Willys-Overland/Ford Rural: un Station Wagon façon Niemeyer

Publié le lundi 23 janvier 2017.
Mis à jour le vendredi 21 juin 2019.
Retour

Saviez-vous que Ford avait déjà fabriquer des Jeep ? Bien entendu, je ne vous parle pas de la période de guerre où, pour répondre aux énormes demandes des armées alliées, Ford fut sommé de produire la fameuse Jeep MB de Willys. Non je vous parle d’une autre jeep qui finira par porter le logo Ford à partir de 1967 : la Willys-Overland Rural.

La Rural est un modèle peu connu, du moins sous ce nom-là. Aux origines de ce modèle brésilien se trouve la Willys-Jeep Station Wagon, lancée en 1946 avec l’idée de séduire le marché civil. Il s’agissait en fait d’une MB carrossée, sorte de SUV avant l’heure. Produite aux USA jusqu’en 1965, elle se vendra à plus de 300 000 exemplaires, et réussit à imposer l’idée d’un 4×4 à usage civil et familial, anticipant le Wagoneer et surtout le Cherokee XJ (lire aussi : Jeep Cherokee XJ).

Si la Station Wagon avait tout à fait sa place sur le marché américain, elle était encore plus légitime sur le marché brésilien, au réseau routier rarement bitumé, et souvent défoncé ! Et cela tombe bien, car Willys-Overland y dispose d’une filiale depuis 1952, produisant la Jeep MB depuis 1953. Il faudra attendre 1958 pour voir apparaître la Station Wagon au Brésil, sous le nom de Rural. A cette époque, la direction de Willys-Overland do Brasil cherche à développer ses ventes, et à proposer une gamme plus large pour bénéficier du développement brésilien, et participer à la motorisation du pays. Aux côtés de la Jeep MB, la Rural permettra de toucher les familles hors des grandes villes. A la même époque (1959), la société signera un accord avec Renault pour produire la Dauphine, puis avec Alpine pour produire l’Interlagos (une A108 rebadgée, lire aussi : Willys Interlagos).

La Police et l’Armée brésilienne reçurent en dotation des Rural !

Bref, lors premières années de production, le Rural ressemble trait pour trait à son modèle américain, mais rapidement, la direction décide de lui donner un visage plus moderne (le dessin de date de 1946, je vous le rappelle). A cette époque, le Brésil est dans une période de modernisation, et cette même année commencent les travaux de la future capitale « moderne » du pays, Brasilia. Willys-Overland et le styliste Brook Stevens vont s’inspirer de l’architecte à la mode du pays, celui qui bâtira Brasilia, Oscar Niemeyer, et donner un air résolument moderne au Rural en 1960.

Certes, aujourd’hui, ce look « carré » (et un peu torturé sur la face avant) semble un peu dépassé, mais à l’époque, whouah… C’était le top du moderne sur une voiture datant de 1946 (et même deplus tôt si l’on considère que la base est la Jeep MB de la guerre). Mais au Brésil, ce qui compte, c’est que ça passe partout, et que ça soit solide, et pour cela, le Rural porte bien son nom. Rapidement, une version pick-up est proposée. Disponible en 4×2 (propulsion) ou 4×4, avec un 6 en ligne de 2.6 (voire 3 litres en option), le Rural deviendra un best seller au Brésil.

Pourtant, cela n’empêche pas Willys-Overland do Brasil de rencontrer d’importantes difficultés financières, notamment à cause du développement du projet M en collaboration avec Renault (une sorte de R12 brésilienne). La maison-mère américaine n’a pas les moyens (elle finira par être croquée par AMC en 1970), et c’est Ford qui rafle la mise en rachetant en 1967 la filiale brésilienne. Dans la corbeille, le projet M qui deviendra Ford Corcel (lire aussi : Ford Corcel) et le Rural… qui prend aussi sec le blason Ford sans perdre son nom, du moins pour la version carrossée… La version Pick up prend le nom de Ford F-75.

A partir de 1975, le Rural et le F-75 récupèrent un 4 cylindres Ford de 2.3 litres, histoire de clôturer un peu l’ère Willys. En 1977, le Rural tire sa révérence, plus de 30 ans après le lancement de son modèle américain, tandis que le F-75 durera lui jusqu’en 1981 ! Au total, 182 000 exemplaires des deux modèles seront fabriqués au Brésil. Le Station Wagon sera aussi fabriqué au Japon sous le nom de J37 (aux côté de la Jeep J3, lire aussi : Mitsubishi J3), tandis qu’IKA produira sa propre version en Argentine sous le nom d’Estanciera.

Le pick Up Ford F75

On trouve encore un sacré paquet de Rural dans les petites annonces brésiliennes. Pour ceux qui seraient très BR dans l’âme, il pourrait être une option intéressante (à condition d’opter pour une version 4×4). Bon, d’accord, c’est beaucoup d’emmerdes pour une voiture tout juste originale pas son design « exclusif » et son côté décalé. Mais doit-on réellement s’arrêter à ces détails ?

Aujourd’hui, Ford est propriétaire de Troller, qui produit un 4×4 au style proche de la Jeep Wrangler, lire aussi: Troller T4

 

Articles associés

8 commentaires

philippe

Le 23/01/2017 à 12:27

La superbe face avant (!) qui fait oublier la Jeep est due à Brooks Stevens.

Julien

Le 23/01/2017 à 12:54

Je sais pas vous, mais je lui trouve un petit air de 4L en version « crossover » (comme on dirait maintenant)

pop eye

Le 23/01/2017 à 13:45

Very too moche … je trouve.

Sinon c’est bien elle au fond, non ?

[img]http://boitierrouge.com/wp-content/uploads/2016/07/Gamme-Willys-1966.JPG[/img]
source : boitier rouge – gamme Willis 1966

Confortablement

Le 23/01/2017 à 18:38

Bonsoir,
Petite faute dans la première phrase. Désolé mais cela m’a sauté aux yeux.
« Saviez-vous que Ford avait déjà fabriquÉ des Jeep ? »
Très bonne article, comme d’habitude.

Confortablement

Le 23/01/2017 à 18:39

Du coup j’en fais une aussi, lire très « bon article ».

RIVIERE laurent

Le 23/01/2017 à 22:05

Article intéressant et très bien construit. Bon connaisseur des véhicules brésiliens qui ont accompagnés ma période d’enfance au Brésil, Je suis bluffé par la qualité et la justesse des informations dans vos articles. Après une Puma 1600 GT  » Tubarao » de 1974 l’année dernière, je restaure actuellement une willys Interlagos berlinette de 1964.

Paul

Le 23/01/2017 à 22:19

Merci… j’avoue que l’automobile sud-américaine me passionne car elle est au croisement des influences européennes et américaines… cela donne toujours des trucs intéressants 😉

RIVIERE laurent

Le 23/01/2017 à 22:56

Très  » BR dans l’âme  » , il se pourrait très bien qu’une Rural débarque d’un container un de ces jours… version 6 cyl 4×4, cela va de soit ! Ce modèle arpentait les pistes de la ferme de mon père dans l’intérieur de l’état de sao Paulo. Elle était accompagné à l’époque d’un incontournable Toyota Bandeirantes bleu en version Pick up diesel…
Saudades ! …

Laisser un commentaire