MG ZT 260 : l’ode à la joie

Jeudi 16 novembre 2017
Retour

Aujourd’hui, nous allons parler de la voiture sans doute la plus « Boîtier Rouge » au monde. Une voiture qui réunit toutes les qualités requises : un blason prestigieux mais (presque) disparu, un look étonnant et détonnant sans être disgracieux, un gros moteur sous le capot avec un V8 de Mustang, rien que cela, une voiture encore plus rare qu’une Safrane Biturbo, et enfin, une propulsion cachée sous la carrosserie d’une traction, bref un beau bricolage comme parfois l’industrie automobile sait en faire naître, j’ai nommé la MG ZT 260.

Fallait être sacrément givré, alors que le pognon manquait, pour lancer la MG ZT 260 ou son pendant au drakkar la Rover 75 V8. Ou bien avoir des bollocks grosses comme ça… ou totalement inconscient. N’empêche qu’ils l’ont fait, les britons, ils l’ont fait ! Non parce que, sur un marché de la grande berline atone et archi-dominé par les allemandes, en ramant pour vendre des versions « classiques », fallait avoir siroté l’apéro tôt dans la matinée pour arriver à la réunion du lundi en clamant haut et fort : « les gars, on va pas se laisser emmerder, on est anglais et on fait ce qu’on veut. On va lancer les projets X12 et X13, prendre notre 75/ZT et lui fourrer un moteur maousse, tout changer à ses trains roulants pour en faire une propu, oui les mecs, une propu et si avec ça on réussit pas, on pourra mourir tranquille ». Et ce qui devait arriver arriva, MG-Rover disparut du moins dans sa version anglaise, mais en nous laissant en héritage ce drôle d’engin, de quoi humilier de la teutonne au feu rouge sans en avoir l’air.

La drogue, c’est mal !

En 2003, la X12 (berline) et X13 (break) sorties des délires d’ingénieurs et marketeurs britanniques se pointaient sur nos routes, comme un cheveu sur la soupe. Grimées en sportive (MG ZT) ou en salon anglais (Rover 75), les X12/13 étaient déjà collector avant de sortir des concessions. Un truc de malade mental pour le plus grand bonheur des handicapés de la bagnole que nous sommes aujourd’hui !

Attention, je ne parle pas ici de la voiture parfaite, du truc teuton où rien ne bouge et qui pousse au cul. Fabrication quasi artisanale (avec un développement réalisé chez Prodrive tout de même), gros moulin au rendement plutôt faible (260 bourrins, certes, mais pour 4,6 litres de cylindrée), pas de quoi, a priori, titiller Bertha… Bien entendu, aujourd’hui, une berline aux anneaux, aux haricots ou à l’étoile s’offre plus de 400 chevaux à piloter d’un doigt sans expertise particulière. La ZT 260 c’est donc de la gnognotte me direz-vous.

Oui mais non, car le véritable plaisir n’est pas d’avoir une voiture parfaite, mais d’avoir celle qu’on mérite. Or, la ZT260 fait partie de ces voitures capables de vous donner la banane, d’abord parce qu’elle ressemble à rien (votre voisin ne saura même pas dire la marque en voyant le logo), ensuite parce qu’il y a un peu de la Mustang en elle, et c’est déjà mythique, et enfin parce qu’elle vous ressemblera, vous le zozo de la bagnole, l’amoureux du bizarre, le fêlé de la totomobile !

Et ouais, la ZT 260, c’est une façon de vivre, un façon de voir, une façon d’être. C’est apprécier sa différence (la sienne, et celle de sa voiture), accepter d’être regardé, voire montré du doigt, mais aussi envié, au final, par tout ceux qui n’oseront jamais. La ZT 260, c’est une ode à la joie moderne, un condensé d’humanité qui détonne face à la perfection des automobiles d’aujourd’hui. La vie quoi !

Et puis avouez que s’offrir un jour une voiture fabriquée à 713 exemplaires, dont seulement 151 breaks ZT-T 260 (la Rover est encore plus rare, avec 170 véhicules, dont seulement 16 breaks Tourer), c’est faire partie d’une élite éclairée, toucher du doigt la distinction la plus totale et la plus classe. Et plutôt que de partir en chasse d’une 205 GTI convenue (et bien plus chère), entrez dans le monde des précurseurs, des visionnaires, heu non, que dis-je, des zinzins de la route ! Y’en aura pas pour tout le monde m’sieurs dames !

