Volvo S60/V60 Polestar: la cerise sur le gâteau

Publié le jeudi 17 novembre 2016.
Mis à jour le vendredi 5 avril 2019.
Retour

Lorsque j’étais allé chercher la Volvo XC90 au siège de la marque à Nanterre (lire aussi : Volvo XC90), une V60 Polestar m’avait fait de l’oeil, garée sur le parking, dans sa belle couleur bleue. Attentif à ce qui vient de Suède, je ne pouvais m’empêcher de soutirer des informations au directeur de la com’ qui m’expliqua que Volvo France faisait des tests pour l’instant, sans savoir si l’importation serait à l’ordre du jour prochainement : « rien n’est sûr, tu n’en parle pas ». J’étais invité cette semaine à tester les S60 et V60 Polestar désormais intégrée à la gamme, et j’ai bien regretté de ne pouvoir m’y rendre. Mais ça y est, c’est officiel, Volvo propose des versions survitaminée de sa berline.

Volvo S60 et V60 Polestar

Volvo S60 et V60 Polestar

Créée en 1996, Polestar s’est spécialisée dès le départ dans la préparation de modèles Volvo de série (Polestar Performance) et dans la course automobile, avec Polestar Racing, évidemment sur des modèles de la marque suédoise. Polestar Racing a notamment fait courir en BTCC les fameuses 850 Super Touring fabriquées chez TWR. En 2015, Volvo, désormais propriété du chinois Geely, rachète Polestar Perfomance, la division « voitures de série », tout en conservant Polestar Racing (devenue Polestar Cyan Racing) comme partenaire privilégié pour l’engagement des Volvo en compétition.

STCC Race 1 Ring Knutstorp 24 Maj 2014, Fredrik Ekblom, Volvo Polestar, STCC,

Depuis 2014, Polestar proposait une version vitaminée des S60 et V60, mais ces modèles n’étaient pas disponibles en France. Avec l’intégration de Polestar Perfomance au groupe, c’est désormais une réalité, en France comme dans 47autres pays, pour une production prévue de 1500 exemplaires par an. Avec Polestar, Volvo se dote d’une division « haute performance », à l’instar de BMW avec Motorsport, Audi avec RS, ou Mercedes avec AMG.

Volvo S60 et V60 Polestar

Volvo S60 et V60 Polestar

Certes, la S60 commence un peu à dater (2010 pour la phase I, 2013 pour la phase II), mais dans sa couleur bleue « rebelle », (mais aussi disponibles en blanc « glace », noir « Onyx ou argent « brillant »), avec ses jantes spécifiques et quelques détails cosmétiques, on peut dire qu’elle a de la gueule. Pour le reste, les S60/V60 Polestar sont plus légère de 24 kg sur l’essieu avant. Bien d’autres choses ont été retravaillées : amortisseurs Polestar Ohlins, direction optimisée, amélioration de la rigidité (montants, ressorts, etc), barre anti-rapprochement avant renforcée en fibre de carbone etc.

Volvo S60 et V60 Polestar

Volvo S60 et V60 Polestar

Sous le capot, le 4 cylindres Turbo de 2 litres offre désormais 367 chevaux optimisé par Polestar. Le tout accouplé à une transmission intégrale Borg Warner et une boîte auto Geartronic 8 vitesses. Pour stopper la bête, capable du 0 à 100 en 4,7s (4,8s pour le V60), des étriers et disques de freins Brembo. Voilà grosso modo le « catalogue » des nouveautés.

Volvo S60 et V60 Polestar

Volvo S60 et V60 Polestar

N’ayant pu encore la tester, difficile de savoir si elle arrache autant qu’elle le prétend. Peut-être restera-t-elle en retrait face à ses concurrentes allemandes ? Si c’est le cas, avouons que ce n’est pas très grave, l’essentiel étant d’offrir une alternative alléchante, et enthousiasmante, à ce qui se fait de mieux outre-Rhin. De toute façon, combien d’entre nous sont capables d’aller chercher les limites de ces voitures ?

Volvo S60 et V60 Polestar

Depuis la disparition de Saab, je suis un peu orphelin, et j’avoue que la renaissance et les ambitions de Volvo sous la houlette de Geely, que ce soit dans les SUV, les berlines (lire aussi : Volvo S90/V90) et maintenant les sportives, me fait bien plaisir. Mais dès que cela vient de Suède, suis-je objectif ? Non, bien sûr… et pourtant si ! Car il existe une frange non négligeable d’acheteurs potentiels qui désirent se démarquer des standards allemands, et de son design, qui recherchent une autre image de marque, une autre philosophie, et qui seront séduits, comme moi, par des produits différents.

Images : Volvo France

 

Articles associés

6 commentaires

philippe

Le 17/11/2016 à 14:21

Belles machines mais où sont passes les multicylindres ?
4 cylindres 2L 367cv, il faut désormais viser les 450cv pour avoir droit à 2 cylindres de plus et la musicalité qui va avec.
Et dans 3 ou 4 ans quand les 4 cylindres taquineront les 450cv on pleurera encore plus fort le bon temps (non pas du V8 Aquilon !) mais disons de la E21 où un petit 6 cylindres 2.0 de 122cv enchantait nos oreilles.

Antoine

Le 17/11/2016 à 15:45

Il semblerait quand même qu’on soit en train de revenir un peu du downsizing. On commence à parler de rightsizing (Mazda, Mercedes en première ligne) et dès qu’on dépasse 500 cm3 par cylindre, en règle générale on multiplie les cylindres. Donc les multi-cylindres ne sont peut-être pas morts.
Ces 4 cylindres hyper suralimentés ont souvent un agrément limité, ils font grimper le compteur beaucoup plus vite que le plaisir. C’est tout de même paradoxal puisqu’on ne peut plus rouler vite.
N’oublions pas que leurs puissances, pour impressionantes qu’elles soient, sont aussi théoriques que des rejets d’oxydes d’azote de VW. En conditions réelles avec de l’essence à octane 95, des injecteurs et des bougies non sélectionnés et de l’humidité dans l’air; il est fort probable que le puissant calculateur ramène son petit moulin dans des valeurs plus ordinaires.
Justement, de la part d’un constructeur de voitures « différentes » comme Volvo, il aurait été sympa de ne pas chercher la course à la puissance mais d’avoir un mélodieux 5 cylindres.
Ils nous font une sportive « à pas cher » mais qui manque d’âme.

Quentin

Le 18/11/2016 à 22:55

La réduction de cylindrée au maximum a du plomb dans l’aile, mais ni les turbos, qui permettent de gagner en rendement, ni la diminution du nombre de cylindres, qui permet de gagner en frottements. On peut juste s’attendre à des 1.5 T remplacés par des 2.0 T. Et le haut de gamme n’est pas concerné par les problèmes du downsizing, qui touchent de plus petits modèles, même Aston Martin s’y met, mais en gardant le V12 pour l’instant. Il faudra s’y faire, le moteur atmosphérique semble avoir le même avenir que les soupapes latérales, hormis dans quelques caisses marginales.

Nabuchodonsor

Le 17/11/2016 à 19:09

A moi aussi elles me font bien de l’oeil ces deux étoiles du grand Nord, je ne n’serai pas contre un petit essai en private. Y’a t’il moyen de moyenner, BR peut-il arranger ce genre de plan ?

Paul

Le 17/11/2016 à 19:21

Je vais déjà tenter de les prendre en parc presse 😉

Nabuchodonsor

Le 17/11/2016 à 19:44

Si jamais t’as besoin d’un assistant, chai pas moi, pour tenir la Gopro ou lire les notes, fais signe Paul !
🙂

Laisser un commentaire