, silencieux et malgré ses 118 petits chevaux ça suffit amplement pour un jeune conducteur. J’adore vraiment cette voiture qui est pour moi parfaite (mis à part la consommation 🙁 ).

Bref, ça ne coûte pour l’instant pas grand chose sur le marché (bien qu’un modèle en excellent état est extrêmement difficile à trouver) alors que c’est une voiture vraiment top, à l’image des 240 🙂

MisterVolvo

Charly

Le 07/03/2016 à 16:46

« Fin 1990, cohabitent donc dans la gamme Volvo la 240, la 740 et la 940 »
Effectivement ce n’est pas banal ! Cela s’explique par le fait que les 740 et les 940 sont quasiment identiques.

PYves

Le 17/10/2016 à 20:14

Quelle voiture et quels souvenirs!
J’ai possédé une berline 740 TD de 1987. Achetée dans une casse, elle affichait 390.000 km, un moteur à bout de souffle mais une carrosserie comme neuve. Moteur refait, elle m’a encore accompagné un bon moment.
Dans la famille, j’ai eu le plaisir de longuement conduire le break, les différents moteurs, la 940 mais il me manque l’expérience de la 980.
Mais mon favori de cette génération avec le grand renouveau de la 859, c’est bien le couple S90/V90, le premier, avec le 6 cylindres 3.0 de 200ch. Quelle onctuosité.

Laisser un commentaire