Articles associés

48 commentaires

Docteur_Oliv

Le 16/11/2017 à 12:31

Il me semblait qu’elles étaient toutes « propulsion » ces 75 qui avaient un peu l’image d’une « JAGUAR du Pauvre »

Paul

Le 16/11/2017 à 12:35

et non, seules les V8 sont propu, les autres sont des tractions… étonnant non ? 😉

Docteur_Oliv

Le 16/11/2017 à 12:40

Paul est : la Minute de Monsieur Cyclopède !
J’en profite pour te dire mon agacement sur l’histoire du Conservatoire CITROËN, Y a de la place chez PSA !!

Paul

Le 16/11/2017 à 12:42

rassure toi il ne s’agit que de voitures en double ou triple… Et la mise en valeur du patrimoine sera meilleure à Poissy qu’à Aulnay

Docteur_Oliv

Le 16/11/2017 à 13:07

Pour la mise en valeur, ce sera difficile de faire pire même si le gars qui fait visiter est connaisseur.
PS : Ma fille a un 2ème prénom Tahitien…: Xanae

Eddy123

Le 16/11/2017 à 13:09

Je pensais que les version MG étaient toutes des propultion…

Si non, Merci Paul pour cette étonnante auto que je ne connaissais pas….. Magnifique ..

Comment un moteur de Mustang c’est retrouvé sur la plage forme de BMW… c’est bien une plateforme BMW?

Paul

Le 16/11/2017 à 13:12

Je ferai un article plus complet sur les 75/ZT… Si la plate forme n’est pas « béhème » au sens strict (il s’agit d’une traction dans la plupart des cas) elle a été supervisée par BMW, ce qui n’est pas tout à fait pareil 😉

Eddy123

Le 16/11/2017 à 13:29

0ki 🙂

troisetdeuxquatre

Le 16/11/2017 à 13:40

La ZT « normale » est déjà sympa mais celle-ci !!!
Quand j’ai cherché dans les annonces pour ma dernière acquisition, la ZT a failli prendre le pas sur la Jaguar X-Type… parce qu’encore plus rare et décalée.

Mais la disparition de Rover et MG m’ont convaincu de ne pas tenter le diable car c’est ma daily. Trop peur de l’entretien compliqué (pièces, savoirr-faire…)

Des regrets ? Peut-être…

Nicolas

Le 16/11/2017 à 13:52

Paul, le jour où tu feras l’article sur les 75/ZT, n’hésite pas à revenir vers moi pour des pêches aux infos/confirmations, tout ça… 😉
Je suis complètement en phase avec l’état d’esprit de ton article sur la ZT260.
J’en possède une (une ZT-T 260 en conduite à gauche), ancien prototype ayant appartenu au constructeur, équipé d’une boite auto (alors que toutes les ZT260 étaient à boite manuelle en Europe), et qui a servi de véhicule de développement pour la version Rover 75 V8…avec un mixte des deux marques au niveau de l’habillage, bref un vrai canard boiteux 🙂
La mienne est déjà apparue online sur caradisiac, ici:
http://www.caradisiac.com/photos-du-jour-mg-zt-t-260-top-gun-162465.htm

La ZT260 est terriblement attachante, et son style n’a rien à voir avec celui d’une Rover 75 (dont je possède aussi un exemplaire, en V6).
Pas extraordinairement puissante (une version à compresseur de 385 chevaux était aussi en développement mais n’a pu aboutir avant la faillite), mais une bande son extraordinaire et une vraie personnalité.

Paul

Le 16/11/2017 à 14:30

oh oui, je veux !!! On s’en parle vite ! joins moi en mp sur FB 😉

Halim

Le 16/11/2017 à 14:09

je crois me souvenir que le break avait… 5 ammortisseurs : le 5ème étant au centre du train arrière

Nicolas

Le 16/11/2017 à 14:21

En fait il y’en a 6, puisqu’il y en a effectivement 2 sur le train arrière. Sur la berline comme sur le break…

Halim

Le 16/11/2017 à 14:09

je crois me souvenir que le break avait… 5 amortisseurs : le 5ème étant au centre du train arrière

Renaud

Le 16/11/2017 à 14:28

Ahh j’ai toujours aimé ces MG, les ZT, ZR et ZS, la classe anglaise mais avec un coté « bad boy ». A l’epoque, je bavais plus devant une MG ZR 160 qu’une discrete 206 RC ! Un scaré dernier baroud d’honneur !

