ZAZ 966 et 968: voitures du peuple à la soviétique !

Publié le lundi 20 juin 2016.
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019.
Retour

ZAZ vous connaissez ? Le premier qui me parle de la chanteuse part direct au coin avec le bonnet d’âne. Pour les autres, il s’agit bien d’un constructeur automobile, ukrainien, dont l’acronyme signifie tout simplement Zaporiz’kyi avtomobilebudivnyi zavod, rien que cela. Les charmes de l’URSS ! Ce constructeur est aujourd’hui surtout connu pour le 969, un petit tout terrain ultra efficace et compact, au look très vintage, mais aussi pour la Tavria, importée un temps en France. Pourtant aujourd’hui, c’est le duo 966/968 qui m’intéresse, une berline lancée dans les années 60 pour motoriser l’union soviétique.

La ZAZ 966 suit la 965 sur les chaîne de Zaporojie
La ZAZ 966 suit la 965 sur les chaînes de Zaporojie

966 01

Avant guerre, ZAZ n’est qu’un producteur de machines agricoles et de machines-outil, créé en 1863 par un allemand, Abraham J. Koop, avant d’être nationalisé après la révolution, devenant une sorte de Caterpillar de l’Est. Mais en 1960, alors que Lada n’existe pas encore, ZAZ se lance dans l’automobile avec la 965, ressemblant à s’y méprendre à une Fiat 600 ! Objectif ? Motoriser les classes populaires d’Union Soviétique !

966 08

966 06

Mais dès 1961, l’idée d’une voiture plus moderne germe dans les têtes pensantes du constructeur ukrainien ! Si la 965 s’inspire de la Fiat 600, la 966 va quant à elle s’inspirer de na NSU Prinz, elle-même influencée par l’Amérique, la taille en moins. ZAZ reste fidèle au moteur à l’arrière malgré l’arrivée d’une menace sur son propre marché : la moderne moteur avant VAZ 2101 se profile, alors que l’usine de Togliatti est en train de s’ériger (lire aussi : L’usine de Togliatti) en Russie soviétique. Lancée en 1965, la 966 va connaître une courte carrière, remplacée en 1969 par une version plus moderne baptisée 968.

La 968 remplace la 966 en 1969, avec notamment une nouvelle face avant !
La 968 remplace la 966 en 1969, avec notamment une nouvelle face avant !

968 04

La 966 avait commencé sa carrière avec un V4 refroidi par air de 30 ch, et l’avait fini avec 41 ch. La 968 récupère ce dernier moteur en 1969, puisqu’elle ne pourra pas récupérer le 4 cylindres Renault dont elle rêvait. Il faudra attendre 1979 pour voir un nouveau moteur plus puissant (51 ch) propulser la 968M (pour modifiée ? Moderne ? Allez savoir!). Uniquement disponible en 2 portes le duo 966/968 aura du mal à s’imposer face aux Lada plus spacieuses, plus pratiques et plus modernes ! La 968 tentera pourtant l’exportation, soit dans les pays frères (notamment en Yougoslavie), soit en Autriche (ou elle portera le nom d’Eliette).

la 968 sera exportée en Yougoslavie et même en Autriche sous le nom d'Eliette !
la 968 sera exportée en Yougoslavie et même en Autriche sous le nom d’Eliette !

968 09

Jamais, en cherchant de quoi illustrer un article, je n’avais vu autant de photos de voitures mettant en scène des nanas, habillées de façon moderne et sympa (pour l’époque). A croire que ZAZ devait mettre le paquet en communication pour pouvoir vendre ses petites 966 ou 968. Et bien que légèrement en retrait par rapport aux Lada fabriquées à Togliatti, il se produira plus de 3,4 millions de ZAZ à moteur arrière entre 1965 et 1994.

968 13

968 12

Car en 1987, pour mieux répondre aux aspirations d’une clientèle avide de modernité, ZAZ était passée à la traction et au moteur à l’avant en lançant la 1102 plus connue chez nous sous le nom de Tavria puisqu’elle sera importée en France par le réseau Poch (lire aussi : Jacques Poch). La fin des voitures à moteur arrière était signée chez ZAZ, même si les dernières tomberont des chaînes en 1994, 7 ans après la sortie de la Tavria (belle résistance) qui de son côté sera fabriquée jusqu’en 2011 (dans sa dernière version 4 portes appelée Slavuta).

968 05

968 06

ZAZ passera sous pavillon coréen en 1998, racheté par Daewoo qui s’en désengagera en 2002. Pour survivre, ZAZ devra donc trouver des partenaires. L’usine ukrainienne fabriquera donc pendant quelques temps des Mercedes Classe E et Classe M pour le compte de Daimler-Benz, puis des Opel Astra, Corsa et Vectra. Elle produira même des Samara pour le compte du frère ennemi Lada afin de faire tourner les chaînes de production.

