We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




CLASSICS

Apal GT Coupé : ceci n’est pas une 356

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 9 juil. 2019

Alors qu’en 1960 Porsche avait tenté une collaboration avec Abarth pour produire une version plus légère et donc plus sportive de sa 356, la Porsche 356/B Carrera GTL Abarth, en Belgique, on planche aussi sur un coupé aérodynamique, sur une base Volkswagen mais doté pour son haut de gamme d’un flat 4 1600 d’origine Porsche (entre autres). L’Apal GT Coupé est présentée en 1961 et sa ligne ressemble étonnamment à la Porsche Abarth. Voici donc l’histoire de cette étonnante et rare GT belge.

Apal (Application Polyester Armé Liège) fut créée en 1960 par Edmond Péry. Ce passionné de mécanique travaillait, dans les années 50, à la réalisation de camions publicitaires (et se bricolait ses propres voitures sur son temps libre). Inévitablement, l’homme s’intéressa vite à la carrosserie en fibre de verre. C’est une visite chez Chappe et Gessalin, en Seine et Marne, qui va le convaincre de tout l’intérêt du polyester. Dans leurs ateliers, les deux associés produisaient pour le compte d’Alpine les carrosseries de l’A106, l’A108 puis l’A110 (ils produiront même entièrement l’A110 GT4 pour le compte d’Alpine avant de créer leur propre marque, CG). Péry y voit l’avenir pour la production artisanale de petits coupés sportifs. 

Le plastique c’est fantastique

Cette rencontre fut le déclic : il allait créer sa propre marque et son propre coupé, rival des Alpine françaises, voire des Porsche allemandes. Grâce à l’importateur belge de Volkswagen, d’Ieteren, il récupérait des châssis de Cox, mais aussi des flat 4 (un 1200 de 47 chevaux, un autre de 54 chevaux et un 1300 de 55 chevaux). Il commandait aussi le 1600 de Porsche pour son haut de gamme, avec 60 chevaux. Aussitôt, on dessina une silhouette fluide et réussie, fortement inspirée du dessin de Franco Scaglione pour la Porsche Abarth. 

Edmond Péry voyait grand. Avec ses associés Bruno Vidick et Roland d’Ieteren (le fils de l’importateur Volkswagen justement), ils embauchèrent près de 70 salariés. La petite Apal séduisait le marché et flattait le nationalisme belge. La production commençait dès 1961. Si l’Apal était charmante, efficace, agile et performante, elle souffrait cependant d’un handicap : un prix de vente élevé, plus élevé que celui d’une Porsche 356 justement. On tenta de se faire une réputation sportive, avec un certain succès d’ailleurs puisque l’Apal 1600 GT Coupé remportait le championnat belge des rallyes en 1962. 

Tentative d’une GT belge

Malgré une reconnaissance sportive, la voiture peinait à séduire. Conscient de la faiblesse du marché potentiel, Péry réfléchissait à d’autres débouchés, d’abord en produisant des monoplaces Formule V (dès 1965) puis de Buggy en polyester façon Meyers Manx (à partir de 1968) dont il deviendra l’un des spécialistes européens. En revanche, la production de l’Apal GT Coupé fut stoppée en 1965. Apal tenta bien un retour sur le marché de la GT en 1968 avec l’Apal GT Horizon, sans succès.

l’Apal GT Coupé gagnera le championnat belge des rallyes en 1963

En tout, 150 exemplaires de la GT Coupé furent produits entre 1961 et 1965. Difficile de dire combien furent dotés de moteurs VW et combien du moteur Porsche mais ce sont sûrement les plus rares aujourd’hui. Quelque soit le moteur monté sur la voiture, l’Apal GT Coupé s’avère une excellente sportive, équilibrée et bien née, avec son moteur placé en porte à faux arrière (comme les Porsche). Grâce à son poids plume (merci le polyester), elle se permet d’être performante quelque soit sa motorisation, même si bien entendu, le 1600 Porsche sera l’option la plus intéressante.

Les productions GT d’Apal des années 60 aux années 80 : la GT Horizon, la Francorchamps et la GT 1600

Vue la faible production il y a plus de 50 ans, autant dire que trouver une Apal GT Coupé relèvera du parcours du combattant. Elle reste cependant beaucoup moins rare qu’une Porsche 356/B Carrera GTL Abarth (20 ou 21 exemplaires) avec une ligne et une motorisation quasiment identique. Cependant, elle représente une excellente alternative à celui qui trouve la 356 “classique” trop mainstream.

Autos similaires en vente

1934 MORGAN 3-wheeler Supersports Aero Beetleback

59 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1966 AUSTIN Princess Vanden Plas

16 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1963 CHEVROLET Corvette C2 Stingray

169 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article