Paul

Le 16/11/2017 à 14:29

Un côté Arsenal plutôt que Chelsea 😉

Eddy123

Le 17/11/2017 à 12:15

Idem
J adorais le côté gamme Rover et MG en sportives…. comme de place d’une même pièce.. .

philippe

Le 16/11/2017 à 15:20

Rappelons que la 75 était construite sur la plateforme BMW Serie 5 de l’époque, bien que traction. La plateforme était donc destinée à supporter des motorisations autrement plus costaudes que les « petits » 4cyl et V6 « K » Rover ainsi que la propulsion.
La 75 était une vraie anglaise, plus anglaise d’ailleurs que les Jaguar de l’époque Ford, des mini Bentley quel dommage …

Nicolas

Le 16/11/2017 à 15:27

En l’occurence, la plateforme de la 75 n’est pas une plateforme recyclée, c’est une plateforme 100% nouvelle conçue spécifiquement pour la 75, et n’est pas une plateforme conçue au départ pour la propulsion. L’effort des ingénieurs de MG Rover pour la convertir à la propulsion pour la version V8 n’est en que plus méritoire…

Paul

Le 16/11/2017 à 15:42

Merci Nicolas de rectifier… je le confirme de mon côté: ce n’est pas une plate-forme de Série 5, mais bien une plate-forme spécifique 😉

Renaud

Le 16/11/2017 à 16:42

Selon AROnline:

« According to one insider, this was never more than an unfounded rumour. The cost of adapting the rear-wheel-drive BMW’s floorpan for a front-wheel-drive Rover would have been prohibitive, if not somewhat pointless. However, the large transmission tunnel would allow relatively easy conversion to rear-wheel drive (barring the lack of space for a rear differential). »

https://www.aronline.co.uk/cars/rover/rover-75/rover-75mg-zt-development-history/

Donc non, effectivement, c’est bien une plate-forme 100% Rover, surement supervisé par BMW, et vu la presence d’un tunnel central, la propulsion devait etre certainement envisagé.

Nicolas

Le 17/11/2017 à 10:18

La propulsion n’avait jamais été envisagée dans le développement de la 75. Le tunnel central n’était là que pour améliorer la rigidité du châssis, et c’est une solution d’ailleurs retenue sur d’autres voitures qui sont strictement des tractions avant, comme la première génération de MINI R50/R53, également conçue par les équipes Rover sous supervision BMW. Le patron de BMW à l’époque, Bernd Pitschreider, disait toujours « BMW a une culture de propulsion, celle de Rover est la traction avant » (ce qui était oublier un peu vite que jusqu’à la SD1 comprise, les berlines Rover étaient des propu…). Ce tunnel sur la 75 n’était tellement pas conçu pour la propu qu’il a du être élargi pour le passage de l’arbre de transmission sur la ZT 260, et que le puits de la roue de secours dans le coffre a été condamné pour permettre de loger le différentiel…

Damien vatine

Le 16/11/2017 à 18:33

J’ai eu le plaisir d’être l’un des peux nombreux à faire la formation technique pour la ZT260. C’était à Nanterre. J’ai même un DVD de promotion de cette version .

Renaud

Le 17/11/2017 à 11:49

Tu devrais poster la video sur Youtube 😉

Troisetdeuxquatre

Le 16/11/2017 à 20:08

« Plus anglaise que les Jaguar de l’époque Ford… » Et voila, ça recommence… on fustige les Jag’ de l’ère Ford alors que la ZT260 a un moteur de… mustang !
Est-ce possible de comprendre que depuis 30 ans, les voitures n’ont plus de nationalité ?!??
L’important, c’est le plaisir du résultat, non ?!??

Eddy123

Le 16/11/2017 à 21:30

Ou as tu vue quelqu’un fustiger ?

30 ans? Le mélange des genres en automobile, à toujours existé en automobile..

troisetdeuxquatre

Le 17/11/2017 à 08:39

« La 75 était une vraie anglaise, plus anglaise d’ailleurs que les Jaguar de l’époque Ford… » : ça sent le reproche, non ?!??