968 08

Les ZAZ 966 et 968, qui se voulaient les « voitures du peuple » façon Volkswagen de l’Union Soviétique, réussirent donc le pari de se vendre, mais ne restèrent pas dans les mémoires autant qu’une Coccinelle, même dans leur pays natal, l’Ukraine ! Il est temps aujourd’hui de redécouvrir ces drôles de petites voitures à moteur arrière. Si elles ne sont pas courantes en Europe occidentale, il vous sera sûrement possible d’en trouver à bon prix en Ukraine, Russie ou en Europe orientale ! A vous les joies du sac à dos, sans être obligée de rouler dans une banale Renault 8 !

 

Articles associés

12 commentaires

Heathcliff

Le 20/06/2016 à 14:36

Super article! J’avais toujours été curieux de ces petites ZAZ.
Je signale tout de même une petite pépite dans ton article : tu as écrit que la VAZ 2101 était une traction, mais c’est une propulsion.
Rien à voir, mais feras-tu un jour un article sur la joint-venture AutoLatina du Brésil? Pas facile de trouver des infos là-dessus quand on parle pas Portugais.
Continue ton super travail! C’est un de mes sites préférés!

Paul

Le 20/06/2016 à 14:37

Oula oui belle pépite, je voulais dire qu’elle avait le moteur à l’avant ahaha… emporté dans mon élan, je l’ai transformée en traction ahahah ! Je corrige cela dès que je peux, et merci pour tes compliments !

martin

Le 20/06/2016 à 20:51

Ah oui, la jigouli une traction…voilà qui m’étonne de vous. Cela n’enlève rien à la qualité de votre article, très bon comme toujours. Merci.

Paul

Le 20/06/2016 à 20:58

C’est modifié ahahah… je me suis laissé porter par le moteur avant !

Trabantino

Le 29/05/2017 à 11:14

Bonjour Paul.
La traction avant avait pourtant été le choix premier des ingénieurs soviétiques pour la première Lada. Ils travaillaient depuis le milieu des années 60 sur une voiture dont la ligne était proche de l’Austin 1100 (ADO16) … jusqu’à ce que le pouvoir leur impose la Fiat 124, pour des raisons de soutien politique au puissant parti communiste italien.
Le choix avait été serré, les deux autres modèles en compétition étaient la Ford Cortina et la Renault 16. Les ingénieurs très vexés que le pouvoir ne leur donne pas les moyens de lancer leur propre projet, avaient à défaut, opté pour la R16. Ils considéraient que la traction avant et le hayon étaient la voiture de l’avenir. L’industrie automobile soviétique regorge de projets avortés faute de soutien d’un pouvoir rétrograde.
Bonne journée !

Paul

Le 29/05/2017 à 11:32

Merci pour ces précisions hyper intéressantes !

Docteur Oliv

Le 20/08/2017 à 18:41

Il semble aussi que la R16 était considéré comme technologiquemen trop moderne et que l’intégration aurait été trop difficile.
Dommage car peut-être que le climat aurait montrer plus rapidement les pertes d’essieu AR dues à la ROUILLE et que ce défaut aurait été corrigé ?

Utopiaboy

Le 24/06/2016 à 22:00

De 3/4 arrière, elle a un petit air de BMW 02, surtout dans cette livrée orange !

Trabantino

Le 29/05/2017 à 11:30

Bonjour et bravo pour cet article sur la ZAZ. J’en ai ramené une d’Italie, où elles furent vendues par le réseau BEPI-Koelliker, qui distribuait aussi les firmes anglaises Jaguar Triumph, etc. Ils avaient compris l’intérêt du low cost à l’époque, et s’étaient fait une réputation en vendant des autos soviétiques.
La mienne est un modèle 1976, identique à celles de la rouge photographiée en Yougoslavie.
La photo que vous présentez en dessous (ZAZ orange de profil et deux jeunes femmes) est intéressante car… il s’agit d’un prototype qui ne fut pas validé par les autorités soviétiques. En effet cette 968M possède des jantes de Lada à fixation classique et non pas évidées en leur centre et fixées sur le pourtour, comme sur les Renault 4CV ! Elle a des sièges plus cossus, avec appuie-têtes à l’avant qui ne serotn pas retenus pour la production. Elle a aussi des feux arrière en demi-lune, un peu comme la Peugeot 504, qui eux aussi seront refusés et remplacés par de gros blocs rectangulaires dessinés à la règle. Voila, c’est tout 😉

Paul

Le 29/05/2017 à 11:33

Ah je n’avais pas fait attention au fait qu’elle était différente, je croyais avoir à faire à une 968M Classique ! Merci pou ces précisions qui enrichissent l’article ! J’adore ce genre de commentaires 😀

fafa gano

Le 01/11/2017 à 16:42

Vivant a Kiev, cette voiture fait partie de mon quotidien. elle est encore tres presente dans la capitale, mais surtout a la campagne. Moins moderne que les Jigouli, elle doit etre sans doute plus robuste car celles que l’on croise ont l’air moins fatiguees que les Lada parfois plus recentes.
L’usine Zaz fabrique aujourd’hui des Aveo rebadgees, je crois.
Mon voisin a une superbe Zaporojets 600 avec l’acastillage en zamac complet ; je bave devant…

Philippe-

Le 01/11/2017 à 17:14

Fafa ce que vous nommez « 600 » est une 965 ?

Laisser un commentaire