We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




YOUNGTIMERS

Les copains d’abord : la Lotus Seven Marcadier pour tous

Daniel Brooks - 14 oct. 2021

Il y a eu une époque où l’automobile était une affaire d’artisans et où primait l’esprit « les copains avant tout ». C’est ce que notre ami Alain a voulu retrouver à travers son investissement dans le monde des autos de collection, en acquérant une Lotus Seven S1 Marcadier de 1964 auprès de CarJager.

Colin Chapman est connu de tous dans le monde des automobiles sportives et de course. Son postulat bien connu « light is right » en a motivé plus d’un dans la quête de la performance et donc de la victoire. Pour le constructeur artisanal André Marcadier, cela a même été une révélation. La légende veut que, lors d’une réunion sur l’autodrome de Linas-Montlhéry à la fin des années 1950 ou au début des années 1960, Marcadier ait fait la connaissance de Chapman. À cette époque, ce dernier proposait ses autos en kit aux amateurs de vitesse à la recherche d’une formule abordable pour satisfaire leur envie de courir en courses de club.

Marcadier construisait déjà des motos et des karts quand lui est venu l’idée de fabriquer plusieurs autos sur la base des Lotus. En partant de la Seven S1, il paraît qu’il a assemblé pour ses copains, dès 1963-1964, plusieurs exemplaires de sa création, dont la belle auto d’Alain.

« La Lotus Seven Marcadier est une auto qui me plaît. On sent qu’il y avait des artisans derrière… » nous raconte Alain. « Son premier propriétaire l’a gardée durant plus de 40 ans, de 1964 jusqu’en 2005. » La rareté de l’auto d’Alain est exceptionnelle car, si Marcadier est connu pour avoir construit une cinquantaine de répliques de la Lotus Seven à partir de 1987, celle d’Alain est de 1964, jouant ainsi le rôle de précurseur. « Marcadier n’en a fait que quelques-unes à cette époque pour ses proches collaborateurs. »

Mais l’évolution de cette perle rare ne s’est pas arrêtée là. Son premier propriétaire l’a amenée chez le préparateur Serge Grangeon à la fin des années 1980. « Ce que faisait Marcadier  le Chapman à la française  Grangeon le prolongeait, dans le même  esprit. » C’est là qu’elle a reçu son moteur de Ford Sierra, un deux litres double arbre de 109 chevaux accouplé à une boîte 5 vitesses. « Elle a deux gros carburateurs Weber de 40. Et Grangeon a également remplacé le pont arrière rigide d’origine par sa suspension indépendante triangulaire en V inversé. Tout comme Marcadier, Grangeon le faisait pour faire plaisir aux copains. Il a dû seulement fabriquer entre 10 et 15 voitures. J’aime bien l’histoire des copains. »

Après l’avoir trouvée dans une annonce gérée par l’équipe de la vente assistée de CarJager, Alain l’a suivie pendant un certain temps. « Quand j’ai vu qu’ils avaient baissé le prix, j’ai donc téléphoné pour en discuter. Jai pu négocier un prix correspondant à mon budget. Ils étaient tous très sympas chez CarJager. Surtout Enguerrand, d’une aide précieuse pour tout ce qui concernait la logistique. Il était super. »

« Ça faisait très longtemps que j’en avais envie. Arrivé à la soixantaine, je m’étais dit qu’après ce serait trop tard. J’ai même fait un stage de F3000 pour voir. Elle donne des sensations cette Lotus, il n’y a pas de doute. Je peux toucher le bitume à son volant. Elle n’a rien d’une auto moderne. Je ne suis pas un grand pilote mais je m’amuse avec. Je ne fais pas le fou quand même. »

« J’aime le côté artisanal. Et c’est une Lotus française. Je ne veux surtout pas la mettre sous une bâche. J’ai envie de la faire rouler ! C’est rigolo. On sent bien des roues qui accrochent à l’arrière comme sur une monoplace. Cette auto me passionne depuis toujours. C’est comme si elle disait je suis libre comme dans la série télé Le Prisonnier. »

Et a-t-il d’autres projets en vue ? « J’aime bien la Frogeye » — c’est à dire l’Austin-Healey Sprite, le tout petit roadster biplace de 1958-1961. « Elle n’est pas si chère que ça. Ça doit être marrant de rouler à deux là-dedans. »

Les objets de collection ne sont pas complètement nouveaux pour Alain : « J’ai mon four. Je suis boulanger. En vacances, je fais le boulanger aussi. J’ai une remorque à quatre roues, qui est un four militaire ambulant. Elle date de 1955, mais c’est le même modèle que celui que les Alliés ont amené en débarquant en Provence en 1944 pour faire du pain pour les GI’s. Ça fait dix ou douze ans que je l’ai. J’aime venir avec à l’embouteillage de Lapalisse sur la N7. » Sans doute pour épater les copains.

Autos similaires en vente

127 600 km

1998 LOTUS Elise

27 000 €
127 600 km

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

85 000 km

1999 LOTUS Elise S1

31 000 €
85 000 km

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

63 500 km

2003 LOTUS Elise s2 111 s

45 000 €
63 500 km

Petite annonce d’un particulier. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article