Il y a 30 ans, existait encore quelques grandes marques purement nationales, même si tu as raison, le mélange a toujours existé…

Baste… je suis un peu exaspéré par les jugements a posteriori de l’ère Ford pour Jaguar, c’est tout, alors que Ford a juste eu raison trop tôt pour Jaguar au début des 2000’s : du diesel, une gamme plus accessible, un break, une traction, de la 4WD… et pourtant un design encore so british. Ce qui n’est plus le cas maintenant, avec un style qui s’est européanisé. Mais ce n’est que mon avis…

Eddy123

Le 17/11/2017 à 12:13

Oui, en effet, mais de là à « fustiger » 😉
Vive le mélange des genres. …

Renaud

Le 17/11/2017 à 10:24

J’ai toujours été attaché aux valeurs nationals de chaque marque (les anglaise avec leur sens de la classe et du bricolage, les italiennes avec leurs lignes superbes et leurs moteurs de caractère, etc), mais force est de reconnaitre que certains constructeurs n’auraient jamais survécu sans « reniés » un peu de leurs principes, ou sans l’aide de constructeurs étrangers. Jaguar est un bonne exemple, mais je vais citer deux de mes marques préférées, Alfa Romeo et Rover.

Beaucoup ont crié au scandale quand Fiat a racheté Alfa (passage à la traction, abandon de la transmission transaxle et des freins in-board, abandon progressif des twin-cam maison pour le moteur Pratola Serra,etc), mais, malgré une gestion un brin chaotique, Alfa s’est sortie de l’état moribond dans lequelle elle était à la fin des années 80.

Et concernant Rover, son partenariat avec Honda marque aussi son âge d’or, avec une gamme plus étendue que jamais, (citadine, compact, coupé, cabriolet, berline de luxe, etc), et surtout un début de rentabilité. Je crois même me souvenir qu’en 1993, Rover était une des seules marques à progresser en terme de vente, ce qui a été une des raisons pour laquelle BMW s’est intéressé à cette marque.

Et puis ça reste finalement une tradition, n’oublions pas que le bon vieux V8 Rover qui animait les P5, P6 et SD1 était quand même à l’origine un V8… Buick. Alors des mélanges improbables comme ca, qui me donne des Jensen Interceptor, des Sunbeam Tiger ou des MG ZT 260, des voitures avec une âme grosse comme ça, je suis entièrement d’accord !!

Rodrigo

Le 16/11/2017 à 22:25

“Fallait être sacrément givré, alors que le pognon manquait, pour lancer la MG ZT 260 ou son pendant au drakkar la Rover 75 V8.”

Oui, mais justement, les types de Phoenix, qui ont réussi a claquer en 5 ans les 500 millions de livres que BMW leur avait donné pour reprendre MG Rover étaient bien givrés, inconscients ou pire. Et encore, la folie de la ZT 260 n’étail rien à côté de la X-Power SV: « On est à quelques mois de la faillite. On va donc acheter les plans de la de Tomaso Biguà alias Qvale Mangusta, qui a déjà ruiné deux autres sociétés, en refaire complètement la carrosserie et essayer d’entrer dans le marché des supersportives, où l’on n’a pas encore vu assez de faillites retentissantes. » Bref, ZT260 et X-Power ont beau être des voitures assez cool, j’aurais du mal à contempler une sans penser aux usines de Longbridge abandonnées ou aux milliers d’ouvriers envoyés au chômage, avec leur fonds de pension pillé par cette bande de guignols.

24heures

Le 17/11/2017 à 09:45

Oui, quand j’ai lu que la ZT 260 était la voiture la plus BR au monde, j’ai tout de suite pensé à la X-Power qui je pense lui dispute le titre…

Salva

Le 16/11/2017 à 22:37

Et Alfa a aussi donné son interprétation de la 75 ! Quelle histoire !

Renaud

Le 17/11/2017 à 14:27

Euh c’est pas vraiment le même modèle 🙂 Même si chacune sont brillante dans leur domaine !

Frederic Yvan

Le 17/11/2017 à 01:52

Plus je déguste ce blog savoureux plus je me dit que l’oncle Paul ne peut pas ne pas aimer Frédéric Dart et le San-A, j’ai bon ?

