Willys Jeep Gala Surrey (DJ-3A) : la voiture de plage d’Elvis

Publié le jeudi 13 juillet 2017.
Mis à jour le lundi 8 octobre 2018.
Retour

La Jeep Willys sent d’habitude la sueur, la testostérone, ou l’huile. L’image d’Epinal la montre débarquant sur une plage en Normandie, bardée de GI’s prêts à en découdre avec une horde de nazis en Kubelwagen. Une Willys, ça doit être kaki, avec pour seule fantaisie une étoile blanche sur le capot. Pourtant, il existe une Willys qui pourrait bien casser le mythe : avec seulement deux roues motrices, peinte dans des couleurs acidulées, la Gala Surrey est l’anti-Jeep absolue.

La DJ-3A, qui servira de base à la Gala Surrey

Remontons le passé. Sans aller jusqu’à la naissance de la Jeep Willys (on en reparlera sûrement), revenons dans les années 50. En 1955 pour être précis… Non, rassurez-vous, ce ne sera pas pour aider Marty à revenir en cette bonne vieille année 1985, mais pour découvrir qu’à cette époque, la compagnie américaine Willys s’apprêtait à lancer une version simplifiée à deux roues motrices de son best-seller : la Willys DJ. En bref, un dérivé utilitaire de la célèbre Jeep, sans la transmission intégrale qui, soyons clair, n’a pas forcément d’intérêt pour distribuer le courrier.

En effet, l’un des plus gros clients de Willys pour la DJ sera la Poste américaine : à l’époque, c’était la classe, bien mieux qu’un Kangoo jaune de notre Poste aujourd’hui. D’ailleurs, DJ veut dire « Dispatcher Jeep »… Bref. Pendant 4 ans, Willys va fournir l’US Mail mais la fin du contrat en 1959 va obliger la firme a trouver des débouchés à son modèle. Il continuera certes à se vendre à des entreprises voire à des particuliers, mais il reste sur les bras un sacré paquet de DJ-3A destinées à l’origine à l’US Mail, en cours de fabrication.

Que faire de ces bagnoles ? L’idée viendra d’Henry Kaiser, propriétaire de Willys depuis 1953. Pourquoi ne pas transformer les DJ en un nouveau modèle, destiné au tourisme (particulièrement à Hawai, ou Kaiser dispose de pas mal de business) : un truc fun, coloré, pour visiter l’île de façon amusante. Les DJ vont alors devenir des Gala Surrey : voiture de plage, voiture de location, voiture loisir par excellence.

La méthode est simple : on peint les DJ en deux teintes (rose/blanc ou bleu ciel/blanc), les sièges reçoivent une sellerie du même acabit, tandis qu’en lieu et place de la cabine du fourgon postal on pose une toile de tente en guise de toit ! Voici comment on créé une nouvelle voiture avec les moyens du bord.

Entre 1959 et 1964, environ 1000 exemplaires de la Gala Surrey seront vendus à des loueurs, des hôtels, voire des particuliers. Elvis lui-même en possédera une, rose ! En 1965, le nouveau DJ-5 est lancé, et Willys récupère à nouveau le contrat de fourniture de l’US Mail : la Gala Surrey n’aura pas de successeur !

Bref, acheter une Jeep Willys, c’est à la portée de tout le monde. La remettre en configuration « de guerre », c’est un peu trop facile. La vraie originalité, c’est d’aller dégoter cette étrange version « de plage », histoire aussi de faire la nique à toutes ces Méharis qui déferlent dans nos stations balnéaires. Elle est rare, n’a que deux roues motrices, a une histoire rigolote, impressionnera tous vos amis qui vous prendront pour un fou (« quoi ? Elle est pas kaki ta Jeep ? ») : une voiture idéale pour l’été, qu’en dites-vous ?

Articles associés

2 commentaires

Choco

Le 13/07/2017 à 13:34

Indispensable cette Jeep rose (Barbie) pour aller faire la nique aux Bobos en Méhari du côté du Bassin d’Arcachon …
Merci pour l’article et la découverte d’un véhicule que je ne connaissais pas : même si je connaissais la version pour la Poste américaine

Eddy123

Le 13/07/2017 à 14:40

De mémoire, on en voit une dans le vieux film « Docteur Jekyll et de M. Hyde » avec sa drôle de capote….

Laisser un commentaire