Paul

Le 17/11/2017 à 12:26

t’as bon, sans le talent malheureusement 😉

Germain

Le 17/11/2017 à 03:25

J’ai toujours adoré la Rover 75 plus anglaise qu’une jag, limite clichée, mais je lui reprochais d’être une traction (sans ça je crois que j’en aurait acheté une), du coup j’ai toujours rêvé de cette version V8. Mais bon c’est vraiment pas facile à trouver chez nous et j’imagine la gueule de mon assureur.

Grégory

Le 17/11/2017 à 09:46

Bonjour Je confirme c’est une propulsion, comme la Mustang, je possède une Mg Zt260 vec 35000 kilomètres à peine, c’est un bijou.

Grégory

Le 17/11/2017 à 09:50

Une rare en France, acheter en France chez concessionnaire Mg Marseille , à l’époque…

Céladon

Le 17/11/2017 à 11:09

J’en ai eu une, un break SW/ Tourer si on veut, et j’avais fait enlever, enfin pas poser toutes les marques, en plus elle devenait Rover, pas envie de me faire vandaliser.
Un couple à déraciner des baobabs, la puissance, à quoi cela sert???, juste à affûter des chronos sur des circuits?
Bref, tous les jours, c’est inutile.
Elle, elle m’a bien servi, discrète et efficace.
J’aurai du la garder.

Jota

Le 17/11/2017 à 12:19

J’ai longtemps trouvé la 75 intemporelle avec son design très réussi, elle a très bien vieilli. Il y avait une vraie volonté de «faire luxe» (V6, V8, version Vanden Plas, programme de personnalisation poussé mais qui a pas du marcher des masses). Un beau gachis.

cmagnani

Le 19/11/2017 à 23:23

J’avais vu en image, sur un forum, le travail qui avait été fait pour le passage de traction à propulsion, impressionnant

Anthony27

Le 21/11/2017 à 10:51

Très sympathique article, merci.
J’ai la chance d’en avoir trouvé une d’occasion en Suisse, en 2007. 3 avaient été importées, 2 breaks et une limousine Rover 75 V8, sauf erreur. Modèle 2004 avec 51,000 km, elle m’avait coûté 31,000 francs .
C’est sans doute parce que c’est un break qu’aujourd’hui, 10 ans plus tard et avec 186,000 km, je l’ai toujours. Le côté pratique allié au charme du ‘break de chasse’ fait son attrait. Ce qui m’a séduit lors de la course d’essai, c’est la direction très directe et le chassis joueur. Elle pèse 1800 kg mais elle est équilibrée et paraît légère.
Aujourd’hui, le moteur a conservé toute sa vigueur, et la boîte ne montre aucune signe de faiblesse, ni l’embrayage. L’avantage de la mécanique Ford Mustang ’99-’04 c’est que (1) les pièces sont disponibles et (2) c’est du simple et du solide. Depuis, j’ai eu des voitures plus puissantes (Lotus Evora), mais je ne les ai pas gardées … celle-ci, c’est difficile de lui trouver une remplaçante. Et puis, il faut aller chez Rolls ou Bentley pour trouver des poignées de porte en acier chromé qui laissent la même impression de solidité.
Voiture pas trop déraisonnable en Helvétie, où les grosses cylindrées ne sont pas pénalisées, que ce soit en assurances ou en taxes routières, et où l’essence est moins chère que le diesel.

bruno

Le 23/11/2017 à 01:07

on trouve bien quelques berlines V8 (lhd et rhd), mais pas de break a vendre !!

Hervé

Le 24/11/2017 à 09:06

Merci Paul pour ces excellents articles.

Modèle rare et méconnu, seulement 130 version LHD furent fabriqués. Pour ceux qui sont intéressés, la lecture du forum anglais Two-Sixties est une véritable mine d’information.

Bertrand

Le 25/02/2018 à 13:02

Pour infos…
La Rover 75 fut la voiture de l’inspecteur Barnaby (premiers épisodes), si il avait eu la version MG ZT 260, il aurait été plus rapide que Derrick ! Même si celui ci réussissait à poursuivre les méchants à 50 à l’heure, dans les bas fonds de Munich, en prenant le temps de boucler la ceinture de sécurité de sa Béhème de fonction. (une 7.30, je crois).

Laisser un commentaire